Trouver son chemin : Alice aux pays des merveilles et sa métaphore

trouver son chemin alice aux pays des merveillesUN LIVRE, UN FILM

Parfois il arrive qu’un livre, un film, une parole ou une situation nous porte soudainement à réfléchir. On ne sait pas toujours pourquoi. Cela nous rappelle-t-il un évènements triste ou heureux ? Ou bien c’est un douloureux souvenir enfoui bien loin qui refait surface ? Peut-être est-ce une action ou un geste que nous voulions poser mais que nous hésitons toujours à faire? Moi ça m’est arrivé lors de l’écoute d’un film dont je vous parle dans cet article. Durant le visionnement je me voyais à la place du personnage. Mais surtout j’avais l’impression tout au long du film qu’on me parlait en métaphores. Pour cette raison, je veux vous partager l’humble étude que j’en ai faite.

Note : Cet article invité a été écrit par Diane Gingras du blog Jeter-l-encre.com

se remettre en question leçon de vieDans cet article vous pourrez comparer votre démarche personnelle à celle de l’héroïne. Je vous propose donc de réfléchir à une situation que vous avez vécue. Choisissez-en une qui fut difficile pour vous et qui vous a fait sombrer dans le noir. Un sérieux problème qui vous semblait sans issu. Vous savez un moment de votre vie où rien n’allait bien. Gardez bien votre sujet en tête et suivez-moi dans mon exploration d’un livre qui a été écrit il y a 154 ans. vivre dans le présent en assumant son passéC’est le conte « « Les aventures d’Alice aux pays des merveilles». Et pour commencer je vous en fais un très court résumé. C’est l’histoire d’une petite fille qui tombe dans un puits imaginaire. À partir de là elle vit toutes sortes d’aventures étranges. Suite à cette expérience, elle revient à la surface plus forte que jamais pour affronter sa vraie vie dans la réalité.

FRAPPANTES ANALOGIES

Ce très grand mais farfelue roman est sans aucun doute une analogie frappante avec la vie que nous expérimentons tous les jours. C’est une métaphore incroyable pour qui y réfléchit un peu. Je suis curieuse de savoir si l’auteur Lewis Caroll a imaginé cette histoire en puisant l’inspiration dans sa propre vie ou dans celles de ses contemporains. Il l’a écrit en 1865. Il avait 33 ans. C’est peut-être un âge où il avait des remises en questions sur sa vie ? Son livre comporte tellement de similitudes avec nos temps modernes. Pourtant leurs moeurs étaient bien différentes au 19e siècle.

TOMBER BIEN BAS

se relever après un échec et trouver son cheminQuand Alice tombe dans un puits très profond dans la terre, on ne sait pas si elle a perdu connaissance, si elle rêve ou si elle est vraiment dans le centre de la terre. Dans notre vie, on tombe parfois bien bas, bien profondément à l’intérieur de nous-même. Ce sont des périodes nébuleuses où on a perdu nos repères. Cela se produit suite à des situations trop dures à vivre. Dès lors, on s’invente un moyen pour contrer la douleur. On élude le problème avec un faux-fuyant de notre crû. Parce que notre attention a besoin d’être ailleurs pour survivre à ces coups durs. C’est là qu’on imagine une bulle, une caverne, un lieu qui nous garde en retrait. D’ailleurs selon Blaise Pascal, la distraction est la seule chose qui nous console des misères et pourtant c’est en soi la plus grande de nos misères. C’est très bien ainsi mais seulement si c’est momentané et pour les besoins immédiats.

DÉSORIENTÉ

Donc une fois rendu dans son monde imaginaire, Alice est perdue, désorientée. Seule, elle n’a pas non plus les balises habituelles de sa vie quotidienne au-delà du puits dans la terre. Alors, après recherches d’informations, de questionnements à tous ceux qu’elle rencontre sur son chemin, elle commence à comprendre ce que les personnages (de son monde) attendent d’elle. Le processus va prendre un certain temps. Ce délai lui est nécessaire et bénéfique pour se poser les bonnes questions. Tout d’abord à elle-même et ensuite aux personnes qui gravitent dans son entourage.

UN TEMPS POUR SE REPÉRER

Après sa chute c’est le moment idéal pour l’introspection et les remises en question. Alice, elle, entame sa démarche en demandant l’avis, l’opinion de son entourage. Cela semble pour elle un bon point de départ. Afin de se repérer et constater où elle est et où elle va.

CIBLER LE DRAGON

vaincre ses peurs affronter ses démons La peur métaphorique

En fin de compte, elle est informée de la bataille qu’elle doit livrer. Il y a un dangereux dragon qui menace les habitants. Et la bête est sous les ordres de l’Altesse du lieu. Elle doit affronter le monstre mais tout d’abord sa grande protectrice. Cependant les personnages bizarres de son monde ne doivent pas l’influencer. Elle doit elle-même prendre la décision de se battre ou non. Toutefois, si elle le fait, elle sauvera tout un royaume des griffes de leur ignoble souveraine.

PRENDRE UNE DÉCISION

Quand le problème est bien cerné, il ne reste plus qu’à le régler, direz-vous. Mais la prise de décision provoque des tremblements. Ce n’est pas facile car si ça l’était ce serait déjà fait. Alice sait ce qu’elle doit faire et c’est ce qui lui fait encore plus peur. Il ne suffit donc pas juste de savoir quoi poser comme geste mais comment, quand et même pourquoi.

L’INERTIE

comprendre le problème de fondDans cette monarchie, il y a une méchante reine qui représente l’inertie. Elle est le symbole qui s’apparente à la paralysie. Comme dans notre vie, cette torpeur empêche de faire ce qu’on doit faire. C’est-à-dire d’affronter l’inconnu. En plus, derrière la régente il y a le dragon qui est la peur. Celle-là représente le problème de fond que nous ne voulons pas regarder en face. Son altesse protège le dragon et ainsi garde tous ses sujets dans la peur grâce à l’affreuse bête . Ces derniers pensent qu’ils ont besoin d’elle, qu’elle les protège. Mais non, elle les contrôle avec tyrannie. Ils sont tétanisés. Cela lui donne plein de pouvoir et tout le loisir de les manipuler selon ses désirs.

DES EXCUSES

Durant tout ce temps l’héroïne se donne plein d’excuses. Alice ne pourrait pas tuer une mouche ! Comment pourrait-elle tuer un dragon menaçant et de plus, gigantesque. La tâche lui apparaît insurmontable, même inhumaine. À mon avis cela sonne comme un manque de confiance en soi ou un sentiment d’infériorité.

DU COURAGE

Avec tout son courage, elle va agir pour elle-même ainsi que pour les protagonistes qui comptent sur son son aide. En fait les gens de son alentour sont des aspects de sa propre personnalité qu’elle va délivrer par le fait même. Sa décision est prise. Elle va affronter le dragon et lui couper la tête.

vaincre ses peurs faire preuve de courage Avec tout son courage

SENTIMENT DE PUISSANCE

Le dragon c’est une peur, un souvenir laid et repoussant, une expérience troublante et marquante qui ne sort plus de notre mémoire. Quelque chose qui fait du mal à regarder en face tellement c’est épeurant. Ça nous fait trembler juste à y penser. C’est incontrôlable et nous fait énormément peur. Et avec raison car cela semble vraiment terrifiant. Quoiqu’il en soit, ça va le demeurer aussi pour toujours si on n’y met pas fin une fois pour toute. D’ailleurs y mettre un terme, c’est la meilleure action à poser. Bien sûr nous aurons besoin de toutes nos forces et d’user de beaucoup de courage pour y arriver. Mais une fois la décision prise d’affronter et de tuer pour de bon le dragon, on ne veut plus reculer. À ce moment crucial de l’engagement, on est mystérieusement investi d’un courage qui nous était inconnu auparavant. Un sentiment puissant de pouvoir s’empare de nous et rien ne devrait nous arrêter.

MISE À MORT

D’abord comme le fait Alice, il faut dire à l’inertie (la méchante reine) qu’on va la pulvériser. Déclaration faite et geste accompli nous voilà ragaillardis. Fort de cette première victoire allons affronter notre peur (le dragon). Soyons prudents et utilisons les armes adéquates et les protections nécessaires pour ne pas être blessé. En final et avec un grand coup c’est la mise à mort. Il y aura donc deux corps à l’autopsie : celui de l’inertie et celui de notre plus grande peur qui vont maintenant nous sembler bien inoffensifs.

REVENIR PLUS FORT

Vers la fin, Alice revient à la surface de la terre. Elle nous apparaît beaucoup plus forte, plus décidée et avec plus de confiance qu’avant son départ imaginaire.

CE QUE LE COEUR DICTE

écouter son coeur pour vivre en harmonie et trouver son chemin

En principe, c’est le résultat escompté après une victoire sur soi-même. Notre jeune fille, investie de sa nouvelle sagesse, s’en va dire aux gens qui la regardent ébahis et surpris, qu’elle va maintenant faire ce que son cœur lui dicte. Après tout, elle est maintenant en parfaite harmonie avec ses aspirations. Dorénavant elle pourra accomplir son destin sans crainte.

Elle a tué son dragon, elle lui a coupé la tête. Il ne renaîtra plus jamais de ses cendres. Désormais, elle sait comment combattre un dragon. Elle a acquis de l’expérience et de la sagesse. Maintenant la leçon est apprise à jamais.

LEÇON DE VIE

leçons de vie pièges à éviter

Rappelez-vous que pour en arriver là, Alice a dû tomber, se perdre, se retrouver, se battre et revenir remplie de toute la sérénité dont elle va faire bon usage dans l’avenir. Il faut reconnaître que cette histoire est une vraie leçon de vie. L’auteur ne nous fait pas la morale. Au contraire, il présente tout au long du récit les nombreux pièges et les moyens pour s’en sauver. C’est la raison pour laquelle je dirais que c’est un livre sur la sagesse écrit comme une parabole, une métaphore, voire même un enseignement !

UNE BELLE VIE

Il devient évident que pour avoir une belle vie, il faut avoir le courage d’affronter nos peurs, de relever des défis. C’est de l’action qu’il nous faut. La marée stagnante de l’inertie est puante et repoussante. Allons plutôt dans l’eau pure et claire de l’énergie, stimulante et bienfaisante.

GRATITUDE

Prenons aussi la gratitude qui est une bonne attitude à mettre en place dans notre vie. Quand on arrête d’en vouloir à l’univers entier pour nos malheurs et qu’on passe plutôt au mode gratitude, ça fait toute la différence du monde. C’est une méthode reconnue. Et comme avec le principe de la loi l’attraction, plus on a de gratitude plus on s’en attire d’autre.

LE VRAI SOI

Il est donc souhaitable que notre énergie au grand complet soit mise à contribution pour notre mieux-être. Découvrir notre vrai Soi est l’ultime but à atteindre. Nous avons besoin d’utiliser tous nos attributs afin d’être le champion de notre vie. Pour y arriver nous mettrons de notre côté tous les atouts dont nous pouvons disposer.

FINI LA RANCUNE

En dernier lieu prenons les rancunes. Ces ruminations sont inutiles et nous le savons. Elles vont être jetées par-dessus bord une fois le coeur rempli de gratitude. La nature a horreur du vide semble-t-il. Remplissons-le de gratitude et il n’y aura plus d’espace pour la rancune. Vous savez déjà sûrement comme cette calamité est vicieuse et très toxique. Il paraît même qu’elle est à l’origine de certain cancer. Mais cela n’est pas encore prouvé. Non, à ce jour, se faire du mauvais sang n’a pas été reconnu comme la cause cette affreuse maladie. L’énergie utilisée pour en vouloir à quelqu’un, qui s’en fout ou souvent ne le sait même pas, devrait être plutôt utilisée à atteindre nos buts les plus nobles. Au lieu de tourner en rond pour auto-alimenter les rancunes, occupons-nous de notre bonheur

RETOMBÉE DE BIENFAITS

En plus, si vous ne pensez plus «rancune», vous ne l’attirez pas non plus. Quel bienfait. Vous pourrez ainsi activer des pluies de bonté qui n’attendaient que ça pour se déverser sur vous. Une avalanche de bienfaits est ce qui vous attend en retour.

De plus ça ne sert à rien de se leurrer. Tous excuses, les alibis, les raisons, les défaites ne sont rien d’autre que du maquillage qui fait paraître la réalité plus belle, plus acceptable à nos yeux. Ce triste ensemble n’est qu’un pansement temporaire sur la vraie plaie. C’est beaucoup trop facile de trouver des justifications. Tout comme Alice l’a fait pour se protéger parce qu’elle avait trop peur. Mais ce n’est que de la frime, des cartes truquées qui nous font perdre la partie. Dans le fond chacun de nous sait déjà tout cela.

NE PAS PASSER À CÔTÉ DU BONHEUR

Il y a une chose que je vous ai dite au tout début. C’est de faire comme vous le faites probablement maintenant. Vous arrêter et réfléchir à votre situation personnelle. Ensuite décider ce que vous voulez améliorer pour vous faire une vie de bonheur. Il y a des gens qui meurent sans jamais s’être posé la moindre question. Ils sont malheureusement passés juste à côté du bonheur! Et vous, maintenant vous vous en donnez la chance. Et pour cela, je vous salue très bas comme vous le méritez.

LA PARADE ! QUELLE PARADE ?

Et tiens donc une petite dernière métaphore : «Sur cent personnes, il y en a deux seulement qui sont dans la parade; huit la regardent passer et les quatre-vingt-dix autres ne savent même pas qu’il y a une parade

Écrivainement vôtre

Diane Gingras du blog Jeter-l-encre.com

Copyrights Jeter l’encre© |all rights reserved

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *