Vous avez besoin des gens

Note : cet article est une traduction de l’article You Need People de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Les gens qui nous entourentSi vous êtes coincé dans une vie que vous n’auriez pas consciemment choisi si vous deviez tout recommencer, que pouvez-vous y faire en réalité ?

Le trou noir

Par « coincé » je veux dire vraiment, profondément coincé. Vous avez l’emploi stable, la famille, et l’emprunt immobilier. Mais même si votre situation paraît plutôt bonne d’un point de vue extérieur, vous n’en êtes pas content. Ce n’est pas épanouissant, et vous savez que vous devriez faire autre chose, mais en même temps, vous savez qu’il n’y a aucune garantie, et vous vous sentez que la seule façon de vous en sortir serait de détruire ce que vous avez et de tout rebâtir de zéro. Et ce n’est pas quelque chose que vous avez envie de faire.

Ce n’est pas comme si vous n’aviez pas essayé, mais en réalité vous ne voyez aucune option viable ou intelligente permettant de faire avancer les choses dans la bonne direction. C’est comme si vous étiez dans un trou noir, un puits gravitationnel qui vous ôte toute possibilité d’atteindre la vitesse nécessaire pour vous échapper. Cela vous semble être une énorme quantité d’efforts de simplement bouger d’un pouce, et si vous vous relâchez un seul instant, vous êtes à nouveau aspiré en arrière. Vous vous sentez piégé, peut-être même déprimé, et peut-être que vous vous demandez même si vous devriez simplement souffrir en silence et l’accepter. Ce n’est pas si mal comparé à la plupart des gens, non ?

Dans vos meilleurs jours, vous êtes réellement conscient de votre situation mais vous ne voyez toujours pas de moyen de vous en sortir. Mais dans vos pires jours, vous êtes dans le déni concernant tout ça et vous pourriez succomber à des tendances échappatoires.

Vous pourriez lire des livres qui parlent même directement de votre situation, mais ils ne vous aident pas beaucoup. Leurs solutions ne semblent pas pratiques pour vous. Peut-être qu’ils se basent trop sur des choses comme avoir foi en l’univers et espérer que les choses vont s’arranger, et que cela vous semble risqué et idiot.

Que pouvez-vous faire dans une telle situation ? Y a-t-il un moyen de vous en sortir ?

L’échappatoire

Oui, il y a un moyen de vous en sortir. La solution, c’est les gens. Mettez plusieurs personnes sur le problème.

Quand vous êtes pris dans un trou noir et qu’il est impossible d’atteindre la vitesse d’échappement, votre seul espoir est de trouver un champ gravitationnel encore plus fort pour vous tirer de là. Les gens agissent beaucoup comme des champs gravitationnels, et quand vous mettez assez d’entre eux ensemble, et qu’elles tirent toutes dans la même direction, vous allez avancer.

Du côté positif, c’est comme ça que fonctionnent des groupes comme les alcooliques anonymes ou weight watchers. Prenez une personne en surpoids ou alcoolique, entourez-la de gens qui l’aideront à l’amener à un nouveau niveau, et avec suffisamment de temps, cela marchera.

Du côté négatif, c’est aussi comme ça que fonctionnent les cultes. Mettez une personne hors de son environnement naturel, entourez-la de gens fous, et elle devient dingo.

Malheureusement, la plupart des gens rejoignent le culte de la médiocrité sans le réaliser parce qu’ils s’entourent de gens moyens, indifférents, idiots, n’allant nulle part. Ce culte est un de ceux que beaucoup de gens rejoignent par défaut.

Si les gens dans votre vie actuelle font que vous restez coincé, vous avez besoin de trouver des moyens de passer moins de temps avec eux et plus de temps avec des gens qui peuvent vous aider à passer à un nouveau niveau. C’est réellement aussi simple. Laissez tomber le lest que sont les loosers ou devenez-en un.

Si vous trouvez que les gens avec qui vous passez le plus clair de votre temps sont des gens très entreprenants, je parierais que vous êtes également très entreprenant ou que vous le devenez rapidement. Et si les gens prédominants dans votre vie ne vont nulle part, vous savez déjà à quel point vous êtes coincé.

S’échapper de la médiocrité nécessite que vous vous entouriez de l’exceptionnel. Prenez du temps dans vos relations médiocres, et investissez-le dans le fait de bâtir de nouvelles relations avec des gens que vous trouvez extraordinaires. Rejoignez des clubs et des organisations que vous êtes tout juste qualifié pour rejoindre. Postulez pour un travail où vous serez entouré de gens hautement compétents. Rejoignez un club de sport qui vous intimide. Soyez bénévole pour des missions qui vous permettent de travailler avec des gens de haut calibre, même si vous le faites gratuitement.

Une fois que vous avez rencontré de telles personnes, trouvez des moyens de leur rendre service. Donnez, sans rien espérer en retour. Bâtissez d’abord la relation, même si cela semble très déséquilibré au début. L’énergie de ce genre de personnes déteindra sur vous. Et une fois que cela aura assez déteint, vous aurez assez augmenté votre propre énergie et votre propre conscience pour atteindre la vitesse d’échappement et pour vous libérer de la médiocrité.

Tant de succès n’est rien d’autre qu’un état d’esprit, et les états d’esprit sont contagieux. Vous vous limitez inutilement quand vous vous entourez de gens qui sont tout aussi limités. À la place, passez plus de temps avec des gens qui vous intimident jusqu’à ne plus être intimidé. Trouvez un troupeau dans lequel vous êtes un traînard et non un au milieu du peloton – vous avancerez plus vite et ferez bien plus de progrès de cette façon.

Chaque fois que vous voulez vous hisser à un nouveau niveau de performance, commencez par vous demander : « Qui obtient déjà les résultats que je veux, et où puis-le le trouver ? » Puis commencez simplement à vous montrer où il se montre. Présentez-vous à autant de gens que vous pouvez, et partez de là. Mais le plus important, c’est de se montrer.

 

Crédits photo : koszivu

4 commentaires

  • il s’agit effectivement de sages conseils, qui me font penser aussi à celui de se trouver un mentor, un modèle sur qui s’aligner , se calquer, s’inspirer…
    bon remède aussi pour résoudre la question de la procastination!
    au-delà de ces aspects, rejoindre des groupes de personnes permet également de réintroduire de la vie, du mouvement dans le parcours de celui ou de celle qui se trouve dans un trou noir.

  • Cyprien dit :

    Merci Olivier pour cet article assez inspirant. Nous sommes la moyenne des cinq personnes que nous fréquentons le plus. Né dans un pays continuellement en guerre j’aurais peut-être pris les armes, alors qu’aujourd’hui la vue du sang me répugne par dessus tout. C’est pour dire que notre environnement nous façonne. Mieux vaut se mettre dans le cercle des leaders qui nous inspirent le plus.

  • samuel dit :

    Salut Olivier,

    très bons conseils à mettre en pratique.

    Dans l’un des livres que j’ai lu récemment et dont je ne me rappelle plus le titre, l’auteur affirmait que nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous fréquentons régulièrement.

    Que ce soit dans nos revenus ou notre comportement, j’ai constaté que c’est effectivement vrai.

    D’où il est important de s’arrêter et de faire de temps en temps le point sur nos fréquentations ou sur nos lectures.

    Amicalement,

  • Jacline dit :

    Ok c’est inspirant, quoique cela donne l’impression de se servir des autres pour sa propre progression…laisser tomber les losers … Pas très altruiste ce comportement au bout du compte … Je vais y réfléchir .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *