TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

À l’épreuve de l’échec

Note : cet article est une traduction de l’article Testing to Failure de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

EchecsTester ses idées par l’expérimentation directe est une des meilleures façons d’apprendre et d’évoluer. Si vous voulez savoir si une idée a vraiment du mérite, testez-la dans les conditions du réel. Alors vous aurez votre réponse.

Par exemple, supposez que vous vouliez inviter quelqu’un en rendez-vous. Un test simple serait d’aller directement voir la personne et de lui demander. En quelques minutes vous connaîtriez la réponse. Oui, c’est du simple bon sens, mais est-ce vraiment si simple en  pratique ?

Malheureusement, la plupart de nos tests n’entrent en action que dans notre tête, et dans ce royaume toutes sortes de problèmes peuvent naître. Certains de ces problèmes incluent :

  • La réflexion basée sur la peur. Vous pouvez vous triturer le cerveau et penser, par erreur, que le test échouera. « La plupart des nouvelles entreprises échouent, donc je ferais mieux de ne même pas essayer. »
  • La simulation à outrance. Trop de simulations mentales des résultats possibles ne feront que vous embrouiller. Vous aurez l’impression que le défi est bien plus grand qu’il n’est en réalité. « Je n’ai aucune idée que la façon dont mon patron réagira si je demande une augmentation, donc je ferais mieux de me préparer à n’importe quoi. »
  • Prendre des risques inutiles. Vous pourriez surestimer vos chances de succès, et ainsi engager trop de ressources quand un petit test vous aurait montré votre erreur pour pas cher. « Ce nouveau programme de commercialisation à paliers multiples va sûrement me rendre riche, donc je peux me permettre de m’endetter. Regarde simplement les avis élogieux ! »
  • Suestimer l’échec. Même si votre test échoue lamentablement, vous vous en remettrez. Si vous sentir rejeté et embarrassé est le seul inconvénient réel, mais qu’il y a un avantage majeur en cas de réussite, alors vous surgonflez le risque si vous le laissez vous arrêter. « Tout ce que je sais c’est que si je l’invite, elle va me rejeter. »
  • Succomber aux critiques. Si le test reste trop longtemps dans votre tête, les opinions des autres vont commencer à fusionner avec vos propres pensées, ce qui ne fera que vous embrouiller davantage. « Linda dit que je devrais reprendre les cours, mais John dit que c’est une perte de temps. »

Les tests imaginaires ne sont pas fiables, et dans de nombreux cas, c’est une énorme perte de temps et d’énergie. En réalité, vous ne savez simplement pas ce qui va arriver tant que vous n’essayez pas. Vous pourriez lancer une entreprise, et cela pourrait prendre son essor de façons que vous ne pourrez pas prévoir. Ou cela pourrait être un échec complet. Vous pourriez proposer un rendez-vous et finir avec la personne de vos rêves. Ou vous pourriez être froidement rejeté. C’est super de visualiser ce que vous voulez, mais vous ne savez jamais vraiment ce qui va arriver tant que vous n’agissez pas.

Soyez prêt de toutes les façons possibles, mais ne tombez pas dans le piège de l’analyse paralytique. La pratique dans le monde réel est fondamentalement un meilleur professeur que la simulation mentale. Sautez la sur-analyse, et rassemblez le courage de vous attaquer aux tests dans le monde réel.

Ne laissez pas le risque d’échouer vous dérouter. L’incertitude peut être excitante. Ne pas savoir le résultat des évènements à l’avance rend la vie amusante et intéressante. Je suggère qu’au lieu de vous inquiéter des résultats, vous soyez plutôt curieux de ces résultats. Concentrez-vous sur ce que vous voulez, mais soyez ouverts à l’acceptation de n’importe quel résultat, et appréciez l’anticipation de ce qui arrivera.

Quand vous faites des tests, cependant, ne soyez pas timide. Utiliser les tests pour rechercher les limites de vos capacités. Laissez-vous foncer dans des murs physiques et dire « aïe » autant qu’il est nécessaire, mais ne vous faites pas stopper par des murs imaginaires. Quand vous faites des tests, continuez à tester jusqu’au point de rupture. Vous ne savez jamais où sont vos limites tant que vous ne foncez pas dedans. Voici quelques exemples tirés de ma propre vie :

  • Les discours humoristiques. Au cours des dernières années, j’ai testé tout un tas de styles oratoires pour explorer mes forces et mes faiblesses. Jusqu’à il y a trois ans je n’avais jamais fait de discours humoristique, donc j’ai participé à un concours de discours humoristiques cette année-là, comme une sorte d’épreuve du feu. J’ai gagné les deux premières manches du concours et j’ai fini deuxième à la troisième manche, et la personne qui m’a battu a fini par gagner la quatrième et dernière manche. Simplement en le testant, j’ai appris que j’avais le coup pour l’humour. L’année dernière, j’ai rejoint le Las Vegas Improvisational Players et j’ai participé à deux spectacles d’improvisation comique en direct. Si je n’avais jamais testé mes capacités humoristiques sous la pression, je serais passé à côté de merveilleuses expériences d’évolution. En plus, je me suis fait de supers nouveaux amis dans le processus.
  • Les arts martiaux. Je suis des entraînements de kempo depuis près de 7 mois, et j’ai également fait du tae-kwon do pendant 3 ans. Par tâtonnements, j’apprends quelles techniques d’entraînement fonctionnent le mieux pour moi. Souvent cela implique de tester de nouveaux mouvements qui ont l’air terriblement maladroits. Cela demande quelques matchs pendant lesquels je me fais rouer de coups avant de pouvoir voir si cette nouvelle technique a le moindre potentiel. Même les expériences qui échouent nous apprennent des choses.
  • Gérer une entreprise de logiciels. En sortant de l’université, j’ai lancé ma propre compagnie de développement de jeux informatiques. Cela m’a pris plusieurs années et pas mal de dettes de réaliser que ce modèle d’entreprise n’allait pas marcher pour moi. Finalement je suis passé à un modèle de ventes directes qui fonctionnait, et l’entreprise a été profitable pendant des années avant que je décide de me retirer de l’industrie du jeu en 2004. J’ai appris des leçons-clés de ces premiers échecs.

Même quand vous « savez » qu’un test échouera, vous devriez quand même envisager de vous y attaquer si le test ne consomme pas beaucoup de temps et d’énergie et que le risque est minimal. Voilà pourquoi :

  • Vous pourriez être surpris des résultats. La plupart des fois où vous faites des tests, les résultats seront probablement en-dessous de vos attentes. Mais de temps en temps, vous serez surpris. Et une bonne surprise peut rattraper beaucoup d’échecs. A posteriori, le résultat pourrait être de 20/20, alors que ce n’était pas le cas a priori.
  • Vous pourriez être surpris par les raisons réelles de l’échec. Votre test pourrait bien échouer, mais peut-être que cela échoue pour des raisons différentes de ce à quoi vous vous attendiez. Supposez que vous proposiez un rendez-vous à quelqu’un, et qu’on vous rejette (ce que vous « saviez » devoir arriver), mais la raison du rejet est que l’autre personne vient simplement de traverser une mauvaise séparation et a besoin d’espace. Vous avez été rejeté à cause d’un mauvais timing, mais la porte pourrait bien rester ouverte.
  • Vous pourriez profiter de nouveaux aperçus valables. Les échecs dans le monde réel révèleront des tonnes de détails qui ne peuvent pas être précisément prédits à l’avance. Ce genre d’échec fait gagner en expérience, et l’expérience améliore le jugement. Savoir exactement pourquoi quelque chose ne fonctionne pas peut être mieux que de simplement savoir que cela ne fonctionne pas. Ces aperçus pourraient ne pas pouvoir transformer cet échec en succès, mais cela pourrait être applicable dans d’autres situations en cours de route.
  • Vous vous en remettrez. Dans la plupart des cas l’échec n’aura simplement pas beaucoup d’impact. Les blessures vont guérir, et l’argent va affluer à nouveau. À moins que vous gériez d’une façon ou d’une autre un échec vraiment spectaculaire (une occasion rare), votre trébuchement sera pardonné et oublié. Beaucoup d’erreurs peuvent être corrigées avec la libre utilisation du bouton supprimer. Pour la plupart des autres, des excuses sincères vont réparer les choses. Et pour tout le reste, il reste le cadeau d’un mauvais souvenir. 😉

Si vous voulez devenir bon pour quelque chose, souvenez-vous du mantra « Zone de test ! Zone de test ! Zone de test ! » Apprenez par la pratique. Ne restez pas assis sur la touche, hésitant indéfiniment pour des problèmes qui peuvent être résolus avec une action simple et directe. Vous pourriez beaucoup échouer, mais c’est précisément comme ça que vous réussirez.

Crédits photo : © Rob hyrons – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

Partagez
Tweetez