Traiter avec les personnes irrationnelles

côté irrationnelComment traitez-vous avec les gens irrationnels dans votre vie ? Ces gens vous frustrent-ils ? Ressentez-vous un fort besoin de leur faire entendre raison ? Cette approche a-t-elle été couronnée de succès ?

Bien entendu, nous avons nos côtés rationnels et irrationnels, alors qualifier une autre personne d’irrationnelle est un peu tiré par les cheveux, dans tous les sens du terme. Si vous n’aimez pas traiter les gens de personnes irrationnelles, vous pouvez réduire l’utilisation de cette expression aux « gens qui se comportent parfois de façon irrationnelle avec vous. »

Votre côté irrationnel

L’une des meilleures manières de gérer l’irrationalité des autres, c’est de reconnaitre et de faire la paix avec votre propre côté irrationnel. Quand vous admettez que vous ne vous comportez pas toujours de manière rationnelle, il vous sera plus facile de pardonner et d’accepter les faiblesses des autres, même lorsqu’ils expriment leur irrationalité d’une manière différente de la vôtre.

Vous verrez souvent votre relation avec votre propre irrationalité se refléter dans vos relations avec les autres. Si vous résistez à votre côté irrationnel ou que vous essayez de le réprimer, l’irrationalité des autres peut vous irriter. Cependant, si vous acceptez et appréciez votre irrationalité, vous ne serez pas trop gêné lorsque les autres personnes expriment également leur irrationalité.

J’aime définir mon côté rationnel comme étant la partie de moi qui aime l’ordre et mon côté irrationnel comme la partie qui aime le chaos. J’accorde de la valeur aux deux. L’ordre essaie de donner un sens à la réalité. Le chaos génère de nouvelles possibilités à explorer.

Si je n’expérimentais que l’ordre, la vie serait ennuyeuse. Si je n’expérimentais que le chaos, la vie serait aléatoire et sans intérêt. Toutefois, la combinaison des deux est magnifique.

Jouer avec l’irrationalité

Quel degré d’attention accordez-vous à votre côté irrationnel ? Le laissez-vous se manifester de temps en temps ? Ou le gardez-vous enfermé comme un génie dans une bouteille ?

Je détestais mon côté irrationnel. Je le considérais comme une faiblesse personnelle — un raté de l’évolution qui aurait dû être éliminée de notre ADN depuis fort longtemps. Cependant, tout le temps que j’ai ressenti cela, mon irrationalité ne faisait que s’accroitre. Je perdais beaucoup de temps sur les activités irrationnelles. La majeure partie du temps, je me refusais de reconnaitre cette facette de ma personne.

Aujourd’hui, j’ai un profond respect pour mon côté irrationnel, et je l’exprime délibérément en laissant la place dans ma vie pour un peu de chaos. Lorsque je le fais, cette partie de ma personne est satisfaite, et je sens bientôt la pendule revenir à mon côté rationnel.

Lorsque je me permets de jouer avec le chaos, mon côté rationnel se repose. Pendant ces périodes de repos, il se renforce. Lorsque j’y reviens après une longue pause, mon côté rationnel est renouvelé et restauré. Je résous donc les problèmes plus facilement. Je prends de meilleures décisions. Je me sens plus résistant émotionnellement.

Depuis 10 jours, Rachelle et moi profitons du festival Fringe de Winnipeg. Nous avons vu une trentaine de pièces jusqu’à présent (dont six hier), et nous en verrons encore d’autres aujourd’hui. Nous avons vu des drames, des comédies, des spectacles de clown, du comique corporel, des comédies musicales, des contes, des acrobaties et plus encore. Le festival Fringe est comme une énorme concentration d’expression de créativité humaine. Les prestations vous feront rire et pleurer et vous passerez également par toutes les émotions qui séparent ces deux extrêmes. Il y a peu de règles. Les artistes sont donc libres de créer et de présenter tout type de spectacle qu’ils peuvent concevoir. Une fois que vous aurez vu quelques-unes des pièces les plus folles du festival Fringe, les productions théâtrales classiques auront l’air insipides et épurées en comparaison.

Voir plus de 30 pièces en 10 jours est une façon d’inviter plus de chaos dans ma vie. Ce n’est pas vraiment une chose rationnelle. C’est une expérience à la fois amusante, stimulante et ludique. Et cela me donne une agréable sensation d’abondance. Pendant que je suis ici, je peux sentir que mon côté rationnel se renouvèle de façon progressive. Il a eu l’occasion de se reposer, et il a très vite de s’exprimer ; un peu comme un ressort pressé et plein d’énergie. Cette énergie rationnelle sera un excellent complément pour préparer un atelier.

Vos relations irrationnelles

Beaucoup de gens sont frustrés et contrariés par les personnes irrationnelles de leur vie — en particulier leurs proches. Je parie que vous ne voudrez pas savoir combien de courriels j’ai reçus au fil des ans de la part de gens qui me parlent de leurs proches qui agissent de façon irrationnelle et qui me demandent comment traiter avec de tels gens. En fait, ce n’est pas ce qu’ils demandent exactement. Ils veulent plutôt savoir comment aider ces gens à entendre raison. Le comportement irrationnel chez les autres est considéré comme un problème à résoudre, une maladie à guérir, un bug à corriger.

Les gens essaient souvent de traiter leurs amis, collègues de travail et proches qui agissent de façon irrationnelle comme des personnes potentiellement rationnelles. Ils espèrent en dépit de tout qu’une confrontation logique puisse servir, si seulement ils savent s’y prendre. Ils essaient de se servir des faits alors que les faits ne valent rien. Ils peuvent gagner grâce à la bataille rationnelle, mais personne ne reconnait leur victoire, et à la fin, ils perdent encore la bataille émotionnelle. La confrontation ne sert à rien. Cela contrarie tout le monde et perpétue un statuquo légèrement négatif.

Parfois, vous pouvez prendre quelqu’un au bon moment, le persuader censément avec raison et même l’amener à accepter vos conclusions. Cependant, quelques jours plus tard, c’est comme si la conversation n’avait jamais eu lieu. L’autre personne a sournoisement appuyé sur le bouton de réinitialisation lorsque vous aviez détourné l’attention — et elle ne vous a même pas prévenu.

Pouvez-vous au moins constater que cette approche ne fonctionne pas ? Même lorsque vous pensez avoir gagné, vous avez perdu en réalité. Comme le dit l’adage, un homme convaincu contre sa volonté est toujours du même avis.

Est-il possible que ce problème social découle de votre propre relation avec l’irrationalité ? Si vous ne respectez pas votre côté irrationnel, vous ne le respecterez pas chez les autres. Ils détecteront ce manque de respect et vous repousseront.

Les États-Unis jouent actuellement cette comédie à l’échelle nationale à cause du phénomène Donald Trump. Trump est le candidat de l’irrationalité. Ses arguments n’ont aucun sens logique. Son élection est tout simplement ridicule. Pourtant, il a beaucoup de supporters irrationnels et enthousiastes. D’une certaine manière, cette période électorale est comme une grande pièce de théâtre — une expression brute d’irrationalité.

Les gens rationnels, respectent-ils Trump et le rôle qu’il joue ? On ne dirait pas. Bien sûr, nous savons où cela nous mène. Si vous traitez l’irrationalité avec irrespect, elle ne fait que s’intensifier.

En réalité, je respecte Trump – pas en tant que candidat politique (ce serait ridicule) – mais en tant que clown. Il ridiculise le Parti républicain et les États-Unis en général. D’une part, tout cela me fait rire. D’un autre côté, je pense que ces évènements nous apprendront à tous de bonnes leçons sur la façon dont nous aborderons l’irrationalité dans l’avenir. Est-il efficace de résister ou de dénigrer l’irrationalité ? J’écris cet article depuis le Canada et je me sens de plus en plus à l’aise de passer beaucoup de temps hors des États-Unis, juste pour être en sécurité.

Plus vous respectez les gens irrationnels, moins leurs actions vous gêneront. Ne vous attendez pas à ce qu’ils soient rationnels. N’essayez pas de leur faire entendre raison de façon brutale.

Qu’en est-il de la famille, des collègues ou des amis ? Pouvez-vous respecter leur attitude irrationnelle, même si elle semble se mettre en travers de votre chemin ? Pouvez-vous considérer les faiblesses irrationnelles des autres comme une invitation à explorer votre propre relation avec l’irrationalité ?

Mieux, donnez-vous à votre côté irrationnel l’occasion de s’exprimer ? Ou est-ce que vous le repoussez ? Avez-vous l’habitude d’épuiser votre côté rationnel à un point où vous pouvez à peine accomplir 2 heures de travail productif et ciblé en 8 heures ? Prenez-vous le temps de jouer avec le chaos et d’inviter de nouvelles expériences de croissance ?

Note : Cet article est une traduction de l’article Dealing with Irrational People de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *