Soyez proactif

Note : cet article est une traduction de l’article Be Proactive de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Action Word on Red Round Button Be Proactive« Être proactif » est l’habitude numéro 1 dans le livre Les 7 habitudes des gens les plus efficaces de Steve Covey. Être proactif signifie prendre le contrôle de votre vie de façon consciente, de fixer des objectifs et de travailler pour les atteindre. Plutôt que de réagir aux évènements et d’atteindre les opportunités, vous sortez ou vous créez vous-même vos propres évènements et vos propres opportunités.

Être proactif signifie que plutôt que de ne faire que réagir aux évènements quand ils surviennent, vous façonnez consciemment vos propres évènements.

Beaucoup de gens pensent réactivement. Et réagir à certains évènements est une bonne chose. Mais cela devient un problème quand c’est tout ce qu’une personne sait faire dans sa vie ─ rien de plus que de réagir instinctivement à des stimuli.

Steve Covey souligne qu’il y a un fossé entre le stimulus et la réponse, et que c’est dans ce fossé que repose notre potentiel à choisir notre réponse. Quatre caractéristiques spécialement humaines nous donnent ce pouvoir :

  1. Connaissance de soi ─ la compréhension que vous avez un choix réel entre stimulus et réponse. Si quelqu’un vous insulte, vous pouvez choisir de ne pas vous énerver. Si on vous offre un donut, vous pouvez choisir de ne pas le manger.
  2. Conscience ─ la capacité à consulter notre boussole intérieure pour décider ce qui est bon pour nous. Vous pouvez prendre des décisions basées sur des principes inchangés, indépendamment de ce qui est le mieux vu socialement sur le moment.
  3. Imagination créative ─ la capacité à visualiser par les réponses alternatives. En utilisant votre imagination, vous pouvez générez et évaluer mentalement différentes options.
  4. Volonté indépendante─ Vous avez la liberté de choisir votre propre réponse unique. Vous n’êtes pas obligé de vous conformer à ce que les autres attendent de vous.

Un manque de proactivité peut souvent être souligné comme une faiblesse dans une de ces quatre caractéristiques humaines. Peut-être que vous passez trop de temps dans un état de faible conscience et que vous n’atteignez jamais le niveau d’éveil nécessaire pour prendre des décisions proactives dans votre vie. Peut-être que votre conscience s’est embourbée dans le conditionnement sociétal, et que du coup vous n’êtes même pas sûr de ce que vous attendez de la vie ; quand quelque chose ne vous convient pas totalement, vous regardez les autres pour décider comment vous devriez vous comporter. Peut-être que vous ne prenez pas le temps de visualiser les alternatives. Ou peut-être que votre volonté indépendante est restreinte par la pression de se conformer aux attentes des autres.

On peut argumenter à un certain niveau sur le fait que nous réagissons toujours à des évènements, qu’ils soient externes ou internes. La différence est proactivité et réactivité peut être définie en réfléchissant au degré de « processus mental » qui est nécessaire pendant ce fossé entre stimulus et réponse. Une personne proactive appliquera les quatre caractéristiques humaines pour choisir une réponse (ou de choisir de ne pas répondre du tout). Mais même au-delà de ça, une personne proactive investira du temps pour faire des choix de vie consciencieux et les appliquera.

Les gens réactifs ont tendance à être distants de leurs valeurs fondamentales. Plutôt que de mener leur vie en se basant sur des principes fondamentaux inchangés, ils puisent dans les valeurs temporaires des gens qui les entourent. Si aucune opportunité spéciale ne se dresse sur leur chemin, ils resteront dans le même emploi année après année aussi longtemps qu’ils sont semi-satisfaits. Si la plupart de leurs amis font du sport, ils en feront certainement aussi ; sinon, ils n’en feront pas. Ils suivent le mouvement et les circonstances qui les entourent, mais ils ne dirigent pas ce mouvement. Leurs vies sont largement hors de leur contrôle direct et conscient ; ils ne tendent qu’à exercer leurs caractéristiques humaines quand ils y sont vraiment contraints, comme par exemple s’ils se font licencier de façon inattendue (ou même alors ils ne les exercent qu’à un degré minimal). Mais quand les choses vont plutôt bien, leur vie est sur pilote automatique la majeure partie du temps.

Les gens proactifs, d’un autre côté, sont conscients de leurs valeurs fondamentales. Ils prennent consciemment des décisions basées sur ces valeurs. Ils créent leurs propres opportunités et dirigent le mouvement de leurs propres vies. Même quand les choses vont plutôt bien, ils prennent toujours des choix conscients. Parfois cela signifie maintenir un statu quo, tandis que d’autres fois cela signifie changer de direction. Parfois leurs valeurs s’aligneront bien avec ce qui est populaire socialement ; d’autres fois non. Les gens proactifs vont agir d’une façon qui pourra sembler mystérieuse aux gens réactifs. Ils peuvent soudainement quitter leur emploi pour lancer leur propre affaire, même si tout paraissait aller bien pour eux. Ils lanceront souvent de nouveaux projets ou activités « de but en blanc » alors qu’il ne semble y avoir aucune raison extérieure qui puisse motiver ce choix. Une personne proactive fera toujours attention aux évènements extérieurs, mais pilotera elle-même vers la destination qu’elle a choisie sans se soucier de ces évènements.

Si une personne réactive était capitaine d’un bateau, le bateau suivrait les courants. Cette personne serait préoccupée par l’étude des courants, essayant de prédire où finira le bateau en fonction des courants. Si les courants sont bons, cette personne est heureuse. Si les courants sont mauvais, cette personne se sentira stressée. Par moments cette personne tentera de fixer une destination, et si les courants sont bons, elle y parviendra. Mais si les courants sont mauvais, cette personne déplorera les courants et abandonnera sa destination pour une plus simple.

Si une personne proactive était capitaine d’un bateau, cependant, le bateau irait là où le capitaine voudrait qu’il aille. Ce capitaine serait toujours conscient des courants, mais il s’en servirait simplement à des fins de navigation. Parfois le bateau suivrait les courants ; d’autres fois il les affronterait. Il lui importe peu que les courants soient bons ou pas ; ce capitaine atteindra la destination prévue quels que soient les courants. Les courants ne peuvent qu’influer sur le temps qu’il mettra à y arriver et sur le chemin exact qu’il devra emprunter de son point de départ à sa destination finale. Mais les courants n’ont pas le pouvoir de lui dicter sa destination finale ; elle dépend entièrement du choix du capitaine.

Quelques exemples de langage réactif [proactif] :

  • Dans quel sens va l’industrie ? [Où dois-je aller ensuite, et comment y arriver ?]
  • Je n’ai pas le temps de faire du sport. [Comment puis-je prendre le temps de faire de sport ?]
  • Combien d’argent puis-je espérer gagner si je fais X ? [Combien d’argent ai-je envie de gagner, et que faire pour le gagner ?]
  • Je vais essayer ça et voir ce que ça donne. [Je vais faire ça.]
  • Je suis trop fatigué. [Que puis-je faire pour accroître mon énergie ?]
  • Je n’ai jamais été vraiment bon en maths. [Comment est-ce que je peux m’améliorer en maths et y prendre plaisir ?]
  • Rien ne m’inspire vraiment. [Qu’est-ce que j’entreprendrais si je savais que je ne pourrais pas échouer ?]
  • Quel est le sens de la vie ? [Quel est le sens que je voudrais donner à ma vie ?]

Prendre le pouls des autres est une préoccupation importante pour les gens réactifs. Ils veulent habituellement avoir un emploi « stable » dans une « bonne » filière, et ils se sentent à la merci des fluctuations du marché. Si ils se lancent dans la création d’une entreprise, c’est parce qu’ils savent que beaucoup d’autres le font déjà, et qu’ils veulent faire partie du lot. Ils veulent savoir quels produits et services marchent plutôt bien, pour pouvoir faire pareil. S’ils échouent, c’est parce que l’industrie ne se porte pas bien, ou qu’il y a trop de concurrence, ou à cause d’un facteur-chance extérieur à ce qu’on a pu citer.

Pensez-vous que tout ce qui arrive « en dehors » va déterminer le succès que vous pourriez avoir dans vos tentatives ? Pas si vous êtes proactif. Si vous êtes proactif, les évènements extérieurs ne peuvent qu’affecter votre temps de parcours et le chemin à parcourir pour atteindre votre but. Mais ils ne peuvent pas vous dicter votre objectif. Les gens proactifs sont quand même heurtés par les courants par moments, mais ils ne font que réajuster leur course pour continuer à viser leur objectif, objectif qu’ils ne pourront atteindre au final qu’au prix de leurs efforts personnels.

Bien sûr, tout le monde est un mélange de proactivité et de réactivité. Des exemples purs de ces deux extrêmes sont rares. Vous pourriez trouver que vous êtes extrêmement proactif dans un domaine, mais que vous laissez inconsciemment les autres aspects de votre vie en pilote automatique. Donc prenez le temps d’utiliser vos caractéristiques humaines de connaissance de vous-même, de conscience, d’imagination créative, et de volonté indépendante pour faire la lumière sur ces domaines négligés de votre vie et choisir consciemment de faire bouger les choses. Si vous n’aimez pas là où les courants vous emmènent, alors changez votre course. N’attendez pas qu’une opportunité se présente ; façonnez la vôtre. Les gens réactifs dans votre vie vont souvent piquer une crise quand vous faites ça, donc laissez-les faire, et exercez votre sens de volonté indépendante. Même quand tout le monde autour de vous semble être réactif, vous pouvez quand même être proactif. À la base vous vous sentirez un peu comme si vous nagiez contre le courant, mais si les courants dans votre vie mènent dans la mauvaise direction, c’est une bonne chose de toute façon.

Bien que « suivre le courant » soit souvent considéré comme un conseil sage, le niveau de sagesse dans ce conseil dépend de là où va le courant. Par exemple : aux USA suivre le courant de l’état de santé actuel signifie être en surpoids ou obèse, vivre une vie sédentaire et sans exercice, puis mourir d’une attaque cardiaque ou d’un cancer. Suivre le courant financièrement signifie sombrer graduellement dans l’endettement et mourir ruiné. Suivre le courant en termes de mariage signifie divorcer (d’après des études poussées, 67% des Américains qui étaient mariés en 1990 peuvent s’attendent au final à divorcer). Suivre le courant des pratiques éducationnelles signifie ne plus jamais lire de livre de non-fiction après avoir fini ses études. Suivre le courant des pratiques environnementales signifie… croyez-moi, vous ne voulez même pas le savoir.

Si vous souhaitez vivre une vie extraordinaire, vous devrez souvent aller contre le courant que tout le monde semble suivre. Vous pouvez choisir de ne pas être un des « millions de consommateurs satisfaits ». D’une certaine façon, vous en venez à être guidé par le courant de votre connaissance de vous-même et de votre conscience. Vous vous branchez sur votre courant intérieur plutôt que de vous laisser emporter par le courant des stimuli extérieurs. Évidemment, vous pourriez gagner à la loterie ou toucher un gros héritage, mais vous avez plus de chances de ne pas nager dans l’argent… ou la santé… ou le sentiment de complétion. Vous devez choisir consciemment ces choses puis les poursuivre avec les actions nécessaires.

Où vous mène le courant de votre vie ? Si vous continuez à suivre les courants de votre vie tels qu’ils sont aujourd’hui, où finirez-vous ? Et que ne vivrez-vous jamais parce que ces courants ne s’arrêtent pas à certaines destinations ? Comment pouvez-vous exercer votre proactivité et vos caractéristiques humaines pour diriger le cours de votre vie (sans tenir compte des courants), de sorte que vous créez intentionnellement le genre de vie que vous voulez au lieu de simplement vous laisser porter ?

La proactivité a de nombreux noms. Tony Robbins y fait référence en tant que l’utilisation de votre Pouvoir Personnel. Brian Tracy dit que « ceux qui ne se fixent pas d’objectifs personnellement sont pour toujours condamnés à travailler pour atteindre les objectifs d’autres personnes. » Denis Waitley juxtapose le fait que les gagnants provoquent les choses et que les perdants subissent les choses. Le docteur Wayne Dyer fait référence aux proactifs comme à des gens sans limites. Roger Dawson les appelle les réalisateurs. Barbara Marx Hubbard les définit comme des co-créateurs. David Allen utilise les termes prêts pour tout et un esprit comme de l’eau. Les termes exacts sont sans importance. Ce qui importe c’est de prendre la décision de commencer consciemment à diriger votre vie plutôt que de vous laisser porter par des courants extérieurs.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

etre proactifproactifproactivitécomment etre proactifexemple de proactif
297 Partages

Un commentaire

  • Faucheuse dit :

    J’ai parcouru l’article pendant une pause au boulot, je me vois sous un jour nouveau. Malheuresement je suis le genre de personne qui pense ca a chaque article sur le developpement personnel puis rien ne change. Mais en ce moment, ce changement de réactif à proactif j’en ai (vraiment vraiment vraiment) besoin … ou bien c’est ce que je pense par ce que la majorité des gens autour de moi depuis que j’ai demenager à Paris sont proactifs …
    Je vais regarder le reste du site, mais au cas où je pose la question maintenant, comment passer de réactif à proactif ?
    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *