Une méthode scientifique pour explorer la conscience

Note : cet article est une traduction de l’article A Scientific Method for Exploring Consciousness de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Explorer la conscienceÀ quel niveau est-il possible que nous cherchions et découvrions la « vérité » en explorant la conscience elle-même ? À quel point peut-on connaître notre réalité intérieure ?

Bien sûr nous avons la méthode scientifique. Observer. Émettre des hypothèses. Tester. Tirer des conclusions. Faire une bonne utilisation des résultats. Et évidemment l’application répétée de la méthode scientifique a amené des découvertes remarquables dans le monde.

Mais malheureusement nous ne pouvons pas simplement appliquer la méthode scientifique pour nous aider à comprendre la conscience elle-même. Pourquoi pas ? Parce que la méthode scientifique présuppose un observateur indépendant, et nous n’avons pas ce privilège quand nous étudions notre propre conscience. Vous ne pouvez pas observer indépendamment votre conscience sans l’affecter. Nous ne pouvons séparer le sujet de l’objet dans nos expériences sur la conscience. Nous jouons simultanément le rôle d’observateur et d’observé.

Par « conscience » je fais référence à votre sens de l’éveil. Votre conscience est à l’origine de vos pensées. Nous pouvons utiliser des outils externes pour mesurer notre activité cérébrale, et nous pouvons nous droguer pour altérer notre état de conscience. Mais nous n’avons aucun moyen extérieur de mesurer la conscience du point de vue de la conscience elle-même. Je peux faire l’expérience de ma propre conscience mais seulement de la mienne et pas celle de quelqu’un d’autre. Je ne peux pas observer ou tester votre conscience comme vous la vivez personnellement.

Et pourtant malgré ces problèmes, nous ne sommes pas totalement démunis. Nous avons bien quelque capacité à observer notre conscience. Nous pouvons devenir conscient de nos propres pensées et croyances.

Mais comment pouvons-nous étudier ces expériences subjectives avec un quelconque degré d’intelligence ? La méthode scientifique nous laisse seulement étudier la périphérie de notre conscience mais pas son intérieur en ébullition. Donc si nous ne pouvons pas utiliser la méthode scientifique, alors quelles alternatives intelligentes nous sont disponibles ?

Je n’ai pas une réponse idéale à cette question. Même si nous ne pouvons pas globalement appliquer la méthode scientifique, nous pouvons faire de notre mieux pour appliquer une version individualisée et subjective de la méthode scientifique, dans laquelle nous expérimentons sur nous-mêmes et jouons à la fois les rôles d’observateur et d’observé. C’est trop désordonné et imprécis pour qu’on en soit certain, mais je pense que c’est mieux que rien. Cela fournit des données utiles, même si interpréter ces données peut être comme démêler une toile d’araignée.

Une des meilleures méthodes que j’ai trouvées est probablement de modifier mes croyances d’une certaine manière, de percevoir la réalité au sein de ce nouveau système de croyances, et de prendre beaucoup de notes quant à mes perceptions et mes pensées, en particulier celles qui semblent avoir changé. Puis quand je change à nouveau mes croyances, je peux revoir ces notes et donc mes propres souvenirs, avec un autre point de vue. Et je peux le faire de nombreuses fois tout en continuant à changer mes croyances. Là encore, c’est désordonné et imprécis parce que mes notes et souvenirs ne sont pas un enregistrement parfaitement précis de ma conscience, mais pour l’instant ce sont les meilleurs outils que j’aie à ma disposition. Cette méthode me permet d’examiner les changements de ma conscience comme un observateur semi-indépendant parce que je peux tirer profit de la perspective temporelle. Je peux réexaminer l’impression de ces expériences après qu’elles aient eu lieu, comme un paléontologue examine des fossiles.

Rassembler mes notes et mes souvenirs me permet de recharger partiellement un contexte précédent dans ma conscience. C’est comme prendre un logiciel du disque dur de votre ordinateur et le charger dans sa Mémoire Vive, là où le processeur peut alors le faire tourner. Avec un peu de pratique je suis maintenant devenu plutôt bon pour diviser ma conscience en quelque chose ressemblant à un processeur multi-tâches. Donc je suis simultanément en train de faire tourner une expérience précédente et de l’observer d’un autre point de vue.

Vous avez la capacité de le faire aussi, bien que vous n’ayez probablement pas essayé de beaucoup le développer. Êtes-vous familier avec le concept de recul ? Le recul est quand vous vous rappelez une expérience passée d’un nouveau point de vue. Donc vous jouez le rôle de l’observateur (votre point de vue actuel) tout en chargeant simultanément celui de l’observé (vos souvenirs). Ainsi vous vous souvenez les choses que vous faisiez adolescent et pensez « C’était vraiment stupide. » Lecteurs adolescents, prenez-en note s’il vous plait. Mais au lieu de simplement revivre le souvenir et de s’y associer, vous restez dissocié et l’observez avec la distance due au temps.

Le recul ne vous fournit qu’un point de vue, cependant, et c’est un peu trop limitatif pour nos buts. Quand vous utilisez le recul, vous voyez seulement le passé d’un point d’observation dans le présent. Mais avez-vous déjà essayé d’utiliser le recul à l’inverse ? Je vous encourage à l’essayer si vous pouvez gérer la gymnastique mentale. Dans ce cas vous devez revenir au souvenir passé et vous y associez totalement. Voyez-le par vos propres yeux – soyez réellement là. Utilisez votre imagination pour le faire sentir le plus réel possible. Écoutez les sons. Sentez les odeurs. Ayez les mêmes pensées qu’à ce moment-là. Pendant un moment permettez-vous simplement de devenir cette personne. Rechargez votre moi passé dans votre conscience.

Maintenant, pendant que vous maintenez cette perspective passée, chargez votre réalité présente comme si c’était un souvenir. Restez dissocié, et voyez votre présent d’une perspective à la troisième personne. Cela pourrait aider à imaginer votre moi présent sur un écran de cinéma, avec le vrai vous (qui dans ce cas est votre vous passé) assis dans la salle en train de regarder le film. Vous voyez donc votre moi présent sur l’écran avec le point de vue de votre moi passé assis dans le cinéma. Je pense que vous trouverez ce recul inversé être une expérience vraiment fascinante et illuminatrice. Par exemple, vous pouvez l’utiliser pour imaginer ce que votre moi adolescent penserait de vous aujourd’hui. Essayez !

Vous pouvez aussi utiliser cette méthode avec deux anciens souvenirs ou deux futurs souvenirs imaginés ou un de chaque, etc. En passant mentalement à différents points de vue et en jouant à la fois les rôles de l’observateur et de l’observé, puis en prenant des notes sur ce que vous découvrez (comme ça vous pouvez les revoir plus tard avec encore davantage de perspectives), vous finirez par créer un journal de bord pseudo-scientifique à utiliser pour explorer votre propre conscience.

Via ce processus j’ai été capable de découvrir comment je me sentais vis-à-vis de l’athéisme du point de vue d’un catholique, d’un bouddhiste, d’un agnostique, d’un autre athée, et ainsi de suite. Cela m’a aidé à isoler un certain degré de « vérité » qui semblait indépendant de mon point de vue. Par exemple, peu importe quel système de croyances j’avais, il était important pour moi de me sentir bien. Un système de croyances qui me gardait dans un état de peur pouvait sembler normal vu de l’intérieur, mais il semblait invariablement hideux vu de l’extérieur. Je sentais que je pourrais faire de meilleurs choix une fois que je pourrais examiner différentes croyances et leurs conséquences à la fois d’un point de vue extérieur et intérieur.

Vous pouvez aussi utiliser cette méthode pour vous aider à prendre des décisions concernant votre futur. Par exemple, supposez que vous essayez de choisir une carrière pour vous, et vous n’êtes pas sûr de laquelle semble la meilleure. C’est très commun parmi les gens qui ont la vingtaine. Disons que vous ne pouvez pas vous décider entre la médecine (pour devenir docteur) ou le droit (pour devenir le diable). Je plaisante ! 😀

Donc vous pourriez imaginer ce que c’est que d’être docteur puis imaginer ce que c’est que d’être avocat. Mais il y a des chances que vous imaginiez les deux de votre point de vue actuel, et cela pourrait ne pas fournir les informations nécessaires pour vous aider à prendre cette décision. Je vous recommanderais de commencer par le faire, mais ensuite faites aussi ceci : imaginez que vous êtes docteur, et investissez-vous totalement dans ce rôle, et ce faisant, imaginez-vous en docteur qui pense au fait d’être avocat, et notez ce que cela vous fait ressentir. Utilisez la technique de l’écran de cinéma que j’ai mentionné plus tôt. Puis faites l’inverse. Imaginez-vous en tant qu’avocat pensant au fait d’être docteur. Ce n’est pas vu avec recul ou avec anticipation, donc je pense que ça doit être une vue de côté. Mais je pense que vous trouverez ça utile dans des situations où vous devez choisir entre des alternatives qui vous plaisent (ou vous déplaisent) tout autant. Vous pourriez trouver que les informations supplémentaires sont exactement ce que vous avez besoin pour atteindre la clarté. Si vous devenez docteur, regretterez-vous de ne jamais devenir avocat ? Et qu’en est-il du scénario inverse ?

Ce processus m’a aidé à procéder à un changement de carrière majeur l’an dernier. Écrire et parler de développement personnel était la seule carrière qui avait un sens de tous les points de vue. Et cela paraissait particulièrement bon d’un point de vue intérieur. C’était la seule carrière qui ne me ferait pas penser, « Peut-être que je devrais faire autre chose. » Et c’est exactement ce à quoi je suis arrivé.

Heureusement c’est suffisant pour vous donner un aperçu de ma méthode pseudo-scientifique pour explorer la conscience – ou du moins les systèmes de croyance, ce qui fait partie de la conscience. C’est toujours un peu fantaisiste à partir de ce point, mais bon je le suis aussi. 😀

Cette méthode devrait au moins vous donner un moyen de commencer à explorer vos propres croyances avec un certain niveau de capacité d’observation, d’hypothèse, et de test sans trop vous perdre dans les replis de vos propres pensées. Et si vous avez peur d’essayer, bien, votre manque de courage est un bon endroit où commencer à expérimenter du coup, non ?

Donc allez faire un tour dans votre conscience, et faites-moi savoir si vous découvrez quoi que ce soit d’intéressant. 😉

 

Crédits photo : agsandrew

Un commentaire

  • Albiana dit :

    J’aime beaucoup cet article qui fait référence aux outils de PNL. Je suis admirative devant ta conscience et ta clarté d’esprit et ton expression.

    Je te remercie d’ être !!!!
    Albiana

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *