L’immobilier virtuel

Note : cet article est une traduction de l’article Virtual Real Estate de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

ImmobilierEn plus de gagner des revenus passifs avec l’immobilier physique, (lien) vous pouvez générer des revenus avec l’immobilier virtuel.

L’immobilier virtuel est une propriété en ligne. Cela inclut les noms de domaines, les sites web, et les services en ligne. Une pub virtuelle dans le monde d’un jeu en ligne est un exemple d’immobilier virtuel.

Si vous avez déjà enregistré de nom de domaine ou créé un site web, alors vous avez déjà possédé de l’immobilier virtuel.

La propriété est une sorte de zone grise, avec de l’immobilier à la fois physique et virtuel. J’utilise le terme de façon assez souple. La propriété dépend de la quantité de contrôle que vous avez sur votre propriété, donc nous avons tout un éventail de possibilités. Par exemple, si vous voulez découvrir qui possède réellement votre maison, arrêtez de payer vos impôts fonciers pendant un moment et voyez ce qui arrive.

Avec l’immobilier virtuel, la propriété peut devenir vraiment confuse, mais pour les besoins de notre série de revenus passifs, ce qui nous préoccupe vraiment est la quantité de pouvoir que vous avez pour monétiser votre propriété.

Supposez que vous ayez une page Facebook. Nous pourrions dire que Facebook la possède plus que vous, et que vous n’avez pas tellement de contrôle sur la mise en page et les fonctionnalités. Mais vous avez quand même la capacité de la monétiser, donc vous pourriez la traiter comme votre propre immobilier virtuel dans une certaine mesure. Par exemple, vous pourriez recommander un produit avec un lien affilié, et si un de vos amis achète, vous gagnez un peu d’argent. Ou alors vous pourriez utiliser votre page Facebook pour envoyer du trafic vers vos autres propriétés virtuelles puis monétiser ce trafic.

Monétiser de l’immobilier virtuel

Il y a de nombreuses façons de monétiser de l’immobilier virtuel, à la fois activement et passivement.

Une façon de gagner de l’argent avec de l’immobilier est d’investir dans les noms de domaine. Si vous pouvez acheter un nom de domaine à un prix et le vendre plus tard pour plus cher, vous allez profiter de l’augmentation de sa valeur, et cette augmentation peut grosso modo être considérée comme une forme de revenus passifs.

Je possède encore le nom de domaine de mon ancienne entreprise de jeux vidéo, dexterity.com, que je possède depuis le milieu des années 90. Les noms de domaine en un seul mot peuvent valoir de l’argent aujourd’hui parce qu’ils sont quasiment tous pris (à moins que vous inventiez un nouveau mot.) Donc si je le voulais, je pourrais vendre ce domaine et gagner de l’argent avec.

Vous pouvez aussi acheter et vendre des sites web, ce qui est une autre façon de faire du commerce d’immobilier virtuel. Acheter pas cher, vendez cher, et vous ferez du profit dans cet échange. Ce ne sont pas nécessairement des revenus passifs, mais c’est quand même une façon de monétiser ces propriétés.

En dehors de la valeur du nom de domaine, la valeur de l’immobilier virtuel dépend largement du genre de trafic qu’il reçoit. Plus de trafic, c’est bon. Du trafic de meilleure qualité (autrement dit des gens qui veulent dépenser de l’argent), c’est aussi bon.

Une forme intéressante d’immobilier virtuel est d’acheter de la propriété virtuelle dans un monde de jeu virtuel. Je ne fais pas ce genre de choses, mais j’ai entendu parler de gens qui gagnent un peu d’argent en achetant et en vendant des propriétés dans le monde des jeux, comme des personnages, des bâtiments, des armes, etc. Mais souvent ils gagnent moins que le salaire minimum.

Développer de l’immobilier virtuel

N’importe qui peut acheter des propriétés virtuelles parce que tout ce que vous avez à faire est d’enregistrer un nom de domaine, ce qui peut être fait en quelques minutes. C’est beaucoup plus simple que d’acheter de l’immobilier physique.

Personnellement j’aime l’immobilier virtuel parce que c’est facile de se lancer, que vous n’avez pas besoin de sortir beaucoup d’argent, vous n’avez pas à traiter avec les banques, les titres et les montagnes de paperasse basées sur la peur, que c’est facile à entretenir, et il y a tellement de façons de le monétiser avec tous les nouveaux moyens imaginés chaque année.

J’ai lancé ce site web pour un prix total de 9$. Ma seule dépense a été d’enregistrer le nom de domaine. J’ai ferrouté le site sur un serveur web que j’utilisais pour un autre site, ce qui fait que je n’ai pas eu à payer quoi que ce soit de plus pour l’hébergement web. Après cela, tout ce que j’ai dépensé pour améliorer le site web, comme l’achat de logiciels et les mises à jour d’hébergement, tout cet argent dépensé est venu des revenus du site. Essayez d’acheter de l’immobilier physique avec seulement 9$ d’investissement. Vous pouvez dépenser plus que cela en carburant simplement en allant en voiture regarder des propriétés.

Ma façon préférée de générer du trafic pour un site web est d’y mettre beaucoup de contenu gratuit de qualité. Cela attire les visiteurs, et augmente le classement des moteurs de recherche qui peuvent aider à faire durer et à augmenter la valeur de la propriété avec le temps. Quand mon site n’avait pas de trafic, je postais ce contenu gratuit en-dehors de mon site, pour que les gens puissent quand même le trouver. Ce contenu externe a ensuite aidé à amener du trafic sur mon site web.

Le trafic est la clé. Une fois que vous avez du trafic, vous pouvez le monétiser de tellement de façons différentes. Vous pouvez vendre des espaces de pub, utiliser des programmes affiliés, passer des accords de joint-venture, solliciter des dons, vendre des souscriptions à un site pour abonnés, et plus encore. Cela revient globalement à tester et expérimenter des choses. Chaque site est unique, donc ce qui fonctionne pour l’un peut ne pas fonctionner pour un autre.

Sauter sur les tendances

Pour ce qui est de développer de l’immobilier virtuel, beaucoup de gens ne savent vraiment pas ce qu’ils font, tout comme je ne saurais pas ce que je fais si j’essayais d’investir dans l’immobilier physique. Ces gens font l’équivalent d’essayer de développer un centre commercial au milieu de nulle part puis de l’abandonner à moitié construit. Et ensuite de se plaindre qu’on ne peut pas gagner d’argent avec les centres commerciaux.

Peut-être que le plus grand problème que j’aie pu voir est que les gens essayent de développer de l’immobilier virtuel en copiant ce que les autres ont déjà fait et refait. Vous ne voulez même pas savoir combien de gens ont lancé des blogs de développement personnel après avoir vu le mien. Cette stratégie ne va pas très bien fonctionner aujourd’hui.

Quand j’ai lancé mon site au tout début en 2004, je ne connaissais pas d’autres blogueurs en développement personnel. C’était une idée relativement nouvelle. Il y avait des experts en développement personnel, mais ils se concentraient sur le fait d’écrire des livres et de faire des conférences. La majeure partie des sites web étaient simplement des cartes de visite en ligne basiques, ne dépassant pas les 10 pages au total. Beaucoup d’entre eux ne savaient même pas ce que c’était qu’un blog. J’ai senti qu’il y avait là une grosse opportunité, donc j’ai sauté dessus.

Voir cette opportunité en 2004 était comme trouver un lopin de terre libre et pas cher juste au bord d’une métropole à développement rapide. Vous savez qu’au fur et à mesure que la ville se développe, ce terrain va voir sa valeur augmenter, donc c’est un investissement sage.

Quand j’ai commencé en 2004, pour moi et les autres blogueurs comme moi c’était un peu comme si nous ne pouvions rien faire mal. Il y avait bien plus de demande pour les blogs que ce que les blogueurs pouvaient offrir. Beaucoup d’autres blogueurs qui ont commencé à cette époque ont vu leur trafic augmenter de façon incroyable. Ces jours bénis font partie du passé.

Si je démarrais aujourd’hui, je ne lancerais PAS un blog de développement personnel. Il y a beaucoup trop de gens dans la blogosphère aujourd’hui. Cela serait un combat à vent contraire pour dépasser des concurrents déjà bien installés, conquérir un public, et arriver en haut des moteurs de recherche. Je ne dis pas qu’il est impossible de réussir aujourd’hui avec un nouveau blog – c’est encore faisable – mais que c’est loin d’être aussi accessible que ça l’a été. Il y a des cibles bien plus simples à atteindre.

Si je démarrais tout juste aujourd’hui et que je voulais en gros travailler dans le même domaine, j’irais là où il reste beaucoup de place libre, et je pourrais entrer pour pas cher et me bâtir un public. Je pourrais me lancer dans les e-books (lien) parce que ce marché explose avec toutes les ventes sur téléphones et tablettes, et c’est encore loin du point de saturation.

D’autres bons choix seraient les applications pour iPhones, iPads, tablettes Android et téléphones. Une autre option serait de développer des applications pour Chrome, qui est récemment devenu le navigateur n°1. Et avec l’évolution des écrans d’ordinateur vous pourriez aussi tirer profit des écrans Retina ainsi que de certaines nouvelles fonctionnalités de la dernière OS. Certains de ces marchés pourraient sembler déjà bondés, mais je pense que nous n’en sommes qu’au début.

En 2004, je m’inquiétais d’être entré trop tard dans le blogging parce qu’il y avait déjà 8 millions de blogs aux USA quand j’ai démarré, même si la plupart étaient de simples journaux personnels. Maintenant il y a probablement 400 à 500 millions de blogs. Je pense que nous allons voir la même explosion dans les e-books et les divers marchés d’applications au cours des prochaines années. Vous pensez que 650 000 iPhones/iPads, c’est beaucoup ? Attendez quelques années. On est encore tôt.

Il faut surfer là où sera la vague, pas là où elle était. Les blogs sont les nouveautés d’hier. Si vous n’avez pas encore surfé cette vague jusqu’à son apogée, vous avez manqué le bateau. Concentrez-vous sur les opportunités les plus récentes qui émergent tout juste mais qui ne sont pas encore saturées par la concurrence.

En ce qui concerne l’immobilier en ligne, « si tu dors, t’es mort. » Quand vous voyez une opportunité, agissez.

Surmontez les excuses

Une des raisons pour lesquelles les gens hésitent à passer à l’action est qu’ils se noient tout seuls dans les excuses. Mais les gens qui réussissent pourraient servir les mêmes excuses. Ce n’est pas l’existence d’excuses potentielles qui pose problème. C’est la volonté d’y succomber.

Comme je l’ai fait remarquer dans un article précédent, « Je ne sais pas comment faire » (lien) est peut-être l’excuse la plus grosse et la plus nulle qui soit.

Si vous ne savez pas comment faire, faites-le quand même. Une fois que vous le ferez, vous saurez comment faire. Évidemment vous n’allez jamais savoir comment faire la première fois. Personne ne sait.

Les gens pensent souvent qu’ils sont supposés réussir avec un processus comme :

  1. Fixer un objectif.
  2. Trouver comment l’accomplir étape par étape.
  3. Suivre les étapes pour accomplir l’objectif.

Et quand ils n’arrivent pas à finir l’étape 2, ils sont coincés et ils procrastinent. Et ils se plaignent beaucoup, chose que je déteste.

Une approche plus réaliste ressemble plutôt à ça :

  1. Fixer un objectif.
  2. Trouver une petite action qui pourrait vous rapprocher de cet objectif. Dans le pire des cas, y aller au pif.
  3. Répéter l’étape 2.
  4. Si vous n’avez pas encore atteint votre objectif, répéter l’étape 2.

L’an dernier je ne savais pas comment créer une chanson. Je ne connaissais pas les étapes. Je ne pouvais pas utiliser la première méthode. Mais j’ai pu terminer une chanson en utilisant la deuxième méthode. Je pouvais deviner la première étape, qui était de lancer GarageBand sur mon Mac pour la première fois. Une fois le programme lancé, j’ai regardé l’interface et j’ai eu des idées de ce que pourrait être l’étape suivante, comme « Créer un nouveau projet ». Au cours de cette même séance, j’ai créé ma première chanson. C’était horrible et ça ne durait que 12 secondes, mais c’était un début. Et en une semaine ou deux, j’ai été capable de créer quelque qui durait environ 3 minutes et qui était au moins audible.

C’est la même chose pour créer de l’immobilier virtuel. Personne ne sait comment le faire au début, mais ils le font quand même. Vous devinez simplement une étape et vous la faites. Puis vous devinez l’étape suivante et vous la faites. Continuez à adapter et à agir jusqu’à ce que vous trouviez quelque chose d’intéressant.

Si vous pensez que vous avez besoin de connaitre toutes les étapes d’action, vous êtes simplement un imbécile. Même si quelqu’un d’autre vous donne les étapes d’action qui ont fonctionné pour lui, cela ne fonctionnera probablement pas pareil pour vous. Les éléments constitutifs seront différents. Vous pouvez essayer de suivre une recette, mais cela sera légèrement différent à chaque fois.

Ne vous préparez pas mentalement avant de commencer. Avec n’importe quelle source de revenus passifs, vous allez apprendre au fur et à mesure. Pour un débutant cela pourrait faire peur. Mais une fois que vous vous y habituez, vous allez voir que c’est l’incertitude qui rend les choses amusantes. 🙂

Crédits photo : © Paulista – Fotolia

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *