Les modèles de réussite

les modèles de réussite avec objectifÀ long terme, les gens finissent généralement par réussir.

C’est la tendance que j’observe chez mes lecteurs de longue date. Au début, il leur faut peut-être un certain temps pour commencer à travailler en vue de l’atteinte de leurs objectifs. Ils peuvent connaitre des faux départs et des revers. Ils peuvent de temps en temps céder à la procrastination. Cependant, si un objectif est important à leurs yeux, par exemple créer des sources de revenus passives ou nouer une relation satisfaisante, ils finissent par réussir.

Bien sûr, tous n’y parviennent pas. Certains abandonnent. D’autres sont influencés par des groupes sociaux qui les poussent à s’écarter de leur chemin. D’autres encore errent en vain, sans pouvoir se définir un but.

Toutefois, dans l’ensemble, les gens qui persistent finissent par réussir. S’ils continuent de travailler à l’atteinte de leurs objectifs, d’apprendre, de grandir et de faire des choix conscients, ils font des progrès et ils atteignent leurs objectifs.

Voici quelques-uns des facteurs que j’observe chez mes lecteurs qui, à long terme, parviennent à atteindre leurs objectifs.

Prendre au sérieux les objectifs

Les gens qui réussissent prennent au sérieux leurs objectifs. Ils sortent leurs objectifs du domaine du fantasme et les transforment en objectifs pratiques qui doivent être atteints.

L’un des moyens les plus simples pour accorder de l’importance à vos objectifs, c’est de les transformer en images mentales et en films que vous pouvez décrire visuellement. Si vous ne pouvez pas me dire ce que vous voyez à l’écran, il y a fort à parier que votre objectif n’est qu’un fantasme flou.

Généralement, quand les gens me parlent de leurs objectifs pour la première fois, il ne s’agit que d’un fantasme avec beaucoup de points flous. Ils énumèrent des choses comme : gagner plus d’argent, avoir plus d’amis et voyager plus. Cela vous indique-t-il ce que vous voyez à l’écran ? Non. Savez-vous si vous avez atteint ces objectifs ou pas ? Non. Ces « pseudo-objectifs » vous libèrent-ils de vos responsabilités et vous amènent-ils à croire que vous faites des progrès ? Oui.

Il n’y a pas de mal à commencer avec un fantasme flou, mais ne vous arrêtez pas à ce niveau. Sortez votre objectif du domaine du fantasme et faites-en une expérience réelle. Encadrez vos expériences futures de la même façon que vous encadrez vos souvenirs passés. Les souvenirs sont des évènements qui se sont produits. Transformez donc vos objectifs en évènements similaires qui peuvent se produire et qui se produiront.

Un objectif réel sera finalement atteint, et alors il deviendra un souvenir. Les souvenirs impliquent des perceptions sensorielles, et ils sont la plupart du temps visuels. Si vous voulez donc vous fixer un objectif clair, alors faites une description du souvenir futur que vous aurez une fois cet objectif atteint. Voyager plus ou gagner plus d’argent ne sont pas des souvenirs.

Si je vous demandais ce que vous avez fait hier, répondriez-vous : « J’ai gagné plus d’argent, je me suis fait plus d’amis et j’ai beaucoup voyagé » ? Si vous dites une chose pareille, je me demanderai si vous avez subi des dommages cérébraux. Ne décrivez pas non plus vos objectifs de cette façon. Énoncez vos objectifs et vos intentions comme si vous décriviez un souvenir futur. Quels sont les véritables évènements que vous aimeriez vivre ?

Un souvenir, c’est une chose comme aller au sommet de la tour Eiffel, profiter de la vue sur Paris, et prendre un tas de photos pendant que vous y êtes. Ça, c’est un objectif qui peut être atteint ou non. C’est un objectif qui encourage la planification physique et la prise de mesures concrètes. C’est un objectif réalisable.

Commencer en douceur

Les gens qui réussissent ont tendance à commencer par des objectifs modestes et ils se fixent des objectifs plus ambitieux lorsqu’ils obtiennent un certain succès. Ceux qui échouent mordent souvent plus qu’ils ne peuvent mâcher.

Par exemple, au lieu d’essayer de gagner 10 000 $ par mois sur-le-champ, les gens qui réussissent commencent généralement avec un objectif modeste comme la création d’un flux de revenu passif de 100 $ par mois. Ils travaillent d’abord sur cet objectif et font ce qu’il faut pour l’atteindre. Ensuite, ils peuvent appliquer ce qu’ils ont appris pour transformer ce petit succès en une plus grande réussite.

Les histoires qui se soldent par un échec sont souvent celles de personnes qui ajoutent des besoins à leurs objectifs. Je reçois des courriels de telles gens qui me disent désespérément qu’ils doivent gagner entre 1 000 $ et 3 000 $ de plus ce mois pour payer leur loyer ou leurs factures. En plus de 12 ans de blogging, je ne me souviens pas d’un seul cas où l’une de ces personnes m’a recontacté par courriel pour me dire qu’elle y est parvenue.

Le besoin ne fera qu’entraver votre chemin, créer du stress supplémentaire et retarder les progrès réels. S’il faut que l’ancien monde s’effondre pendant que vous travaillez sur vos objectifs à long terme à un rythme réaliste et intelligent, alors qu’il en soit ainsi.

Prenez une petite partie de votre but, travaillez dessus et réalisez-la. Cela contribuera mieux à vous faire progresser vers un modèle de réussite à long terme que des calculs flous et désespérés.

Avoir de la compassion pour votre futur vous

Ayez un peu de compassion pour votre futur vous. À un moment donné, vous aurez 5, 10 ou 20 ans de plus. Et, la personne que vous serez à cette époque subira les conséquences de ce que vous êtes en train de créer en ce moment. Si vous vous vautrez dans le besoin ou que vous errez sans but, vous condamnez votre futur vous à un sort désastreux, et il vous le reprochera.

Au lieu de foutre en l’air votre avenir, adoptez une approche plus sensée et plus compatissante. Travaillez à créer une meilleure réalité pour votre futur vous. Ce futur vous, sera vous un jour.

Les gens qui réussissent cherchent à donner une chance à la personne qu’ils seront dans le futur. Au bout du compte, ils veulent se placer dans une meilleure position à l’avenir. Ils font de petits sacrifices aujourd’hui pour atténuer leur stress et s’épanouir davantage demain.

Ne pas sombrer

Presque tout le monde sombre à un moment donné, s’enfonçant dans une dérive sans but pendant un certain temps et perdant de vue les objectifs fixés. Ceux qui réussissent ont cependant tendance à rebondir rapidement. Ils remarquent les périodes où ils sont en train de sombrer et se donnent même la permission de se complaire temporairement dans cet état s’ils ressentent le besoin de faire une pause. Ils savent qu’ils se remettront à travailler à l’atteinte de leurs objectifs bien assez tôt.

Ceux qui ne réussissent pas ont tendance à passer inconsciemment beaucoup de temps dans cet état de dérive. Pour de telles personnes, se fixer un objectif et travailler à l’atteindre n’est qu’un phénomène provisoire dans un contexte d’absence de but. Les lumières s’allument occasionnellement lorsque ces personnes sont inspirées (habituellement par une source externe). Mais la plupart du temps, les lumières restent éteintes.

Ceux qui réussissent gardent les lumières allumées la plupart du temps. Ils font de leur mieux pour rester conscients, continuent d’avancer, petit à petit, attaquant une petite étape du projet à la fois. Et, ils ne se laissent pas si facilement décourager par les revers.

Être flexible

Les gens qui perdent de vue leurs objectifs ont souvent une approche très rigide de la réussite. Lorsque leurs plans initiaux ne fonctionnent pas dans le monde réel, ils continuent de répéter les mêmes stratégies inefficaces, s’attendant obstinément à ce que quelque chose de nouveau se produise.

Ceux qui réussissent comprennent et acceptent que leurs plans initiaux peuvent ne pas fonctionner. Chaque échec devient donc une expérience d’apprentissage. Les gens qui réussissent abandonnent leurs approches inefficaces pour pouvoir évoluer vers de nouvelles solutions possibles.

Ceux qui échouent n’explorent généralement qu’une petite partie des solutions possibles. Ils se cachent dans un coin confortable où il y a peu de résultats à obtenir. Ceux qui réussissent explorent presque invariablement une plus grande partie de l’ensemble des solutions possibles. Même après avoir obtenu un certain succès, ils continuent d’explorer afin d’optimiser leurs approches, en particulier pour améliorer l’équilibre global de leur mode de vie.

Embrasser le voyage de la croissance

Pour atteindre leurs objectifs, il faut généralement aux gens plus de temps qu’ils ne pensaient. Et ce, peu importe le type d’objectifs qu’ils se fixent. Lorsque nous nous fixons un but, nous ne pouvons pas imaginer avec précision toutes les micros étapes qu’il faudra remplir pour l’atteindre. Nous simplifions un peu le parcours au départ. Nous oublions beaucoup de détails, mais ces détails prennent du temps.

Les gens qui abandonnent succombent souvent à l’impatience. Ils sombrent lorsque le chemin devient plus long que prévu, même s’ils faisaient déjà de petits progrès. Parfois, ils se mettent la pression pour respecter des délais déraisonnables et s’épuisent après un certain temps.

Ceux qui réussissent peuvent aussi succomber à ce genre de difficultés, mais ils finissent par les dépasser. Ces gens progressent vers une approche plus mature, plus équilibrée et plus réfléchie de la croissance et de la réussite. Le brouillage à court terme cède la place à la patience à long terme.

La clé à ce niveau, c’est d’embrasser l’ensemble du parcours de croissance. Voyez les avantages non seulement dans l’objectif à atteindre, mais aussi dans la personne que vous devenez en cours de route. De toute façon, les avantages intérieurs sont les plus garantis. Vous pouvez dépouiller une personne qui recherche la croissance de ses réalisations et de ses ressources externes, mais ses ressources internes qui sont bien développées l’aideront à remonter à sa précédente position et même au-delà.

Trouver ce qui fonctionne et le reproduire

Les personnes qui réussissent trouvent parfois un ou deux modèles qui fonctionnent, puis les reproduisent. Par exemple, ils peuvent créer un flux de revenu passif de 100 $, puis ils reproduisent le processus des dizaines ou des centaines de fois. Ils améliorent également le processus au fur et à mesure qu’ils évoluent, de sorte que chaque flux peut être 10 fois plus efficace après quelques années de mise au point.

Plus tôt cette année, j’ai rencontré un type qui continue de louer de plus en plus d’appartements dans différentes villes et qui les convertit en propriétés AirBnB pour faire des profits. Il réinvestit les profits dans l’acquisition d’un plus grand nombre de propriétés afin de créer plus de sources de revenus. Je crois qu’il espère obtenir un revenu de sept chiffres grâce à ses activités cette année. Mieux, il a en guise de bonus la possibilité de séjourner gratuitement dans l’une de ses propriétés quand il voyage.

* * *

Chaque mois, je rencontre de nouveaux lecteurs en personne et j’écoute leurs histoires, avec une attention particulière sur les objectifs qu’ils se sont fixés, les leçons qu’ils ont apprises et les actions qu’ils ont posées. Une chose est claire : à long terme, les gens atteignent généralement leurs objectifs s’ils persévèrent, restent flexibles et n’abandonnent pas. Le plus grand défi pour la plupart des gens, c’est de persévérer assez longtemps pour gagner le jeu mental.

Note : Cet article est une traduction de l’article Patterns of Success de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *