Surmonter l’indécision

Note : cet article est une traduction de l’article Overcoming Indecision de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

DécisionsEnvisageons deux scenarii que vous rencontrerez sur votre chemin de développement personnel au cours de votre vie : le développement linéaire et les carrefours de développement. Cet article va se concentrer principalement sur la façon de surmonter l’indécision à laquelle vous pourriez faire face en étant confronté à des carrefours de développement.

Le développement linéaire

Dans un développement linéaire, vous pouvez voir de façon relativement claire les étapes qui vous attendent. Il n’est pas très dur de deviner ce que vous devriez faire ensuite. Le plus grand défi ici est la mise en pratique. Cela ne signifie pas forcément que vous pouvez voir les dix étapes suivantes sur votre chemin de développement, mais qu’au moins l’étape suivante est visible devant vous. Une fois que vous avez complété cette étape, l’étape suivante va rapidement se présenter d’elle-même.

Un exemple de développement linéaire est mon chemin à long terme d’amélioration de mon alimentation. J’ai commencé par une variante de l’alimentation américaine standard, puis je suis petit à petit devenu végétarien, végétalien, et crudivore. Il y a eu des phases d’exploration en cours de route évidemment, mais la plupart du temps j’avais une idée assez claire du « niveau suivant » que je voulais atteindre.

Il y avait deux axes de développement différents là-dedans, mais les deux pointaient fondamentalement dans la même direction. Le premier axe était de passer d’une alimentation basée sur la consommation d’animaux à une alimentation à base de plantes. D’abord, j’ai éliminé toute chair animale, puis j’ai arrêté les œufs et les produits laitiers. J’ai une alimentation composée à 100% de plantes depuis maintenant 12 ans.

Le second axe de développement était de passer des aliments transformés aux aliments non-transformés. J’ai progressivement arrêté les plats manufacturés et cuisinés et j’ai commencé à manger des aliments plus proches de la nature (autrement dit des aliments frais, complets). Faire cuire les aliments augmente la biodisponibilité de quelques nutriments, mais cela ne compense pas la destruction simultanée de centaines d’autres nutriments ; globalement, faire cuire les aliments, c’est détruire la valeur nutritionnelle des aliments.

Le développement linéaire est génial. Quand vous pouvez voir à l’avance les étapes qui vous attendent, vous pouvez vous concentrer sur les changements à faire au lieu de réfléchir aux décisions que vous prenez. Cela ne veut pas dire que c’est facile, mais au moins vous pouvez voir où vous allez.

Il est important de reconnaître les moments où vous êtes sur un chemin de développement linéaire dans un domaine de votre vie. Souvent, quand nous sommes sur un chemin linéaire compliqué, nous avons tendance à mettre en doute nos décisions. Nous nous disons : « Il doit y avoir un moyen plus simple ». Mais en tournant et retournant nos décisions, nous en arrivons à la même réponse. Nous sommes sur la bonne voie ; c’est juste une voie compliquée. C’est bon pour nous cependant parce que ce sont les voies qui nous poussent à développer notre concentration, notre autodiscipline, et une grande éthique de travail.

Si vous pensez qu’une voie est trop difficile et que cela veut automatiquement dire que c’est la mauvaise voie, vous affaiblissez votre esprit et tournez le dos à la vérité. Vous entraîner à soulever des poids de plus en plus lourds vous rend plus fort. Éviter toute charge lourde ne fera que vous rendre plus faible.

Les carrefours de développement

Un carrefour de développement est le fait de voir devant vous deux voies ou plus qui s’excluent mutuellement, et qu’il est difficile de décider quelle voie prendre. Votre défi dans ce cas là est de choisir la « bonne » voie. Mettre votre décision en pratique pourrait encore être difficile, mais la décision de départ est le principal obstacle.

Est-ce que vous devriez aller à l’université ou lancer votre propre entreprise ? Est-ce que vous devriez épouser la personne avec qui vous êtes ou vous séparer et aller chacun de votre côté ? Est-ce que vous devriez déménager pour tel endroit ou tel autre ?

L’option A ou l’option B ? Quel est le bon choix ? Comment décider ?

Les carrefours de développement sont très frustrants. Le problème avec un carrefour de développement compliqué est que cela peut faire stagner votre développement, parfois pendant des années.

J’ai affronté des carrefours de développement très difficiles dans ma vie. Certains m’ont demandé des centaines d’heures pour trouver la bonne décision à prendre, et je n’étais toujours pas sûr que c’était ce qu’il fallait faire.

Vous pouvez sérieusement vous casser la tête à essayer de trouver le meilleur choix. Vous pouvez utiliser différents outils d’analyse et de diagnostic pour vous aider à choisir. Vous pouvez demander de l’aide et des conseils aux autres. Vous pouvez vous fier à votre intuition. Parfois cela aide, mais dans de nombreux cas plus vous essayez d’analyser la situation, plus vous nourrissez son ambivalence.

Une façon de voir un carrefour de développement est d’imaginer deux lignes temporelles différentes, ou plus, qui s’étirent vers l’avenir, une ligne temporelle pour chaque branche possible s’éloignant de votre moment de prise de décision. Une fois que vous prenez votre décision, vous enclenchez une certaine branche, et une seule. À partir de ce moment, vous n’aurez jamais la liberté d’expérimenter les autres branches, du moins pas de la même façon que vous le pouvez actuellement.

L’indécision aux carrefours de développement

Une raison pour laquelle il est si facile de rester coincé à un carrefour de développement est que la position précédant ce carrefour offre l’illusion d’une plus grande liberté que n’importe quelle décision suivant ce carrefour. Cette liberté est souvent ressentie comme préférable au fait de s’engager sur une de ces voies, quelle qu’elle soit.

Par exemple, supposez que vous êtes marié(e), et que vous avez également une histoire d’amour à côté. Votre moitié et votre amourette découvrent la situation, et maintenant vous êtes pressé des deux côtés de choisir l’une ou l’autre. Beaucoup de gens dans cette situation vont retarder leur choix, et rester le plus longtemps possible avec à la fois leur moitié et leur amourette. Pourquoi ? Parce que la liberté qu’il y a à garder les deux possibilités est souvent plus agréable que la perte instantanée d’un des deux partenaires. Aucune voie ne semble être une amélioration claire par rapport à cet état d’indécision perpétuelle.

Malheureusement, quand vous restez coincé trop longtemps à un carrefour de développement, vous perdez souvent la simple liberté de faire un choix. Par exemple, votre moitié et votre amourette pourraient en avoir marre de vous et vous larguer en même temps, ce qui fait qu’il ne vous reste rien. Votre liberté de choix vous a été enlevée. Le choix a été fait pour vous. Laisser le sort décider n’est pas une bonne idée parce que le sort fait souvent des choix de merde.

Les carrefours de développement ne sont pas nécessairement énormes. Vous pourriez rester coincé à un de ces carrefours quand vous vous posez la question « Qu’est-ce que je devrais faire aujourd’hui ? » Si vous restez coincé dans un état d’indécision pendant trop longtemps, vous perdrez rapidement la liberté de choisir quoi que ce soit. Peut-être que votre télé ou internet prendront la décision pour vous. Ce genre d’indécision peut vous faire perdre pas mal de temps dans la vie, souvent en laissant filer les jours un par un.

Surmonter l’indécision

Alors comment surmonter le piège de l’indécision à un carrefour de développement ?

Supposez que vous jouez à un jeu de rôles sur ordinateur dans lequel vous contrôlez un avatar dans le monde du jeu. Dans ce jeu vous avez beaucoup de décisions à prendre. Quelle classe de personnage allez-vous choisir ? Allez-vous explorer Arendia ou Algaria ? Quelles quêtes allez-vous entreprendre ? Quelle guilde allez-vous rejoindre ?

Il y a beaucoup de décisions à prendre, mais peu de gens considèreraient ces décisions comme paralysantes. Vous imaginez quelqu’un se plaindre : « J’ai acheté ce jeu il y a trois ans, mais je n’ai pas encore commencé à jouer parce que je n’arrive pas à décider quelle classe de personnage je devrais jouer. Je ne sais pas quoi faire ! »

La plupart des gens se lanceraient simplement et commenceraient à jouer. Ils accorderaient peu d’importance à ce genre de décisions, et ils décideraient assez rapidement, peut-être même de façon impulsive. Et pour la plupart, la conséquence est qu’ils vont s’amuser.

Évidemment il pourrait y avoir quelques regrets en cours de route. « Bon sang ! Je n’aurais jamais dû ramasser cet objet maudit ! » Mais la plupart des gens vont simplement supporter les revers sans broncher et continuer à avancer. Du coup, leur personnage monte de niveau, et ils s’attaquent à des défis de plus en plus grands. Quand le jeu devient ennuyeux, il peut être enlevé, et le joueur peut passer à autre chose.

Alors pourquoi pouvons-nous rester affreusement coincés dans l’indécision en affrontant des situations de la vie réelle alors que quand nous jouons simplement à un jeu les décisions majeures du jeu ne sont pas vues comme si importantes que ça ?

Conséquences

Peut-être que le facteur principal est que dans un monde artificiel, vous accordez peu d’importance aux conséquences de vos actions. Quoi que vous choisissiez de faire, vous n’allez pas vraiment en souffrir. Personne d’autre ne risque d’en souffrir non plus. Un mauvais choix n’affecte que votre personnage, mais il ne vous affecte pas personnellement. Tout cela est artificiel. Peu importe ce qui arrive à votre personnage, vous irez toujours bien en réalité.

Mais dans le monde réel, les choses sont différentes. Vos actions ont plus de conséquences. Les gens peuvent souffrir. Si vous vous plantez, vous pourriez être ostracisé socialement, et cela peut avoir de sérieuses conséquences pour vous.

Il est compréhensible d’avoir peur de ce genre de conséquences parce qu’à une époque de l’histoire humaine, si vous étiez ostracisé socialement par vos camarades, cela pouvait représenter un risque énorme pour votre survie. Vous faire virer de votre communauté pour une mauvaise prise de décision était quasiment une peine de mort.

Aujourd’hui cependant, les conséquences d’un ostracisme social sont loin d’être aussi dures. Par exemple, aux États-Unis la plupart des mariages finissent en divorce. Et il est intéressant de noter que la satisfaction conjugale augmente depuis des dizaines d’années, restant ainsi en phase avec la facilité grandissante avec laquelle on divorce. À une époque, divorcer était vu comme inacceptable socialement (et cela l’est évidemment encore dans certaines cultures), mais maintenant ce n’est plus une affaire d’état. Même si votre divorce chamboule la vie de beaucoup de gens, la société est assez robuste pour en absorber l’impact, Et vous pouvez quand même continuer et trouver le bonheur après votre divorce.

Évidemment, il y a d’autres conséquences à côté du fait d’être ostracisé socialement. Vous pourriez avoir de gros problèmes financiers, par exemple. Cela pourrait être une vraie entrave à votre style de vie actuel ou désiré.

Quand vous appliquez une sorte de processus analytique pour prendre des décisions, vous essayez d’évaluer et de comparer les conséquences des différentes voies possibles. La voie présentant les meilleures conséquences est jugée comme étant le bon choix.

Malheureusement, évaluer et comparer les conséquences nécessite de prédire l’avenir. Dans une certaine mesure nous pouvons l’imaginer, mais il est difficile d’être précis. La vraie vie va rarement correspondre à nos prédictions.

Donc nous avons bel et bien deux problèmes qui mènent à cet état d’insatisfaction. D’abord, nous nous disons que les conséquences de certaines décisions de la vie réelle sont sérieuses et importantes. Ensuite, nous essayons de prédire quelles conséquences seront les meilleures. C’est comme ça que nous essayons de prendre une décision.

Le problème est que ce processus de prise de décision échoue souvent. Plus vous amplifiez l’importance d’une décision, plus vous vous paralysez. Finalement, les facteurs extérieurs vont vous forcer à prendre une certaine voie, et vous perdrez tout liberté de décision. En refusant de décider, vous vous assignez la classe de personnage par défaut, celle du pion.

Un autre processus de prise de décision

Comment pouvez-vous prendre une décision sans comparer les futures conséquences ?

Cela pourrait sembler une distinction subtile, mais une autre façon de prendre des décisions est de comparer les conséquences immédiates du moment présent.

Qu’est-ce que ça signifie ?

Qu’au lieu d’essayer de prédire le futur pour déterminer les implications à long terme de chaque chemin possible, vous feriez mieux de balancer tout ce modèle d’embranchements linéaires chronologiques. Au lieu de voir le temps comme une frise, voyez le temps comme un seul point fixe. En d’autres termes, partez du fait que seul le moment présent est réel, et que rien n’existe au-delà de ce point.

Votre moment de décision n’implique plus la sélection d’un chemin à long terme. Il se réduit maintenant à un changement d’état dans le moment présent.

En envisageant les différents choix que vous pourriez faire, posez-vous cette question : si je devais m’engager à faire ce choix, comment est-ce qu’il m’affecterait aujourd’hui ? Quels changements immédiats est-ce que je vivrais ?

Imaginez chaque choix possible comme étant réel, comme si vous l’aviez déjà fait. Faites attention à la façon dont vous vous sentez pour chacun des choix. Est-ce que vous vous sentez bien, ou est-ce que quelque part vous vous sentez mal ?

Des carrefours de développement au développement linéaire

Quand j’utilise ce processus, je trouve souvent que mes carrefours de développement se transforment en développement linéaire. Cette indécision s’évanouit, et je commence à voir que le carrefour en lui-même n’était qu’une illusion. C’était une construction mentale – une distraction – que mon esprit a créée parce qu’à un certain niveau il ne se sentait pas prêt à affronter l’étape logique suivante sur mon chemin de développement linéaire. Comme je pensais que l’étape était trop grande pour que je puisse m’en sortir, j’ai créé un carrefour de développement comme moyen de mettre mes progrès sur pause.

Par exemple, pendant des années alors que je gérais mon entreprise de développement de jeux, j’ai été coincé à un carrefour de développement. J’avais un débat intérieur à savoir si je devais faire évoluer mon entreprise de jeux ou quitter ce domaine et faire carrière dans le domaine du développement personnel.

J’essayais tout le temps de prendre ma décision en prédisant les conséquences futures de chaque voie, mais cela menait à une paralysie analytique parce que je comparais des pommes et des oranges. C’était difficile de prendre une décision sur cette base. À cause de la difficulté du changement de carrière, mon esprit a eu tendance à me laisser coincé. Rester dans cet état d’indécision était en fait nécessaire et m’a fourni l’illusion d’une plus grande liberté.

Cependant, quand j’ai compacté chaque alternative en une décision dans le moment présent, en envisageant la façon dont chaque option me faisait me sentir dans le moment présent, le bon choix était clair. Quand je pensais à continuer à développer mon entreprise de jeux, je me sentais piégé. Quand je pensais à travailler dans le domaine du développement personnel, je me sentais excité. Je n’avais pas besoin de prédire l’avenir. La différence dans le moment présent était assez claire.

Cela m’a aidé à voir que tout au fond je savais déjà quelle était la bonne décision. Mais j’avais du mal à en trouver les termes, donc j’avais créé ce carrefour de décisions pour rester coincé. Une fois que j’ai vu que ce carrefour de décision était une illusion créée de toutes pièces, j’ai réalisé que j’étais depuis tout ce temps face à un défi de développement linéaire.

Même si passer du développement de jeux vidéo au développement personnel pourrait ne pas sembler une progression linéaire, cela l’était pour moi. Quand je gérais mon entreprise de jeux, j’ai commencé à écrire des articles en à-côté pour aider les autres développeurs de jeux. Finalement mes articles sont devenus plus populaires que mes jeux. Passer de la création de jeux à la création d’articles était donc une « évolution » semi-logique pour moi. Il est devenu clair que je pourrais fournir plus de valeur en écrivant des articles qu’en produisant des jeux.

Depuis ce temps, chaque fois que j’ai été face à un carrefour de développement épineux, il a fini par se révéler de lui-même être une dichotomie erronée. C’était une illusion que j’avais créée pour éviter d’affronter un grand défi de développement. Il m’est arrivé de créer des carrefours de développement pour m’accorder le droit de faire une pause et de rassembler mes forces.

Prendre la bonne décision n’était pas le vrai problème. Tout au fond je savais quelle était la bonne décision. Je pouvais voir le bon chemin simplement en me concentrant sur les effets du moment présent que présentaient chaque alternative. Le défi était d’être capable d’accepter le bon chemin et d’arrêter de lui résister.

Est-il possible que vos propres carrefours de développement ne soient que de simples illusions ? Peuvent-ils simplement être de simples tactiques pour vous permettre de repousser le moment de choisir ? Se peut-il que vous sachiez déjà quel est le bon choix, mais que vous ayez du mal à l’accepter ?

Pouvez-vous reconnaître le schéma selon lequel chaque fois que vous êtes coincé à un carrefour de développement, vous utilisez cet état d’indécision comme un moyen de mettre en pause votre progression vers l’avant ? Voyez-vous que c’est une façon pour vous d’éviter une chose que vous savez devoir arriver parce que vous ne vous sentez pas prêt à en gérer les conséquences pour le moment ? Pouvez-vous voir que prendre la bonne décision n’est pas le vrai problème ? Pouvez-vous voir que le vrai problème est d’être capable d’accepter totalement le chemin sur lequel vous êtes déjà ?

Même quand vous êtes sur un chemin relativement linéaire, vous pourriez avoir tendance à créer des carrefours de développement pour mettre votre progression sur pause. Si vous ne vous sentez pas assez fort pour vous attaquer aux défis qui vous attendent, vous gardez le « mérite » d’essayer, même si votre progression vers l’avant est au point mort.

Quand vous êtes face à un carrefour de développement épineux et que vous vous sentez coincé dans un état d’indécision, prenez du recul pendant un moment et reconsidérez votre défi sous une nouvelle perspective. Au lieu d’essayer de choisir le bon chemin, envisagez la possibilité que votre tâche soit d’accepter totalement le chemin que, tout au fond, vous avez déjà choisi.

Accepter votre chemin

Accepter votre chemin peut faire naître pas mal d’émotions intéressantes. J’appellerais cela une combinaison de soulagement, d’excitation, et de renoncement. C’est bon de laisser derrière soi cet état d’indécision, mais cela peut aussi être inconfortable parce que maintenant vous devez vous mettre au travail. Vous ne pouvez plus vous cacher derrière l’excuse de l’indécision.

Ce sentiment de « Bon sang… ça va être dur ! Je ne suis même pas sûr de pouvoir y arriver… » est parfaitement normal. J’ai ce sentiment chaque fois que je dépasse un carrefour de développement. D’un côté, je sais que la décision est la bonne. Mais d’un autre côté, je ne me sens pas vraiment prêt pour le chemin qui m’attend. Je jette un rapide coup d’œil au monstre niveau 30 qui est plus loin sur la route, et je suis inquiet parce que mon personnage n’est qu’au niveau 20.

Mais une fois que vous arrêtez de vous demander « Est-ce que je suis vraiment censé m’attaquer à ce monstre niveau 30 ?? » et que vous acceptez totalement que oui, vous êtes le héros a qui on a confié cette tâche, cela vous aide à changer de point de mire. L’indécision s’envole, et vous acceptez le chemin qui vous attend. Vous réalisez que vous allez devoir développer votre personnage au-delà du niveau 20, pour pouvoir faire le poids face à ce monstre.

« Je ne sais pas quoi faire » est une excuse qui signifie en fait « Je ne me sens pas encore assez fort pour passer à l’étape suivante. » Autrement dit, « Je ne sais pas quoi faire » est un pur non-sens. Évidemment que vous savez quoi faire. Vous avez simplement peur de ne pas être capable d’y arriver.

Ce qui est amusant est que si vous preniez toute l’énergie que vous gaspillez en inquiétude et en indécision et que vous la mettiez dans le développement de votre personnage, le monstre qui vous attend ne serait bientôt plus une épreuve pour vous.

Quel chemin de votre carrefour de développement vous fait penser : « Ouah… je ne sais pas si je peux faire ça. Ça a l’air assez dur. C’est un monstre sacrément effrayant. » ? Est-ce que c’est le chemin de l’auto-entreprise ? Le chemin de l’amélioration de votre alimentation ? Le chemin du mariage ? Quel chemin va pousser votre personnage à progresser et à passer du niveau 20 au niveau 30 ?

Soyez confiant dans le fait que d’autres héros ont déjà terrassé le monstre que vous devez affronter. D’autres ont déjà atteint le niveau que vous essayez d’atteindre. Vous pouvez monter à leur niveau si vous y travaillez vraiment. Votre défi de niveau 30 a l’air difficile parce que vous le voyez par les yeux d’un personnage de niveau 20, mais vous n’êtes pas obligé de rester éternellement ce personnage de niveau 20.

Balancez cette excuse de l’indécision, et commencez à travailler dès aujourd’hui sur le niveau 21.

Crédits photo : © alphaspirit – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment vaincre lindécisionlindécisionque révèle lindécision en amour

Un commentaire

  • Cheikh GAYE dit :

    Vous avez parfaitement raison , mais je crois que tout ce que vous venez de développer interesse plutôt un bourgeois qui est financièrement libre /
    Supposez un ouvrier qui n’a ni carte VISA , ni carte Mastercard pour manger au restaurant , sinon sa maudite poche , peut’il se permettre de choisir une alimentation végétarienne ou animale .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *