Quelle que soit votre peur, vous devez l’affronter

Note : cet article est une traduction de l’article Whatever You Fear, You Must Face de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

PeurLa nuit dernière, je suis allé voir un spectacle des Las Vegas Improvisational Players. C’est la même troupe d’improvisation avec laquelle je me suis entraîné et produit pendant quelques mois en 2006. J’aime les spectacles non préparés à l’avance parce qu’ils sont différents à chaque fois. Mon passage préféré fut de les voir jouer la phrase « des herbivores gélatineux qui détalent » pendant un jeu appelé Débat.

Pendant le spectacle je me suis demandé ce que j’avais le plus aimé : être dans le public ou faire partie des performeurs. Dans le public vous riez beaucoup. Sur scène vous faites rire les gens. J’ai été invité à participer à un des jeux comme volontaire du public, imitant les acteurs pendant qu’ils jouaient sur scène, donc la nuit dernière j’avais l’opportunité de profiter du spectacle dans les deux camps. Je ne suis pas encore sûr de ce qui est le plus amusant, mais il est clair qu’être sur scène est la meilleure expérience de développement.

Après le spectacle je suis sorti dîner avec les acteurs. Comme vous pourriez l’imaginer, c’est un groupe très vivant. Personne n’a commandé d’alcool, mais vous auriez pu le croire. 😉

Même si j’ai aimé la conversation et que j’ai beaucoup ri, je me suis dit, Il y a quelque chose d’inhabituel à cette table. J’ai regardé autour de moi et j’ai vu que les gens aux tables qui nous entouraient nous regardaient, en se demandant pourquoi nous avions l’air tellement heureux. Les autres gens, dont notre serveur, souriaient et riaient de nos blagues. Notre attitude joyeuse et turbulente a contaminé les gens qui nous entouraient. À la fin de la soirée, notre serveur était activement engagé dans notre conversation, partageant ses propres histoires et anecdotes avec notre groupe. Son rôle de serveur s’est effacé, et il est devenu un autre être humain amical avec qui se connecter.

J’ai remarqué que notre conversation était très positive. Je ne me souviens pas avoir entendu quiconque se plaindre ou faire des commentaires négatifs, sauf peut-être pour faire une blague. La plupart des gens racontaient des histoires, parlaient de passages du spectacle, et faisaient des remarques amusantes. J’ai probablement autant ri pendant le dîner que je l’ai fait pendant le spectacle.

Je me suis dit, C’est comme ça que devraient être les êtres humains – heureux, vivants, et attrayants – mais ce qui est intéressant est la façon d’y parvenir.

Ce que les acteurs d’improvisation ont en commun est qu’ils ont tous envie de monter sur scène, ce qui est une chose que la plupart des gens ont peur de faire. Ils ont envie d’essayer d’être drôles sans savoir à l’avance comment ils y parviendront. Ils ne savent jamais ce qu’ils vont dire ou faire tant qu’ils ne sont pas en train de le faire. Ils peuvent s’entraîner, mais ils ne peuvent pas vraiment se préparer.

Est-ce que ces gens n’ont aucune peur ? Sont-ils simplement nés sans aucune peur de parler en public ? Dans la plupart des cas, non. Ils ont les mêmes peurs et anxiétés que nous tous. Il est habituel de se sentir nerveux ou anxieux avant un spectacle. Être nerveux n’est pas un signe d’échec imminent ; cela signifie simplement que vous vous souciez de votre performance. Cette énergie de la peur fait fuir la plupart des gens, mais ceux qui montent sur scène apprennent que la peur n’est pas réellement un obstacle. C’est un défi à affronter.

La récompense que l’on tire à affronter sa peur est que vous devenez totalement vivant. Quand vous vous tournez vers votre peur, vous sentez la respiration de la vie souffler vers vous, et c’est très rafraîchissant. Vous vous sentez éveillé et plein d’énergie. Ce n’est pas que vous devenez un junkie à l’adrénaline. Vous réalisez simplement que vous ne pouvez pas laisser la peur se dresser sur votre route si vous voulez vivre votre vie consciemment. Avoir peur de quelque chose n’est pas une excuse pour ne pas le faire.

La première fois que j’ai vu le spectacle d’improvisation, je me suis dit, Je me demande si je pourrais faire ça un jour. Puis je me suis senti anxieux et nerveux, et la réponse est arrivée ; Impossible ! Comment peux-tu être drôle avec autant de pression ? Et si tu disais quelque chose de stupide et que personne ne riait ? Et si tu étais totalement dénué d’expression ? Tu aurais l’air d’un parfait idiot. C’est là que j’ai réalisé que je devais le faire. Je devais le faire parce que si je fuyais ce genre de défi, je permettrais à la peur de gérer ma vie. En vérité, je voulais vivre cette expérience, pas pour en faire une carrière pour la vie, simplement pour le vivre et voir à quoi cela ressemblait vraiment. Peu m’importait que je réussisse à faire rire les gens. Le problème le plus important était de ne pas laisser la peur prendre des décisions à ma place.

J’ai vu les bienfaits de cette volonté d’affronter la peur chez les autres acteurs la nuit dernière. C’est particulièrement visible quand vous le comparez avec ceux qui ont toujours fui la peur. Affronter la peur vous rend plus conscient. Fuir la peur abaisse votre conscience et vous fait vous comporter comme un drone en pilote automatique.

Que permettez-vous à la peur de vous empêcher de faire ? Comment vous sentiriez-vous personnellement si vous l’aviez fait ? Quel que soit le résultat, reconnaissez-vous au moins que vous vous sentiriez plus conscient et vivant ? Pensez-vous que le fait d’affronter la peur encore et encore pourrait faire une différence dans votre vie ?

À quel point votre vie serait-elle différente si vous viviez en suivant la règle « Quelle que soit votre peur, vous devez l’affronter » ?

Voyez la peur comme un signal d’autoguidage, pas comme un obstacle.

Crédits photo : © Marko M. Bradic – Fotolia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *