Surmonter les problèmes de confiance

Note : cet article est une traduction de l’article Overcoming Trust Issues de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Coeur moteurEst-ce que vous faites facilement confiance aux autres gens ? Ou est-ce que vous doutez des motivations des autres ?

Avez-vous assez confiance dans la vie pour pouvoir quitter un travail qui ne vous inspire pas dès que vous le reconnaissez comme tel, en sachant que la vie vous amènera quelque chose de mieux ? Ou est-ce que vous avez besoin de ralentir et de contrôler le processus, comme en essayant de mettre de l’argent de côté en faisant encore davantage ce travail que vous n’aimez pas ? Est-ce que vous payez le prix de votre manque de confiance dans la vie par la frustration ?

Est-ce que vous avez confiance dans le fait que si vous mettez fin à une relation qui ne vous convient pas, la vie vous amènera une relation meilleure et plus épanouissante ?

Si vous suivez votre cœur et sautez le pas, est-ce que vous avez confiance dans le fait que la vie vous soutiendra ?

Des leçons de confiance difficiles

Quand j’ai lancé mon entreprise de jeux vidéo à 20 ans et quelques, j’étais un type assez confiant. Je me sentais chanceux d’avoir trouvé un accord pour vendre un de mes jeux à un grand éditeur. Mon équipe a alors travaillé dessus pendant des mois, et notre éditeur a annulé l’accord unilatéralement et essayé de nous poursuivre sans la moindre raison valable. C’était principalement une tactique pour nous effrayer. J’ai pu les convaincre d’abandonner les poursuites, mais ils ont réduit notre projet à néant, et au final il ne m’est resté qu’un gros tas de dettes et aucun revenu.

J’ai découvert par la suite qu’ils n’avaient apparemment aucune intention de publier notre jeu. Ils voulaient simplement nous empêcher de travailler avec un autre éditeur parce qu’ils avaient un jeu concurrent qui serait sorti à peu près en même temps que le nôtre. Ce mauvais accord m’a porté un sérieux coup financier. Cela a été le principal problème qui a mené à ma faillite en 1999. J’avais à peine plus de 20 ans et j’étais beaucoup trop naïf pour réaliser à quel point certaines personnes pouvaient être malhonnêtes. Je me suis fait avoir dans les grandes largeurs. C’était une des périodes les plus stressantes de ma vie.

Le PDG de cette même entreprise a dû plus tard payer personnellement des dizaines de millions de dollars d’amende à l’autorité des marchés financiers pour fraude comptable. Certains autres membres du bureau directeur ont également dû payer une amende. Apparemment ils gonflaient artificiellement leurs résultats pour booster la valeur de leurs actions, flouant ainsi également leurs actionnaires. L’ancien PDG est parti, mais cette entreprise continue à produire et à vendre des millions d’exemplaires de leurs jeux aujourd’hui, la plupart étant très violents.

Après cela je me suis engagé dans un autre accord problématique avec un autre éditeur. Leur PDG était en fait un type très sympa et semblait honnête, mais l’entreprise ne s’en sortait simplement pas très bien. Au final ils ont dû annuler notre projet après que nous y ayons travaillé ensemble pendant près d’un an parce qu’ils étaient à court d’argent. Ils se sont rapidement fait racheter par un concurrent pour un prix dérisoire.

J’ai eu beaucoup de mal à faire confiance aux gens dans cette branche après cela – confiance en leurs intentions et en leur capacité à y donner suite.

D’un autre côté, je peux dire que c’était une bonne chose parce que cela m’a mené à un modèle de ventes directes. Au lieu de travailler avec des éditeurs, j’ai commencé à vendre mes jeux en direct par internet, et cela a très bien fonctionné. En moins d’un an j’ai réussi à retourner les choses et je me suis mis à éditer à mon tour les jeux d’autres développeurs, et j’ai finalement produit près d’une vingtaine de jeux avant de changer de carrière et de passer au développement personnel.

Avez-vous confiance en la vie ?

Aujourd’hui je peux avoir de nouveau confiance en les autres et attirer des gens de confiance dans ma vie. Je ne me sens plus aussi désabusé qu’avant.

Ce qui m’a le plus aidé a été de voir la confiance différemment. J’ai commencé à me demander si je pouvais ou non avoir confiance en la vie elle-même. Est-ce que je faisais confiance à l’univers ? Est-ce que la réalité dans laquelle je vis est sûre, ou est-ce que c’est un endroit où je dois me protéger ?

Finalement j’ai réalisé que ma relation avec la vie n’existe que dans mon esprit. Donc je peux la changer.

Il en va de même pour mes relations avec les autres. Elles existent seulement dans mes pensées et mes sensations. Ce sont des constructions mentales et émotionnelles.

Alors j’ai réalisé que j’avais deux options. Je pouvais faire confiance à la vie. Ou je pouvais ne pas lui faire confiance. J’ai exploré mentalement les deux possibilités et je me suis demandé quel genre de vie engendrerait chaque possibilité. Comment est-ce que je vivrais si j’avais confiance dans la vie ? Comment est-ce que je vivrais si je ne lui faisais pas confiance ? Je vous encourage à envisager les deux options attentivement, comme en tenant un journal personnel sur le sujet, et à voir où cela vous mène. Je pense que vous trouverez que c’est un exercice qui ouvre vraiment les yeux.

J’en ai finalement conclu que faire confiance à la vie était la meilleure option. Je pourrais me faire avoir à court terme à l’occasion, mais si j’ai vraiment confiance en la vie, alors je lui laisserais toujours le bénéfice du doute. Cela me pousserait à réenvisager toutes les expériences apparemment négatives pour y voir des leçons de vie. Je pardonnerais, j’en tirerais les leçons, et je passerais à la suite.

Je pouvais aussi prédire que cet état d’esprit finirait par attirer de supers relations avec des gens réellement fiables. Si je suis du genre à faire confiance et que je rencontre une autre personne comme ça, nous allons nous connecter très profondément car notre relation sera globalement exempte de toute suspicion et de toute protection. L’opportunité de profiter de relations profondes, intimes et franches semblait un peu intense mais aussi très attirante.

D’un autre côté, si je choisissais de ne pas faire confiance à la vie, je ferais toujours preuve de méfiance. Je traverserais la vie avec un blindage et la sensation que je dois toujours me protéger. Je serais probablement souvent seul, même en la compagnie des autres. Je me refuserais les formes d’intimité les plus profondes car cela me rendrait trop vulnérable. Qui voudrait avoir une relation avec un mec qui est toujours méfiant et qui se protège ?

Il m’est déjà arrivé de me lier à des femmes comme ça, mais on ne peut pas dire que j’aime vraiment ça. C’est comme si elles essayaient de me forcer à correspondre à leurs attentes, d’autant qu’elles s’attendent à être trahies ou trompées au final. Quand je me sors de leurs manœuvres d’appâtage et que j’essaye de leur faire prendre conscience de leurs suspicions erronées, elles finissent confuses et embarrassées et battent en retraite dans leur coquille. Essayer de se connecter à elles devient une corvée tant qu’elles restent profondément ancrées dans leur manque de confiance envers la vie. Quasiment toutes les relations qu’elles vivent avec cet état d’esprit sont des sources soit de plus de trahison soit de plus de confusion et d’embarras quand elles repoussent quelqu’un qui veut réellement se lier à elles.

Alors quel était le genre de vie que je voulais vivre ? Comment suis-je censé profiter de relations vraiment profondes si je repousse toujours les gens par méfiance et par des préjugés qui pourraient s’avérer ou non exacts ? Est-ce que souffrir un peu de temps en temps est vraiment si terrible ?

Dans l’ensemble, j’ai eu la sensation qu’avoir confiance était la meilleure option parce que cela mènerait quasi certainement à une vie plus intéressante, plus engagée et plus épanouissante. Je pourrais devoir gérer quelques rejets et trahisons de temps à autres, mais si je gardais une attitude de confiance, je finirais par me lier à des gens merveilleux et sur la même longueur d’ondes que moi avec qui je pourrais vivre des choses profondes et épanouissantes. L’autre voie me semblait sombre, triste et déconnectée. J’ai fait mon choix.

Réévaluer la douleur

Une fois que j’ai décidé qu’il était mieux d’avoir confiance en la vie, j’ai accepté par avance tout ce que la vie enverrait sur ma route.

J’ai exprimé cette confiance à un niveau principalement spirituel. Toutes nos expériences physiques sont temporaires. Je vais finir par tout perdre dans ce monde physique. Donc mon but en faisant confiance à la vie n’est pas d’avoir confiance dans le fait que je vais pouvoir y gagner de la richesse matérielle, de supers amis ou une carrière incroyable et les garder pour toujours. En fait, je peux avoir confiance dans le fait que toutes ces choses font finir par disparaître. Donc j’ai accepté l’inéluctabilité de la perte.

Avoir confiance dans la vie à un niveau spirituel signifie que je crois qu’il y a un but supérieur à mon existence, même si je ne comprends pas ce que c’est. J’ai confiance dans le fait que la vie m’aide à apprendre, à évoluer, et à vivre des expériences qui ont du sens. J’ai confiance dans le fait que la vie est absolument, positivement, de mon côté. Je crois que la vie ne me trahira jamais.

Ce niveau de confiance transforme tout le reste. Je pourrais me planter à nouveau professionnellement. Je pourrais perdre de l’argent. Je pourrais avoir des problèmes physiques ou de santé. Je n’ai pas la sensation que je peux contrôler tous ces facteurs. Mais avec le niveau de confiance que j’ai maintenant, je n’ai pas besoin de les contrôler.

J’ai confiance dans le fait que, quand des épreuves compliquées entrent dans ma vie, ils ont une raison d’apparaître. La vie m’enseigne de nouvelles leçons. Elle m’apprend comment suivre le courant, comment apprendre, évoluer, et aimer. Elle m’apprend à être moins attaché aux résultats et à vivre davantage le moment présent. Elle m’aide à rester sur cette voie avec tout mon cœur. J’aime qu’elle fasse cela pour moi. Et j’ai confiance dans le fait qu’elle continuera à le faire.

Je sens que je suis bien aligné avec le courant de la vie. Je sens que tout l’univers me soutient. Je sens que je vis dans un monde d’amour et de soutien.

Mais je sens aussi que la vie continue de me mettre à l’épreuve. Elle me provoquera. Elle exposera mes plus grandes faiblesses. Elle ne me laissera pas me reposer ou accoster trop longtemps. Elle va continuer à me bousculer pour m’aider à évoluer.

Plus j’accepte ce courant, plus la vie semble me récompenser. Elle m’inonde de connexions aimantes, de belles expériences, et de beaux souvenirs. Mais elle m’apporte aussi beaucoup de grandes leçons.

Vous voyez, mes premiers revers professionnels n’avaient en fait pas grand-chose à voir avec le fait d’avoir accordé ma confiance aux mauvaises personnes. Le problème était plutôt que je n’avais pas totalement confiance en la vie. Je courais après l’argent et le succès au lieu de suivre un chemin avec mon cœur. Je m’appuyais sur les conseils créatifs des autres au lieu de croire en ma propre créativité. Je pouvais dire que j’attirais les mauvais partenaires professionnels, mais j’ai en fait attiré les meilleurs partenaires possibles pour m’apprendre les leçons (très difficiles) que je devais apprendre. La douleur de ces leçons est surtout venue de ma propre résistance bornée. J’étais la source de ces problèmes de confiance depuis le début. La vie me les a simplement renvoyés.

Choisir d’avoir confiance

Pour surmonter vos problèmes de confiance avec les gens, analysez votre relation avec la vie elle-même.

Avez-vous confiance en la vie ? Avez-vous la sensation que vous êtes dans un endroit sûr ? Croyez-vous que vous êtes là pour une bonne raison ? Avez-vous la sensation que la vie vous guide à travers les épreuves pour vous aider à évoluer ? Avez-vous la sensation que la vie vous récompense quand vous lui faites confiance ?

Ou n’avez-vous que peu confiance en la vie ? Vous accrochez-vous à votre zone de confort, boucliers levés, en refusant les épreuves qui sont juste en face de vous ?

Faire confiance à la vie est un choix, et en plus c’est un choix créatif. Votre choix crée votre réalité. Si vous choisissez d’avoir confiance en la vie de la façon la plus entière qui soit, vous finirez par réévaluer chaque expérience de vie pour qu’elle vienne renforcer cette confiance. Vos revers les plus pénibles vont devenir des leçons d’évolution. Trouver votre voie avec votre cœur va devenir systématique, pas optionnel. Votre décision de faire confiance à la vie va créer la réalité qui y correspond. Par expérience je peux vous dire que c’est une superbe réalité dans laquelle vivre.

Crédits photo : © Siarhei Tolak – Fotolia

Un commentaire

  • Guillaume Biduaya dit :

    La confiance est une loi universelle du bien être, du bonheur, de la réussite, du succès; donc de tout ce qu’il y a de mieux.
    Avoir confiance en soi, en ses semblables, à la vie, à l’ univers, à Dieu est la superbe de réalisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *