Avoir une vie plus heureuse

Note : cet article est une traduction de l’article Building a Happier Life de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

bonheurDernièrement, je me suis attaqué à mon bonheur. J’ai passé en revue divers projets, activités et aspects de mon style de vie et je me suis demandé Est-ce que cela me rend vraiment heureux ?

Beaucoup de gens disent que le bonheur vient de l’intérieur, et même si c’est vrai sur le long terme, il y a aussi une partie de ce bonheur qui vient de l’expérience. Je suis sûr que vous serez d’accord pour dire que certaines expériences vous font sourire plus que d’autres. Cela pourrait être une réponse apprise dans de nombreux cas, mais c’est quand même un effet.

Même l’argent peut contribuer au bonheur dans une certaine mesure. Vous seriez probablement plus heureux de recevoir un héritage inattendu qu’une facture inattendue.

Donc j’ai regardé des activités récurrentes dans ma vie et je me suis demandé si elles contribuaient positivement à mon bonheur à long terme. En traversant ce processus, j’ai fait beaucoup de changements, et ils commencent vraiment à s’additionner. Mon rythme quotidien a pas mal changé au cours des six derniers mois environ.

Identifier et éliminer les poids morts

Un des endroits où il est le plus facile de commencer est d’identifier et d’éliminer les poids morts. Ce sont des activités qui ne sont pas vraiment sujettes à débat – je suis plutôt sûr qu’elles ne font pas grand-chose pour augmenter mon bonheur à long terme. Elles pourraient générer du plaisir momentané, mais sur le long terme, les gains sont probablement neutres ou négatifs. Ou elles pourraient n’être que marginalement positives, ce qui fait qu’il est facile de voir qu’il y a de meilleures façons de passer mon temps.

Voici certains des plus grands poids morts que j’ai identifiés et gérés jusqu’ici :

Mails – J’avais pour habitude de passer beaucoup de temps à gérer mes mails, mais quand je me suis demandé si cela contribuait à mon bonheur, il a été facile de répondre non. Même si je ne l’ai pas encore totalement éliminé, j’ai réduit mon volume de mails d’au moins 95% depuis un an. Maintenant je reçois généralement moins de 10 mails par jour, et la plupart de ces mails sont personnels et viennent juste d’une poignée de gens dont je suis proche. Je ne dirais pas que cela a beaucoup augmenté mon bonheur de façon directe, mais cela m’a bel et bien soulagé. Je suis moins stressé et surchargé en n’ayant pas cette sensation de communication obligatoire qui s’empile 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Cela pourrait ne pas être une solution parfaite, mais c’est clairement mieux qu’avant. Certains jours je peux traiter tous mes mails en moins d’une minute. D’autres fois je peux passer un jour ou deux sans devoir traiter un seul mail. C’est VRAIMENT une super sensation.

Le réseautage social – J’aime certains aspects du réseautage social, mais pour vraiment en tirer de la valeur, cela demande un sérieux investissement de temps. Votre expérience pourrait évidemment différer de la mienne, mais c’est ce que je vis. Gardez à l’esprit que si vous passez une heure par jour sur les réseaux sociaux, c’est l’équivalent d’une semaine de travail à plein temps (40 heures) en moins de 2 mois – et ce toute l’année, chaque année. Vous pouvez facilement lancer une entreprise web profitable en moins de temps que cela. Donc j’ai réduit cela en quittant les sites comme Facebook et LinkedIn, et maintenant je suis bien plus heureux. Je participe encore à certains forums, mais cela ne présente pas les mêmes genres de problèmes administratifs que ceux à gérer via Facebook.

La télé par satellite – J’avais la télé par satellite, mais je ne la regardais pas tant que ça, donc il était également facile de prendre la décision de m’en débarrasser. Puis je me suis débarrassé de mon abonnement au service de streaming video, Netflix. Je m’en servais en partie pour regarder des documentaires, mais je ne dirais pas que cela m’a rendu plus heureux d’une façon ou d’une autre, donc j’ai décidé qu’il était mieux de ne pas avoir ce service de streaming parce que je ne veux pas prendre l’habitude de regarder régulièrement des documentaires. Ils pourraient avoir une valeur éducationnelle, mais globalement ce n’est pas une activité qui augmente mon bonheur à long terme. Je ferais mieux de lire plus de livres à la place.

Possessions – Je me suis petit à petit débarrassé de certaines des possessions que j’avais accumulées avec le temps, principalement en les donnant. Si une possession n’augmente pas mon bonheur, à quoi bon la garder ?

J’ai fait ces changements un par un pour la plupart. Cela m’a laissé le temps de m’adapter et de voir si je voulais faire durer ce changement. Je l’ai fait dans chacun de ces cas.

Je dirais que globalement, le simple fait de me débarrasser de ces poids morts n’a pas augmenté mon bonheur en soi. Cela a simplement fait de la place, me donnant ainsi plus d’opportunités d’investir mon temps différemment.

Faire de grands changements

Le poids mort est relativement facile à identifier et à peine plus dur à éliminer, mais c’est un bon endroit où démarrer. Cependant, vous devez vous attaquer à des éléments plus grands. Pour moi le plus grand élément auquel j’ai dû faire face au cours des deux dernières années a été mon mariage.

Quand je me suis marié, cela a augmenté mon bonheur, mais avec le temps Erin et moi avons évolué dans des directions différentes et j’ai dû admettre que je serais probablement plus heureux en mettant fin à ce mariage. Cela a pris des années d’être suffisamment sûr de ma décision, mais avec les bienfaits du recul, il est plus facile de voir que c’était le bon choix. Comme beaucoup de gens qui ont suivi cette même voie, cela a été difficile mais cela a valu le coup.

Ce n’était pas la faute d’Erin que notre mariage ne me rende pas heureux. J’ai choisi de me marier, et j’ai réveillé de nouvelles possibilités. Je vois cette expérience comme une sorte de test. Est-ce que j’avais envie de choisir le bonheur ?

Un autre changement que j’ai dû faire concernait mon style de vie. Je voulais voyager beaucoup plus, mais cela nécessitait certains ajustements. L’an dernier j’ai voyagé environ 3 mois dans l’année. Cette année j’aimerais le faire encore plus.

Et un autre changement auquel je suis en train de procéder est une réorganisation de ma vie sociale. En raison de la popularité de mon blog et des amis que j’avais déjà autour de moi, j’ai eu l’opportunité de devenir paresseux socialement et de profiter quand même d’une vie sociale riche et abondante. Les invitations me parvenaient quoi que je fasse, donc tout ce que j’avais à faire était de filtrer et d’y répondre. Même si cela pourrait sembler une bonne situation, et bien que j’en aie profité pendant des années, j’ai atteint un stade où je veux m’engager dans une direction différente.

Mon ancienne vie sociale était trop facile, donc je n’en tirais pas tellement de développement personnel. Un autre problème était que j’avais tellement d’amis dans des villes différentes que je finissais par passer plus de temps en ligne à garder ces liens actifs. J’ai également fini par avoir beaucoup d’amis que je ne voyais qu’une ou deux fois par an.

J’ai réalisé que même si ce n’était certainement pas une mauvaise situation, au final cela n’augmentait pas mon bonheur à long terme. Cela ne faisait que maintenir ma zone de confort existante.

Pour être heureux et épanoui, j’ai besoin de plus de défi. J’ai également besoin de me concentrer davantage sur mes amis proches géographiquement que je peux voir en personne au lieu d’amis répandus dans le monde entier et pour lesquels je dois utiliser la technologie pour rester en contact. Je tiens à préciser que j’aime quand même avoir des amis qui habitent loin, mais comme je gère une entreprise en ligne j’ai besoin que ma vie sociale soit majoritairement hors-ligne pour équilibrer les choses. Autrement que j’aurais la sensation que je passe trop de temps sur mon ordinateur ou mon téléphone.

Mon ancienne vie sociale était probablement à 80% non-locale et à 20% locale. Cette année je travaille sur une restructuration ayant des pourcentages opposés. Par exemple, je suis allé à une rencontre végétarienne dans ma ville cette semaine, un groupe auquel je n’étais jamais allé avant. Je me pousse également à lancer plus de conversations avec des gens quand je fais mes courses, en partie pour me souvenir de penser localement en ce qui concerne ma vie sociale – au lieu de parler par téléphone ou d’envoyer des messages à quelqu’un alors que je suis dans une ville pleine d’amis potentiels.

Ce changement s’est avéré être un défi, pas parce que j’en ai peur mais parce que l’état d’esprit non-local est devenu une véritable habitude au bout de 16 ans environ de business en ligne. Je ne sais quasiment pas comment penser localement. C’est tellement plus facile pour moi de penser globalement. Penser localement est presque un concept étranger pour moi. Parfois j’ai la sensation d’être connecté à internet à longueur de temps. Donc saisir cet état d’esprit est un grand défi pour moi. Aussi étrange que cela puisse paraître, parfois internet et les diverses communautés en ligne me semblent plus solides que la ville de Las Vegas. Ou peut-être que cela ne semblera pas si étrange si vous êtes déjà venu à Vegas. 🙂

Il est assez évident pour moi que la socialisation en face à face augmente mon bonheur plus que la socialisation en ligne. Même les meilleures expériences sociales en ligne ne valent pas une partie de disc-golf, ou un massage, ou une nuit de danse.

J’aime ce défi, mais parfois il est difficile de saisir le truc. Comme ma vie sociale est très différente aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a un an, je me sens généralement déphasé dans ce nouvel environnement. Cela va me prendre du temps de m’y habituer.

Si vous êtes dans une situation où vous ne voyez pas votre bonheur à long terme augmenter, alors peut-être que votre voie vers un plus grand bonheur viendra d’une direction différente.

Vous pouvez être heureux. Vous avez clairement le pouvoir de créer cela. Il est juste question de savoir si vous voulez ou non aller de l’avant et attraper ce bonheur. L’alternative est de projeter votre malheur sur les autres et de les blâmer ou de leur en vouloir pour leur contribution à votre malheur.

Si vous n’êtes pas heureux dans une situation, libre à vous de vous en éloigner. N’en voulez pas à la situation ou aux gens qui en font partie parce qu’ils ne s’inclineront pas devant vous. Vous pourriez les rendre tout aussi malheureux, donc même si vous leur en voulez, ils vous en veulent aussi.

Il peut être très difficile d’entreprendre de grands changements. Vous pourriez devoir gérer de nombreuses conséquences, qui peuvent être déplaisantes à court terme. Je comprends tout cela. Cela pourrait ne pas être facile. Les transitions de cette nature peuvent être assez difficiles. Vous pourriez verser quelques larmes en cours de route. Mais au final, vous arriverez à un endroit bien plus lumineux. S’échapper d’un cocon n’est pas censé être facile – c’est un processus de lutte pour sortir qui vous rend plus fort vis-à-vis de ce qui vous attend.

Complexités interconnectées

Une chose qui m’a abasourdi – pour mon plus grand plaisir – a été que j’ai commencé à éliminer certains éléments qui ne contribuaient pas à mon bonheur, j’ai découvert toutes les différentes façons dont ils agissent les uns avec les autres, créant une toile marécageuse dans laquelle on s’englue.

Par exemple, interagir sur des réseaux sociaux a augmenté le volume de mails que j’ai reçu. Cela impliquait encore plus de temps passé devant l’ordinateur, ce qui faisait que j’étais plus fatigué le soir ; en fin de journée j’avais donc envie de glander et de regarder un film plutôt que de faire quelque chose de plus amusant et intéressant.

De même, quand j’ai annulé certains services dont je n’avais pas besoin, cela a signifié moins de factures à payer et plus d’argent économisé. Financièrement cela n’a pas eu un gros impact, mais avec le temps cela s’est accumulé. Pourquoi dépenser de l’argent pour des choses qui ne vous rendent pas heureux ?

Chaque fois que je me débarrasse d’une chose qui ne me rendait pas heureux, une autre partie de la toile qui m’entourait disparaissait. Je n’ai pas eu à gérer tout cela en même temps. Je me suis juste attaqué à un aspect à la fois, généralement en me concentrant sur l’élément suivant le plus évident auquel m’attaquer.

Vous avez probablement des activités équivoques dans votre vie, pour lesquelles vous n’êtes pas sûr qu’elles contribuent ou non à votre bonheur. Ne vous inquiétez pas encore pour ces choses. Commencez par les changements les plus évidents, ceux dont vous êtes relativement sûr.

Après avoir gérer les éléments évidents, les éléments équivoques auront tendance à révéler leur véritable nature. Par exemple, au début je n’étais pas sûr du fait que regarder des documentaires augmentait ou non mon bonheur. Mais quand j’ai libéré plus de temps pour d’autres activités – et quand j’ai senti que j’avais regardé assez de documentaires au point d’avoir la sensation que je regardais des rediffusions – j’ai réalisé qu’ils n’augmentaient pas vraiment mon bonheur. Je préférais apprendre sur le monde en voyageant, en vivant les choses directement, et en lisant.

Quand vous êtes en manque d’éléments évidents, alors gérez les plus équivoques. Ce sont les éléments pour lesquels vous vous dites tout le temps « Je me demande si je devrais quitter/annuler/mettre fin/me débarrasser de X. » Oui vous le devriez !

Souvenez-vous : vous pouvez toujours mettre fin temporairement à ces activités pour voir comment se passe le changement. Faites le test pendant 30 jours. Si vous n’aimez pas le résultat, vous pouvez toujours revenir en arrière. Vous pouvez même aller d’avant en arrière plusieurs fois pour avoir une meilleure sensation du contraste entre la vie avec cette activité et la vie sans elle.

C’est relativement facile en pratique. Commencez simplement à faire attention aux choses dans votre avis et aux activités qui consument votre temps. Arrêtez-vous et demandez-vous de temps en temps « Est-ce que cela va augmenter mon bonheur à long terme si je continue à le faire ? » Si la réponse est non, alors débarrassez-vous de cette chose, quelle qu’elle soit.

Appréciez le silence

Quand vous vous débarrassez de certains des éléments non-contributifs dans votre vie, cela fait plus de place. La vie devient plus simple et moins bruyante.

Vous pouvez certainement remplir cet espace avec autre chose, et c’est probablement ce que vous allez faire avec le temps, mais rien ne presse. C’est agréable de simplement commencer par apprécier le silence. N’ayez pas la sensation que vous devez vous dépêcher de remplacer une activité par une autre. Autorisez-vous des espaces pendant lesquels vous ne faites rien.

Avec moins de désordre malheureux dans votre vie, votre sentiment de bien-être peut augmenter, et votre stress peut diminuer. Laissez cela arriver et remarquez-le. Remarquez à quel point il est bon de ne pas avoir à gérer les choses qui de toute façon ne vous rendaient pas heureux. Laissez-vous du temps pour vous habituer à leur absence.

Puis prenez du temps pour décider consciemment quelles activités valent le coup qu’on les ajoute à cet espace nouvellement créé. Vous pourriez choisir de ne pas ajouter quoi que ce soit. Ou vous pourriez ajouter un nouveau hobby qui vous rend heureux, comme apprendre à jouer de la guitare ou lire tous les meilleurs livres de vos auteurs préférés. Ou vous pourriez ajouter un nouvel objectif comme lancer une affaire sur internet en à-côté.

Après avoir procédé à tant de suppressions, j’ai maintenant la sensation que je nage dans une abondance de temps et d’espace. Je ressens moins de pression de l’extérieur. Maintenant je ressens plutôt une pression de l’intérieur en me demandant quelles activités ajouter. Je ressens l’envie de diversifier mes activités, d’explorer et d’expérimenter.

Ajouter des activités heureuses

Quand vous avez fait assez de place et que vous êtes prêt à ajouter de nouvelles activités, je vous recommanderais de prendre votre temps. Il est inutile de vous presser à tout obtenir parfaitement dès le premier essai.

Commencez avec les éléments les plus évidents. Si vous savez que vous tirez beaucoup de bonheur d’une certaine activité, ajoutez-la à votre vie. Puis regardez votre bonheur augmenter.

Comme le temps a commencé à se réchauffer, j’ai réintégré le disc-golf dans ma vie. Je n’y ai quasiment pas joué l’an dernier, peut-être une fois ou deux pendant toute l’année. Mais je m’amuse chaque fois que je sors jouer, et une partie dure généralement moins de 2 heures avec 4-5 jours dans un groupe. C’est également une activité sociale, et j’aime être dehors au soleil. Donc j’ai décidé de m’y remettre il y a moins d’un mois. J’ai contacté quelques amis et j’ai organisé une partie, et nous avons joué. Maintenant je rejoue régulièrement. C’est amusant d’avoir hâte d’y rejouer chaque semaine. C’était un élément facile à ajouter à mon emploi du temps, et cela crée également de la valeur pour les autres. Nous nous amusons toujours, quel que soit notre niveau d’incompétence.

Le truc difficile est de ne pas forcer les choses. Quand votre vie abonde en temps libre, vous pouvez être tenté de le remplir aussi vite que possible. Mais vous devez faire attention ce faisant parce que ce que vous pourriez mettre à la place pourrait facilement devenir une habitude à long terme… peut-être même une addiction. Donc vous ne voulez pas le remplir avec des choses comme regarder plus la télé si cela n’augmente pas votre bonheur à long terme.

En me demandant quelles autres activités ajouter, je m’en suis globalement tenu à des activités sûres et familières, comme lire et méditer. Elles sont « sûres » dans le sens où elles ne créent pas d’engagement majeur à long terme. Je peux toujours choisir de passer moins de temps à les faire quand je découvrirai une meilleure option.

Maintenant j’ai la sensation que je suis dans cet espace génial entre intention et manifestation. J’ai l’intention d’avoir une vie sociale LOCALE bien plus riche, mais cela ne s’est pas encore manifesté physiquement. J’ai une meilleure sensation de ce à quoi cela ressemble, mais je travaille toujours sur le fait d’avoir la meilleure vibration possible pour cet objectif. C’est en partie parce que je n’ai pas encore créé une vision assez claire de ce à quoi cela pourrait ressembler.

Une chose que j’ai envisagé est de créer et/ou d’héberger une sorte de réunion régulière ou de groupe social à Vegas, peut-être une rencontre hebdomadaire pour les gens du coin qui sont dans le développement personnel. J’ai trouvé des groupes sur MeetUp dans cet ordre d’idées, mais rien qui ait l’air aussi excitant pour le moment. Beaucoup des groupes listés semblent inactifs, ou ils se concentrent sur des sujets très limités, ou ils ont visiblement été créés comme une action marketing. Cela ne m’intéresse pas de le faire à des fins professionnelles. Je considère simplement cela comme une façon de rassembler des gens sur la même longueur d’ondes pour avoir des expériences amusantes.

Nous pourrions peut-être même faire des activités de groupe sympa ensemble comme aller randonner au Red Rock Canyon (à seulement 10 minutes de voiture de chez moi), ou créer un évènement Free Hugs sur le Las Vegas Strip, ou faire une visite de groupe dans le Grand Canyon. Un ami m’a rappelé que j’étais d’accord pour aller sauter en parachute avec lui, donc c’est une autre possibilité pour ceux qui aiment frôler la mort. 😉

J’ai le temps de faire ce genre de choses maintenant – et je dois admettre que cela semble beaucoup plus amusant que d’envoyer des mails et de me balader sur Facebook.

Même si on peut avoir cette sensation de flotter dans les airs quand on est entre une intention et sa manifestation, cela peut également être très amusant, en particulier si vous aimez les surprises. Vous ne savez jamais quand une autre synchronicité ou un évènement inattendu va vous tomber dessus. Comme hier quand j’ai eu très envie d’aller travailler sur mon ordinateur portable au coffee shop du coin, et qu’en y arrivant j’y ai vu Oscar Goodman, le maire de Las Vegas, en train de faire son évènement Café avec le Maire ce matin-là. Je n’avais aucune envie de parler avec lui, mais sa présence m’a permis d’ouvrir incroyablement facilement la conversation avec d’autres habitants qui traînaient par là.

C’est encore un processus en cours pour moi, mais je me suis dit que j’allais partager ce que j’ai appris jusque-là. Peut-être que la chose la plus importante que j’ai découverte est que poursuivre le bonheur est une activité qui augmente le bonheur d’elle-même. Si vous commencez à procéder délibérément à des étapes pour augmenter votre bonheur, vous pouvez vous sentir plus heureux simplement en le faisant, et votre recherche d’un plus grand bonheur à long terme s’améliore aussi. Vous pourriez connaître quelques montagnes russes émotionnelles en cours de route, mais cela vaut les bienfaits à long terme.

Le bonheur est-il égoïste ?

Je sais que certaines personnes pensent que c’est égoïste de chercher son propre bonheur. Supprimez-les comme amis. 😉

Crédits photo : © M.studio – Fotolia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *