Deux chemins de réussite pour les petites entreprises

les chemins de réussiteEn tant qu’entrepreneur, j’ai réalisé qu’il y avait essentiellement deux chemins de réussite qui me mèneraient à un certain niveau de succès en affaires.

La voie No1 était de devenir excellent en marketing et en vente. Si je pouvais devenir un expert pour ce qui est de persuader les gens d’acheter, je pourrais gagner beaucoup d’argent de cette manière. Cette voie impliquerait des éléments comme la rédaction, les taux de conversion et le référencement. Je ne créerai peut-être pas beaucoup de produits, mais je n’aurais peut-être besoin que d’un petit nombre, et je pourrais alors apprendre à les commercialiser et à les vendre à bon prix. Beaucoup de commerçants du web utilisent cette stratégie. Parfois, leur produit est assez commun, de qualité moyenne ou même faux, mais ils savent comment le vendre, encore et encore.

La voie #2 consistait à devenir très doué dans la création. Si je pouvais devenir un prolifique créateur de valeur, je pourrais me permettre d’être très généreux. Je pourrais gratuitement donner de très grandes quantités de contenu et laisser le bouche-à-oreille faire le reste. Cela créerait aussi de très bonnes relations avec ma clientèle. Mon objectif serait de soutenir les autres plutôt que de leur vendre mes services. Si j’excellais dans ce domaine, je n’aurais pas besoin de beaucoup vendre. Je pourrais attirer une clientèle considérable, et il me suffirait de faire de petites ventes çà et là. Même un taux de conversion vraiment médiocre pourrait encore produire suffisamment de revenus pour couvrir mes dépenses, de sorte que je puisse me permettre d’être très sélectif, et de ne vendre que si j’en ai envie. Je n’aurais pas à pousser les gens à acheter.

Bien sûr, il est possible de faire les deux simultanément, et beaucoup de grandes entreprises le font d’ailleurs, mais j’ai le sentiment que je m’en sortirais mieux si je me concentrais principalement sur un aspect ou sur l’autre. En y repensant, je pense que c’était une sage décision.

La voie du créateur

J’ai choisi de me concentrer sur la voie #2 pour StevePavlina.com.

J’aime cette voie parce qu’elle offre beaucoup de soutien. J’aime la relation qu’elle crée avec la communauté qui m’entoure. Je traite mes lecteurs comme de vrais êtres humains, pas comme des prospects ou des leads.

Au lieu de me concentrer sur des choses comme le référencement ou les compétences de vente, je me suis concentré sur la création de contenu de qualité, beaucoup de contenu. Je me suis amélioré pour ce qui est d’aider les gens. J’ai les ai écouté pour voir où ils avaient besoin d’aide. Je n’ai pas fait d’études de marché formelles. J’ai juste fait preuve de curiosité et d’empathie. J’ai fait de mon mieux pour partager ma propre voie de réussite et entrer en contact avec les gens. J’ai vraiment apprécié ce procédé. J’aime beaucoup plus me concentrer sur l’aspect créatif et communautaire de mon entreprise que sur l’aspect financier.

La plupart des gens qui suivent mon site ne me paient pas le moindre centime – jamais – et cela me va parfaitement. Ils m’offrent tout de même d’autres formes de valeur, comme des commentaires encourageants, des parrainages d’amis et de proches, des opportunités, des invitations intéressantes, des étreintes et des sourires en personne.

Il y a beaucoup de personnes sur la voie #1 qui gagnent plus d’argent que moi, avec nettement moins de trafic. Cependant, ils ont souvent plus de mal à se sentir heureux et épanouis sur leur voie. Je pense que c’est à cause des relations qu’ils créent avec leurs clients – la voie #1 est plus compétitive, tandis que la voie #2 est plus coopérative.

L’argent n’est pas la seule forme de richesse

Je me rends souvent compte que les personnes qui réussissent en suivant le chemin No1 n’aiment pas forcément beaucoup leur travail. Je ne dis pas qu’ils détestent cela, mais ils doivent souvent se discipliner pour faire leur travail. Ensuite, ils utilisent le résultat de leur travail – à savoir l’argent – pour essayer de créer plus de bonheur, notamment en profitant de belles vacances et en acquérant des biens. S’ils réussissent financièrement, ils peuvent dépenser l’argent pour se procurer les plaisirs qu’ils désirent. Bon nombre d’entre eux trouvent aussi que certains aspects de la course au gain sont assez excitants.

L’argent n’est qu’un moyen de détenir de la richesse. La bienveillance sociale en est un autre.

Généralement lorsque je voyage, cela commence par une invitation à prendre la parole lors d’un évènement organisé par quelqu’un. D’habitude, je le fais gratuitement. Ils assurent mon billet d’avion et me procurent un logement pour un certain temps, allant de quelques jours à une semaine. Lors de l’évènement, je partage des récits et des enseignements. Je ne vends rien. Je m’efforce d’établir des liens avec les personnes là-bas et de les encourager dans leurs voyages. Quand je ne suis pas sur scène, j’aime parler aux gens. Je leur pose des questions sur leurs défis. J’écoute. Je donne beaucoup d’étreintes. Parfois, on plaisante. Je reprends contact avec les personnes que j’avais déjà rencontrées, peut-être dans une autre ville lors d’un autre évènement, il y a quelques années.

Après l’évènement, je reçois souvent des invitations. Laissez-moi vous faire visiter la ville plus tard. Venez animer cet autre évènement dans quelques mois. J’aimerais mieux vous connaitre et partager quelques agréables moments avec vous. Ces invitations impliquent rarement des transactions financières. Au lieu de cela, elles incluent des échanges positifs, d’amitié, de soutien et de divertissement.

Est-il si difficile de gérer une entreprise de façon à ce qu’elle réalise un chiffre d’affaires faible, mais crée plus de bonheur, d’épanouissement et de plaisir ?

Étant donné que je tire beaucoup de reconnaissance directement à partir de mon travail, j’ai déjà le style de vie que beaucoup de personnes pensent qu’il n’est possible d’avoir que grâce à l’argent. Gagner beaucoup d’argent ne m’inspire pas. J’ai déjà couvert mes dépenses et je me sens déjà comblé. Maintenant, je m’intéresse davantage à la façon dont je peux aller encore plus loin sur le plan de la réalisation, plutôt que d’accumuler plus de revenus.

Qu’est-ce qui compte pour vous ?

J’ai rencontré beaucoup de personnes sur le chemin No1, et elles sont souvent stressées ou déprimées. D’habitude, je n’aime pas les ondes qu’il y a dans la pièce lorsque je m’adresse à ce genre de personnes. Ce sont des ondes froides et calculatrices. Le cœur de ces personnes est le plus souvent fermé. Je leur dis habituellement de suivre le chemin du cœur en affaires. Pour la plupart d’entre eux, ce que j’enseigne tombe dans l’oreille d’un sourd. Ils ne se rendent pas compte de comment cela pourrait améliorer leur rendement. Mais ensuite, une ou deux personnes s’approcheront discrètement de moi, et elles me feront comprendre ce que mon discours représentait pour elles et comment mes paroles les confortent dans leurs sentiments. Ce sont les personnes du chemin No2 qui sont coincées dans l’univers du chemin No1. Au vu de mon expérience, je suis persuadé qu’elles seront beaucoup plus heureuses si elles changent leurs priorités.

Après qu’une personne prospère suivant le chemin No1 ait fait un discours, les gens se précipitent au fond de la salle et sortent leur portefeuille pour déposer des centaines de dollars sur l’excitante « offre limitée dans le temps » dont ils viennent de profiter. Après avoir animé une conférence, les participants viennent souvent me faire des étreintes très chaleureuses. Leurs portefeuilles restent dans leurs poches et leurs sacs à main.

Je sais que certaines personnes préfèreraient avoir les résultats du chemin No1. C’est très bien. Si c’est ce que vous désirez, allez-y. Vous avez tout mon soutien.

Je préfère les étreintes. J’aime profiter de la chaleur abondante de la vraie connexion humaine dans ma vie. Cela est beaucoup plus stimulant et inspirant pour moi que n’importe quelle compensation financière. Avoir beaucoup de soutien affectueux tout au long de ma vie est ce qui me donne envie de sortir du lit chaque matin et de me plonger dans mon travail. J’aime créer et partager. J’aime donner forme et expression aux idées. J’aime encourager et élever les gens, qu’ils me paient ou non. J’aime le fait que mon entreprise puisse aider les gens qui n’ont pas les moyens d’acheter quoi que ce soit – des gens que d’autres entreprises ignorent et privent de leurs droits. Cependant, ces mêmes personnes peuvent toujours me faire une étreinte vraiment agréable, demander à nouer des liens d’amitié avec moi, ou me donner des informations qui pourraient m’être utiles. Ou alors, elles peuvent transmettre mes enseignements et aider à créer plus de transformation ailleurs dans le monde, ce que je considère également comme une récompense majeure par rapport au fait de gérer mon entreprise de cette façon.

L’amour comme revenu

L’argent est le principal carburant d’une entreprise qui suit le chemin No1. L’amour est le principal carburant d’une entreprise qui fonctionne suivant le chemin No2.

L’argent est imposé. L’amour ne l’est pas. Quand je reçois une étreinte, je peux en garder la totalité. Je n’ai pas besoin d’en donner un certain pourcentage. Ce serait plutôt drôle s’il y avait une imposition sur l’amour. Imaginez que vous avez reçu 1 000 étreintes cette année, que vous avez produit une déclaration d’étreintes et que vous avez versé 200 étreintes au fisc. Pour payer votre facture d’impôt, vous vous rendriez à leur bureau le plus proche pour serrer 200 agents dans vos bras. Ce ne serait pas une si mauvaise façon de payer vos impôts, n’est-ce pas ? Imaginez comme ce serait amusant de travailler au fisc si chaque jour, des milliers de personnes se présentaient pour une étreinte.

Lorsque vous générez beaucoup d’amour en guise de revenus, vous n’avez pas besoin d’autant d’argent. En étant généreux avec les autres, vous pouvez attirer beaucoup de générosité en retour.

Quand j’étais à L.A. le weekend dernier, j’ai organisé une petite rencontre au Café Gratitude Venise. Nous nous sommes tous salués avec des étreintes et nous avons eu une conversation animée et amusante. Après le repas, alors que je sortais mon portefeuille pour régler l’addition, l’un des participants m’a arrêté et m’a dit : « Steve, laisse-moi payer ton repas ». Il m’a aussi fait un joli cadeau après coup. Ensuite, la plupart d’entre nous sommes allés faire une longue marche le long de la plage, tout en ayant d’excellentes conversations sur nos parcours de croissance personnelle. Ce genre de choses se produit souvent dans ma vie. Techniquement, certaines des personnes présentes à la réunion étaient des clientes de mon entreprise ; elles avaient payé pour assister à mes précédents ateliers, mais pour moi, ce ne sont que des amis. Ce serait étrange de les étiqueter en tant que clients.

Une entreprise sans murs

D’après mon expérience, le chemin No1 permettra de gagner plus d’argent. Dans ce monde, persuader les gens d’acheter fonctionne vraiment. Toutefois, je trouve que le chemin No2 permet mieux de créer un flux de sentiments positifs, de soutien, de bonheur et d’épanouissement. J’ai l’impression de faire partie d’une communauté qui se soucie vraiment de mon succès (tant sur le plan personnel que professionnel) et qui veut que je réussisse. Je n’ai pas l’impression que nous appartenons à des camps opposés, avec une personne étant à l’intérieur de l’entreprise et l’autre étant le client extérieur. Mon entreprise n’a pas de mur entre l’intérieur et l’extérieur. Tous ceux qui veulent participer à ce voyage avec moi sont les bienvenus, qu’ils aient de l’argent à dépenser ou non.

En fait, je ne dirais pas que c’est tout à fait exact. Alors qu’une entreprise qui suit le chemin No1 repoussera les gens qui ne peuvent pas acheter, une entreprise qui suit le chemin No2, dans une certaine mesure, peut repousser les gens qui ne peuvent pas aimer. Par exemple, si quelqu’un pense qu’il a le droit d’interagir personnellement avec moi d’une manière dure ou trop critique, je peux éviter de traiter avec lui. Ainsi, alors qu’une entreprise qui suit le chemin No1 peut ignorer les gens qui n’ont pas d’argent à dépenser, une entreprise qui suit le chemin No2 peut ignorer les gens qui ne veulent pas partager l’amour.

Dans mon entreprise, il n’y a pas de démarcations nettes entre les amis et les clients. Ces étiquettes ne décrivent pas notre véritable relation. Ce que nous semblons vraiment être les uns pour les autres, c’est des collègues explorateurs dans un voyage commun de croissance consciente. Nous sommes tous à des étapes différentes dans nos voyages. Certains sont très loin, tandis que d’autres ne font que commencer. Ce que nous partageons tous, c’est cette passion de vouloir améliorer nos vies, de nous accorder avec le flux de l’inspiration et de nous encourager les uns les autres. Nous voulons vivre des vies qui sont belles pour nous, et nous devons tous nous appuyer les uns sur les autres pour obtenir du soutien de temps en temps.

Briser les règles

Une personne qui suit le chemin No1 pourrait facilement souligner toutes les choses que je fais mal dans mon entreprise, et du point de vue de ce chemin, je devrais concéder l’échec. Je ne gagne pas autant d’argent que je pourrais en gagner. Il y a beaucoup d’optimisations évidentes que je n’ai pas réussi à faire.

Cependant, du point de vue du chemin No2, mon entreprise connait un succès sans équivoque. Elle inspire et encourage les gens du monde entier à tout moment de la journée. Cela me permet de me sentir motivé, heureux et épanoui. Cela me permet de profiter d’un style de vie que j’aime, en plus de créer un flux de connexions avec de très belles personnes. Cela a même sauvé des vies, et pourtant, je suis toujours en mesure de couvrir mes dépenses et de répondre à mes besoins matériels avec grâce et facilité. Cela ne répond peut-être pas à la définition du succès pour autrui, mais ce chemin satisfait surement la mienne.

Bien sûr, il y a d’autres chemins de réussite et combinaisons de chemins que vous pouvez également explorer. Je simplifie ici les idées pour vous encourager à réfléchir au type de chemin qui vous inspire.

Où est votre chemin du cœur dans le monde des affaires ? Quel type d’entreprise préfèreriez-vous si vous étiez le client ? Quel genre d’abondance aimeriez-vous créer ?

Accordez-vous la permission de briser les règles de temps en temps. Ne vous sentez pas obligé de faire comme tout le monde. Environ 80% des employés n’aiment même pas leur travail. Pourquoi voudriez-vous les rejoindre ? Apprenez à faire confiance à votre intuition, même si vous ne pouvez pas logiquement voir comment les choses vont se dérouler. Donnez à votre propre chemin une chance de prouver son mérite.

Note : cet article est une traduction de l’article Two Paths for Small Business Success de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Recherches utilisées pour trouver cet article :

deux chemins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *