TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Le droit de propriété

Note : cet article est une traduction de l’article Property Ownership de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

PropriétéLes gens me demandent souvent ce que je pense du droit de propriété, à la fois vis-à-vis de la propriété physique que de la propriété physique. Je me sens inspiré d’écrire sur ce sujet ce matin, donc je vais partager certaines de mes pensées avec vous maintenant.

Est-ce que je pense que la propriété est une bonne chose, ou est-ce un fléau ?

Pour moi, la propriété est une question de responsabilité et de partage, pas de contrôle et de sécurité.

Si vous pensez que vous pouvez réellement posséder quelque chose, vous vous trompez. Votre propriété vis-à-vis de quoi que ce soit dans le monde physique est sûre de prendre fin à un moment, que ce soit par la perte de cette chose ou par la mort. Alors comment pouvez-vous réellement posséder quelque chose si votre propriété vous sera un jour enlevée ? Vous n’êtes pas vraiment propriétaire de quoi que ce soit. Vous en êtes simplement un intendant temporaire.

En tant qu’intendant de votre propriété, vous en êtes responsable. C’est votre travail de prendre bien soin de ce qui vous est confié. Cela dépend aussi de vous de définir ce que signifie « prendre bien soin ».

Pour moi « prendre bien soin » signifie que j’utilise ma propriété de façon responsable et intelligente, en alignement avec les principes de la Vérité, de l’Amour et de la Compétence.

Vérité – Est-ce que ce je suis honnête dans mes opérations de propriété ? Est-ce que je mens ou triche pour devenir propriétaire ? Ou est-ce que j’utilise ma créativité pour ajouter de la valeur au monde, de sorte que je mérite toute l’abondance qui me parvient ? Je crois que plus je suis honnête et franc, plus je mérite mon intendance de propriété. J’accueille la propriété dans ma vie parce que je sais que je suis l’homme qui en prendra bien soin.

Est-ce que je vis avec la vérité selon laquelle toute la propriété qui entre dans ma vie est temporaire ? Est-ce que je reconnais et accepte de ne rien posséder ?

Amour – Est-ce que je garde des propriétés qui sont réellement connectées à moi ? Est-ce que je me sens bien d’en être responsable ? Est-ce que je ressens de l’amour et de la gratitude pour cela ? Récemment j’ai purgé et donné des choses que j’avais chez moi qui n’étaient plus connectées à moi. Je sens que quelqu’un d’autre sera un meilleur intendant pour ces objets.

Est-ce que j’utilise ma propriété avec amour ? Est-ce que j’en prends soin ? Est-ce que je le partage avec les autres ? Est-ce que je m’en sers pour ajouter de la valeur dans la vie des gens ?

Compétence – Est-ce que ma propriété est source de compétence ? Ou est-ce que ce que je possède finit par me posséder ? Est-ce que mes possessions sont un fardeau, ou est-ce je profite de nouvelles libertés grâce à mon intendance ? Est-ce que la propriété entre dans ma vie comme une expression de mes compétences, ou est-ce que je fais l’erreur de céder mon pouvoir à mes possessions matérielles, à mon argent, etc. ? Est-ce que je pratique le détachement, ou est-ce que je m’affaiblis en étant trop attaché et centré sur la sécurité ?

Est-ce que j’utilise ma propriété pour fournir des compétences aux autres ? Est-ce que je m’efforce continuellement de la diriger vers la meilleure utilisation possible ?

La propriété intellectuelle

Je possède une grande quantité de « propriété » intellectuelle parce que la plupart de ma production créative, dont les articles, les fichiers audio et les vidéos que je crée, sont par défaut sous copyright. Je ne fais pas cela par besoin de posséder tout ce que je crée. Je ne pense pas posséder les idées que j’exprime de toute façon. Mais je veux bel et bien être un intendant responsable de ces formes d’expression que j’ai créées. Je suis responsable du fait d’exprimer clairement ce message et de voir qu’il est partagé avec sagesse.

Je veux avoir une propriété intellectuelle parce que je sais que je suis la personne qui va en prendre vraiment soin. Je pense que j’ai fait un excellent travail avec la propriété intellectuelle qu’on m’a confiée jusqu’ici. La majeure partie est aujourd’hui disponible gratuitement dans le monde entier, la valeur en est donc reçue par des millions de personnes dans 150 pays différents. Et grâce au système que j’ai mis en place pour partager ce contenu, cela continue à fournir de la valeur aux gens 24h/24 et 7j/7 pour un coût mineur ou nul.

Je n’ai pas d’articles écrits qui restent à stagner dans mon disque dur, en attente de publication. Je ne suis pas égoïste avec mon contenu. Quand j’ai une bonne idée, je fais de mon mieux pour l’exprimer et le partager rapidement. La majeure partie du temps je publie mes idées gratuitement, car je crois que c’est la meilleure méthode pour les partager. Je pense que cette discipline est une des raisons pour lesquelles tant de propriété intellectuelle m’est confiée, ainsi qu’un flux ininterrompu de nouvelles idées à exprimer et à partager.

L’univers m’envoie constamment de nouvelles idées parce qu’il sait que je vais les exprimer et les partager de façon responsable. Il sait que je ne vais pas diluer des messages puissants ou hésiter à les partager. Je vais simplement partager ce que je reçois. L’univers sait également que je peux supporter beaucoup de critiques et continuer quand même à exprimer de nouvelles idées sans être touché par les jugements de l’opinion publique. Je crois que tous ces facteurs contribuent à une intendance de valeur.

Quand les gens me suggèrent des façons valables d’être un meilleur intendant de ma propriété intellectuelle, j’écoute. Quand je reçois des demandes de gens qui à mes yeux vont biaiser le message ou l’utiliser à des fins douteuses, je décline. Je n’aurai pas toujours la capacité de diriger mon travail de cette façon, mais pour le moment il est comme un enfant pour moi. Il serait irresponsable de le jeter au hasard dans le monde et espérer que tout se passe pour le mieux. J’ai de nombreux moyens de guider ces idées pour qu’elles atteignent les bonnes personnes de la bonne manière, pour stimuler une évolution responsable et un changement positif.

À ma mort, j’ai l’intention de céder ma propriété intellectuelle soit aux soins du domaine public (si je crois que c’est la meilleure option) soit aux soins d’un individu ou d’un groupe hautement conscient qui peut faire en sorte que ces messages restent disponibles et accessibles et qu’ils soient partagés avec sagesse. Je ne vais pas tout léguer à un proche qui ne sait pas quoi faire avec.

Vous pourriez ne pas être d’accord avec mon point de vue sur la propriété intellectuelle, et ce n’est pas grave. J’ai entendu tous les arguments pro et anti-propriété intellectuelle bien des fois. C’est un choix conscient que j’ai fait. Si l’univers est en désaccord avec mes choix et trouve que je suis un mauvais intendant, il peut m’envoyer beaucoup de signaux dans ce sens, comme en bloquant le flux de mes idées. Mais jusqu’ici cela a été un doux voyage avec un fort vent dans le dos, donc je prends cela comme un signe que je suis la bonne voie pour le moment.

La propriété physique

Je possède aussi une jolie maison, une voiture, de l’argent sur mon compte, et diverses autres possessions. Mais là encore, l’idée de propriété me paraît un peu idiote. J’en suis simplement l’intendant. Elles sont entrées dans ma vie parce que je suis un homme responsable qui va en prendre bien soin. Je sais que je mérite d’avoir ces choses dans ma vie.

Je garde ma maison rangée et nette. Je la garde avant tout comme un sanctuaire privé me permettant de rester au top. C’est un endroit qui me permet de vivre plus facilement la gratitude, la relaxation et l’abondance. J’apprécie ma maison tous les jours. Quand quelque chose casse, je le répare ou le remplace.

Ma maison me donne du pouvoir, mais je ne lui cède pas mon pouvoir. Je n’y suis pas attaché ou cramponné. Je sais que tout cela est temporaire, donc je le chéris davantage pour cette raison. Je dis souvent à l’univers « Merci de me confier une si belle maison dans laquelle vivre. Je suis vraiment reconnaissant. » Mais les mots ne sont pas importants. Ce qui compte est le sentiment qui les accompagne.

Je suis également responsable du fait de partager ma maison d’une façon qui fournit de la valeur aux autres. J’ouvre fréquemment ma maison à des amis aussi bien qu’à des étrangers, chaque fois que je sens intuitivement qu’il est bon de le faire. Je partage ma belle cuisine avec des gens qui apprécient de l’utiliser pour cuisiner. Je propose ma chambre d’ami gratuitement aux gens qui viennent en ville pour qu’ils y passent la nuit. Je garde ma maison disponible pour des repas crudivores de 30 à 40 en même temps.

Quand il est bon de profiter de mon temps seul, je le fais. Quand il est bon de partager, je le fais également. Je me sers de mon intuition pour décider quelle modalité me semble bonne. Je sais qu’une force excessive a le pouvoir d’empoisonner à la fois la solitude et le partage, empêchant ces cadeaux d’être reçus avec gratitude.

Je partage même ma maison avec les insectes. Si j’en vois se promener, je les laisse libres et je ne leur fais pas de mal. Je leur dis même bonjour et je leur fais savoir qu’ils sont en sécurité ici et qu’ils ne doivent pas avoir peur de moi. Parfois je les préviens de rester dehors quand un ami connu pour manger des insectes vient me rendre visite. 😉

Par cet acte de partage, le flux ne cesse d’augmenter. Quand je partage ma maison par gratitude, la maison s’améliore. Par exemple, une amie qui est restée avec moi récemment m’a aidé à planter des légumes et des herbes dans mon jardin, qui ont déjà commencé à germer. Un autre ami m’a enseigné une nouvelle façon d’utiliser un appareil pour faire des plats crus créatifs.

Et évidemment partager le jacuzzi est aussi agréable… mais pas avec les insectes. 🙂

En surmontant diverses luttes par le passé, j’ai prouvé que je n’allais pas abandonner, quelles que soient les circonstances. Si je peux trouver un moyen de concentrer mes énergies sur la création de valeur pour les autres même quand je fais faillite, alors de quels autres tests ai-je besoin ? Apparemment, l’univers ne voit pas l’intérêt de m’envoyer des tests qu’il sait que je vais passer. Donc il s’est rangé derrière ma volonté dans ces domaines, en me fournissant une abondance financière. Mais je devais être digne de cette abondance en passant d’abord les tests. L’univers devait déterminer si j’étais ou non un bon intendant.

Je sais que la raison pour laquelle je suis capable de profiter d’une vie dans une belle maison aujourd’hui est le résultat d’une leçon que j’ai apprise il y a plus de 10 ans. J’étais fauché, profondément endetté, et je faisais faillite. J’avais toutes les raisons de me sentir frustré et réticent, et pendant un moment c’est exactement ce que j’ai fait. Mais un jour, je me suis assis un moment sur la plage, et j’ai décidé d’exprimer de la gratitude pour les cadeaux qui étaient tout autour de moi et que je ne remarquais pas. Je l’ai fait en partie parce que j’en avais marre de me sentir frustré tout le temps, et je voulais simplement ressentir quelque chose de différent, ne serait-ce que pendant un moment.

J’ai exprimé de la gratitude pour la beauté de l’océan, le son des vagues et la chaleur du soleil. Je me suis débarrassé de ma sensation de dépendance et de nécessité. J’ai décidé de dire merci au lieu d’en demander plus pour moi-même. Je me suis totalement abandonné à la beauté qui m’entourait. C’est devenu un tournant crucial dans ma vie. Un an plus tard, tous mes problèmes financiers avaient disparu, et ils ne sont pas revenus depuis.

Le 2 novembre de cette année était mon dixième anniversaire de libération de faillite. Comme j’ai rempli un dossier de faillite, il est resté sur mon rapport de crédit pendant 10 ans. Maintenant cela ne figure plus sur mon rapport de crédit, et une fois encore j’ai un haut niveau de crédit possible – non pas que j’en aie besoin, d’ailleurs. Mais quand bien même, c’est une chose de plus dont je peux choisir d’être reconnaissant. 🙂

Impôts

Et les impôts alors ? Est-ce qu’on devrait résister au paiement des impôts ? Qu’en est-il de la vraie nature de la réserve fédérale ?

La question de payer ou non ses impôts n’est pas nouvelle. Elle a des milliers d’années.

J’aime particulièrement la façon dont Jésus a répondu à cette question : Rendre à César ce qui est à César.

C’était un jeu de mots parce que le césar était la monnaie de l’époque.

Je paye tous mes impôts. Ce n’est pas une grosse affaire. Mon argent n’est pas mon argent de toute façon. C’est simplement une chose qui entre dans ma vie. L’argent appartient à César. César l’imprime et le possède, donc je suis heureux de le laisser le prendre quand il le demande. Cependant l’abondance, elle, m’appartient.

Je me fous des chiffres. J’y accorde peu d’attention. Je ne peux même pas dire combien d’argent je gagne chaque mois, je sais juste que c’est beaucoup. Je passe aussi peu de temps que possible à gérer des chiffres. Les chiffres sont du domaine de César.

Je sais simplement que quand je vérifié mon compte en banque, il y a toujours beaucoup d’argent dessus. Mais c’est un effet, pas une cause.

L’argent n’est pas une source de pouvoir. L’argent n’a en fait aucun pouvoir. Quand je paye mes impôts, je ne donne aucune chose de valeur. Je change simplement les chiffres qui figurent quelque part dans un ordinateur. Certains chiffres baissent pendant que d’autres augmentent. Globalement cela n’a aucune signification pour moi.

Je pourrais donner mon argent aux gens les plus maléfiques sur terre, et cela ne signifie rien pour moi. Plus d’argent ne peut pas augmenter leur pouvoir. Ce n’est qu’un chiffre. Seuls les êtres humains peuvent choisir de céder leur pouvoir.

Si vous voyez l’argent comme une source de pouvoir, alors vous cédez votre pouvoir. Si vous avez peur que des gens maléfiques puissent devenir plus forts avec plus d’argent, alors vous utilisez votre pouvoir d’intention pour renforcer cette illusion ou pour vous affaiblir.

Pensez-vous que Bill Gates est plus puissant que vous sous prétexte qu’il a plus d’argent ? Si c’est ce que vous pensez, alors vous cédez votre pouvoir à une illusion. Vous êtes la personne la plus puissante de votre réalité. Arrêtez de choisir de vous rendre impuissant.

Regardez en vous pour remarquer comment vous dépensez votre argent. Est-ce que vous renforcer ce qui selon vous vous ôte votre pouvoir via votre relation à l’argent ? Travaillez-vous pour une entreprise sans âme qui enrichit des propriétaires avides parce que vous sentez que vous n’avez pas le pouvoir de faire autrement ? Est-ce que votre besoin de sécurité financière vous pousse à faire des choix imprudents qui vous rendent esclave et vous ôtent votre liberté ? Vivez-vous comme un peureux, à ne pas vouloir sauter courageusement dans une situation qui remue votre âme ?

Dépensez-vous l’argent en achats qui vous culpabilisent ? Êtes-vous honnête vis-à-vis de vos sentiments, ou les supprimez-vous ? Trouvez-vous nécessaire de justifier vos achats ?

L’argent ne peut exercer un pouvoir que sur les esclaves. Il ne peut rien acheter qui a une réelle valeur, comme l’amour, la loyauté ou l’honneur. Ce que l’argent a la capacité de contrôler ne vaut pas la peine qu’on le contrôle. L’argent peut entrer dans votre vie, mais cela ne peut pas vous rendre plus fort.

Le flux d’argent fait simplement partie du processus de manifestation. Parfois l’abondance manifeste un plus grand flux d’argent, parfois non.

Rendez à César ce qui est à César. Laissez ceux qui veulent de l’argent en avoir plus. Laissez-les succomber à l’illusion selon laquelle l’argent est source de pouvoir. Laissez les autres choisir d’être leur esclave si c’est le jeu auquel ils veulent jouer. Alors vous pouvez vous asseoir sur la touche du jeu de l’argent et apprécier le drame de ce spectacle, en rappelant occasionnellement aux joueurs volontaires que ce n’est qu’un jeu et qu’il est inutile qu’ils se stressent en le prenant au sérieux. Et qu’ils sont libres de quitter ce jeu à tout moment et de profiter d’une vie simple d’abondance et de flux.

Retraite

Est-ce qu’on devrait économiser pour la retraite ? Est-il nécessaire d’avoir un pécule important ?

Quel est le but ? Un besoin de sécurité basé sur la peur ?

Je ne mets pas de côté pour ma retraite parce que je ne vois pas l’argent comme une source de pouvoir. Cela ne peut jamais être une source de sécurité pour moi. Cela me convient de mourir fauché. Il y a tellement d’abondance qui entre dans ma vie que je ne m’imagine pas souffrir de manque, avec ou sans argent. Je n’ai pas besoin d’empiler une montagne d’argent et de possessions pour me sentir en sécurité. Une pile d’argent reste vulnérable (comme beaucoup de gens l’ont découvert ces dernières années), mais ma capacité profonde à créer de l’abondance n’est pas vulnérable parce que c’est une question de choix conscient. Tant que je suis conscient, je garde la capacité de choisir, et si je perds cette conscience, je m’en ficherai de toute façon.

Je ne vois pas le but de la retraite. Je n’ai pas d’emploi, alors de quoi puis-je prendre ma retraite ? De la vie elle-même ?

En ce qui concerne ma carrière et mes finances, je me concentre principalement sur deux choses : (1) faire ce que j’aime, et (2) créer de la valeur pour les autres. Dans l’idéal je cherche des façons de faire les deux en même temps. Pourquoi donc voudrais-je abandonner ça ? Pourquoi voudrais-je prendre ma retraite d’une activité qui me rend heureux et épanoui au quotidien ? Pourquoi voudrais-je arrêter de faire ce que j’aime ? Pourquoi voudrais-je arrêter de le partager ?

Si vous pensez prendre votre retraite à un certain moment, alors quelque part vous devez voir votre travail comme un sacrifice. Et cela signifie que vous cédez votre pouvoir à une chose que vous ne voulez pas. Pourquoi voudriez-vous vous faire ça ? Ne réalisez-vous pas que vous n’avez pas à faire ça ? Vous méritez mieux. Montez d’un cran et réclamez-le dès maintenant.

Si vous avez une carrière dont vous savez que vous prendrez votre retraite un jour, alors quelque chose ne va pas dans votre carrière actuellement – dans le moment présent. Mettez fin à cette ânerie immédiatement, pas dans des dizaines d’années. Allez simplement voir votre patron et dites-lui « J’arrête. »

Si vous faites réellement ce que vous aimez, vous ne voudrez jamais prendre votre retraite. Ne méritez-vous pas ce genre de vie dès maintenant ? À quoi bon attendre ? Qu’est-ce que vous attendez de toute façon ? Un miracle ? La mort ? Quand serez-vous prêt à commencer à vivre ? Vous réalisez bel et bien que tout cela ne dépend que de vous, non ? Aussi longtemps que vous attendez que cela arrive, la vie est heureuse d’attendre avec vous. Mais ne soyez pas surpris quand les gens comme moi vous trouvent idiot si vous faites cela. 😉

La retraite est un enterrement pour des gens qui sont morts intérieurement depuis longtemps. Tant que je suis vivant intérieurement, je ne peux pas prendre ma retraite. Quand je me sentirai prêt à prendre ma retraite, j’accueillerai la mort. Je ne vais pas errer dans cette demi-vie sans âme, entre vie et mort.

Comme l’a écrit Helen Keller « La vie est une aventure courageuse ou elle n’est rien. » Si vous ne choisissez pas consciemment d’entreprendre cette courageuse aventure au quotidien, vous choisissez inconsciemment le côté rien.

La gratitude

Quels cadeaux inaperçus avez-vous pris pour acquis ? Vous attendez-vous à ce qu’une plus grande abondance entre dans votre vie si vous n’avez pas la volonté d’accepter avec reconnaissance l’abondance qui est déjà là ?

Si vous n’exprimez pas de gratitude chaque jour, vous laissez l’abondance sur la touche.

Une de mes amis tient un journal de gratitude. Elle écrit dedans chaque jour et le fait depuis des années. Je suis souvent impressionné par le flux synchronistique d’abondance qui entre dans sa vie. Quand elle exprime une intention claire, cela se manifeste si rapidement que cela fait tourner la tête des gens.

Pour moi, la gratitude est devenue une façon d’être, c’est enraciné en moi. Ce sentiment est déclenché par tant de choses dans mon environnement chaque jour que je ne peux qu’en être reconnaissant. Après une profonde conversation avec un ami – qui est une chose dont je profite quasiment chaque jour – je me sens souvent très chanceux d’avoir une telle personne dans ma vie. Parfois je vais me dire « Ouaouh… La connexion que nous partageons est vraiment incroyable ! » Ou si je suis assis devant ma cheminée, je remarque à quel point il est agréable d’être près du feu. Ou quand j’utilise mon ordinateur maintenant ou mon nouveau smartphone, je pense à quel point il est cool d’avoir accès à une technologie aussi incroyable. Même maintenant, pendant que j’écris cet article, mes yeux s’emplissent de larmes par moments quand je suis abasourdi de sentir la facilité avec laquelle les mots et les idées me viennent, et que j’anticipe la façon dont ils pourraient aider les gens qui veulent passer du manque à l’abondance.

Je n’ai pas besoin de dire ou d’écrire quoi que ce soit ; c’est le sentiment qui est important. Je me sens privilégié chaque jour qui passe.

Aujourd’hui c’est une habitude, qui est largement inconsciente et automatique, mais cela a commencé par un choix conscient. C’était un choix que j’ai fait après avoir reçu une notification d’éviction de mon appartement parce que j’étais en retard pour le loyer. À cet instant j’ai enfin appris à arrêter de céder mon pouvoir et à créer l’abondance par choix. Après ça, cela n’a été qu’une question de temps avant que l’expression extérieure se mette à niveau pour refléter la création intérieure.

Si vous ne pouvez pas choisir de vous sentir reconnaissant MAINTENANT, quelles que soient les circonstances extérieures, alors vous vous interdisez d’attirer l’abondance. La gratitude ne peut être vécue que dans le présent. Les pensées comme plus tard, ce soir, ou demain reviennent à décider de continuer d’attirer le manque. La gratitude est soit ici et maintenant, soit totalement inexistante. Ne vous leurrez pas tout seul en pensant que plus tard existe. Plus tard, c’est jamais.

L’intendance

Je pense que l’intendance est une super façon de voir la propriété. Nous sommes les intendants de toute l’abondance qui nous est confiée.

Il n’est pas de notre ressort d’essayer de réclamer et de contrôler le plus possible. La quête de sécurité est un souhait idiot. Il est garanti que nous perdrons tout au final. La sécurité est un désir erroné basé sur la peur. Si vous cherchez la sécurité via vos possessions, vous finirez en n’ayant ni l’un ni l’autre. Ce n’est qu’en se débarrassant de la nécessité que nous pouvons connaître l’abondance.

Il n’est pas plus de notre ressort de décliner toute responsabilité vis-à-vis de ce qui nous entoure. Nous devons être des intendants responsables de la terre, de l’eau et du ciel. En Feng Shui, on dit que même un verre ébréché chez vous doit être réparé ou remplacé immédiatement ; autrement vous vous soustrayez à votre devoir de garder un environnement de vie beau et sans stress. Vous indiquez également à l’univers que vous ne vous sentez pas digne d’objets en bon état et que vous ne méritez que ce qui a des défauts.

Si vous apprenez à être un bon intendant, il est naturel que plus d’abondance vous parvienne. Si vous êtes un intendant irresponsable, le manque sera toujours votre compagnon.

Pour toutes les possessions qui vous ont déjà été confiées, dont la propriété intellectuelle et physique, quel genre d’intendant êtes-vous ? Confieriez-vous plus de propriété à quelqu’un comme vous, ou seriez-vous plutôt enclin à en supprimer ? Si vous désirez plus, prouvez à l’univers que vous en méritez plus. Pour un autre angle de vue sur ce sujet, vous pourriez vouloir lire La parabole des talents.

Quel genre d’intendant êtes-vous pour tous les cadeaux que fait la vie ? Êtes-vous un bon intendant de votre corps ? Prenez-vous bien soin de votre espace vital et de votre environnement de travail ? Vous sentez-vous reconnaissant au quotidien pour les nombreux cadeaux de la vie ? Est-ce qu’un observateur objectif conclurait que vous méritez une intendance plus importante ?

Le genre d’intendant que vous devenez est un choix. C’est là que vous pouvez exercer le pouvoir de votre conscience. Si vous reconnaissez que vous avez été un mauvais intendant et que vous souhaitez changer cela, vous êtes capable de le faire. Un super moyen de commencer cela est de chérir et d’accepter la responsabilité de tout ce qui vous a déjà été confié. Montrez à l’univers que vous méritez plus d’abondance en recevant ses cadeaux avec gratitude, et vous en recevrez davantage, sans aucun doute.

Crédits photo : © Maksym Yemelyanov – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *