TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Suspendre tout jugement

Note : cet article est une traduction de l’article Suspending Judgment de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Ce n’est pas ce que vous ne savez pas qui vous pose problème. C’est ce que vous savez avec certitude et qui n’est pas vrai. – Mark Twain

opinions et conditionnementChaque fois que j’écris sur certains sujets, en particulier ceux qui semblent contraires au conditionnement traditionnel, certaines personnes expriment de très fortes opinions. Ils communiquent leurs pensées avec un fort degré de certitude, comme s’ils adoptaient une posture d’expert.

Cependant, par une inspection plus poussée il devient évident que la plupart de ces gens n’ont que peu ou pas d’expérience directe sur laquelle baser leurs opinions. Leurs connaissances sur de tels sujets peuvent difficile être considérées comme un savoir, car elles proviennent largement de sources secondaires comme le conditionnement médiatique, les rumeurs et les suppositions.

Un savoir erroné

Évidemment le problème quand on acquiert du « savoir » de façon aussi indirecte est que c’est souvent criblé d’erreurs. Les gens clament leur certitude à propos de ce « qui n’est pas vrai ».

Les gens font des erreurs de jugement parce qu’ils n’ont pas l’expérience adéquate sur laquelle baser une opinion informée. Donc ils remplissent leur manque de connaissances avec des suppositions, et beaucoup de ces suppositions s’avèrent totalement erronées. De leur point de vue leur opinion semblent sensée, mais pour tout personne raisonnable avec de l’expérience dans ces domaines, ce genre d’opinions semble simplement naïf dans le meilleur des cas, et parfois limite insensé.

Ces problèmes ne se limitent pas qu’à certains sujets évidemment. Ils peuvent apparaître dans n’importe quel sujet, mais ils ont tendance à arriver plus fréquemment dans des domaines où les gens manquent d’expérience directe. D’autres sujets qui ont généré beaucoup de retours basés sur de fausses suppositions incluent le sommeil polyphasique, l’alimentation crudivore et même l’autoentreprise.

La solution du lissage

Une raison pour laquelle ce problème arrive est que notre cerveau a tendance à appliquer une « fonction de lissage » quand nous manquons d’informations à propos de certains sujets. Notre cerveau est toujours à la recherche de nouveaux niveaux de certitude et de schémas de prédictibilité, donc quand nous manquons d’expérience directe dans un certain domaine, notre cerveau fait de son mieux pour créer des connexions entre des domaines apparemment apparentés.

Malheureusement parfois ces domaines apparentés ne sont simplement pas assez apparentés, donc les connexions qui sont formées introduisent une grande part d’erreur, et cela corrompt toutes les conclusions que nous pourrions avoir basées sur ces connexions.

Voyez cela comme une image ou une vidéo qui est compressée au point que vous ne pouvez même pas y distinguer le moindre élément. C’est juste un flou plein de couleurs. Cette donnée manquante est importante. Si la compression est trop élevée, les images ne fournissent pas des informations précises et utiles.

Par exemple, quand j’ai écrit à propos du sommeil polyphasique, le sujet ne faisait pas partie de l’expérience directe de la plupart des gens. Néanmoins, ce fait n’a pas empêché certaines personnes d’exprimer des opinions fortes sur le sujet. Mais comme ils n’avaient pas expérimenté le sommeil polyphasique et qu’ils n’y connaissaient quasiment rien, leurs opinions étaient basées sur les connexions mentales les plus approchantes qu’ils pouvaient trouver. Donc les gens partageaient des opinions pleines de fausses suppositions, telles que sommeil polyphasique = privation de sommeil à long terme.

De la même manière, quand j’ai partagé le fait que je devenais crudivore, beaucoup de gens qui n’avaient pas lu un seul livre sur le crudivorisme partageaient des opinions ignorantes (et pourtant fortement appuyées) basées sur des suppositions idiotes telles que crudivorisme = ne manger que des salades toute la journée.

Certaines fausses associations sont de nature plus personnelle, le résultat d’une sur-généralisation. Cela inclut des croyances comme « Je ne peux pas gagner de l’argent en ligne » ou « Si je divorce cela va foutre mes enfants en l’air », ou « Si je perds mon travail je ne vais pas arriver à m’en sortir. »

Suspendre tout jugement

De fausses croyances et associations sont des tueurs d’évolution. Quand votre esprit est saturé de fausses informations, et que vous basez vos croyances sur de telles erreurs, vous ne pouvez pas avancer dans ces domaines en particulier. Votre progrès reste coincé tant que vous n’avez pas nettoyé ce bazar mental.

Maintenant la solution évidente ici est de suspendre tout jugement quand votre savoir dans un domaine particulier est insuffisant. Vous pouvez en fait le faire consciemment. Votre cerveau pourrait quand même appliquer sa fonction de lissage à des moments inappropriés, mais avec suffisamment de conscience de soi, vous pouvez vous discipliner à surpasser mentalement ces préjugés.

La première étape est la conscience. Vous devez être conscient des domaines où vous avez des chances d’entretenir de fausses croyances.

Quand vous remarquez que vous exprimez une opinion sur un certain sujet, faites une pause pendant un moment et regardez-vous. Sur quelles connaissances basez-vous votre opinion ? Ce savoir est-il basé sur toute une variété d’expérience directe ? Êtes-vous un expert sur le sujet ? Comment savez-vous ce que vous prétendez savoir ?

Vous arrive-t-il de débattre avec quelqu’un qui a une expérience plus directe que vous ? Exprimez-vous une opinion simplement pour être opiniâtre, ou partagez-vous des informations de valeur ?

Est-ce que votre ego est trop impliqué ? Intégrez-vous vos idées dans votre identité, comme quand vos idées sont critiquées et que vous ressentez le besoin de vous défendre personnellement ?

Qu’arrive-t-il si vous vous demandez Qu’est-ce qui pourrait aussi être vrai ?

En fonction de votre diagnostic personnel, vous pourriez en venir à réaliser que votre opinion, même si elle pourrait être forte, n’a en fait que peu voire pas de bases.

À ce moment-là vous pouvez choisir de prendre un pas de recul, d’arrêter d’être aussi attaché à votre opinion, et de permettre à votre esprit de se détendre et de s’ouvrir à de nouvelles idées. Après tout, vos opinions ne sont même pas les vôtres. Ce ne sont que des points de vue. Il est inutile de vous considérer comme propriétaire d’un point de vue et de l’intégrer à votre identité.

Vous êtes indépendant des points de vue

Cela peut considérablement aider par moments d’adopter un point de vue en particulier et de le défendre du mieux possible. Puis prenez du recul et observez la façon dont les autres personnes y réagissent. Permettez à leurs commentaires de pointer les trous dans votre argumentaire si possible. Utilisez la force de ce point de vue initial pour faire naître d’autres points de vue potentiels, et les explorer également. Mais ne laissez pas votre ego être impliqué dans votre point de vue au point de fermer votre esprit aux nouvelles idées.

Je le fais assez souvent quand j’écris de nouveaux articles. Avant de commencer à écrire, j’adopte un certain point de vue que je veux explorer plus en détail. Puis j’écris quelques observations basées sur la façon dont on perçoit la réalité à travers ce filtre. Après avoir posté l’article, je prends du recul et j’observe les commentaires. Je vois quels autres filtres les gens peuvent suggérer. Je vois quels nouveaux avantages et inconvénients ils identifient. Dans les discussions qui suivent, je peux aller plus loin pour défendre le filtre d’origine, mais parfois je vais changer de camp et proposer d’autres points de vue, pour que nous puissions également les explorer.

Je réalise que cela peut rendre les gens confus parfois parce que nous sommes vraiment conditionnés pour mêler nos points de vue/filtres à notre identité, mais je trouve que plus d’opportunités d’évolution sont possibles avec un esprit ouvert. L’ouverture d’esprit, cependant, fait des articles très creux et ne peut pas tellement stimuler le développement. Un esprit réellement ouvert ne peut que recevoir ; il n’a rien à donner. Cependant, quand l’esprit se fixe pendant un moment sur certain point de vue, il peut exprimer beaucoup de points de vue intéressants.

Si vous partez du fait que les articles de mon blog représentent mes opinions personnelles sur tous les sujets à propos desquels j’écris, vous aurez une image de moi totalement inexacte, et vous allez probablement finir assez confus parce que beaucoup de mes articles partagent des points de vue qui semblent en conflit les uns avec les autres. C’est parce qu’en soi les points de vue que je partage ne sont pas les miens. Ce sont les points de vue que j’adopte temporairement pour stimuler les gens à évoluer. Peu importe que les gens soient d’accord ou non avec les points de vue qui sont partagés. Cela génère de nouvelles leçons d’évolution par le fait de penser et de discuter de ce qui est vrai pour eux.

Par exemple, quand j’écris un article très marqué niveau opinion comme 10 bonnes raisons de ne jamais trouver de travail, cela stimule énormément de réflexions et de discussions. Pour certaines personnes, les idées de cet article les aident à se motiver à lancer leur propre entreprise. Je suis conscient des dizaines de nouvelles entreprises qui ont été lancées en conséquence directe de la lecture directe de cet article par des gens. Mais la plupart des gens réagissent exactement à l’inverse. Cet article les fait réfléchir plus en profondeur à leur rôle d’employé et les avertit des pièges à éviter, pour qu’ils soient capables de faire des choix plus conscients s’ils choisissent de suivre la voie de l’employé à long terme. Dans tous les cas, cet article aide à stimuler le développement précisément parce qu’il expose des opinions aussi fortes, les gens ont donc tendance à y réfléchir et à réagir aux idées qui sont partagées.

Donc l’ironie ici est que cela peut être une expérience de développement très puissante pour adopter un point de vue spécifique et l’explorer en profondeur, mais vous ne voulez pas être attaché à un point de vue en particulier au point de passer à côté de supers opportunités de développement. Vous voulez utiliser ces points de vue forts comme un outil pour stimuler le développement et non comme une méthode de blocage de développement.

Blocage

Assez souvent, les gens succombent à de fausses croyances et à des jugements erronés pour les empêcher de faire face à leurs peurs.

Par exemple, si les gens peuvent avoir des jugements sévères à propos du divorce, même si ces jugements sont basés sur des informations fausses ou inexactes, cela leur permet d’exclure toute possibilité de divorce. Par conséquent, ils restent coincés dans un mariage qui n’est pas épanouissant. Rester coincé leur permet de s’empêcher de faire face à des peurs telles que : Si nous nous séparons, est-ce que je serai capable de le supporter ? Est-ce que je serai capable de m’en sortir financièrement ? Comment est-ce que mes amis et ma famille vont réagir ? Est-ce qu’un divorce va détruire les enfants ? Est-ce que je suis assez bon pour attirer un nouveau partenaire ? Est-ce que je peux voir mon partenaire actuel avec quelqu’un d’autre ? Et si il/elle trouve quelqu’un qui lui correspond mieux que moi, et que je reste seul(e) ?

Faire face à de tels défis consciemment peut être trop pour certaines personnes, donc sur le court terme il pourrait être plus facile de tout bloquer en vous accrochant à une fausse croyance comme le mariage est permanent.

Un signe révélateur d’un tel blocage est l’étroitesse d’esprit et la réticence à envisager des informations contradictoires. Ce qui est particulièrement habituel est de voir une réticence à accepter l’apprentissage par l’expérimentation directe.

Quand les gens sont en mode blocage, ils proposent et défendent souvent les arguments les plus ridicules qui hérissent les gens ayant davantage d’expérience.

Je vois ce genre de blocage arriver assez souvent dans des discussions à propos des relations dans nos forums. Quand les gens s’accrochent désespérément à une relation non-épanouissante, par peur de ne pas être capable de trouver mieux, ils attaquent fréquemment tout point de vue qui pourrait potentiellement leur présenter de grandes opportunités d’évolution. Leur réticence à affronter leurs peurs les empêche d’envisager sérieusement de nouvelles perspectives.

Le bon côté est que le blocage est souvent le prélude à un bond en avant. Les gens qui sont dans une phase de blocage ne sont pas nécessairement coincés à long terme. Généralement ils travaillent sur leurs peurs. La raison pour laquelle ils sautent sur de telles discussions au lieu de rester silencieux est qu’inconsciemment ils savent que d’autres personnes plus expérimentées vont réduire en miettes leurs arguments infondés et les pousser à affronter leurs peurs. Cela peut aider à créer des brèches dans la résistance de cette personne et leur blocage peut commencer à s’effondrer.

Certaines personnes en viennent finalement à réaliser qu’ils font un blocage, et cela les aide à ouvrir leur esprit et à s’analyser plus en profondeur. C’est quelque chose de difficile à faire, et j’ai énormément de respect pour les gens qui peuvent reconnaître leurs propres blocages et chercher des moyens de les contourner. D’un autre côté, j’ai aussi beaucoup de compassion pour les gens donc la résistance est bien plus forte : ils sont profondément effrayés de ce qu’ils pourraient trouver de l’autre côté.

Dépasser le blocage

D’après mon expérience, ayant vu beaucoup de gens traverser ce processus, et l’ayant également traversé de nombreuses fois, je peux au moins tourner la page et vous faire savoir à quoi vous attendre quand vous commencez à voir vos propres blocages.

Initialement, pour beaucoup, c’est une expérience qui apprend l’humilité, et après coup cela ouvre la porte à un développement considérable. Mais souvent ce développement se passe un peu différemment pour tout le monde.

Certaines personnes connaissent une rupture majeure au moment où leurs anciennes croyances succombent à de nouvelles vérités. Pendant un temps plus rien ne semble réel. C’est comme si toute leur réalité était brisée. Ils doivent vivre un jour à la fois pendant un moment pour gérer ce qui leur arrive. Si vous en êtes là, soyez sûr que c’est temporaire. Continuez simplement à respirer, et vous vous en sortirez.

D’autres personnes traversent ce processus bien plus graduellement et l’étendent sur plusieurs années au lieu de plusieurs semaines. Petit à petit, morceau par morceau, leurs anciennes croyances sont ébréchées et ils commencent à percevoir la réalité plus précisément qu’avant.

À la fin, l’attitude générale que je vois le plus souvent est de la gratitude. Les gens regardent en arrière et disent des choses comme « C’était difficile, mais cela en valait certainement la peine. »

Avez-vous des blocages ? Oui, nous le faisons tous. Si vous êtes conscient d’un ou plusieurs de vos blocages, alors vous avez une chance de les ébrécher. Si vous n’êtes pas conscient de vos blocages, cela signifie simplement que vous n’êtes pas encore prêt à travailler dessus. Quand vous vous sentez prêt, dites simplement à voix haute à l’univers « Montre-moi où je fais un blocage. » Dites-le en y croyant. Si votre désir est véritable, vous n’aurez pas à attendre longtemps pour qu’un de vos blocages se révèle.

Une suggestion que j’ai pour surmonter de tels blocages est de vous éduquer. Tournez-vous gentiment vers vos peurs en achetant un ou plusieurs livres sur le sujet. L’éducation est un puissant antidote contre la peur.

Une autre option est de parler à des gens qui ont déjà traversé ce que vous avez peur de devoir endurer. Ils peuvent partager avec vous un point de vue plus habilitant que ce que vous pensez possible.

J’étais bien moins réticent au divorce, par exemple, après avoir lu des livres sur le sujet et avoir parlé à des gens qui avaient déjà traversé un divorce. De la même manière, je me sentais bien plus à l’aise pour gérer ma propre entreprise après avoir lu des livres écrits par des entrepreneurs à succès.

Si lire tout un livre est un trop gros engagement, alors allez à la librairie du coin et lisez seulement un chapitre d’un livre. Ou lisez seulement pendant 20 minutes. Voyez si vous pouvez choisir une ou deux idées qui aideront à combler des trous dans vos connaissances.

Une fois que vous vous êtes éduqué, il est bien plus facile de rassembler le courage de commencer à procéder à de petites étapes d’action, et à partir de là vous pouvez créer un élan vers une plus grande transition.

Les jugements intelligents

Le jugement n’est pas une mauvaise chose en soi. Les jugements sont nécessaires pour prendre de bonnes décisions. Votre cerveau est câblé de sorte à faire des jugements automatiquement parce que votre survie en dépend. Chaque fois que vous décidez quoi manger ou non, vous prenez une décision basée sur un jugement.

En termes de développement personnel, il est important de chercher le bon équilibre entre flexibilité et rigidité dans vos jugements. Si vous êtes trop flexible, vous devenez insipide et vous ne pouvez pas prendre de décisions fortes. De telles personnes ne fonctionnent pas très bien. Elles se font balader à gauche et à droite par les courants de la vie. Les autres ne tiennent aucun compte d’eux. Ils ne peuvent pas créer ou maintenir un élan sérieux. Ils rebondissent d’une chose à une autre sans rythme ou raison, et leurs faibles résultats reflètent leur manque de self-control.

D’un autre côté, trop de rigidité peut être tout aussi problématique. Ces gens-là ont du mal à voir le tableau d’ensemble. Les fausses croyances les empêchent d’évoluer dans certains domaines, ce qui fait qu’ils restent perpétuellement coincés.

Comment pouvez-vous faire la différence entre de bons et de mauvais jugements ?

C’est peut-être la façon la plus simple de comprendre la différence. De bons jugements entraînent des prédictions exactes. De mauvais jugements entraînent des prédictions inexactes.

Par exemple, si j’écris un article à propos d’une chose que je vais faire, et que vous faites des prédictions quant à ce qui va arriver, quel est le niveau d’exactitude de vos prédictions ? Est-ce que les résultats que je rapporte coïncident avec vos attentes, ou est-ce qu’ils contredisent vos attentes ? Si vos attentes sont contredites, cela signifie que vous avez basé vos prédictions sur un ou plusieurs jugements erronés.

Une de mes façons préférées de mettre au défi les gens qui succombent clairement à des fausses croyances est de les pousser à partager quelques prédictions spécifiques basées sur leurs jugements. Je leur demande simplement de partager ce qu’ils pensent qu’il arrivera après, de préférence en public, comme en le postant sur nos forums. Pour ceux qui le font, ils s’expriment publiquement, et cela leur permet de voir s’ils avaient raison sur le long terme. Certaines de ces personnes font des prédictions erronées au point qu’elles en sont ridicules, et que n’importe quelle personne ayant de l’expérience trouverait risibles, mais cela ne semble pas les empêcher d’exprimer leurs opinions avec beaucoup de certitude.

Par exemple, quand je faisais mon essai de 30 jours de crudivorisme, il me semble me rappeler qu’une personne avait prédit quelque chose comme « Si tu as une alimentation 100% crue et végétalienne pendant 30 jours, tu vas souffrir de symptômes d’insuffisance en protéines. Tu ne tiendras pas 30 jours parce que sinon tu vas tomber malade et mourir. »

L’ignorance de cette personne à propos des bases de la nutrition l’a poussé à faire une prédiction totalement inexacte. Telle est la nature du faux savoir ; cela mène à des prédictions erronées.

Ce qui est encore plus ridicule, c’est quand les gens font des prédictions erronées à posteriori sur des évènements qui se sont déjà déroulés à l’inverse de leurs fausses suppositions. Par exemple, j’ai vu des gens prédire que si j’avais une alimentation végétalienne pendant 30 jours, j’allais mourir à cause de déficits nutritionnels… même si je suis déjà végétalien depuis 1997. 🙂

Évidemment ces cas sont extrêmes au point d’en être ridicules, mais je les partage parce que nous faisons tous ce genre de chose à divers niveaux. Si nous partagions nos prédictions et nos attentes publiquement plus souvent, cela nous aiderait à exposer davantage nos fausses croyances, nous donnant ainsi l’opportunité de les mettre à jour et de les remplacer par des points de vue plus exacts. Si nous n’arrivons pas à partager la moindre prédiction précise, alors l’ouverture d’esprit est une attitude plus sensée que l’étroitesse d’esprit et la rigidité. Si nous n’arrivons pas à faire de bonnes prédictions, nous ne pouvons pas prétendre avoir un quelconque niveau de certitude.

Si vous voulez savoir si vos jugements sont exacts, faites des précisions basées sur ces jugements, et voyez si les choses se passent comme vous vous y attendiez. Plus vos jugements sont précis, plus vos prédictions seront précises. Si vos prédictions s’avèrent largement inexactes, analysez vos jugements en profondeur pour voir où vous avez dérapé.

En affinant graduellement vos jugements, vous allez par conséquent faire des prédictions plus exactes. Et comme vous vous fiez naturellement à vos prédictions et à vos attentes pour prendre des décisions, vous serez meilleur pour prendre des décisions qui génèrent les résultats que vous désirez. Cela a des conséquences très pratiques. Cela signifie plus d’argent dans votre porte-monnaie, une meilleure santé et plus d’énergie, et des relations plus heureuses et épanouissantes.

Cela va prendre du temps et de la patience de calibrer efficacement vos jugements, de sorte que votre flexibilité ou votre fermeté soient appropriées à votre niveau de connaissances et aux situations que vous devez gérer. Heureusement, vos interactions avec ceux qui vous mettent au défi vont automatiquement vous aider à vous y arriver, si vous avez l’intention de continuer à évoluer et à apprendre. 🙂

Crédits photo : © Gstudio Group – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

Partagez
Tweetez