TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Le bonheur d’abord, tout le reste ensuite

Note : cet article est une traduction de l’article Happiness First, Then Everything Else de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Chemin de carrièreSi vous acceptez un travail, une relation ou un style de vie que vous tolérez tout juste – mais n’appréciez pas – vous faites passer d’autres considérations avant votre propre bonheur.

Le conditionnement social pourrait vous avoir convaincu que sacrifier votre bonheur pour maintenir un certain équilibre bancaire, payer vos factures en temps et en heures, ou payer pour les besoins et les dépenses de quelqu’un d’autre, est la bonne façon de vivre. Peut-être que vos parents ont également joué un rôle dans ce conditionnement et vous ont appris l’importance qu’il y a à être responsable et à garder un emploi stable.

Si vous faites bien ces choses, alors d’après ce conditionnement, vous avez du succès. Vous faites ce qu’on attend de vous, et personne ne peut vous en vouloir pour ça.

Mais tôt ou tard vous allez réaliser que payer vos factures avec succès et satisfaire les besoins des autres, tout en vous privant d’une vie heureuse qui vous passionnerait, n’est pas du tout un succès. En fait, c’est un échec pur et simple.

Si vous êtes dans cette situation, alors vous avez terriblement mal compris le jeu de la vie.

Même si on pourrait vous avoir convaincu que ces devoirs sont importants, la vérité est qu’ils n’ont pas d’importance particulière pour les gens ayant de l’estime personnelle et un sentiment de valeur personnelle. Ces gens ne se préoccupent pas tellement de l’argent que vous gagnez, de ce que vous pouvez fournir, ou du nombre d’années que compte votre mariage. Ils sont bien plus curieux à propos d’autre chose : la façon dont vous vous sentez personnellement et le chemin que vous prenez.

J’ai beaucoup d’amis qui gagnent très peu d’argent, qui ne peuvent pas ou ne vont pas s’accrocher à des emplois stables, et qui ont des vies sentimentales très chaotiques. Et pourtant ils sont heureux. Je les trouve que ce sont des gens fascinants et de grande valeur à avoir dans ma vie.

J’ai aussi des amis qui ont eu un énorme succès financier, avec des carrières brillantes durant des décennies et des relations profondément aimantes et engagées. Si eux aussi sont heureux, je trouve tout aussi fascinant et gratifiant de me connecter avec eux.

Quand, cependant, je me connecte avec des gens qui font leurs devoirs de façon responsable, mais qui n’ont pas encore cultivé une nuit de bonheur, je ne peux faire autrement que de remarquer le désespoir jaunâtre dans leurs yeux, l’engourdissement dans leur façon de parler, et le jeu de déception personnelle du type « quoiqu’on fasse on est perdant » auxquels ils jouent chaque jour. Ils se sentent piégés et perdus au point qu’ils accordent à des sentiments comme la dépression et la frustration des étiquettes comme « bien » et « ok ».

Si vous êtes dans ce genre de situation, il y a une sortie, et cela commence par le fait de reconnaitre enfin la vérité et de vous plonger dans les endroits sombres où vous pensez que cela pourrait mener. Acceptez votre situation comme elle est, et plus important encore, acceptez la façon dont vous vous sentez. La réalité est que les ténèbres dont vous avez peur ne sont absolument pas à craindre. Oui, vous pourriez faire face à certains défis, mais c’est comme ça qu’on évolue.

Est-ce que vous aimez et appréciez votre travail ? Est-ce que vous aimez et appréciez vos relations ? Est-ce que vous aimez et appréciez votre style de vie ? Quelle est la vérité ?

Vous ne pouvez pas vous décoincer tant que vous restez dans un déni perpétuel. Aucun secours extérieur ne va apparaitre. Mais il y a bel et bien un chemin vers la liberté, et il est de l’autre côté du déni et de la déception personnelle – du côté de la vérité et de l’acceptation.

À quoi ressemble le bonheur ? Le bonheur, c’est se lever le matin en se sentant optimiste et impatient à l’idée de la journée qui vous attend. Le bonheur, c’est d’avoir du mal à rester au lit une fois que vous êtes réveillé. Une journée riche pleine de nouvelles expériences et d’expression créative vous attend. C’est quelque chose d’excitant. Le bonheur, c’est le calme qui existe dans cette énergie et ce mouvement.

Quand vous êtes heureux, vous pouvez quand même payer vos factures à temps, mais vous ferez de meilleurs choix quant aux factures qui valent le coup d’être payées. Certaines de vos factures et dépenses actuelles pourraient ne jamais être apparues si vous aviez vécu une vie heureuse et inspirée dès le départ.

Quand vous êtes heureux, vous pouvez quand même subvenir aux besoins des autres si vous le souhaitez, mais cela sera fait parce que vous voulez vraiment le faire, pas parce que vous vous sentez obligés de le faire.

Quand vous êtes heureux, vous pouvez quand même profiter d’une carrière stable, mais vous allez produire beaucoup plus de valeur en moins de temps parce que le bonheur inspire la créativité et l’action, et une action créative est une source d’opportunités – une source qui peut, si on le désire, générer pour vous un revenu abondant.

Rassurez-vous, votre monde ne va pas exploser simplement parce que vous avez décidé de faire de votre propre bonheur une vraie priorité. Il y a plus de chances que la réponse de l’univers ressemble à un soupir. Qu’est-ce qui t’as pris tant de temps ?

Quand j’ai pris des décisions qui étaient alignées avant tout avec mon propre bonheur, j’ai entendu les tollés occasionnels (parfois fréquents) de ceux qui n’étaient pas d’accord avec mes choix, mais ces objections venaient invariablement de ceux qui n’étaient pas heureux de leurs propres choix. Ma décision était un rappel douloureux de tout cela, et j’ai ainsi pu comprendre, avoir de l’empathie, et pardonner la folie momentanée qu’ils traversaient – une folie qui part du fait que se vautrer dans le malheur puisse me persuader de les rejoindre quelles que soient les circonstances.

Mais il y a encore pire que les objections vocales des autres ; les objections simulées qui n’existent que dans votre esprit – la peur simulée de la désapprobation.

En toute honnêteté, qu’est-ce qui est le plus important pour vous : l’approbation des autres, ou votre propre bonheur ?

Si vous n’êtes pas heureux, vous ne vous approuvez pas vous-même, et donc personne ne peut vous approuver de toute façon. Ils vont reconnaître clairement que vos priorités ont produit un échec sombre et misérable dans votre vie. Si vous faites passer l’approbation avant votre propre bonheur, vous finissez avec rien du tout. Vous serez malheureux, et vous ne pouvez pas vous attendre à ce que quiconque vous approuve réellement pour ça. Quelle que soit l’approbation que vous recevrez, elle sera aussi fausse que le contentement que vous prétendez arborer.

L’approbation des autres est sans importance, mais si vous réussissez à vous créer une vie heureuse, vous bénéficierez de votre propre approbation, et cela en vaut vraiment la peine. Cette approbation personnelle va à son tour débloquer des mécanismes d’approbation dans l’univers lui-même, et cela remplira votre réalité de preuves de validité. Quand votre bonheur devient une véritable priorité, vous remarquez rapidement une conspiration d’abondance énorme, dont des relations heureuses avec d’autres gens heureux et attractifs, une grosse motivation pour vous exprimer avec créativité, et un style de vie qui vous fait sauter du lit dans un « Ouaouh ! »

Crédits photo : © freshidea – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

Partagez
Tweetez