TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Le marketing et la conscience

Note : cet article est une traduction de l’article Marketing From Your Conscience de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

ConscienceIl y a des années j’ai appris un secret de marketing simple mais efficace : vous devez être tellement convaincu des bénéfices de votre produit ou service que vous sentez que vous priveriez injustement les gens en ne faisant pas tout ce qui est en votre pouvoir pour passer le mot.

J’ai été contaminé par l’attitude de Jay Abraham. Jay a une remarquable façon de penser en ce qui concerne le marketing. Par exemple, si vous êtes comptable, et que vous êtes doué pour éviter aux gens de payer des impôts, Jay pourrait demander combien vous faites économiser à votre client en moyenne. Disons 500$ par an. Alors Jay vous demanderait combien vous faites payer. Disons 200$. Jay et vous auriez alors ce genre de conversation :

Jay : Cela coûte donc 300$ par an aux gens de ne pas faire affaires avec vous.

Vous : Oui, on peut dire ça.

Jay : Combien de temps est-ce qu’un client habituel passe avec vous ?

Vous : Environ trois ans.

Jay : Donc cela fait 900$ au total. Ce qui fait que les gens payent 900$ en ne travaillant pas avec vous, 900$ qu’ils auraient pu garder dans le cas contraire.

Vous : Exact.

Jay : Donc si vous rencontrez quelqu’un et ne lui parlez pas de vos services, vous venez de leur coûter 900$.

Vous : Hmm…

Jay : Vous avez alors le devoir de partager ce savoir : ne pas le faire serait irresponsable.

Vous : C’est une drôle de façon de voir les choses.

Jay : Qu’est-ce qui est étrange là-dedans ? Si vous avez la capacité de faire économiser 900$ aux gens, alors vous coûtez à tout le monde 900$ qu’ils auraient pu économiser en ne leur parlant pas de vos services. N’avez-vous pas l’obligation morale de faire économiser ces 900$ aux gens si vous le pouvez ? Ne serait-ce pas immoral de ne pas le faire ?

Vous : En quoi est-ce immoral ?

Jay : Vous extorquez les gens de 900$ que vous auriez pu leur faire économiser. Tout ce que vous aviez à faire était de leur parler – ou au moins d’essayer. Que peuvent représenter 900$ pour certaines personnes ? Vous coûteriez aux gens une bonne part de loisirs en plus, d’éducation, de retraite, de vacances, etc. Je considère que ce genre de comportement négligent ne serait pas moral. Pas vous ?

Vous : Je n’y ai simplement jamais pensé de cette façon.

Jay : Commencez à y penser de cette façon alors.

En d’autre mots, si le produit ou le service que vous fournissez est réellement un bénéfice pour les autres, alors le marketing devient un devoir. Ne pas passer le mot est irresponsable et immoral.

Bien sûr, l’inverse est également vrai. Si vous avez un produit ou un service qui n’apporte aucun bénéfice réel, alors en faire la publicité activement serait aussi irresponsable. Si au fond de vous vous avez des doutes quant à la valeur réelle de ce que vous fournissez, vous vous saboterez probablement tout seul dans vos efforts de marketing. Je vois cela tout le temps chez les propriétaires de petites entreprises – ils ne croient souvent pas assez en leurs produits pour en faire réellement la publicité. Donc ils se retiennent et emplissent leurs journées d’activités non-marketing à la place. Faire trop de marketing les met mal à l’aise.

Je ne vous encourage pas à vous leurrer en croyant dans votre produit/service si ce n’est pas le cas. Je vous suggère simplement de consulter votre conscience pour voir ce en quoi vous croyez réellement. Si vous gérez votre propre business et ne le vendez pas très bien (une situation habituelle), est-il possible que vous ne croyiez pas vraiment dans les bénéfices que vous apportez ? Ou si vous sentez que vous êtes prêt pour un meilleur emploi mais que vous n’allez pas postuler, se peut-il que vous sentiez secrètement que l’employeur potentiel ferait mieux d’engager quelqu’un d’autre ?

Quel est votre niveau de marketing dans les autres domaines ? Vous retenez-vous de rechercher de nouvelles amitiés ou relations parce que vous ne croyez pas assez dans les bénéfices que les autres retireraient de votre compagnie ? Qu’arriverait-il si vous croyiez réellement dans les bénéfices que vous pouvez apporter ?

Quand vous pensez que votre conscience vous retient de faire un marketing efficace, n’essayez pas d’écraser cette voix intérieure. Écoutez-la. Écoutez ce qu’elle a à dire. Vos produits font-ils simplement perdre du temps aux gens ? Vos services sont-ils inutiles ? Un employeur ferait-il mieux d’embaucher quelqu’un d’autre que vous ? Un ami se porterait-il mieux sans vous dans sa vie ?

Votre conscience peut vous indiquer la direction d’une grande incohérence intérieure, ce qui vous permettrait de vous vendre très naturellement et avec envie. Parfois cela nécessite de reconnaitre le bénéfice réel qui est déjà présent, comme avec l’exemple du comptable au début de l’article. Mais d’autres fois cela nécessite de changer l’offre pour créer un nouveau bénéfice qui compte vraiment pour vous.

Quand j’ai lancé mon blog, je devais me souvenir de cette grande leçon : le marketing doit être en accord avec la conscience. Je peux dire que je suis cohérent dans ce domaine quand j’ai envie de faire des tâches de marketing plutôt que de vouloir les laisser de côté. Si je sens un désir de procrastiner en marketing, je sais que quelque chose ne va pas. Alors je me lance dans une de ces discussions imaginaires avec Jay Abraham pour voir où j’en suis. Quel est le réel bénéfice que je fournis ? Comment puis-je le quantifier ? Qu’est-ce que je coûterais aux gens si je ne me vendais pas à eux ? Pourquoi ai-je un devoir éthique à diffuser cette information ?

Faites attention de ne pas confondre cela avec de la vanité, qui est auto-dirigée. Ce genre de motivation est dirigé vers l’extérieur. Il n’est pas question de vous dire à quel point vous êtes super. Il est question de reconnaitre ce que vous pouvez faire pour les autres qui leur bénéficierait vraiment, réellement. Si je me considère comme un grand écrivain ou orateur, cela ne va pas aider mon marketing. En fait, il y a des chances que cela me nuise en injectant trop d’ego dans mon message. Mais si je pense au réel bénéfice que je peux offrir à quelqu’un, c’est très motivant. Ma compréhension de ce bénéfice doit être ancrée dans les faits, pas dans une exagération fictionnelle. Reconnaissez et acceptez les bénéfices réels et terre-à-terre et ce qu’ils font en réalité pour les gens. Et si les bénéfices sont trop faibles pour vous donner la sensation que le marketing est un devoir moral, alors arrêtez votre pratique du marketing au rabais et écoutez ce que votre conscience a essayé de vous dire tout ce temps.

Quel genre de produit ou de service sentez-vous que vous devriez vraiment promouvoir et vendre ? Quelles compétences avez-vous besoin de développer pour faire un choix intelligent et que le patron que vous préférez vous engage ? Qu’avez-vous besoin de changer en vous pour que les autres aient un réel intérêt à être ami avec vous ?

En créant et reconnaissant le réel bénéfice en lequel vous croyez actuellement, vous accomplissez deux choses. D’abord, votre sentiment de certitude vous fera passer à l’action. Vous serez motivé par le fait de vous vendre, ou votre produit, ou votre service, parce que c’est la bonne chose à faire. Ensuite, vous allez vraiment fournir quelque chose de valeur qui aidera réellement les autres. Et ces deux résultats mis ensemble créeront un cercle vertueux dans lequel plus vous vous vendrez et vendrez avec insistance, plus vous aiderez de gens, et plus vous devenez sûr que vous faites ce qu’il faut faire.

Reconnaissez le bénéfice réel que vous apportez. Ne tomber pas dans le piège de l’ego en exagérant votre impact, mais ne minimisez ou ne niez pas non plus les effets positifs. Découvrez la vérité de cette situation. Votre conscience est-elle en adéquation avec la croyance que vous vendez quelque chose ayant vraiment de la valeur, ou vous mentez-vous ? Et si c’est le cas, comment pouvez-vous corriger cela ?

Quand votre message marketing est en adéquation avec votre conscience, votre motivation à en faire la promotion ne sera pas restreinte par l’hésitation. Quand vous croyez que le marketing est simplement la bonne chose à faire, vous le ferez avec envie, pas pour votre gloire personnelle mais parce que vous savez que vous aidez réellement les gens.

 

Crédits photo : maxkabakov

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *