Surmonter la jalousie

Note : cet article est une traduction de l’article Overcoming Jealousy de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

JalousieComment surmonter la jalousie a été un des sujets les plus demandés pour mes nouveaux articles, mais par le passé j’ai toujours décliné ces demandes parce que je n’ai pas beaucoup d’expérience personnelle dans ce domaine. Je ne suis pas du genre jaloux, donc je ne peux pas expliquer par expérience comment le surmonter. Néanmoins, en raison du nombre de demandes pour un tel article, je vais prendre le risque de partager quand même mes pensées sur le sujet.

D’après moi, la jalousie est un effet secondaire d’un état d’esprit qui est ancré dans le manque. La jalousie est l’émotion qui vient de la notion selon laquelle le succès ou le bonheur d’une autre personne viendrait d’une façon ou d’une autre diminuer le vôtre. Si vous regardez le monde à travers la lentille de l’abondance et non celle du manque, il est très difficile de devenir jaloux.

De mon point de vue, le succès et le bonheur d’une autre personne sont une très bonne chose. Vous pourriez même dire que c’est mon but dans la gestion de ce site. Quand les gens autour de moi sont heureux et épanouis, ils répandent naturellement ces sentiments chez les autres. C’est une situation qu’on doit désirer, pas éviter.

Je préfèrerais être entouré de gens qui font mieux que moi dans un domaine que par des gens qui ne sont pas heureux. Voir les gens dépasser mes capacités ne me rend pas jaloux. Cela m’inspire.

J’ai des amis qui ont beaucoup de talent, et il est dur pour moi d’imaginer être un jour à leur niveau. Mais je peux dire en toute honnêteté que je n’ai jamais été jaloux de leur succès et de leur réussite, même quand ils me faisaient me sentir ridicule avec leurs compétences. Et la raison est que je vois la réalité de telle façon que le bonheur des gens est simplement une autre expression de mon propre bonheur.

La jalousie est une notion basée sur l’ego. Si vous voulez vous sentir jaloux, vous devez d’abord adopter un état d’esprit de manque qui suggère que nous sommes tous en compétition les uns avec les autres. La réalité doit être réduite au combat entre votre ego et les autres. Si quelqu’un obtient ce super boulot, cette super petite-amie, ou cette nouvelle maison, cela signifie que vous ne l’avez pas. Ils ont gagné. Vous avez perdu.

Dans la jalousie, il y a un élément de manque ainsi qu’un élément d’attachement. Si vous voulez devenir jaloux, soyez simplement attaché émotionnellement à quelque chose d’éphémère puis perdez-le au profit de quelqu’un d’autre.

Ce que vous pourriez ne pas réaliser pour le moment est que l’état d’esprit de la jalousie est fondamentalement créatif. Si vous vous accrochez à une croyance de manque, vous attirerez beaucoup de situations basées sur le manque qui vous renverront cet état d’esprit : la promotion que vous avez manquée parce que quelqu’un d’autre l’a eue, la petite-amie qui est partie avec votre meilleur ami, le parent qui donne plus d’affection à vos frères et sœurs qu’à vous. En raison de la nature créative de la jalousie, je n’ai absolument aucun doute que si vous êtes du genre jaloux, vous aurez énormément de raisons de l’être. Je ne dis pas que ces raisons ne sont pas valables ou que vous devriez simplement faire semblant de ne pas avoir tiré la paille la plus courte. Je suis sûr que vous vous êtes sacrément fait avoir. Mais avez-vous conscience des raisons pour lesquelles cela vous arrive continuellement ? Tant que vous n’en serez pas conscient, vous continuerez à répéter ce schéma et manifesterez de nouvelles raisons d’être jaloux.

Ma vision actuelle de la réalité rend l’émergence de la jalousie quasiment impossible parce que je n’adhère pas à la croyance selon laquelle nous sommes tous des êtres humains séparés et en compétition les uns avec les autres. À la place, je nous vois comme des projections d’une conscience globale. Cela pourrait sembler un peu étrange, mais je préfère généralement ne pas me considérer comme un être humain individuel. Je considère que mon ego n’est rien d’autre qu’un point de vue ; c’est une lentille par laquelle la conscience peut voir et interagir avec son contenu. Mais en soi elle n’a pas de substance réelle.

C’est comme l’état d’esprit que vous pourriez avoir en dormant. Si vous devenez lucide (autrement dit conscient que vous rêvez tout en restant dans le monde des rêves), vous saurez que le personnage que vous jouez dans le rêve n’est pas le vrai vous. Ce personnage est simplement le fruit de votre imagination et qu’il n’existe absolument pas. Dans la réalité vous êtes le rêveur, et tout le rêve est contenu dans votre conscience. Le personnage du rêve que vous pensiez temporairement être est tout autant vous que toute autre chose et toute autre personne de votre rêve.

Maintenant, si vous avez conscience que vous êtes le rêveur et pas le personnage du rêve, pourriez-vous être jaloux des autres personnages du rêve ? C’est peu probable. Vous pourriez en fait considérer leurs succès et leurs compétences comme une amélioration du monde du rêve, ce que vous percevriez probablement comme une bonne chose. Est-ce que cela serait plus amusant de faire un rêve où vous vous promenez dans le monde des X-Men, entouré de personnages qui dépassent vos compétences, ou un rêve où vous êtes entouré de personnages incompétents qui sont moins doués que vous ? Pourquoi ne pas avoir également la même attitude vis-à-vis de votre vie physique ? N’est-ce pas super de vivre dans un monde où les autres sont encore meilleurs que vous ?

Gardez à l’esprit que le rêve va un jour prendre fin. Tout cela est ancré dans une illusion. Cela ne vaut la peine de vous énerver pour une chose que vous savez être éphémère. Vous n’y trouverez aucune sécurité à long terme. Concentrez-vous à la place sur le fait de profiter de l’histoire en cours et de vous immerger dans des expériences intéressantes. Cela sera bien plus amusant que de rester démesurément attaché aux possessions ou aux positions que vous pourriez détenir temporairement.

Chaque moment de cette vie est tellement fascinant et tellement merveilleux. Nous partageons tous une exploration continue de la conscience. Ce qu’une personne (ou un personnage) vit améliore tout le reste.

Quand je vois le succès de quelqu’un d’autre, je la fête comme étant la mienne. Si je vois quelqu’un faire une chose que la personne limitée que je suis ne peut visiblement pas faire, cela n’a aucune conséquence parce que je fête le fait que cette conscience plus large puisse y parvenir, et que c’est au fond le vrai moi.

Je n’ai jamais grimpé l’Everest, mais comme d’autres personnes l’ont fait, je me sens comme si le « moi » plus large (la conscience dans laquelle se déroule la réalité – le véritable rêveur) l’avait fait, donc je m’autorise à vivre cela comme si c’était un succès personnel. Cela paraît probablement étrange si vous êtes attaché à une vision objective du monde, mais je trouve que c’est une perspective habilitante.

De façon intéressante, je trouve qu’avec cet état d’esprit, ma réalité ne semble pas faire émerger de situations qui pourraient me rendre jaloux. Ce n’est pas que je sois super doué pour gérer mes émotions ; je n’arrive simplement pas à trouver quoi que ce soit qui me rende jaloux. Peut-être que c’est parce que je sens que, quoi que je veuille, je peux fondamentalement l’avoir si je m’engage à l’avoir. Mais je pense que c’est principalement parce que je ne m’accroche pas à mort à ce que j’ai au point d’être terriblement affecté, parce que je sais que je suis destiné à tout perdre de toute façon. Je trouve que j’apprécie encore plus mes possessions et mes expériences en acceptant que tout cela soit temporaire.

Même s’il pourrait sembler que mes possessions puissent m’être enlevées et mes positions dégradées, ces choses ne sont de toute façon pas réelles et substantielles, donc elles n’ont aucune valeur inhérente. La véritable valeur vient de l’expérience.

Je me souviens de Carolyn Myss qui disait pendant une conférence que nous avons souvent envie d’aider les gens à nous rattraper, mais pas à nous dépasser. Est-ce vrai pour vous ?

Dans La joie de la tristesse, j’ai expliqué à quel point les émotions négatives pouvaient être transformées en émotions positives quand vous pouvez sortir de la perspective de l’ego et voir la réalité de la perspective d’une conscience supérieure. Avec cette perspective, la jalousie serait comme voir votre main droite accuser votre main gauche de lui avoir volé sa bague. Cela serait idiot. Quel sens cela aurait-il de voir vos mains se battre l’une contre l’autre ? Une réaction jalouse aurait du sens du point de vue d’une seule main, mais cela n’a aucun sens du point de vue du corps entier.

Par conséquent, si vous êtes jaloux, c’est parce que vous vous voyez comme une main, vous oubliez que vous êtes en réalité le corps entier. Tout ce que vous voyez et vivez EST vous. Donc, en ce sens, si quelqu’un a quelque chose, alors vous l’avez aussi.

Je sais que ce point de vue peut être difficile à saisir. Je ne dis pas que c’est une chose que vous saisirez en une nuit. Mais jouez un peu avec l’idée. Autorisez-vous à imaginer la possibilité que toute la réalité est en fait vous. Vous n’êtes pas qu’un corps avec un cerveau. Vous êtes en fait la conscience complète qui vit cette réalité avec un point de vue à la première personne. C’est votre rêve, et vous êtes le rêveur. Il n’y a pas de passé et de futur. Il n’y a que ce moment présent. Avec ce point de vue, il ne peut pas y avoir de jalousie parce qu’il n’y a rien en dehors de vous dont vous pouvez être jaloux.

Voilà donc ma tentative pour expliquer comment surmonter la jalousie. Arrêtez de vous voir comme un petit aspect limité de la réalité, et étendez votre conscience pour englober tout ce qui existe. Cela pourrait ressembler à une solution farfelue, mais je peux attester que cela fonctionne. Comment pouvez-vous être jaloux d’un personnage de rêve quand vous savez que vous êtes le rêveur ?

Crédit photo : © Sangoiri – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

eviter les gens jaloux

Un commentaire

  • Anonyme dit :

    Hum…c’est un peu du politiquement correct votre article sans vouloir vous vexer. Je suis d’accord sur le fait que la jalousie dans tous les cas est un sentiment néfaste et créatif, cependant, je pense qu’on a besoin de la compétition, de la confrontation avec les autres pour pouvoir s’améliorer soi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *