Gérer l’étroitesse d’esprit

étroitesse d'esprit

Un homme convaincu contre son gré n’a pas changé d’avis. – Dale Carnegie

Comment pouvez-vous intelligemment gérer les gens qui ont l’esprit étroit ou une étroitesse d’esprit, qui sont totalement bornés concernant leurs croyances et absolument pas réceptifs aux nouvelles idées ? Peut-être que vous avez la certitude d’avoir raison et qu’ils ont tort, mais vous ne parvenez pas à les convaincre de voir les choses à votre façon.

Et peut-être que vous avez bel et bien raison, mais cela n’empêche pas l’autre personne d’avoir recours à des arguments irrationnels pour ne pas être d’accord avec vous. Que pouvez-vous faire dans ce genre de situation ?

Je voudrais que vous voyiez ce défi sous un angle que vous n’avez peut-être jamais envisagé.

Quand vous rencontrez une personne qui est très étroit d’esprit, vous vous retrouverez souvent à résister à la position de l’autre personne. Vous pensez que le problème vient de l’autre, mais si vous le définissez de cette façon, vous allez vous cogner la tête contre les murs par frustration. La véritable source de votre frustration est votre propre résistance, pas l’autre personne.

La leçon dans de telles situations est d’apprendre l’acceptation inconditionnelle, qui émerge quand vous commencez à poser des questions comme : Pourquoi est-ce que je ressens une telle résistance vis-à-vis des gens ayant une étroitesse d’esprit ? Pourquoi est-ce que j’ai besoin de les convaincre de quoi que ce soit ? Pourquoi est-ce que j’ai tant besoin d’avoir raison ? Quelle partie de moi connaît cette résistance ? Se peut-il qu’il y ait une quelconque bribe de vérité dans la position de l’autre personne ?

En explorant ces questions, vous commencerez à découvrir la partie de vous-même qui résiste à ce que l’autre personne représente pour vous. Alors vous pouvez consciemment décider si vous souhaitez vous accrocher à cette résistance ou vous en débarrasser. Plus vous résistez au monde, plus vous passerez de temps à défendre votre position.

La résistance vient de votre ego. Quand votre ego prend possession de vos idées, il prend toute idée contradictoire comme un défi personnel, et vous ressentez donc le besoin de vous défendre comme si vous étiez attaqué. Mais si vous gardez vos idées séparées de votre ego, vous ne ressentez aucun besoin de résistance ou de mise sur la défensive parce qu’il n’y a pas d’attachement.

Gérer ce site web m’a beaucoup aidé dans ce domaine. Chaque semaine quelques personnes m’envoient des mails pour me dire que j’ai complètement tort à propos d’une chose ou d’une autre, et certains font des gros efforts pour me provoquer en duel d’opinions. Les premiers jours où j’ai tenu ce site, je suis parfois tombé dans le piège d’accepter ce duel, et c’était invariablement contre-productif.

Mais j’ai rapidement appris que je ne prenais part à ces duels que quand mon ego était concerné et que je prenais cela comme un défi personnel, comme si le fait qu’une personne soit en désaccord avec mes idées était une attaque personnelle contre moi.

À partir de là j’ai appris que la résistance aux gens ayant une étroitesse d’esprit est un problème avec mon propre ego et n’a rien à voir avec l’autre personne. La résistance est toujours une leçon déguisée.

Aujourd’hui, quand je reçois ce genre de mails, je les ignore simplement en général. Les gens sont libres d’être en désaccord avec les idées de ce site web autant qu’ils le veulent, et cela n’a rien à voir avec moi personnellement. Parfois, cependant, je réponds cette phrase : « Vous pourriez avoir raison. » Je suis capable d’écrire ces mots avec sincérité, car du point de vue de l’autre personne, je suis sûr qu’il ou elle a raison.

J’accepte sa position et je lui permets de l’avoir, mais je n’en prends pas possession personnellement. Cela sort mon ego de l’équation, comme cela je peux rester concentré sur ma contribution au lieu de me faire aspirer dans le fait de défendre mon désir égotique d’avoir raison. Par conséquent, je trouve tout aussi important d’adopter cette attitude quand je reçois des mails pleins de louanges.

étroit d'esprit

Je laisse les louanges nourrir mes idées et j’essaye de ne pas en prendre possession personnellement. Cela m’aide à empêcher mon ego d’être trop bouffi de positivité, ce qui ne ferait que renforcer son besoin de se défendre. Plus vous vous sentez dépendant de votre position, plus vous connaîtrez de résistance quand votre position est attaquée.

Je ne peux pas m’accorder le crédit du « Vous pourriez avoir raison » ; je l’ai pris au Dr Wayne Dyer. Il a mentionné dans un des programmes audio qu’il utilisait cette phrase pour répondre à une lettre critique.

« Vous pourriez avoir raison » vous permet aussi de rester ouvert à toute critique véritablement constructive qui pourrait être valide et exploitable. Essayez d’utiliser ces quatre mots la prochaine fois que quelqu’un essaye de provoquer un débat avec vous, et regardez ce qui arrive.

Maintenant, qu’en est-il si vous êtes dans une situation où vous gérez régulièrement des gens étroits d’esprit ? Peut-être que vous travaillez avec ce genre de personne, ou que vous avez besoin de la coopération de ce genre de personne pour que le travail soit fait ?

Vous pouvez quand même gérer les gens étroits d’esprit rationnellement sans résister émotionnellement à leur position. Faites l’effort de voir si vous pouvez les aider à devenir un peu plus ouvert d’esprit sans leur donner tort. Benjamin Franklin avait une super méthode pour ça.

Il introduisait un tiers absent dans la discussion chaque fois qu’il devait être en désaccord avec quelqu’un. Par exemple, il commençait une phrase avec « Comment répondriez-vous si quelqu’un suggérait que… », « J’ai entendu un jour quelqu’un dire que… », « Certains pourraient dire que… », « Il se murmure que… » Puis il gardait une attitude curieuse et non défensive. Il se plaçait avec l’autre personne à un bout de la table, et ses idées à l’autre bout de la table.

Cela lui permettait de débattre des idées et d’être très persuasif tout en empêchant les egos présents dans la pièce d’entrer en guerre. Personne ne se battrait avec un tiers qui n’est même pas présent. Il était également difficile pour quiconque d’attaquer Franklin personnellement car il ne revendiquait jamais la paternité des idées qu’il présentait.

J’ai utilisé la stratégie de Franklin à de nombreuses occasions, et cela a fait des merveilles. Cela demande un peu de pratique de s’habituer à séparer son ego de ses idées, mais je pense que vous trouverez que les résultats en valent la peine. Si cela peut fonctionner pour négocier l’écriture de la constitution américaine, cela peut probablement fonctionner pour vous.

D’un autre côté, si même la stratégie de Franklin ne vous aide pas à abaisser les boucliers des gens, alors acceptez simplement qu’ils soient là où ils sont et laissez-les faire. Si vous acceptez les gens inconditionnellement, vous devrez alors décider si vous voulez quand même garder la relation que vous avez avec eux. Bien des fois vous serez capable de pardonner et de passer à autre chose.

D’autres fois vous pourriez décider qu’il est mieux d’aller de l’avant, comme en changeant de travail ou en mettant fin à une relation de couple. Que ce soit volontaire ou non, cela vous fera une expérience de développement de toute façon.

J’ai vécu suffisamment de ces situations pour voir qu’accepter les gens là où ils en sont les amène souvent à avoir une attitude plus ouverte d’esprit sur le long terme. Les gens sont piégés dans l’étroitesse d’esprit à cause de la peur, en particulier la peur d’être les dindons de la farce. Votre acceptation inconditionnelle aide à réduire une partie de cette peur, ce qui pourrait suffire à les convaincre d’abaisser leurs boucliers et de s’ouvrir à de nouvelles idées.

Mais si vous attaquez, attaquez, attaquez, vous pourriez gagner un débat de temps en temps, mais vous ne ferez qu’enfoncer l’autre plus profondément dans la peur, ce qui les pousse à mettre d’autant plus d’énergie dans la défense de leur position.

Vous remarquerez probablement que quand vous faites un débat avec une personne étroite d’esprit, vous devenez vous-même plus rigide et étroit d’esprit, au moins temporairement. Vous pourriez même débattre avec cette personne dans votre tête pendant des jours.

Mais plus vous développez la capacité à accepter les gens comme ils sont avec compassion, plus vous devenez ouvert d’esprit. Moins vous résistez, plus vous pouvez pardonner et accepter.

Être ouvert d’esprit ne signifie pas être crédule. Être ouvert d’esprit signifie que vous êtes réceptif aux nouvelles idées et que vous avez envie d’envisager d’autres perspectives pour voir si elles ont une quelconque valeur. Si elles n’ont aucune valeur pour vous, balancez-les.

Si elles font vibrer une corde sensible en vous, explorez les davantage. Plus vous pouvez ouvertement tenir compte des idées sans résister aux gens qui sont derrière, plus vite vous pouvez évoluer en tant qu’être humain.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Avant de prendre congé de nous, voici une vidéo complémentaire sur “Comment utiliser l’ouverture d’esprit pour réussir”

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment devenir un homme ouvert despritgérer quelquun de bornéton etroitesse desprit me consterne

Un commentaire

  • vincent dit :

    et oui monsieur carnegie un grand homme j’ai lu pas mal de livre sur lui. beaucoup de gens devrait faire de même pour suivre certaines de ces valeurs. Être ouvert d’esprit ne signifie pas être crédule. Être ouvert d’esprit signifie que vous êtes réceptif aux nouvelles idées et que vous avez envie d’envisager d’autres perspectives pour voir si elles ont une quelconque valeur, personne a tort personne a raison voilà la vraie réalité vous deviendrez ouvert d’esprit!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *