Changer ses habitudes, c’est comme jouer aux échecs

Note : cet article est une traduction de l’article Habit Change Is Like Chess de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

EchecsChanger une habitude, c’est comme jouer une partie d’échecs.

Aux échecs, il y a un début de partie, un milieu de partie, et une fin de partie. Il en va de même pour le changement d’habitudes.

Beaucoup de gens essayent de changer leurs habitudes en passant directement à la fin de partie. Ils se lancent et s’engagent à provoquer ce changement immédiatement. C’est ce que les gens font quand ils prennent leurs bonnes résolutions du Nouvel An. Cela ne fonctionne quasiment jamais.

Le coup du berger

Essayer de changer une de ses habitudes dans la nuit est comme essayer de faire le coup du berger (ou mat du berger) aux échecs. Le coup du berger est une stratégie pour faire échec et mat en quatre coups seulement. Cela ne fonctionne que contre des débutants complets. Contre un joueur d’échecs avec un tant soit peu d’expérience, le coup du berger va échouer. Un coup du berger raté vous met dans une situation défavorable, donc le tenter est généralement une mauvaise idée à moins que vous jouiez contre un vrai novice.

Est-ce que vous appliquez la stratégie du coup du berger quand vous essayez de changer de vieilles habitudes ou d’en adopter de nouvelles ? Tentez-vous le tout pour le tout, pour au final voir votre tentative échouer ?

Si vous essayez de changer une habitude sans allouer suffisamment de temps au début et au milieu de partie, vous n’allez presque jamais réussir à faire durer cette habitude. Seules les habitudes très simples vont succomber à ce genre de stratégie de force brute.

Le début de partie d’un changement d’habitudes est dans l’apprentissage et la préparation. Dans le milieu de partie, vous faites quelques changements pour soutenir votre changement d’habitude. Ce n’est qu’en fin de partie que vous attaquez réellement de front.

Le début de partie

En début de partie aux échecs, votre objectif est de préparer vos pièces à gagner. Sortir vos pièces. Développer une structure solide au niveau des pions. Prendre le contrôle du centre de l’échiquier. Mettre la pression sur les pièces de l’adversaire. Défendre votre roi. L’objectif du début de partie est de prendre un bon départ pour espérer pouvoir prendre un avantage. La fin du jeu est encore bien loin.

En début de partie d’un changement d’habitude, vous vous préparez également au succès futur. Lire quelques livres pour apprendre des choses. Parler aux gens qui ont déjà procédé au changement que vous souhaitez faire. Écrire un plan d’une page sur la façon dont vous allez vous y prendre. Ces mouvements de départ n’ont pas besoin d’être nécessairement compliqués, mais il ne faut pas les ignorer.

Le milieu de partie

Au milieu de la partie d’échecs, vous allez normalement devenir plus agressif, mais vous ne visez pas encore l’échec et mat. Vous cherchez simplement les opportunités de prendre un avantage matériel, de position, ou d’élan. Vous utilisez des tactiques solides pour affaiblir votre adversaire jusqu’à ce que vous ayez une ouverture pour faire échec et mat.

Au milieu de la partie du changement d’habitude, votre objectif est d’attaquer l’échafaudage qui entoure l’habitude, pas de s’attaquer à elle directement. Quelles tactiques pouvez-vous utiliser pour vous donner un avantage ? Par exemple, si vous voulez changer votre alimentation, purgez tous les aliments problématiques de vos placards, choisissez 5 restaurants où vous pouvez commander des plats sains, apprenez 10 recettes équilibrées, et ayez un(e) partenaire pour faire ce changement avec vous. Parlez aux autres du changement que vous entreprenez, et demandez-leur de vous soutenir. Pour chaque habitude que vous voulez changer, vous devriez être capable de trouver une dizaine de mouvements tactiques qui vous donneront un avantage.

Fin de partie

En fin de partie aux échecs, votre objectif est de mettre le roi de votre adversaire échec et mat. Si vous avez bien travaillé en début et milieu de partie, vous serez en bonne position pour faire échec et mat. Si vous vous êtes précipité dans les deux premières étapes, c’est votre roi qui sera probablement mat à la place. La fin de partie est souvent relativement directe. Généralement, il est déjà clair à ce stade que vous avez soit gagné soit perdu.

En fin de partie de votre changement d’habitude, vous initiez enfin le changement avec comme objectif de le faire durer. C’est le moment où vous commencez en fait votre essai de 30 jours. Ce n’est qu’en fin de partie que vous essayez vraiment de changer votre habitude. Jusqu’ici vous avez simplement manœuvré pour avoir un avantage qui rendrait la fin de partie victorieuse.

Heureusement, contrairement aux échecs, dans le jeu du changement d’habitudes, vous pouvez passer autant de temps que vous voulez en début et en milieu de partie. Vous ne devez pas vous soucier du chronomètre ou d’un adversaire qui tente de deviner vos coups à l’avance.

Si vous échouez en fin de partie (ce qui signifie que votre nouvelle habitude ne tient pas), votre erreur n’était certainement pas en fin de partie. Vous vous êtes probablement planté en début ou en milieu de partie. Vous n’avez pas pris assez de temps pour vous renseigner ou vous préparer, et/ou vous n’avez pas assez travaillé pour vous donner un avantage décisif avant de commencer.

Le rôle de l’autodiscipline

Si vous sentez que vous devez rassembler un niveau surhumain d’autodiscipline quand vous essayez de changer une de vos habitudes, cela signifie que vous avez raté ou négligé le début et/ou le milieu de partie. Peiner pendant toute la durée de son changement d’habitude n’est pas de l’autodiscipline ; c’est la conséquence de la mise en pratique d’une stratégie inefficace. Peiner davantage n’aidera pas plus.

Imaginez un joueur d’échecs qui peine à chaque mouvement en fin de partie. Est-ce un bon joueur ? Souvent c’est le signe d’un joueur de faible niveau. Pour un joueur compétent et discipliné, la fin de partie se joue souvent toute seule, le résultat est couru d’avance. Comme il y a moins de pièces sur le plateau, il y a moins d’options à envisager.

Si vous n’arrivez même pas à passer la première semaine d’une nouvelle habitude sans ressentir une énorme envie d’arrêter parce que vous devez faire des efforts déraisonnables pour continuer, vos erreurs ont été faites longtemps avant même que vous commenciez le premier jour. Vous essayez de réussir l’équivalent d’un coup du berger, et votre « adversaire » imaginaire n’est pas assez stupide pour tomber dans le panneau.

Parfois un peu d’autodiscipline sera nécessaire en fin de partie, en particulier si vous vous attaquez à une habitude vraiment difficile, mais si vous avez bâti des fondations solides dans les premières étapes, la fin de partie va souvent être un fleuve tranquille.

Le rôle adéquat de l’autodiscipline est de faire les meilleurs mouvements possibles en début et milieu de partie, comme ça, en arrivant à la fin de partie, faire échec et mat est facile et direct. L’autodiscipline joue aussi un rôle majeur avant même le début de partie. Avez-vous accordé ce qu’il faut d’attention à l’apprentissage, à la pratique, et à l’entraînement avant d’affronter votre adversaire ? Connaissez-vous vos forces et la façon de vous en servir à votre avantage ? Connaissez-vous les faiblesses de votre adversaire et la façon d’en tirer avantage ? Vous êtes-vous préparé à gagner ?

Si vous choisissez une approche de changement d’habitude basée sur la discipline, vous ne peinerez pas en fin de partie. Au moment où vous débuterez le premier jour de votre nouvelle habitude, vous aurez déjà scié les pieds de votre ancienne habitude et bâti l’échafaudage qu’il faut pour soutenir votre nouvelle habitude. Quand vous débutez finalement le premier jour, vous avez déjà un coup d’avance.

Que pouvez-vous faire pour vous mettre dans une position plus avantageuse en ce qui concerne le changement d’une de vos habitudes ? Comment pouvez-vous éliminer les obstacles, supprimer les échappatoires, faire dérailler les menaces, avoir plus d’effet, prendre le contrôle de l’échiquier, etc. ? Quelles stratégies et tactiques de début et de milieu de partie vont quasiment garantir votre réussite avant même votre premier jour ?

Il se trouve qu’appliquer les concepts des échecs au développement personnel est un exemple de la façon dont cultiver beaucoup de centres d’intérêts différents nous permet de transplanter des concepts basiques d’un domaine à un autre pour résoudre les problèmes créativement. 🙂

Crédits photo : © freshidea – Fotolia

Un commentaire

  • hawsen dit :

    Bonjour Olivier

    Peut tu me dire quel logiciel as tu utilisé pour faire ton livre en PDF?
    quel logiciel as tu utilisé pour tes formations?
    quel logiciel faut-il pour faire des podcasts?

    Merci de ta réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *