30 jours à Disneyland — Jour 21

systèmes défaillantsÉtant donné que l’expérience à Disneyland est devenue fade d’un point de vue objectif, ces derniers temps, je l’observe à travers les lentilles de la subjectivité et je réfléchis aux événements qui s’y déroulent de manière plus symbolique. Quand je fais cela, je fais habituellement attention à tout ce qui se démarque dans mon esprit.

Systèmes défaillants

Ces derniers jours, Rachelle et moi avons vu beaucoup de manèges en panne. À un moment donné hier, il semblait que près de la moitié des manèges de California Adventure n’étaient pas opérationnels. Il est possible que le week-end de fête ait mis leurs systèmes plus à rude épreuve que d’habitude.

Après avoir passé trois semaines à Disneyland, j’ai aussi pu constater que même les systèmes humains ne sont pas exempts de dysfonctionnements. Hier, j’ai vu un visiteur (qui voulait essayer le manège Tower of Terror) frustré parce que l’opérateur lui donnait des indications contradictoires quant à la file d’attente dans laquelle rester. En effet, on lui demandait de rester à l’endroit où la principale file d’attente se divise avant que les gens ne montent dans le manège. J’ai parlé brièvement avec l’homme pour prendre connaissance des raisons de sa frustration évidente et pour savoir comment il était traité. Il a expliqué qu’il a l’impression que personne n’était en charge de la gestion du manège. C’est une observation intéressante à interpréter subjectivement — un système défaillant sans personne en charge.

Les membres du casting

Depuis des décennies, Disneyland a maintenu une tradition qui consiste à faire référence à ses employés comme étant des membres du casting. Je suppose que la compagnie le fait pour rappeler à ses employés de se comporter comme des acteurs et de jouer leurs rôles afin de créer une certaine expérience pour les visiteurs. Toutefois, je pense qu’il existe d’autres noms qui pourraient mieux décrire la situation des employés de Disneyland. Si vous êtes un membre du casting, cela peut aussi signifier que vous êtes piégé ou coincé, comme si vous aviez été coulé dans un moule et qu’on s’attendait à ce que vous durcissiez.

En ce sens, Disneyland est le reflet d’une réalité plus large. Nous remarquons tous les systèmes illogiques et défaillants qui sont utilisés dans une grande partie du monde moderne, mais nous nous soumettons tout de même à ces systèmes. Nous nous investissons toujours pour que ces systèmes continuent de fonctionner, même si nous savons tous que c’est une façon biaisée d’explorer et d’expérimenter la réalité ensemble.

C’est peut-être encore pire d’assujettir ses moyens de subsistance au fait d’être un obéissant membre du casting dans un système défaillant. Même si je paie pour cette expérience (plutôt que le contraire), cela est temporaire, et c’est un choix personnel. Le 31e jour, je rentrerai chez moi. Toutefois, qu’adviendrait-il si je devenais volontairement dépendant d’un tel rôle ? Et si je tombais dans ce piège ? Ce serait beaucoup plus difficile pour moi de m’en tirer.

Réorientation

Qu’en est-il de tous les autres systèmes défaillants de nos vies ? Pour qu’un système défaillant continue de fonctionner, il faut que les gens continuent d’y participer. Si personne ne se rendait à Disneyland ou si personne n’était prêt à y travailler, il aurait fallu fermer l’espace et éventuellement le réaffecter à autre chose.

Cela dit, la raison pour laquelle nous continuons d’utiliser des systèmes défaillants est que nous ne les avons pas encore remplacés par quelque chose de meilleur. Disneyland a de nombreux défauts, mais il fonctionne encore dans l’ensemble. Il n’offre pas une expérience parfaite, et cela peut être frustrant parfois, mais si vous êtes en Californie du Sud et que vous avez envie de passer une journée caractérisée par la fantaisie et le plaisir, c’est un excellent choix. S’il y avait une option nettement meilleure sur le marché, elle remplacerait sans doute Disneyland.

Je vais à Disneyland depuis les années 1970, alors j’ai vu le parc beaucoup évoluer au cours des dernières décennies. Je vois encore les squelettes de vieux manèges comme le PeopleMover. L’espace qui abritait autrefois le manège appelé Mission to Mars abrite désormais un restaurant de pizzas et de pâtes. Le théâtre Captain EO de Michael Jackson présente maintenant une vidéo promotionnelle de Star Wars. Space Mountain a été rebaptisé avec un thème inspiré de Star Wars, et maintenant l’attraction est appelée Hyperspace Mountain.

Le vieux sous-marin a été recréé avec un thème inspiré de Little Nemo. L’attraction Haunted Mansion (manoir hanté) est redécorée à cette époque de l’année et présente un thème inspiré de L’Étrange Noël de monsieur Jack. Le défilé de Main Street est rempli de personnages de Pixar ainsi que de princesses de Disney. Honda sponsorise l’attraction Autotopia, et toutes les voitures portent l’emblème Honda. Disneyland est également en train de construire un nouveau Star Wars Land.

Je me souviens de l’époque où Tomorrowland avait pour but d’inspirer les gens avec une vision futuriste. Maintenant, il semble que la vision futuriste de Disney soit une combinaison de Star Wars et de Buzz l’Éclair. Vous pouvez encore expérimenter ce qu’il reste de cette vision en montant sur le monorail que l’on présentait antan comme l’avenir du transport en commun.

Comment s’y prendre avec les systèmes défaillants

Même si je peux mettre l’accent sur de nombreuses failles notables dans les systèmes de Disneyland, je peux également préciser que le système fonctionne en général et qu’il continue d’évoluer. Il s’agit d’un système humain, et les systèmes humains sont imparfaits.

Lorsque vous faites face à un système humain défectueux, vous avez une variété d’options sur l’attitude à avoir :

  • Accepter ce système, estimer qu’il est assez bon et y participer
  • Se plaindre du système et y participer à contrecœur
  • Se retirer du système et refuser d’y participer
  • Travailler à améliorer le système
  • Travailler à remplacer le système

Pour mon expérience à Disneyland, j’applique principalement la première option pendant ces 30 jours, même si parfois je dérive dans la seconde. Je vois que le système est défectueux et je choisis d’y participer temporairement malgré tout. Une fois ces 30 jours écoulés, je m’attends à passer à la troisième option. Oui, je vais simplement refuser de me rendre à Disneyland pendant un certain temps.

J’utilise des stratégies différentes avec d’autres systèmes. Par exemple, je ne participe pas aux élections politiques et je ne l’ai jamais fait. Je ne me suis jamais inscrit pour voter, et aucun argument ne m’a convaincu de faire le contraire. Je ne travaille pas non plus pour remplacer ce système. J’ai une compréhension assez basique des systèmes politiques. Et travailler à remplacer de tels systèmes ne correspond pas à mes forces, mes connaissances ou mes intérêts. Ce système particulier n’est donc pas une priorité pour moi. Bien sûr, cela pourrait changer.

En revanche, je suis très doué pour aider les gens à s’orienter dans de difficiles transitions de mode de vie. En particulier ceux qui veulent quitter un emploi qui les prive d’autonomie, afin de faire un travail utile et profiter d’une vie plus satisfaisante. Je suis particulièrement intéressé lorsque la nouvelle vie recherchée inclut des relations riches et importantes avec des gens qui pensent de la même façon. J’ai remplacé ce système dans ma propre vie par un système qui fonctionne mieux. Et j’aime aider les autres qui se trouvent sur un chemin similaire.

C’est un domaine où j’ai beaucoup plus de connaissances, de compétences et de passion. J’ai aussi plus d’influence ici puisque je peux aider beaucoup de gens sur une longue période de temps. En travaillant sur l’un des systèmes défaillants où je peux avoir un impact positif et significatif, je suis en mesure de créer beaucoup plus d’ondulations que si je gaspillais mon énergie à me plaindre de l’état désastreux du monde, sans rien faire pour y remédier.

Il y a de nombreux systèmes défectueux dans le monde. Cependant, ils continuent de fonctionner parce que les gens continuent d’y participer. Il y a certainement de nombreuses questions en jeu comme la résistance et la malhonnêteté de ceux qui veulent que les systèmes défaillants continuent de fonctionner. Ils le font souvent pour leur profit personnel ou par crainte du changement. Toutefois, se plaindre de ce qui ne fonctionne pas n’est pas très efficace. Nous devons également continuer de faire avancer les choses en améliorant et en remplaçant les anciens systèmes. Sinon, les anciens systèmes continueront de fonctionner correctement.

Disneyland en est la preuve. Les vieux manèges continuent de fonctionner, même de façon dysfonctionnelle par moment, jusqu’à ce qu’on les remplace. Disney ne peut pas réparer tous les sous-systèmes défectueux du jour au lendemain, même si le PDG l’exige. La compagnie ne peut même pas faire en sorte que tous les manèges fonctionnent de façon constante. Elle doit donc choisir ses batailles. Et de mon point de vue en tant que visiteur du parc, il semble que la priorité actuelle de Disney, c’est de tirer le meilleur parti de sa propriété Star Wars. Objectivement, nous pouvons dire que Star Wars est une franchise très précieuse. Et Disney veut la traire pour gagner le maximum d’argent possible. Une interprétation subjective pourrait être que le monde a besoin de plus de Jedis pour utiliser la force.

Mettre l’accent sur la création d’une meilleure expérience

Nous sommes tous confrontés à des systèmes défaillants, et parfois ils nous entrainent vers le bas. Ce n’est pas grave. Conservez ce facteur qui vous traine vers le bas. Il est censé être irritant ; il réveillera donc en nous l’envie de créer quelque chose de meilleur. Ne conservez cependant pas indéfiniment l’irritation provoquée par la démangeaison. Grattez-la.

Vous pouvez gratter cette démangeaison en vous plongeant dans l’acceptation et en abandonnant la résistance. Vous pouvez gratter cette démangeaison en vous énervant, de sorte que vous sortirez et créerez des changements positifs. Ou vous pouvez faire de votre mieux pour l’ignorer, surtout si d’autres parties vous démangent encore plus, et que vous voulez les gratter en premier.

L’une des démangeaisons que j’aime gratter dans le monde consiste à aider les gens à acquérir plus de capacités dans leur parcours de croissance consciente. Quand je vois des gens dans la vingtaine et même des adolescents se réveiller et vouloir changer le monde, je me sens inspiré. Je veux les aider à surmonter les obstacles qui se dressent sur leur chemin. J’ai envie de les aider à éviter les pièges qui nous ont ralentis, moi et bien d’autres, sur ce chemin.

Je veux les aider à atteindre une plus grande indépendance de style de vie, afin qu’ils aient la liberté d’explorer ce voyage par eux-mêmes. J’ai envie de les couvrir d’étreintes et les encourager. Je veux partager avec eux mes meilleurs leçons et conseils. Je veux les éloigner de la peur et les pousser vers le courage. Et je veux surtout les aider à se connecter les uns avec les autres, afin qu’ils puissent s’inspirer les uns les autres encore plus.

Quand je vois une personne qui veut s’engager et aider à créer un changement positif, mais qui est désarmée par des systèmes défaillants et des cercles sociaux dysfonctionnels qui ne la comprennent pas, c’est une démangeaison que je ne peux pas ignorer ; c’est une démangeaison que je peux aussi gratter. C’est un point idéal dans la poursuite d’un but dans la vie — trouver une démangeaison qui vous dérange, mais que vous pouvez aussi gratter.

Il y a des démangeaisons que vous ne pouvez pas gratter tout de suite. En effet, il y a des plaques qui démangent d’autres personnes, mais qui ne semblent pas vous déranger. Quoi qu’il en soit, assurez-vous de trouver quelques démangeaisons que vous pouvez gratter, même si c’est à faible mesure. Au début, il peut s’agir simplement de démangeaisons personnelles. Et une fois que vous les avez grattées, vous pouvez aussi développer la capacité de gratter des démangeaisons sociales plus importantes.

Si vous portez un plâtre trop longtemps, la peau sous ce plâtre vous démangera. Gratter cette démangeaison peut aider, mais éventuellement vous devrez aussi retirer le plâtre. La peau en dessous sera un peu sensible au début. Toutefois, avec le temps vous apprécierez vraiment la vie sans le plâtre.

Note : Cet article est une traduction de l’article 30 Days of Disneyland — Day 21 de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *