Le développement personnel pour les gens intelligents

Sculpter votre personnalité

Sculpter votre personnalitéIl est évident que vous êtes déjà passé par plusieurs phases qui vous ont permis de sculpter votre personnalité. Vous êtes né enfant et vous avez fait un certain chemin pour devenir la personne que vous êtes aujourd’hui. Mais savez-vous que votre personnalité a été sculptée par d’autres que vous ?

Votre personnalité a été forgée par l’éducation que vous avez reçue de votre famille, la culture du milieu dans lequel vous avez grandi et la qualité de l’instruction que vous avez reçue. À un certain point, il est honnête d’affirmer que votre personnalité a été forgée par le monde.

Le monde a-t-il réussi sa mission ?

Que pensez-vous des valeurs que vous défendez, de votre comportement, de vos habitudes, de votre identité, de votre style de vie et de la place que vous occupez dans le monde ? Comment vous sentez-vous à l’intérieur de vous ? Les énergies qui circulent en ce moment dans votre vie vous ravissent-elles ?

Estimez-vous que le monde est parvenu à sculpter à travers vous une bonne personnalité ? Le monde est-il parvenu à vous bâtir entièrement au point où vous pensez avoir aujourd’hui un merveilleux rôle à jouer pour le reste de votre vie ?

Certaines personnes répondront positivement à cette question. D’autres (dont moi) éclateront de rire. Tout dépendra du moment précis auquel la question leur sera posée, et de l’épisode de leur vie dans lequel ils seront.

Dans les premières années de ma vie, le monde a tenté de faire de moi un révérend et obéissant fidèle catholique. Bien tenté cher monde, bien tenté !

Phase de rébellion

Je n’ai évidemment pas aimé le sens dans lequel on me faisait avancer, alors je me suis rebellé contre la foi et j’ai décidé de prendre ma propre voie et de ne pas me laisser guider par les nonnes et les prêtres.

En réalité, j’aurais aimé voir cette phase de rébellion de ma vie à travers le prisme du sculptage de personnalité, mais à l’époque, je ne connaissais pas grand-chose. Cette phase de rébellion a donc été assez chaotique. Je me suis fait arrêter 4 fois en 18 mois et j’ai échappé de peu à une peine de prison ferme d’un an ou deux.

Cette situation a fini par m’effrayer et j’ai abandonné mon rêve éphémère de devenir le nouveau génie du crime. Mais j’étais malgré tout encore à la merci du monde. Que fallait-il faire ?

Phase de croissance personnelle

J’ai fini par me lancer dans le domaine de la croissance personnelle, en publiant une info publicité tard dans la nuit pour acheter un cours d’amélioration de la mémoire. Cela semblait mieux que de tremper dans des activités dont la finalité risquait d’être la prison, même si c’était un peu léger par rapport à mon style de vie précédent. Le cours sur la mémoire était juste correct, mais il m’a permis de me lancer sur le long chemin de croissance personnelle que j’ai parcouru depuis.

Au début, j’absorbais au hasard le contenu des livres et des programmes audio que je trouvais — je lisais tout ce qui me semblait intéressant. Toutes ces lectures m’ont permis de comprendre que je devais commencer à penser plus consciemment et délibérément à ma vie. Au début, j’ai lu beaucoup de contenu sur comment se fixer des objectifs, gérer son temps et choisir ses valeurs.

Cela m’a motivé à me fixer un objectif très ambitieux : obtenir deux diplômes universitaires en trois semestres seulement. J’y suis parvenu et j’ai même remporté un prix pour avoir été le meilleur étudiant en informatique de ma promotion.

C’était un avant-goût de ce que le développement personnel pouvait m’apporter. C’était également ma deuxième tentative à l’université, ma première s’étant soldée par un renvoi. Un tel contraste dans mes résultats a suffi à me convaincre que je devais continuer sur la voie du développement personnel.

évoluer avec le monde

D’une certaine manière, le monde continuait à sculpter ma personnalité, mais au moins j’avais mon mot à dire. Je pouvais en effet choisir les livres à lire et les cours à acheter. Mais j’étais toujours soumis aux valeurs que les auteurs promouvaient via leur travail. Certaines de ces valeurs étaient vraiment bonnes, et j’aimais le fait d’être influencé dans ce sens, mais je rechignais chaque fois que j’entendais quelqu’un prononcer le mot Dieu dans ses programmes. J’étais athée à l’époque et je ne voulais plus rien avoir à faire avec la religion.

Cette phase a duré plusieurs années. J’ai lu plus de 1000 livres sur divers aspects du développement personnel — relations, santé, affaires, spiritualité, productivité, succès, méditation, mode de vie, etc. J’ai aussi commencé à participer à des ateliers. Je suis même allé jusqu’à prendre des coaches personnels.

Tout ce contenu que j’ai absorbé a définitivement eu un impact positif sur moi. J’ai commencé à entreprendre des choses en étant uniquement guidé par le besoin de croissance. Je me suis entrainé aux arts martiaux pendant quelques années. Je me suis mis à la course de fond et j’ai couru le marathon de Los Angeles.

Après cela, je suis devenu végétalien et j’ai conçu un jeu vidéo qui a été primé. J’ai acheté et emménagé dans une maison qui a coûté plus d’un million de dollars. Il faut également ajouter le fait que j’ai surmonté ma peur de parler en public et commencé à voyager. Je me suis marié (deux fois) et j’ai eu des enfants (deux enfants, mais seulement avec ma première femme).

Sculpter consciemment sa personnalité

Le fait d’être influencé par des sources positives était vraiment valorisant, mais je sentais aussi que je pouvais faire mieux en créant mes propres expériences de croissance. Je sentais qu’il y avait encore un autre niveau que je pouvais atteindre.

Une méthode que j’ai utilisée à maintes reprises consistait à relever des défis de 30 jours. J’ai fait mon premier défi en 1992 : mon objectif était d’adopter le mode de vie végétarien pendant 30 jours. Au final, j’ai adopté définitivement ce mode de vie alors que ce n’était pas mon intention au départ. J’ai utilisé la même approche pour devenir végétalien 3 ans et demi plus tard.

J’ai fait tellement de ces défis à ce jour que j’en perds le compte. J’en ai probablement fait 6 ou 7 rien que l’année dernière. Même les défis les plus banals, comme jouer aux échecs pendant 30 jours, ont apporté de délicieuses nuances à mon caractère. Il m’arrive aussi de relever des défis plus importants, comme celui d’écrire un article de blog chaque jour pendant toute une année.

Il y a longtemps, les défis importants m’auraient semblé irréalisables. Je sais à quel point ils peuvent sculpter ma personnalité dans la direction que je veux prendre et donc je me motive à aller au bout.

J’ai vu le lien entre les connaissances et l’expérience que j’ai acquise chaque année et leurs effets à long terme sur ma personnalité. La connaissance m’a changé. L’expérience aussi.

Année après année, l’investissement dans le développement personnel a fait de moi une personne différente. Mon moi du passé, qui ne s’était pas encore engagé sur la voie du développement personnel, ne me reconnaîtrait pas tel que je suis aujourd’hui. Il pourrait même me trouver intimidant. Je l’aurais pris dans mes bras, même s’il aurait probablement reculé de quelques pas. Même si nos cicatrices sont pratiquement identiques, cette version passée de moi n’est pas parvenue à réparer les dommages liés au contact avec le monde.

Je peux encore me rappeler le genre de personne que j’étais il y a quelques décennies. Mais j’ai tellement changé grâce à l’acquisition de connaissances et d’expériences que mes pensées et sentiments dominants peuvent être étonnamment différents chaque décennie. Il semble que je devienne de plus en plus détendu et confiant à mesure que je vieillis. Je trouve qu’il est plus facile et moins contraignant de m’exprimer sans craindre que les gens ne me jugent ou ne me critiquent.

Aujourd’hui, il m’est très facile de gagner de l’argent, c’est même devenu comme un jeu. Je vis la vie que j’ai toujours souhaité vivre. Ce mois-ci, je vais visiter le canal de Panama pour la première fois, et je retourne en Europe dans quelques mois. Avant j’avais peur de voyager hors des États-Unis, alors je ne l’ai jamais fait. Je pense que je vais vraiment adorer mon premier voyage à Paris.

rôle du monde

Apprécier le rôle du monde

J’ai longtemps eu du ressentiment par rapport à mon éducation catholique. Une grande partie de mon travail de développement personnel a donc consisté à réparer les dégâts causés par ces enseignements. C’est tellement agréable de vivre selon mon propre sens de l’éthique bien formé plutôt que de m’attarder sur des absurdités insipides comme les dix commandements.

Aujourd’hui, mon opinion sur le rôle du monde quant à mon éducation dans les premières années de ma vie a beaucoup évolué — je lui (le monde) en suis même reconnaissant. Les « vérités » religieuses que l’on m’a enseignées au début de ma vie m’ont semblé tellement ridicules et absurdes que c’était tout à fait normal pour moi de les rejeter tôt ou tard.

Le monde m’a façonné d’une manière tellement mal alignée qu’il était évident que cela ne fonctionnerait pas sur le long terme. Il était également évident que le fait de m’apitoyer sur mon sort n’allait pas me servir. Par ailleurs, le fait de m’engager dans des activités qui feraient monter mon taux d’adrénaline et qui m’ont valu d’être arrêté (bien que souvent amusantes) n’était clairement pas viable sauf si je me voyais passer le reste de ma vie en combinaison orange.

Le monde ne m’a guère laissé d’autre choix que d’essayer de réparer le préréglage de PNJ (Personnage non joueur) merdique qu’il me proposait. Mais sans cela, je ne pense pas que j’aurais appris certaines des méthodes de développement personnel les plus puissantes qui font aujourd’hui partie intégrante de ma vie. La vie m’a mis dans une position où je devais faire un énorme travail sur ma personnalité si je voulais avoir une chance d’être heureux à long terme.

Ce genre de travail est parfois très difficile. Il est particulièrement difficile d’admettre la vérité, à savoir que nous ne sommes pas aussi heureux avec nos personnalités actuelles que nous le souhaiterions. Nous sommes très nombreux à faire semblant d’être bien dans notre peau pour nous intégrer socialement, alors que ce n’est manifestement pas le cas à l’intérieur. Je reçois des milliers de courriels de personnes qui m’en fournissent la preuve.

Sculpter votre personnalité

Il est difficile d’admettre que l’on doit faire un travail pour changer de personnalité. Cela implique généralement beaucoup de pleurs, mais le jeu en vaut la chandelle. Et à long terme, c’est beaucoup, beaucoup mieux que de vivre dans le déni.

J’ai de la chance, car depuis le début il n’y avait pas vraiment de la place pour moi pour le déni. J’ai eu l’impression de me heurter de plein fouet à la vérité sur moi-même peu avant l’âge adulte. Je pense que ce processus est plus difficile pour les personnes qui ont la possibilité de prétendre que tout va bien pour elles.

Il est plus difficile pour beaucoup d’autres personnes de s’engager sur cette voie parce qu’elles ne sont pas prêtes à admettre à quel point leur personnalité est désalignée. Elles continuent donc à vivre une vie de désespoir, ne serait-ce que pour rappeler au reste d’entre nous que nous devons absolument éviter de connaitre une pareille fin.

Heureusement, beaucoup d’entre nous sont prêts à admettre qu’ils ont besoin de faire un travail de fond sur leur personnalité. Le défi pour nous est de trouver comment le faire efficacement, afin de créer des signes clairs de progrès intérieurs et extérieurs.

Mon parcours pour sculpter ma personnalité a certes commencé par la réparation des dégâts provoqués par le monde, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui (et ce depuis plusieurs années). Maintenant, je veux simplement devenir une personne que j’aime vraiment. Et quand j’y arriverai, je travaillerai à devenir une personne que j’aime encore plus. Il est tout à fait possible d’aimer ce que l’on est devenu tout en ayant envie de continuer à grandir. Quand je traverse une période de croissance intense, j’ai souvent envie de me poser un peu, mais la perspective d’expérimenter une nouvelle forme de croissance me ramène toujours dans le jeu.

Sculpter votre personnalité de façon consciente

Aujourd’hui, j’aime vraiment le personnage que je suis. Je l’aime parce que j’ai travaillé dur pour transformer la personne que j’étais en celui que je suis en ce moment.

Pour y parvenir, il faut déterminer avec précision le genre de personne que vous voulez devenir (ce qui n’est pas toujours facile), puis faire le travail nécessaire pour devenir cette personne (ce qui n’est pratiquement jamais facile).

Je suis heureux d’avoir travaillé à devenir un entrepreneur créatif qui n’a été l’employé de personne depuis 1992. Aimeriez-vous vous retrouver dans la peau d’une personne qui n’a jamais fait face aux entretiens d’embauche, au boulot-métro-dodo, au règlement intérieur d’une entreprise et au mauvais café ? Figurez-vous que je suis en train d’écrire cet article en étant littéralement habillé comme Arthur Dent.

Je suis heureux de voir que je considère l’argent comme quelque chose d’amusant, de fluide et de ludique, et non comme une chose par rapport à laquelle il faut s’inquiéter.

rôle du monde

Je suis heureux d’être l’époux d’une femme intelligente, drôle et « délicieuse ». C’est aussi ma meilleure amie. J’aime me blottir contre elle tous les soirs. Et j’aime aussi travailler avec elle chaque jour.

Je suis heureux d’avoir un style de vie qui me plaît. J’ai l’occasion de créer et de publier beaucoup de contenu et cela me plaît. J’ai l’occasion de travailler chaque jour avec des personnes très orientées vers la croissance au sein de mon club de croissance consciente. Aujourd’hui, j’ai la possibilité de voyager un peu. Et je peux continuer à faire beaucoup d’expériences de croissance personnelle avec le temps.

Évidemment, je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin — jamais ! Je sais que le besoin de sculpter ma personnalité est perpétuel, et c’est amusant et gratifiant de progresser (une fois que vous avez découvert comment procéder pour faire évoluer votre personnage).

C’est aussi amusant de continuer à penser à de nouvelles façons d’entrainer mon personnage et de lui apprendre de nouvelles choses, comme passer 40 jours sans manger (expérience que j’ai faite il y a quelques années) ou visiter Disneyland pendant 30 jours d’affilée. Cette année, je lui ai fait suivre un important programme d’entrainement pour augmenter sa production créative, de sorte qu’il crée et publie davantage de contenu cette année que les années précédentes.

Article original écrit par Steve Pavlina.

S’il y a bien une chose qui soit difficilement contestable, c’est le fait que nous sommes très fortement influencés par les personnes qui nous ont éduqués et par les gens que nous avons eu à côtoyer au fil du temps. Cela signifie-t-il que notre libre arbitre est inexistant ? Découvrez la réponse dans la vidéo ci-dessous qui vient évidemment en complément à tout ce qui précède.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Devenez Meilleur, qui propose quelques-uns des meilleurs articles du blog de Steve Pavlina, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels