La lumière au bout du tunnel

Note : cet article est une traduction de l’article The Light at the End of the Tunnel de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Lumière au bout du tunnelSi vous vous retrouviez sans emploi aujourd’hui, voudriez-vous le travail que vous avez maintenant ? Auriez-vous envie de postuler pour l’avoir ?

Et votre carrière dans son ensemble ? Si vous n’aviez jamais travaillé dans votre branche actuelle, choisiriez-vous consciemment d’y travailler aujourd’hui ?

Beaucoup de gens se retrouvent dans leur travail actuel sans même le choisir consciemment. Par exemple, je suis tombé dans la programmation informatique assez tôt dans ma vie. J’ai suivi des cours de programmation sur BASIC quand j’avais 10 ans, et j’ai adoré ça. Depuis lors cela a été une progression graduelle vers une double licence en sciences informatiques et mathématiques. Mon père était ingénieur aérospatial, et ma mère était prof de maths en collège, donc il n’y avait certainement aucune résistance de ma famille à emprunter cette voie. Je ne me souviens pas sérieusement d’avoir jamais envisagé une autre voie. Peut-être que j’étais simplement destiné à être programmeur informatique.

Ce n’était pourtant pas le destin. C’était simplement l’élan. Il n’y avait que très peu de choix conscients le long du chemin. Pour la majeure partie c’était le chemin présentant le moins de résistance.

Mais la voie de moindre résistance n’est généralement pas le chemin des meilleurs résultats, malgré les fabulations de gourous spirituels qui essayent désespérément de le dépeindre comme tel. Le simple fait que des objets physiques inconscients suivent naturellement la voie de moindre résistance n’en fait pas un choix correct pour des êtres humains conscients.

Votre conscience vous laisse l’option de choisir une voie dans laquelle vous rencontrerez de la résistance pour ensuite la surmontez. Vous pouvez choisir la voie de moindre résistance et éviter les obstacles, ou vous pouvez choisir de travailler contre cette résistance et de devenir plus fort.

En termes de choix de carrière, vous n’êtes pas limité au fait de continuer à faire ce que vous avez fait jusqu’ici simplement parce que c’est pratique pour vous. Vous avez aussi l’option de faire quelque chose d’entièrement différent. Même si vous ne possédez pas les compétences vous permettant de faire autre chose, vous avez la possibilité d’acquérir ces compétences.

Les gens sont souvent retenus par le fait de se concentrer trop fortement sur l’effort nécessaire pour développer ces nouvelles compétences. Les gens disent, « Ça va me demander cinq ans simplement pour atteindre dans une nouvelle carrière le niveau que j’ai en ce moment ! » Et vous savez quoi…c’est peut-être vrai. Mais le temps que cela vous prendra n’a aucune importance. Ces cinq ans vont passer de toute façon. Vous pouvez les passer dans votre carrière actuelle, ou vous pouvez les investir dans une transition vers une nouvelle carrière. Il est simplement question de substituer une version de ces cinq ans pour une autre. Quelle version vous mettrait dans la meilleure situation sur une période de cinq ans ?

Quand je voulais passer du développement de jeux informatiques à un travail dans le domaine du développement personnel, j’ai dû faire avec ces mêmes barrières mentales. J’ ai pensé, « Mais je suis déjà très bon dans ce que je fais. Mon poste est sûr. Comment puis-je abandonner tout ce sur quoi j’ai travaillé et recommencer avec quelque chose de nouveau ? Je ne peux pas simplement monter sur une scène et commencer à vivre comme conférencier professionnel. Mes compétences oratoires ne suffisent pas, et je ne connais quasiment rien au monde des conférenciers. Si je m’attaque simplement à un tel changement, mes revenus vont certainement chuter au début. Cela va me demander des années de développer des connaissances, de la crédibilité, et du contenu, pour ne serait-ce qu’atteindre dans cette profession le même niveau que j’ai actuellement dans mon entreprise de jeux. C’est dingue. Pourquoi je me lancerais là-dedans ? »

Mais l’idée que le temps va passer de toute façon m’a vraiment touché. Je l’ai défini comme un choix entre le fait de dépenser ces cinq prochaines années d’une façon et de les dépenser d’une autre façon. Le passé est le passé, et l’élan que j’ai généré pour arriver jusqu’ici n’est pas d’actualité. Ce qui importait était le choix en face de moi. Je pouvais avoir une image assez claire de ce à quoi ressembleraient les cinq années suivantes à gérer mon entreprise de jeux. Et je pouvais également avoir une idée générale de ce à quoi pourraient ressembler le fait de passer ces cinq années à lancer une nouvelle entreprise de développement personnel. Même si les détails au jour le jour étaient impossibles à prédire, les aspects majeurs étaient assez prévisibles. Dans le chemin du jeu, j’aurais continué à éditer des jeux. Bah. Ce n’était pas difficile de sentir là où je finirais cinq ans plus tard. Et sur le chemin du développement personnel, j’écrirais et je ferais des conférences et je produirais des produits d’information, mais cela nécessiterait beaucoup de temps de travail en amont pour de très faibles revenus. Ce n’était également pas difficile de sentir ce à quoi pourrait ressembler finalement mon entreprise dans cinq ans.

Quand je me suis demandé quel revenu sur cinq ans je préférais, c’était l’entreprise de développement personnel. Cela ne vous surprend probablement pas, pas plus que cela ne m’a surpris. Mais ce qui m’a surpris était que je pouvais aussi imaginer que la façon dont je passerais ces cinq prochaines années était plus attirante du côté du développement personnel. Je ne voulais pas seulement un plus gros revenu, à la réflexion j’en ai conclu que j’allais probablement apprécier également davantage le chemin en lui-même. Cela serait un défi, et je devrais subir des conséquences financières au début, mais cela ne me dérangeait pas. Je pense que ce que j’ai trouvé de plus attirant était que j’allais évoluer et apprendre bien plus sur le chemin du développement personnel que sur celui des jeux. Cela me semblait plus aventureux et excitant.

Séparez la question de ce que vous voulez de la question de ce que vous pensez pouvoir obtenir. Cinq ans c’est long. Vous pouvez devenir compétent dans quasiment n’importe quelle profession en un laps de temps pareil, même si vous partez de zéro aujourd’hui. À tout le moins, vous pouvez ne pas en être loin. Vous pourriez ne pas être capable de postuler à un poste de neurochirurgien, mais vous pouvez travailler dans le domaine de la médecine pendant cette période.

J’ai accepté que je ne pouvais peut-être pas passer d’éditeur de jeux à conférencier avec le même niveau de revenus en seulement un an, du moins pas sans prendre quelques gros risques, sans être exceptionnellement chanceux, et sans faire probablement du très mauvais boulot sur scène. Mais sur une période de cinq ans, je peux développer un haut niveau d’efficacité oratoire, développer une grande quantité de contenu intéressant, sortir pas mal de produits, me bâtir une crédibilité, et générer un important revenu si je travaille dur. Je le fais depuis dix mois et demi maintenant, et si je continue à faire des progrès à peu près au même rythme, je devrais avoir assemblé toutes les pièces du puzzle d’ici quelques années. Et si une poussée de génie ou de chance inattendue me traverse d’ici là, cela arrivera encore plus vite.

Si vous avez un travail ou une carrière que vous ne choisiriez pas consciemment aujourd’hui, la première étape est de l’admettre. L’étape suivante est de choisir quelque chose d’autre que vous aimeriez entreprendre. Et votre nouveau choix n’a pas besoin d’être le meilleur qui soit – il faut juste que ce soit quelque chose que vous pensez raisonnablement mieux vous convenir, une carrière que vous choisiriez consciemment.

Ensuite, acceptez simplement que si vous voulez changer de carrière, cela va peut-être prendre un peu de temps. Peut-être que cela prendra cinq ans, peut-être même plus longtemps. Mais là encore cela ne prendra peut-être pas autant de temps que vous le pensez. Vous pourriez être surpris de découvrir que les compétences de votre carrière actuelle peuvent aider à accélérer votre nouvelle carrière. Par exemple, peu de conférenciers professionnels comprennent le marketing sur internet, le blogging, ou l’optimisation de moteur de recherche aussi bien que moi – en fait, il est juste de dire que la plupart sont simplement perdus en ce qui concerne le web. Donc je peux me servir de mes compétences web pour faire rapidement et à peu de frais des choses qui sont très dévoreuses de temps, coûteuses, et confuses pour d’autres orateurs, comme bâtir un site web à fort trafic ou vendre des produits téléchargeables. Vous ne trouverez pas d’introductions au flash ici…

Je pense que vous pourriez trouver que même si vous passez du droit au cinéma, il y aura toujours un chevauchement significatif qui vous donnera une longueur d’avance dans votre nouvelle carrière. Par exemple, vous pourriez être un meilleur négociateur, et vous pourriez même gagner de l’argent à côté en aidant de jeunes collègues acteurs avec leurs contrats. À tout le moins, être plus mûr et expérimenté peut vous donner un avantage.

Prenez un moment pour imaginer ce à quoi ces cinq prochaines années pourraient ressembler si vous deviez faire une transition vers une nouvelle carrière. Comment votre expérience de vie pourrait devenir un atout pour vous ? Arriveriez-vous à vivre avec moins d’argent au début ? Pourriez-vous voir ces années maigres comme une partie de cette fabuleuse aventure plutôt que comme un revers insupportable ? Quels nouveaux amis intéressants pourriez-vous vous faire en cours de route ? Quelles nouvelles expériences pourriez-vous apprécier ? Quel bien pourriez-vous faire à vous et aux autres ? Pouvez-vous vous voir bondir du lit chaque matin plutôt que de frapper sur le réveil ?

Je n’ai passé que dix mois et demi sur ce chemin, donc je ne peux pas vous dire à quoi cela ressemblera dans cinq ans, mais je peux partager ce que cela fait jusqu’à présent. Honnêtement, c’est fabuleux. Vous pourriez penser que la première année de transition serait la plus difficile, mais cela n’a l’air difficile que d’un point de vue très superficiel. Évidemment j’ai dû faire des sacrifices. J’ai abandonné pas mal de revenus que j’aurais pu facilement avoir si j’avais continué à travailler à plein temps dans mon entreprise de jeux, ma vieille voiture vient de passer les 240 000 km, et j’ai passé des mois à écrire et à faire des discours gratuitement. Même si cela paraissait difficile à gérer vu de l’extérieur, étonnamment cela n’a pas été compliqué du tout. Il semble en fait qu’il soit bien plus difficile pour les gens qui me regardent que ça ne l’est pour moi. J’ai infiniment aimé ce chemin, et les progrès ont été bien plus rapides que prévu.

Quand je me suis lancé au début, j’ai senti que j’avais besoin de travailler dur pour traverser la difficile période de transition aussi vite que possible, pour pouvoir atteindre le point où je pourrais enfin voir la lumière au bout du tunnel. Mais ce qui est arrivé en réalité est qu’au bout de quelques mois, j’ai fini par voir que le tunnel lui-même était déjà très bien éclairé. Je n’avais pas besoin de me dépêcher d’arriver dans un quelconque futur endroit parce que le moment présent était parfait comme il était. Donc j’ai laissé tomber la métaphore du tunnel et j’ai décidé que le moment présent était l’endroit où je devais être.

Ce que je veux dire par là est qu’au lieu de voir la période de transition comme une épreuve exténuante qui doit être endurée, je vis chaque jour comme une chose à savourer. Je tire tant de plaisir intrinsèque du travail lui-même que les récompenses futures sont presque obsolètes. Je n’ai pas besoin de voir arriver une récompense financière spectaculaire au bout de cinq ans pour être sûr que c’était la bonne décision. Même si la somme totale d’argent que j’ai gagnée dans cette nouvelle entreprise jusqu’ici ne vaut pas une bonne semaine de ventes de mon entreprise de jeux, je me sens bien plus riche aujourd’hui que je ne l’étais quand mes revenus étaient plus élevés. Je pense qu’en continuant à travailler avec cet état d’esprit, ce n’est qu’une question de temps avant que le monde extérieur ne s’en aperçoive.

Je pense que le vrai problème des revenus (comment vais-je nourrir ma famille ?) est que cela laisse beaucoup de gens coincés dans des boulots qui sont mauvais pour eux, particulièrement les hommes qui tirent de la fierté de leur rôle de gagne-pain. Mais pensez à ce que cet argent vous achète. Si vous aviez le choix entre acheter et ne pas acheter à nouveau cette vie, feriez-vous le même choix ?

Votre vie vous verse-t-elle des dividendes aujourd’hui, ou attendez-vous la lumière au bout du tunnel et le fait de pouvoir réellement commencer à « vivre » ?

Où êtes-vous en ce moment – dans la lumière ou le tunnel ?

 

Crédits photo : GVS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *