TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Songeries à propos de la réalité, de la méthode scientifique, et du remède contre les pellicules

Note : cet article est une traduction de l’article Musings on Reality, the Scientific Method, and the Cure for Dandruff de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Preuve réalitéDans cet article je vais aborder sous forme de question-réponse les questions/commentaires que j’ai le plus reçus de la part des lecteurs récemment, particulièrement à propos du modèle intention-manifestation, du sommeil polyphasique, et de l’expérience du million de dollars.

Steve, on dirait que vous traitez certains sujets de manière plutôt non-scientifique.

Vous avez raison.

Dites-vous que vous êtes intentionnellement non-scientifique ?

Encore correct.

Pourquoi ?

La méthode scientifique présuppose que nous vivons dans un univers objectif, où l’observateur et l’observé sont des entités distinctes. C’est le modèle de réalité habituel que nous avons en occident.

Cependant, il semble mieux de ne pas partir de cette supposition parce que je la suspecte fortement d’être incorrecte. Et je ne veux pas prendre toutes les décisions de ma vie en me basant sur un modèle de réalité incorrect. Pour ma part, cela signifierait faire de vraiment, vraiment grosses erreurs… le genre d’erreurs que les êtres humains ont fait tout au long de leur histoire. Je n’ai aucun intérêt à répéter ce processus.

Je ne peux être « scientifique » qu’au point où j’adhère au modèle de réalité objective de l’univers. Maintenant, qu’on ne se méprenne pas. Ce modèle a certainement ses avantages. Rien ne peut remplacer la méthode scientifique dans les domaines dans lesquels elle fonctionne. Mais si la réalité n’est pas entièrement objective, alors il y a un domaine dans lequel la méthode scientifique ne fonctionne pas. Et ce domaine peut être ô combien important.

Très peu de gens en occident sont conscients que la méthode scientifique commence par une supposition improuvable vis-à-vis de la réalité. Même les scientifiques expérimentés admettront que la science commence par une supposition, et en fait, beaucoup de scientifiques s’élèvent contre cette limitation quand ils étudient la physique quantique et interrogent sérieusement la validité de cette supposition. Certains scientifiques déracinent déjà cela… et souffrent des pierres et des flèches de leurs pairs ce faisant.

Il y a beaucoup de gens qui étudient la réalité objective avec la méthode scientifique, mais je suis davantage enclin à explorer ce qui se trouve en dehors. Et la raison d’une telle exploration est que cela pourrait mener à une récompense potentiellement énorme. Si la réalité est réellement créée par nos pensées (au moins partiellement), alors il y a ici un potentiel pour d’énormes percées dans le développement de l’humanité si nous pouvons comprendre comment cela fonctionne et en faire bon usage. Nous pourrions manifester des miracles – peut-être même guérir des pellicules.

Mais la méthode scientifique est la base et l’aboutissement de la civilisation moderne. Vous ne pouvez pas simplement lui tourner le dos.

La méthode scientifique est un outil, et comme tout autre outil il a ses limites. C’est un outil permettant d’étudier la réalité objective, et dans ce domaine, il est imbattable. Mais c’est un outil inutile pour observer la réalité subjective. Alors si vous voulez étudier la possibilité que la réalité est créée par la pensée – que l’observateur et l’observé sont inséparablement liés – alors vous ne pouvez pas utiliser la méthode scientifique. Ce serait comme essayer d’étudier les flammes sous l’eau. Vous pourriez toujours tenter ce genre d’expérience, mais vous ne pourrez voir aucune flamme.

Donc si nous ne vivons pas dans un univers purement objectif, dans quel genre d’univers pensez-vous que nous vivons ?

Au lieu de voir la matière et l’énergie comme les éléments constitutifs fondamentaux de tout ce qui existe, je pense qu’il faut plutôt voir la conscience elle-même comme la structure fondamentale. Dans la « meilleure estimation » actuelle de mon modèle de réalité, je vois le monde comme co-créé collectivement par les êtres conscients. Le monde reste relativement stable (c’est-à-dire apparemment objectif) parce que nous le recréons sur le même modèle (passé, présent, et futur). Mais si chaque être humain changeait ses croyances vis-à-vis de la réalité, alors je suspecte que la réalité changerait pour s’adapter à nos croyances (y compris le passé, le présent, et le futur).

De plus, je suspecte qu’il n’y ait en fait qu’une seule conscience, et que nous la partageons tous. Nous avons des corps et des esprits séparés, et même nos propres pensées individuelles, mais la conscience elle-même est un champ sous-jacent qui nous connecte tous. Une des choses dingues que j’ai faites il y a quelques mois a été de changer la façon dont je m’identifie loin de mon propre corps-esprit pour entrer dans ce champ. Imaginez voir votre propre identité non pas comme une personne individuelle avec un corps et un esprit mais plutôt comme un tout de la conscience elle-même. Alors de ce point de vue, vous voyez simplement votre corps et votre esprit comme des parties de vous et non comme vous en totalité. Votre corps et votre esprit sont simplement des membres d’un corps plus grand. Mais alors dans cette identité plus grande, vous avez aussi accès à d’autres membres, comme la capacité à manifester des synchronicités venant de nulle part pour manipuler la réalité par votre intention. J’ai passé ces derniers mois à essayer d’identifier et d’apprendre à bouger ces autres membres. Le sommeil polyphasique était une expérience dans cet ordre d’idées. L’expérience du million de dollars en est une autre.

Je trouve que me considérer comme la conscience même et non comme une simple personne corps-esprit est bien plus motivant et peut-être une façon plus précise de voir la réalité. Imaginez que vous passiez votre vie entière à vous considérer comme votre simple bras gauche. Vous pouvez battre l’air et toucher les choses et bouger les choses qui vous entourent, mais vous êtes toujours limité à ce que peut faire un bras. Vous remarquez qu’il y a un corps attaché à vous qui vous fournit de l’oxygène et de la nourriture, mais vous n’avez pas de contrôle direct sur lui. Il est d’une façon ou d’une autre séparé de vous. Imaginez alors à quel point il serait étrange d’étendre votre conscience pour envisager que vous pourriez en fait être le corps entier et pas seulement le bras. Au début vous suspecteriez que vous aviez tort parce que vous n’aviez pas les connaissances et les compétences nécessaires pour contrôler le reste du corps. Au mieux vous seriez simplement capable de le faire remuer de manière incohérente. Vous devriez apprendre comment contrôler les autres membres et parties du corps. Il serait très désordonné pour commencer, mais vous le découvririez petit à petit. C’est l’impression que j’ai quant à ce que je fais en ce moment. J’ai cessé de m’identifier comme ce bras gauche et j’ai envisagé que ma réelle identité pourrait en fait être quelque chose de bien supérieur. Mon corps-esprit physique pourrait être simplement une des nombreuses parties d’un corps, bien que ce soit la partie à laquelle je suis le plus habitué, et que je puisse donc quand même le contrôler plutôt bien. Peut-être que les objets physiques et les autres gens autour de moi ne sont pas séparés de moi après tout. J’essaye graduellement d’identifier ces autres parties et de découvrir comment les bouger. Je ne vois pas mon incapacité à les bouger pour le moment comme la preuve que ce modèle est incorrect – il se peut simplement que je n’aie pas découvert comment le faire, comme un nouveau-né balbutiant, qui essaye de donner un sens à ses nouvelles perceptions.

Ceux qui obtiennent des résultats avec l’expérience du million de dollars apprennent à remuer ce corps plus large qu’est la conscience. C’est désordonné et incohérent parce que nous ne savons pas encore bouger ces autres membres, mais si le modèle est correct, alors certains d’entre nous devraient être capables de développer une meilleure aptitude à le faire. Quand vous sentez qu’un corps plus grand remue et que vous savez que vous en êtes à l’origine, c’est une expérience assez incroyable… comme un nouveau-né réalise qu’il vient de bouger son bras volontairement.

Je ne sais pas si ce modèle est correct non plus, donc je veux le tester. Je suis prêt à tolérer certains risques dans cette tentative personnelle, mais je ne vais pas recommander à d’autres personnes de faire quoi que ce soit de terriblement risqué objectivement. Tous ceux qui choisissent de participer à de telles expériences le font en connaissant les risques. Mais vous prenez aussi un risque en ne faisant rien – c’est risqué de traverser la vie en ne vous servant que de votre bras gauche si vous êtes en fait un corps complet.

Et si vous aviez tort ?

SI j’ai tort, j’ai tort. J’accepterai ce verdict de la réalité. Mais en même temps je vais insister jusqu’à ce que j’aie réellement un verdict.

Mais comment pouvez-vous faire ça ?

Rien d’autre ne semble valoir la peine. Je n’ai pas peur qu’on dise que j’ai tort. Mon ego n’est pas engagé dans les résultats de ces expériences. Si elles fonctionnent, super. Sinon, je les laisserai derrière moi et je passerai à autre chose.

Quand je regarde autour de moi la façon dont les gens vivent, ils ressemblent à des zombies qui marchent. Ils se lèvent, ils vont travailler, ils mangent de la nourriture malsaine, ils regardent la télé, ils débattent sur la politique, et ils répètent ce cycle jusqu’à la retraite. Après la retraite ils se préoccupent d’activités tout aussi inutiles en attendant la mort. Ils passent toute leur vie à ne rien penser de réel, à ne rien faire de réel, et à ne parler de rien de réel. Mais de temps en temps, une expérience leur arrive qui les réveille temporairement… toujours très brièvement. Peut-être que ça a été le fait de se faire virer, de souffrir de la mort de quelqu’un de proche, ou de connaître une révolution mentale. Pendant cet instant ils sont éveillés, mais trop souvent ils paniquent quand cela arrive et retournent souscrire à l’antique hypnose de masse.

Quand j’ai finalement réalisé que j’étais une de ces personnes, j’ai consciemment cliqué sur « désabonner ». J’ai décidé de consacrer ma vie à la poursuite de ce qui me semblait le plus réel au lieu de vouer mon existence à manger des cochonneries, à regarder des sitcoms, et à vendre des gadgets.

Arrêtez s’il-vous-plait. Vous me faites peur.

J’ai bien peur de ne pas pouvoir arrêter. Mais vous êtes toujours libre d’arrêter de lire ce truc qui vient de moi… sauf si bien sûr il se trouve que vous êtes emprisonné et que ceci est utilisé comme forme de torture, dans quel cas vous bénéficiez de ma plus profonde compassion.

Ne pensez-vous pas être un peu désinvolte vis-à-vis d’un sujet aussi sérieux ?

Oui.

Pourquoi ?

Parce que je trouve cela plus efficace pour éveiller les gens.

Je me désabonne définitivement.

Ok, salut.

Je le pense – je vais le faire.

Ok, salut.

Je vous déteste.

Je vais vous envoyer un autocollant que vous pourrez porter et où est écrit, « normal ».

Crédits photo : Lulla

One Trackback

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *