Comment trouver le sens de votre vie en 20 minutes environ

Note : cet article est une traduction de l’article How to Discover Your Life Purpose in About 20 Minutes de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Sens de la vieComment trouver le vrai sens de votre vie ? Je ne parle pas de votre travail, de vos responsabilités quotidiennes, ou même de vos objectifs à long terme. Je parle de la vraie raison, celle pour laquelle vous êtes là ─ la raison même de votre existence.

Peut-être que vous êtes quelqu’un de plutôt nihiliste qui ne croit pas avoir un but et qui croit que la vie n’a pas de sens. Peu importe. Ne pas croire que vous avez un but ne vous empêchera pas de le trouver, tout comme ne pas croire en la gravité ne vous empêchera pas de marcher. Ne pas y croire ne fera que vous faire perdre du temps, donc si vous êtes une de ces personnes, changez simplement le nombre 20 dans le titre de l’article et remplacez le par 40 (ou 60 si vous êtes vraiment buté). Mais il y a de grandes chances, si vous ne croyez pas avoir un but, que vous ne croyez pas en ce dont je vais parler de toutes façons, mais même alors, quel risque prenez-vous à investir une heure juste au cas où ?

Voici une histoire concernant Bruce Lee qui va fixer le décor pour ce petit exercice. Un maître des arts martiaux demanda un jour à Bruce de lui enseigner tout ce qu’il savait sur les arts martiaux. Bruce souleva deux coupes, toutes deux pleines de liquide. « La première coupe, » dit Bruce, « représente tout ce que vous savez sur les arts martiaux. La seconde coupe représente toutes mes connaissances en arts martiaux. Si vous voulez remplir votre coupe avec mes connaissances, vous devez d’abord vider la vôtre de vos connaissances. »

Si vous voulez trouver le vrai sens de votre vie, vous devez d’abord vider votre esprit de tous les faux buts que l’on vous a enseignés (y compris l’idée que vous pourriez ne pas avoir de but du tout).

Alors comment découvrir votre but dans la vie ? Bien qu’il y ait de nombreuses façons de faire, dont certaines d’entre elles particulièrement complexes, voici une des plus simples que l’on puisse trouver. Plus vous êtes ouvert à cette façon de faire, plus vous vous attendez à que cela fonctionne, et plus cela fonctionnera rapidement pour vous. Mais ne pas y être ouvert ou douter ou penser que c’est une perte de temps complètement idiote et dénuée de sens ne vous empêchera pas d’avancer tant que vous vous y tenez ─ encore une fois, cela ne vous prendra qu’un peu plus de temps à s’inverser.

Voici quoi faire :

1. Prenez une feuille blanche ou ouvrez une feuille de traitement de texte sur laquelle taper (je préfère la seconde solution car elle est plus rapide).

2. Écrivez en haut, « Quel est le vrai sens de ma vie ? »

3. Écrivez la réponse (quelle qu’elle soit) qui vous vient. Pas besoin que ce soit une phrase complète. Une petite phrase suffit.

4. Répétez l’étape 3 jusqu’à ce que vous écriviez une réponse qui vous fait pleurer. C’est votre but.

C’est tout. Peu importe que vous soyez conseiller, ingénieur ou bodybuilder. Pour certaines personnes cet exercice tombera sous le sens. Pour d’autres cela semblera complètement stupide. En général cela prend 15-20 minutes de désencombrer votre tête du désordre et du conditionnement social vous pensant à considérer d’une certaine façon le but de votre vie. Les fausses réponses viendront de votre esprit et de vos souvenirs. Mais quand la vraie réponse arrivera finalement, vous sentirez que cela viendra d’une source totalement différente.

Pour ceux qui sont enracinés dans une vie à faible niveau de conscience, cela prendra beaucoup plus de temps de sortir toutes les fausses réponses, probablement plus d’une heure. Mais si vous persistez, après 100 ou 200 ou même 500 réponses, vous serez frappé par une réponse qui fera déferler des émotions en vous, une réponse qui vous casse. Si vous ne l’avez jamais fait, cela pourrait vous sembler très étrange. Alors laissez cela être étrange, et faites-le quand même.

Tandis que vous suivrez ce processus, certaines de vos réponses seront très similaires. Vous pourriez même réécrire des réponses précédentes. Alors vous pourriez changer de façon de réfléchir au problème et générer 10 ou 20 réponses concernant un autre thème. Et ce n’est pas grave. Vous pouvez lister tout ce qui vous vient à l’esprit tant que vous continuez à écrire.

À un certain moment du processus (généralement après environ 50 ou 100 réponses), vous pourriez vouloir arrêter et ne simplement pas voir les choses évoluer. Vous pourriez ressentir le besoin de vous lever et de trouver une excuse pour faire quelque chose d’autre. C’est normal. Surmontez cette réticence, et continuez à écrire. Le sentiment de réticence finira par passer.

Vous pourriez aussi découvrir quelques réponses qui provoquent chez vous une petite poussée d’émotion, mais qui ne vous font pas pleurer ─ elles sont simplement un peu inexactes. Surlignez ces réponses au fur et à mesure, pour pouvoir y revenir et générer de nouvelles connexions. Chacune reflète une partie de votre but, mais prises une à une elles sont incomplètes. Quand vous commencez à obtenir ce genre de réponses, cela signifie que vous chauffez. Continuez.

Il est important de faire cela seul et sans interruption. Si vous êtes nihiliste, alors libre à vous de commencer avec la réponse, « Je n’ai pas de but », ou « La vie n’a pas de sens », et de partir de là. Si vous vous y tenez, vous arriverez quand même à faire évoluer les choses.

Quand j’ai fait cet exercice, cela m’a prit environ 25 minutes, et j’ai atteint ma réponse définitive à l’étape 106. Des morceaux de réponses partielles (mini émotions) sont apparues aux étapes 17, 39, et 53, puis la majeure partie s’est mise en place et s’est affinée aux étapes 100 à 106. J’ai ressenti une certaine résistance (vouloir se lever et faire autre chose, espérer que le processus échoue, être très impatient et même irrité) vers les étapes 55 à 60. À l’étape 80 j’ai pris 2 minutes de pause pour fermer les yeux, me relaxer, faire le vide dans mon esprit, et me concentrer sur l’intention de voir la réponse m’apparaître ─ cela m’a aidé car les réponses que j’ai reçues après cette pause ont commencé à être plus claires.

Voilà ma réponse finale : vivre consciemment et courageusement, résonner d’amour et de compassion, éveiller les grands esprits chez les autres, et laisser ce monde en paix.

Quand vous trouvez votre réponse unique à la question de pourquoi vous êtes là, vous la sentez résonner profondément en vous. Les mots semblent avoir une énergie spéciale pour vous, et vous sentirez cette énergie chaque fois que vous les lirez.

Découvrir votre but est la partie facile. La partie difficile est de le garder avec vous quotidiennement et de travaillez sur vous-même au point de devenir ce but.

Si vous avez tendance à demander pourquoi ce petit processus fonctionne, laissez cette question de côté jusqu’à ce que vous ayez fini de le compléter. Une fois que c’est fait, vous aurez probablement votre propre réponse expliquant pourquoi cela fonctionne. Il y a des chances, si vous demandez à 10 personnes différentes pourquoi cela fonctionne (des personnes qui ont fini le processus avec succès), que vous obteniez 10 réponses différentes, toutes vues au travers du filtre de leur système de croyance personnel, et chacune contiendra sa propre part de vérité.

Évidemment, ce processus ne fonctionnera pas si vous arrêtez avant cette convergence. Je devinestime que 80 à 90% des gens devraient y arriver en moins d’une heure. Si vous êtes vraiment enraciné dans vos croyances et réticent au processus, peut-être que cela vous prendra 5 sessions et 3 heures, mais je soupçonne de telles personnes de simplement s’arrêter plus tôt (dans les 15 premières minutes par exemple) ou de ne même pas essayer du tout. Mais si vous attiré par la lecture de ce blog (et ne souhaitez pas encore le bannir le votre vie), alors je doute que vous fassiez partie de ces gens.

Faites le test ! Au bout du compte, vous apprendrez une de ces deux choses : votre vrai but dans la vie -ou- que vous devriez vous désinscrire de ce blog. 😉

Recherches utilisées pour trouver cet article :

trouver un sens à sa viebut de la viele but de la vietrouver un but dans la vieavoir un but dans la viebut dans la viecomment trouver un sens à sa vietrouver un but a sa viepas de but dans la viecomment donner un sens a sa vie

30 commentaires

  • Charles dit :

    Alors Olivier, quelle réponse pour toi ?

    Je m’y met ce soir après le boulot. Je suis convaincu de la puissance des mots, qu’ils traduisent physiquement un symbole. Et c’est peut-être bête, mais lire la phrase de Steve Pavlina ça me fait quelque chose, comme un frisson léger. C’est qu’une partie de sa formulation doit me “parler” !

  • MAFFONE Yannick dit :

    Bonjour, très bel article. Je vois sur votre photo que vous avez trouvé une sorte de plénitude. Une fois, j’ai entendu dans un livre de Napoléon Hill que celui qui trouve son but principal et qui a un désir ardent pour sa réussite est obligé d’y arriver. J’adhère à 100 %. Toutefois, en essayant pendant une bonne vingtaine de minutes votre technique, je suis tombé sur un but : “Gagner bien ma vie en ayant une vie équilibrée, utile et paisible”. Mais rien que dans cette affirmation il y a plusieurs choses en une. Ça ne me semble pas être un mais plusieurs buts à atteindre qui j’ai peur qu’ils s’annulent (l’un venant cannibaliser l’autre). De plus, c’est sans compter sur les sous-buts souhaités (vivre heureux en famille, voyager dans le monde entier, avoir une belle maison…). J’aurais préféré avoir un but plus precis comme par exemple un sportif de haut niveau qui dirait : “je veux etre médaillé d’or aux Jeux Olympiques”, j’y pense tout le temps. Ma question : le but principal peut-il donc être aussi vague et multiple que le mien (je le répète : Gagner bien ma vie en ayant une vie équilibrée, utile et paisible) ? PS : j’ai par contre beaucoup de mal à pleurer en général (très dommage d’ailleurs).

  • Pirard dit :

    Magnifique article , une perle … Je suis convaincue du résultat et du pouvoir des mots ..
    Malheureusement je sens une peur de me lancer ..la peur de ne pas y arriver ou du résultat ou …ou..
    Je vais attendre le bon moment , quand je me sentirai ouverte à la vie et baignée de mon élan de vie …le mien …
    tant de rêves , tant d envies …et “le frein” …. l âge , les responsabilités d une maison et d un immense terrain à entretenir suite au décès de mon mari il y a quelques mois …ce terrain qui m a soutenu et qui m à tenu en Vie pdt les 4 années de maladie , j y ai puisé tant de force et maintenant il me les puise …
    Rien que d écrire ce commentaire je sens le désir de faire cet exercice de sens de Ma vie …
    Merci à vous ..micheline

  • valerie dit :

    Votre article est très intéressant, c’est un exercice simple et efficace.
    Je vous informe que nous venons de créer une école spécifique à ce thème avec une approche holistique. Nous organisons plusieurs ateliers et conférences du 30 juin au 4 juillet à Paris. Je serai ravie de vous inviter. Contactez-moi via le site ecoledusens.com

  • sara dit :

    je suis dans une période le plus trou dans ma vie..cela m’a soulevé pas mal de choses (en peu de temps), e chemin que j’ai choisis qui est profond mais qui n’était peut-être sûrement pas la bonne alternative.
    Et ce à quoi j’aspire, ou plutôt…ce que j’ai toujours été. Je ne savais pas si on parler de projet à atteindre ou de notre personnalité en tant qu’humain, j’ai compris que c’était en tant qu’humain. J’ai écris ce à quoi j’aspirais mais je ne peux l’atteindre puisque ce que je souhaite au moment même où je l’écris, je l’ai toujours été. Je ne vois pas le but “d’être”, vous au moins votre but en tant qu’humain, en modifiant votre personnalité en ce que vous souhaitez, vous aidez les autres, donc ça conduit à une action un but. Moi ça me conduit juste à être ce que j’ai toujours été..donc j’essaye de voir par où sont mes buts pour savoir où je veux aller et m’y pencher…mais là encore je sais pas.

  • Elisa M dit :

    J’ai fais cet exercice, et un torrent de larmes m’a submergé après seulement 18 réponses, a la phrase “m’accepter telle que je suis”, ensuite j’ai écris deux ou trois phrases de plus mais ça n’a pas eu le même effet.. je ne sais pas si c’est parce que je traverse une crise de confiance depuis quelques moi, ou si c’est mon vrai but de vie.. Cela pourrait-il l’être malgré le fait que l’exercice m’ai seulement prit 5 minutes? Auparavant j’ai mis d’autres idées, grandes lignes de vies que je souhaite suivre, mais c’est tout..

  • Beck dit :

    J’ai longtemps cherché, et la seule phrase qui m’a fait pleurer était “mourir”…
    Pourtant je ne compte pas me suicider mais selon moi la mort m’apportera toutes les réponses qui me tracassent depuis toujours. Elle me permettra de réaliser mes rêves les plus impossibles :rencontrer mes idoles (décédés avant ma naissance) ou de plus “vivre” avec ceux qui vivent encore…
    Donc j’attends avec impatience le processus et je ne compte pas le forcer car je n’en ai pas le courage. Seulement tout ce que je fais, ai fait, et ferai dans ma vie ne m’aura aucune utilité, et faire ce que j’aime ne peut pas payer ma vie…
    Je suis perdu, j’ai seulement 13, et ma vie n’est qu’une longue attente.
    Je ne pense pas pouvoir trouver un autre sens que celui ci.
    Merci d’avoir lu

    • Jocelyn dit :

      Beck, l’adolescence est une période extrême (si tu as 13), en plus elle semble interminable… Puis dés qu’on en sort, on est déjà assez occupé avec notre présent. Par contre, cette réponse que tu apportes sur la mort est éclairée. Tu sembles être sans peur vis à vis d’elle. Si c’est le cas, ok mais il va falloir avant trouver ta mission de vie. Certaines croyances pensent que les âmes décident de la mission qu’elles vont faire en s’incarnant dans le monde, des missions qu’elles n’ont pas eu l’occasion de vivre dans leur vie antérieure. Si tu es sans craintes face à ces questions là, tu peux trouver un salut dans le spiritisme (par salut je dis “une voie”), plutôt que d’essayer d’avancer dans les domaines communs de la vie (dans lesquels notre entourage cherchent à nous pousser le plus souvent), vu que la mort dans notre société est majoritairement taboue. Mais tu y as déjà surement songé. Si tu n’as plus rien à perdre, tu as tout à y gagner, et si ce n’est pas un gain alors ce sera toujours ça de pris.

    • jean-luc dit :

      Beck – surtout je te déconseille le spiritisme, comme on te l’a conseillé dans un autre com.
      c’est la porte ouverte à des liens spirituels dont tu ne pourras plus te défaire.

      vois-tu, le sens à notre vie, nous le trouvons quand nous trouvons celui qui est justement à l’origine de notre vie. c’est à dire le créateur, le Dieu vivant.
      je ne parle pas là de religion, mais de relation avec Dieu.
      ne convoite pas la mort, elle n’est qu’une conséquence au mauvais chemin que l’humanité a pris à l’origine.
      nous sommes créés pour la vie et non pour la mort, et chacun à un rôle à y jouer, même si à ce jour tu n’as pas encore trouvé ta voie.
      cette vie sur terre est des plus importantes justement pour savoir où et ce que nous serons après cette vie.
      soit béni.

  • veautier A.... dit :

    J’y suis depuis deux heures et demi et je n’ai rien trouvé, pas que je n’y croive pas mais cela sous-entends qu’échouer veux dire que la personne a un très gros problème. C’est flippant. Maintenant que j’ai échoué je suis fichu.

  • Anuanua dit :

    Longtemps (depuis l’enfance) j’ai eu un but, peut-être trop vague, que je formulais “Changer le monde pour qu’il soit plus beau”. Longtemps j’ai aidé des gens, souvent à titre bénévole. Je trouvais énergie et bonheur en ce faisant. Puis lorsque j’ai essayé de rallier des gens à ce but, tous se sont désistés. J’en ai ressenti d’abord une surprise, puis une déception, puis de l’amertume, puis du désintéressement puis, voyant que la persistance d’efforts soutenus ne donnait rien, voyant que plusieurs personnes en qui j’avais confiance trahissaient leurs engagements, j’ai senti un déni de tout but. Peut-être mes échecs à impliquer des gens est-il lié au fait que je suis autiste?

    Quoiqu’il en soit, après avoir passé une heure sur cet exercice il ne me venait plus rien ; j’étais complètement vide. J’ai laissé pour laisser mijoter et revenir après dodo, mais là encore c’est le vide. Alors je ne sais que faire…

  • Laurence dit :

    C’est fou. Je suis en quête de réponses sur le sens depuis très longtemps. Je me suis posée pour faire ce petit exercice. Je n’ai pas eu le temps d’arriver au point 4. La première phrase écrite m’a fait éclater en sanglots…

    • Jenni dit :

      Merci pour la traduction de l’article Olivier!

      Quand j’ai commencé, je ne croyais vraiment pas arrivé aux larmes. Ça s’est passé après environ 30 minutes, j’avais déjà repéré certaines phrases qui me faisaient ressentir quelque chose.
      Donc pour moi c’est : Parvenir à montrer qui je suis au fond de moi, à faire passer de l’amour, à créer de l’amour et vivre cette amour.
      Voila c’est plutôt pas mal je trouve :’)

  • Mathilde dit :

    Bonjour Olivier,
    il y a peu de temps, j’ai pris une feuille et j’ai noté toutes les choses que j’aimerai faire avant de mourir. Et là, j’ai fais l’exercice proposé dans l’article. Mes réponses sont sensiblement les mêmes.
    Malgré tout, je me sens démotivée par l’ampleur de mes projets. Actuellement, je ne peux pas les financer pour changer de vie. Je ne peux pas claquer la porte à cause de mes engagements (mon boulot est nécessaire pour rembourser le crédit de l’appartement par exemple)
    J’essaye de positiver au quotidien mais j’ai l’impression de ne pas être à ma place sur terre. Je n’ai pas l’envie de mourir mais le système actuelle me parait être à des années lumières de ce que je suis/veux vraiment. J’aurai préféré rester une enfant et ne pas me poser autant de questions.
    Je fais en sorte de pouvoir avancer sur un des projets réalisable sur le court terme et qui me tient à coeur (mon blog) et tu m’aides particulièrement à rendre tout cela possible. Merci beaucoup.

  • Freja dit :

    J’ai lu la question et j’ai mis par écrit la réponse la première qui m’est venu. Je m’attendais à traduire (car j’aimerais bien devenir traductrice). Puis là soudain le seul mot qui me vient : écrire. Bizarre. Ecrire. Même pas auteur ou écrivain mais bien écrire. Donc je suppose que c’est ce que je vais faire…

  • sarah dit :

    tt se que je peux dit c est : merci bcp….

  • Josselyne dit :

    La 21 ème réponse mal au ventre et Larmes aux yeux, pas bien quoi :
    vivre pleinement chaque minute de ma vie avec courage et obstination en paix avec moi même
    Voilà
    J ai la tête qui tourne…bizarre

  • Laurent dit :

    Bonjour,

    Je me suis engagé dans l’exercice, je le pense sincèrement et sans à priori. J’ai passé à peu près 3 fois 1 heure dessus à enfiler les phrases les unes derrière les autres et je n’ai toujours pas pleuré. J’ai simplement identifié les frémissements émotionnels évoqués dans l’article, mais pas l’objectif annoncé.

    Du coup, je suis perplexe…

  • LATTUADA dit :

    Bonjour,

    Pas encore de larmes mais j’ai commandé le livre ” Demain” juste après avoir rempli ma page, ligne 23
    “M’engager dans un mouvement pour laisser une planète viable à nos enfants” .
    J’ai déjà l’adresse du Réseau social des Colibris dans la ville où je vais habiter en Septembre , écrire m’a donné envie de passer à l’action.

    • Melie dit :

      Genève?
      Je viens de là bas et une copine m’a parlé du mouvement colibri. En ce moment je ne suis pas en suisse, mais dès que jy retourne ,j’irai à ces rassemblements qui promettent des solutions et des améliorations pour notre monde.
      Je me suis perdue entre deux pays et deux vies. Dans mon entourage personne ne comprend ce que je ressens. Ce vide et cette amertume. Pas de but, pas d’envie. J’aimerais changer ma façon de vivre mais c’est pas simple. Le respect de la nature et le changement est pour moi la seule chose importante bien que je ne sache pas où commencer.
      On pourrait discuter si tu veux.

  • Mandelagirl dit :

    Impressionnant: j’ai noté l’heure de départ, et celle où les larmes sont arrivées! 11mn.
    Merci pour cette expérience, curieuse (je reste sceptique malgré tout)…mais je vais m’inspirer de cette trouvaille pour avancer.
    Bien à vous 🙂

  • Alesh dit :

    J’ai simpmement eu un petit mouvement émotionnel,lorsque j’ai écrit ” Que je ne sois pas seulement seule dans la vie,avec pour seule perspective la souffrance,et la frustration.”
    Puis,à un autre moment,alors que j’écrivais” j’aimerais seulement pouvoir”,le vide,.Je ne voyais pas .Rien’ ne me venait.J’était posée,j’ai fermée les yeux,mais rien.

    Au final,je n’ai pas eu cette déflagration de sentiments décrite. :/

  • Sisto dit :

    La vie n’a aucun but c’est juste un temps à passer et ce que vous dites être votre but n’en n’est pas un.

  • aaa dit :

    La belle affaire !!
    Et quand on l’a, ce but, qu’est-ce qu’on en fait ??
    La vraie question qui nous anime quand on cherche un sens à sa vie, ce n’est pas seulement “pourquoi”, mais “comment”…
    Aujourd’hui, j’ai facilement trouvé ma réponse, (c’est cogité depuis un bout de temps…), avec les fameuses larmes (enjoy…), mais derrière, il n’y a rien, pas de moyens pour parvenir à ce but. Le but en lui-même peut donc devenir complètement inutile, si on n’a pas de chemin…

    • Nazira dit :

      C’est déjà un bon point de déterminer le but de sa vie.
      Maintenant soit attentif aux opportunités qui vont frapper à ta porte et saisis ses occasions. Franchis le pas.
      Le souci d’un bon nombre de personne est de ne pas oser réaliser leur rêve par peur du jugement des autres.

  • Lyly dit :

    Merci, il y a pas d’autres mots
    ” Aimer la vie sous toutes ses formes “

  • Merci Olivier pour ce merveilleux article. Je trouve cela émouvant de voir à quel point son auteur a du vivre ce qu’il a écrit et qu’il nous en fasse profiter. Tu verras peut-être que c’est tout le sujet de mon article sur les bonnes résolutions. Donner du sens à ce que nous sommes, à ce que nous faisons pour trouver la paix et être puissants.

  • Chloé dit :

    Au bout de la 9e phrase je me suis mise à pleurer…
    Les phrases qui m’ont fait frémir sont:
    “Je veux être de nouveau capable de me passionner pour quelque chose”
    “Je suis à la recherche du bonheur que j’ai perdu”
    Et enfin la 9e:
    “Je veux oublier ce que c’est de souffrir”

    Cet exercice est très instructif: à force d’enchaîner les phrases on finit par écrire des choses qu’on ne se serait jamais cru capable d’écrire.

    Il y a un autre exercice que j’essaye de faire aussi de temps en temps: dès que j’ai une contrariété, que je me sens triste ou au contraire très heureuse, j’écris tout ce qui me passe par la tête pour le relire quelques jours plus tard.

10 Trackbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *