TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Diversifier ses activités

Note : cet article est une traduction de l’article Branching Out de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

RoutineUne des façons les plus basiques d’évoluer en tant qu’être humain est d’essayer quelque chose de nouveau. Faites une chose que vous n’avez jamais faite auparavant.

Les nouvelles situations nous mettent au défi. Notre cerveau doit travailler à pleine capacité pour comprendre les nouveaux schémas au lieu de simplement relancer les anciens. Dans des situations complètement nouvelles, nous sommes comme un poisson hors de l’eau. Cela peut paraître inconfortable et délicat, et notre performance sera probablement mauvaise. Mais c’est un fantastique moyen d’évoluer. C’est le genre de défi pour lesquels nos réseaux neuronaux ont été faits.

De quelle quantité de nouveauté faites-vous l’expérience dans votre vie ? À quelle fréquence rencontrez-vous de nouvelles personnes, vous retrouvez-vous dans de nouvelles situations, et sortez-vous de votre zone de confort ? Faites-vous des choses qui vous font vous sentir maladroit ?

Une de mes expressions favorites est : Il n’y a aucun gagnant qui n’a été à un certain moment un débutant. Je l’ai entendu la première fois de Denis Waitley. C’est un super aide-mémoire de savoir que, si nous voulons évoluer, nous devons endurer cette phase de débutant maladroit.

Je me souviens le premier discours que j’ai donné chez Toastmasters à l’été 2004. Je pensais que c’était un discours plutôt bon. Maintenant que j’y repense, je frissonne en voyant à quel point c’était mauvais, du moins en comparaison de ce que je suis capable de faire maintenant. Je n’étais pas aussi naturel que de parler. J’ai dû travailler très dur pour devenir bon à cela. J’ai investi des centaines d’heures dans le développement de mes compétences oratoires depuis, et j’ai encore beaucoup de travail à faire. L’atelier de 90 minutes que j’ai tenu lundi m’a demandé près de 30 heures de préparation. Cela fait beaucoup de temps à investir dans une présentation qui ne sera donnée qu’une seule fois gratuitement, mais je l’ai fait principalement pour l’expérience et pour aider les autres à se dépasser également. Les gens de chez Toastmasters qui participent au plus haut niveau du Concours Oratoire International vont souvent passer des centaines d’heures à peaufiner un unique discours de 7 minutes.

J’ai reçu beaucoup de compliments sur mon écriture, en particulier cette année, mais je ne suis pas né bon écrivain. Je me souviens de mon premier devoir d’écriture en anglais en première année de lycée. Je pensais que j’avais fait un plutôt bon boulot, et j’étais choqué de le voir revenir avec un C+. J’ai toujours reçu de A et des B au collège. Mais mon prof d’anglais de lycée avait des normes bien plus élevées. Je l’ai eu en cours pendant deux ans, et j’ai du travailler très dur pour obtenir un A dans son cours, mais c’est là que j’ai réellement appris à écrire.

Au lycée je m’intéressais beaucoup plus aux ordinateurs qu’à l’écriture. Même alors je savais que je voulais être programmeur informatique. Mais je pensais que cela pourrait être bon de développer également mes compétences en écriture, juste au cas où. Au lieu de me dire, « Je ne vais jamais m’en souvenir, » j’ai pensé, « Cela pourrait m’être utile un jour. » Cette attitude m’a aidé à obtenir un A dans tous les cours, et j’ai suivi tous les cours avec mention. J’ai aussi été capitaine de la première équipe académique de décathlon de mon école et président du club de maths parce que je pensais qu’une petite expérience de leadership pour m’être utile plus tard, et cela aussi s’est avéré.

Au lieu de dire, « Je ne vais jamais m’en servir, » dites-vous : « Cela pourrait m’être utile un jour. » J’ai trouvé des moyens de combiner des compétences d’une façon que je n’avais jamais anticipée au moment où je les ai apprises. Par exemple, j’ai appris à jongler quand j’étais ado. Apprendre à jongler demande beaucoup de pratique, mais une fois que vous l’avez appris, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. L’an dernier je faisais un discours qui s’ouvrait avec une histoire sur le fait de jongler avec les différents aspects de notre vie, donc j’ai jonglé avec des balles de tennis pendant que je racontais l’histoire. Je m’en suis super bien sorti et cela a donné un impact bien plus fort à l’histoire.

Deux des compétences que j’ai le plus développées sont l’écriture et la programmation informatique. Je peux communiquer aussi bien avec les humains et les ordinateurs, et je suis tout aussi à l’aise pour taper en anglais et que je le suis avec le PHP ou le C++. Je peux écrire sur la technologie et la programmation, et je peux aussi me servir de mes compétences en programmation pour créer un véhicule pour mon écriture (ce site web). Et puis j’utilise internet depuis 1989, longtemps avant l’ère du web, donc j’ai beaucoup d’expérience avec la technologie en ligne. Ces compétences rassemblées me permettent de faire des choses qui seraient beaucoup plus difficiles ou coûteuses à faire si je me concentrais seulement sur mon ensemble de compétences de base.

Parfois je choisis presque au hasard une chose sur laquelle je ne connais pas grand-chose et je me lance et je l’apprends. Si cela ne capte pas mon attention, je vais arrêter après avoir appris les bases et passer à autre chose. Mais si j’aime bien, je vais m’y tenir pendant un moment. Il est possible d’apprendre très rapidement si vous pouvez dépasser la peur d’être un débutant. Je m’autorise à être complètement nul pendant un temps à chaque fois que j’essaye quelque chose de nouveau. En n’ayant pas de problème avec le fait d’être un débutant, je reste totalement ouvert à l’apprentissage. Peu importe à quel point mes connaissances sont développées dans tout domaine de ma vie, je ne me permets jamais de penser que je suis une sorte d’expert sur quoi que ce soit. Je ne laisse pas mon égo être investi dans mes résultats. L’égo est un simple obstacle sur le chemin de l’apprentissage. Quand vous vous dites que vous êtes un expert, vous fermez votre esprit à trop d’expériences d’apprentissage.

Certaines des choses que j’ai apprises (à divers niveaux de connaissance) incluent : le taï kwen do, le feng shui, l’œnologie, le tennis, la course, la musculation, la cuisine gourmet crue, le français, la programmation et le design de jeux vidéo, l’animation, la création de bases de données, le développement de sites web, l’optimisation de moteur de recherche, le marketing, la vente, les lois sur la propriété intellectuelle, l’optimisation, le leadership, la planification, l’organisation, les maths sup, la physique, les relations personnelles, les investissements, l’humour, le discours en public, la méditation, les podcasts, l’édition d’effets sonores, l’entreprenariat, la nutrition, les premiers secours et le massage cardiaque, le camping, l’archerie, la modélisation de fusées, la course de voitures RC, la survie en milieu sauvage, la mythologie, les jeux de rôles, l’ingénierie électrique, et évidemment le développement personnel. J’ai une curiosité insatiable.

Je vais à un spectacle d’improvisation comique ce soir, et si j’aime ce que je vois, je m’inscrirai à des cours d’improvisation comique. Quand je vois un spectacle de ce genre, je suis abasourdi de la façon dont les gens peuvent trouver des choses marrantes à dire en improvisant, en particulier face à un public. Nous avons fait quelques exercices d’impro chez Toastmasters (étant donné que quelques membres appartiennent au Vegas impro group), et j’ai trouvé que c’était un véritable défi. Imaginez devoir créer une chanson face à un public en l’espace de quelques secondes. Je me dis que si je peux apprendre à faire ça, tout ce que je fais d’autre en termes de discours en public semblera beaucoup plus facile.

Quand vous vous diversifiez et apprenez de nouvelles choses, en particulier des choses qui sont vraiment différentes pour vous, vous développez aussi votre capacité à apprendre. Et c’est une capacité extrêmement importante à avoir. J’ai traversé tout ce processus tant de fois que je suis capable d’apprendre de nouvelles choses très rapidement maintenant. Peu importe ce que je tente, je ne suis jamais bon quand je commence. Ma performance de base n’est pas meilleure que celle de n’importe qui d’autre, et parfois elle est même horrible. J’ai l’impression de n’être naturellement bon pour rien. Mais j’essaye d’avancer rapidement au début et de dégager du chemin ces multiples premiers essais. Cela me donne une longue liste de choses que je dois corriger. Je travaille sur ces éléments en m’entraînant en privé jusqu’à ce que je sente que je me suis élevé au-dessus du stade de l’idiot complet. Puis viennent plus de performance, plus de retours, et plus de pratique en privé. Plus ce cycle est rapide, plus tôt je développe certaines compétences de base.

L’égo n’a aucune place dans ce processus. Cela ne pose absolument aucun problème d’être mauvais dans quelque chose. Si vous ne faites pas les choses dans lesquelles vous êtes nul, vous ne vous mettez pas suffisamment au défi. Sortez et ayez quelques échecs amusants. Ce que j’apprécie dans l’échec en activités de groupe est que j’ai l’opportunité de regarder d’autres personnes réussir. Je me délecte à voir les talents des autres. Par exemple, même si je suis quasiment certain de me planter dans l’impro comique à mon premier essai, au moins je vais pouvoir profiter de beaucoup de moments marrants en regardant les autres participants qui sont doués. Quand j’étais ceinture jaune au Taï Kwen Do et que j’apprenais juste à combattre en face à face, j’ai pu voir des matchs fantastiques entre des ceintures noires. Quand j’ai rejoint Toastmasters pour la première fois, j’ai pu voir de super discours, même quand les miens étaient encore plutôt nuls. Donc si vous allez vous planter pendant un moment, peut-être que vous pourrez au moins vous amuser.

J’adore regarder les gens talentueux être aussi performants que possible. Ils me servent d’inspiration pour devenir meilleur.

S’il y a une chose dans laquelle je veux devenir le meilleur au monde, ce serait dans le développement lui-même. Je suis excité par toutes les nouvelles choses qu’il me reste à tester sur cette planète. Certaines des choses que j’adorerais tester mais que je n’ai jamais faites comprennent le parachutisme, le parachutisme ascensionnel, le saut à l’élastique, la plongée sous-marine, la course automobile, et l’escalade.

J’espère que mon agent d’assurance ne lit pas ça. 😀

Ne vous permettez pas de devenir suffisant. La suffisance est une chose horrible dans la vie humaine. Comme l’a dit Earl Nightingale, nous, les humains, ne devrions pas avoir de marques bien établies. Nous avons besoin de faire en sorte que les choses bougent.

Tout ce que cela demande pour se lancer dans quelque chose de nouveau est un appel ou un mail. Pensez simplement à quelqu’un dont vous savez qu’il fait quelque chose de visiblement intéressant, et dites à cette personne « J’aimerais tester X. Peux-tu m’aider à commencer ? » Ne laissez pas ça de côté. Prenez le téléphone ou commencez à taper un mail dès maintenant. Ce que vous décidez d’essayer n’est pas aussi important que le simple fait d’essayer quelque chose. Essayez n’importe quoi.

Il y a plus dans la vie que votre compartiment. Ne soyez pas un Dilbert. Quittez le confort de votre confortable grotte d’ours de temps en temps. Exposez-vous un peu au soleil.

Crédits photo : © leremy – Fotolia.com

One Trackback

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *