TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Le branding est une con**rie basée sur la peur

Note : cet article est une traduction de l’article Branding is Fear-Based B.S. de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Pièges des marquesLe branding, l’image de marque, la gestion de marque et la stratégie de marque sont ancrés dans la peur et sont totalement inutiles. C’est vrai en termes d’affaires, de produits, d’organisation, ou de branding personnel.

Le principal objectif du branding est le contrôle. Mais les gens n’aiment généralement pas être contrôlés. Donc le branding se passe globalement au niveau inconscient ; si nous le faisions à un niveau conscient, les gens le rejetteraient.

La gestion de marque tente d’implanter des associations subconscientes qui surpassent les filtres conscients. Mais quand les gens réfléchissent plus consciemment à ces associations, ils réalisent à quel point la plupart des marques sont profondément inutiles.

Les gens peuvent boire du Coca Cola de temps en temps, et les ventes peuvent augmenter quand de l’argent est dépensé pour programmer les gens à associer Coca Cola au fait de boire du bonheur ou je ne sais quoi d’autre. Mais quand les gens réfléchissent consciemment à cette marque, ils réalisent que le branding de Coca est une pure connerie et que c’est en fait simplement de l’eau sucrée, des produits chimiques, et de la caféine. Dans le grand ordre des choses, le Coca n’a aucun sens et aucune importance. Si cette marque et ce produit disparaissaient du jour au lendemain, cela n’aurait aucune importance. Nous avons beaucoup d’autres versions type eau sucrée à bulles pour prendre sa place. Et si les concurrents de Coca Cola disparaissaient aussi, ça ne serait certainement pas une grande perte pour l’humanité. Nous n’avons pas besoin de Coca, donc les gens qui travaillent dans le département marketing de Coca doivent utiliser les mensonges et la manipulation pour nous faire croire que nous en avons bel et bien besoin.

Dans les cercles de branding, Coca Cola est souvent loué comme étant une super success story de branding. C’est ça le top du succès de branding ? Être un si gros menteur que vous êtes capable de convaincre les gens que de l’eau sucrée a de l’importance dans leur vie ? Bon sang…

Est-ce que vous aimez être contrôlé ? Est-ce que vous appréciez avoir des associations ridicules comme produits chimiques sucrés = bonheur programmées dans votre subconscient ? Est-ce que vous aimeriez voir plus de choses comme ça dans le monde ? Est-ce que vous voudriez passer des décennies de votre précieuse vie à travailler pour une entreprise comme ça ?

Est-ce que votre marque personnelle est infectée par le mensonge ?

Maintenant envisagez cela avec la perspective inverse. Est-ce que vous faites quoi que ce soit pour garder une certaine image publique ? Est-ce que vous censurez ce que vous partagez pour obtenir l’approbation des autres ? Est-ce que vous êtes inquiet de ce que les gens penseraient s’ils apprenaient certaines vérités vous concernant ?

Quand nous essayons de cacher nos défauts, nous injectons du mensonge dans nos relations. Ce n’est pas étonnant que tant de gens se sentent déconnectés et seuls. Ce n’est pas étonnant que tant de gens prennent des antidépresseurs. Ils ont des vies fausses, ils cachent qui ils sont.

Est-ce réellement efficace de vivre de cette façon ? Est-ce que nous devrions continuer à développer des marques qui sont incroyablement mensongères ?

Si vous croyez que produits chimiques sucrés = bonheur, alors quelles autres associations ridicules vont suivre ?

Est-ce que vous croyez qu’en ressemblant plus à un top model cela vous rendrait plus attachant ? Est-ce que vous croyez qu’en ayant plus d’argent, vous seriez plus heureux ? Est-ce que vous croyez qu’on peut trouver un véritable épanouissement dans une vie qui ne nécessite aucun courage ?

L’image de marque d’une société, d’un produit, ou d’une personne sont de pures conneries. Ce sont des artefacts d’une pensée basée sur le contrôle datant de l’ère industrielle. Si nous devons créer un monde plus conscient dans lequel vivre, alors nous devons rejeter le branding comme étant du pur délire.

Mais si nous n’avons pas de marques, alors qu’avons-nous à la place ?

Nous avons la vérité. Une communication honnête entre véritables êtres humains.

Le branding est un mensonge

Une entreprise n’est pas une personne. Un produit non plus. Ces entités ne peuvent pas étaler la vérité parce qu’elles ne sont pas les décideurs. Seuls les êtres humains peuvent communiquer de façon authentique. Les humains prennent des décisions, les marques non.

Quand le nom d’une entité non-humaine apparait sur un élément de communication, on peut parier sans risque que cette communication est infectée de mensonges ancrés dans la peur. La plupart du temps, cette communication n’est que du vent.

Les gens communiquant. Les marques non. Une marque n’est qu’un masque qui obscurcit une bonne communication.

Êtres humains vs Marques

Steve Jobs était un communicant passionné. Il était humain, réel, avec ses défauts. Certaines personnes réagissaient à son style fougueux comme si quelqu’un dans sa position et ayant sa responsabilité devait faire attention d’arrondir les angles, de polir son humanité pour en faire une marque plus acceptable. Peut-être qu’il aurait dû y mêler un peu de Gandhi et de Mère Teresa.

Apple est une marque. Steve était une personne. Est-ce que vous préfériez entendre parler de Steve ou d’Apple ? Est-ce que vous auriez préféré recevoir un mail non filtré de Steve, ou un mail d’Apple écrit par leur département des relations publiques et approuvé par leur service juridique ?

Si vous avez besoin de contrôler les gens, et si vous aimez gérer la résistance des autres face à votre contrôle, alors le branding est fait pour vous. Sinon vous pouvez simplement l’ignorer. Quand des gens parlent de l’importance du branding et de votre image de marque, levez simplement les yeux au ciel et ignorez-les. Ils débitent des âneries, et vous le savez.

Un désespoir pas si calme

Passez du temps avec des experts en branding hors projecteurs, et essayez de leur parler comme des vrais êtres humains. Vous allez voir à quel point ils sont misérables, déconnectés et stressés. Cela demande très peu d’efforts de faire sortir la peur d’un soi-disant expert en branding. Vous pouvez commencer par lui demander si c’est bon pour l’humanité d’associer de l’eau sucrée mauvaise pour la santé avec le fait d’être cool.

Le branding est tellement ancré dans la peur que ce n’est même pas amusant, la plus petite pression suffit pour faire ressortir la peur d’un expert en branding.

Cela dit, j’ai beaucoup de compassion pour les gens qui sont tombés dans ce piège. Je sais à quel point il est difficile pour eux de reconnaitre le vide de cette voie et de changer de voie.

Essayez de communiquer en tant que personne, pas en tant que marque. Quand vous percevez que les gens projettent sur vous des hypothèses erronées, libre à vous de faire ce dont vous avez envie et de violer leurs attentes. S’ils rouspètent et se plaignent, levez simplement les yeux. Vous êtes une personne, pas une marque. Il n’y a pas d’image à laquelle vous devez vous conformer. Vous êtes libre.

Le branding est totalement inutile pour le succès et le bonheur

Mon site s’appelle StevePavlina.com, pas FausseMarqueDeDéveloppementPersonnel.com. Le nom de mon entreprise est Pavlina, tout simplement, et peu m’importe que cela ennuie quiconque. C’est juste un label et cela ne signifie rien.

Comme je ne gaspille pas la moindre capacité mentale à me tracasser pour mon image de marque, ma réputation, et autres absurdités basées sur la peur, je peux communiquer tout ce que j’ai envie de communiquer, et je peux le communiquer de la façon qui me chante. Je peux investir mon énergie dans la création au lieu de m’inquiéter de la façon dont les gens percevront ce que je crée. Aucun département des relations publiques ne peut me dire ce que je peux ou ne peux pas dire.

Le fait que vous m’approuviez ou pas est totalement hors-sujet pour moi. Je n’ai aucun désir de vivre selon vos attentes. Je suis là pour évoluer et pour créer, et j’aime me connecter avec d’autres personnes qui se sentent comme moi, mais je ne suis pas votre gourou. Si vous ne m’aimez pas, je ne vous aimerais probablement pas non plus si je vous connaissais. Mais ce n’est pas important parce que nous pouvons quand même nous aider les uns les autres à évoluer, à nous motiver, et à faire de notre mieux pour co-créer un monde que nous préfèrerions davantage qu’un statu quo.

S’il y a des choses me concernant qui vous ennuient, c’est super. C’est comme ça que devraient être les véritables relations humaines. Mes angles pointus ne vont pas disparaitre, et je ne m’attends pas à ce que les vôtres disparaissent non plus.

Si vous et moi nous rencontrions en personne, je ne veux pas parler à votre faux masque public. Je veux me connecter à l’être poreux, tourbillonnant et chaotique en vous. C’est là qu’est votre vraie beauté. C’est la part de vous qui me laisse dans une admiration haletante. Et c’est précisément la part de vous que les experts en branding vous diront de cacher à tout prix.

Même si nous ne nous connectons que via internet, je veux garder une relation humaine avec vous, pas une relation qui implique une fausse gestion de votre image de marque et une recherche de message assaini et approuvé.

Une courageuse créativité rend le branding obsolète

Vous ne pouvez pas contrôler les relations humaines, donc si vous voulez plus de contrôle, vous devez supprimer autant que possible l’élément humain. C’est ce que font les marques. Elles remplacent le désordre d’une communication authentique avec des mensonges contrôlables. La seule raison pour laquelle le contrôle est nécessaire est que les gens ont peur.

Le branding est une stratégie pour manipuler les gens avec qui vous n’avez pas envie de bâtir des relations co-créatives. Les relations co-créatives sont désordonnées. Les gens ont peur de l’incertitude et des risques de la vraie communication, donc ils ont recours au branding à la place. Mais comme le branding est ancré dans la peur, elle va à l’encontre de l’évolution et du développement continus de l’humanité.

Qu’en est-il du besoin de satisfaire les investisseurs ? C’est une autre peur. Il y a la peur que les gens n’investissent pas dans des entreprises réellement co-créatives, une peur qui s’est déjà avérée fausse avec les nouvelles plateformes sociales d’investissement collaboratif.

On peut dire que les investisseurs peureux et basés sur la peur qui ont peur de perdre de l’argent ne se lanceront pas dans un investissement réellement co-créatif, mais ces investisseurs ont un problème à gérer de toute façon. Vous feriez mieux de les éviter. Si vous deviez traiter avec des investisseurs, traitez avec les plus intelligents et les plus courageux. Ils existent bel et bien, et les plus riches doivent souvent créer des fondations pour faire des investissements sociaux intéressants parce qu’il n’y a pas assez d’entrepreneurs courageux qui veulent faire quelque chose de réellement significatif avec leur argent. Donc la majeure partie de l’argent est donnée à des œuvres de charité à la place.

Il est délirant de penser que les stratégies basées sur le contrôle génèrent quand même de bons résultats. Comme le savent beaucoup d’entrepreneurs, la plupart des projections financières sont de simples conjectures idiotes. Les gens font leur cirque avec leurs présentations Powerpoint pour courtiser les investisseurs, mais c’est globalement une perte de temps en termes de productivité. Les gens ne les font que quand ils veulent convaincre de riches peureux d’investir dans des entreprises qu’ils ne comprennent pas. Donc les entrepreneurs mentent avec des chiffres fabriqués.

La passion au travail

J’ai été récemment informé que 71% des employés en entreprises ne sont pas engagés, voire son activement désengagés, pendant qu’ils sont au travail. Soit ils ne travaillent pas productivement, ou alors ils travaillent activement contre les objectifs de leur employeur. Donc la plupart des employés sont une perte de place. C’est à cela que vous mène une approche basée sur la peur. Voilà l’excitation qui naît chez les gens vis-à-vis d’une marque.

Travailler pour une entreprise qui vend de l’eau sucrée n’inspire pas les gens à faire leur maximum, peu importe à quel point l’entreprise essaye d’enrober son message de sucre. Au fond ces employés savent que leur travail n’est pas nécessaire. Les gens conscients ne vont simplement pas travailler de façon passionnelle pour vendre de la merde dont les gens n’ont pas besoin.

Si vous voulez que les gens fassent tous les efforts possibles pour une cause, vous devez leur permettre de participer à sa conception. Ils doivent pouvoir peindre sur ce canevas une chose qui vient de leur propre créativité. Ils ont besoin de faire un travail qui s’aligne avec leurs passions. Ils ont besoin d’être engagés et mis au défi.

Cela nécessite de véritables relations humaines, ce qu’une marque ne peut pas offrir. Les gens travaillent dur sur leur passion et leurs relations. Mais comme ces deux aspects ne peuvent être contrôlés, si vous voulez que les gens fassent le meilleur travail possible, vous ne pouvez globalement pas les contrôler. Oui, c’est utile d’avoir une structure, mais pas au point que les gens se désengagent par peur, ennui, apathie ou résistance.

La prochaine fois que vous entendez un expert en branding parler de l’importance qu’il y a à contrôler votre marque, mettez-le au défi de remplacer ces conneries par la vérité. Oui, il y aura des conséquences si nous remplaçons un faux message d’image de marque par une vérité venant de véritables êtres humains, mais je pense que vous serez d’accord pour dire qu’un monde basé sur la vérité serait un meilleur endroit où vivre.

Les marques sont laides. Vous êtes beau.

L’épanouissement ne peut pas être trouvé en canette, en pilules, ou en cubicule. Vous pouvez trouver cela en vivant votre passion, en vous exprimant avec créativité, et en évoluant par les défis que vous surmontez. C’est désordonné, chaotique et incontrôlable – mais c’est tellement plus amusant !

Ne laissez personne vous dire que vous devez vous comporter d’une certaine façon pour gagner l’approbation des autres. Si vous essayez de vivre de cette façon, vous allez finir terriblement insatisfait de votre vie sur le long terme.

Soyez honteusement vous-même. Laissez les conséquences en découler. Chaque fois que vous êtes face à une décision où vous sentez que vous devez censurer la vérité, remarquez là où la peur vous pousse à aller. Ensuite vous pourrez décider si vous aller obéir à cette peur et vivre peureusement, ou faire un choix plus conscient et courageux.

Le branding, l’image de marque, tout cela est stupide, et peureux. Nous n’en avons pas besoin. Ce dont nous avons besoin, c’est le courage d’être honnête les uns avec les autres.

Crédits photo : 

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

5 Partages
Partagez
Tweetez