Le développement personnel pour les gens intelligents

Réflexions sur les LGBTQ

LGBTQLes gens qui me connaissent bien ne seront probablement pas surpris, mais je ne pense pas avoir fait ce qu’il fallait pour clairement et publiquement faire part de certaines valeurs que je partage. À travers cet article, j’aimerais donc corriger cela.

Pour que ce soit clair, je suis pour les droits des LGBTQ. Je pense que les personnes LGBTQ devraient avoir les mêmes droits que tout le monde, et je ne pense pas qu’elles devraient être victimes de discrimination. Pour ma part, je considère que cela devrait s’appliquer partout dans le monde et non dans certains pays seulement.

Je pense que chacun devrait être libre de se marier avec qui il veut. À vrai dire, je suis même pour les mariages qui incluent plus de deux personnes.

Oui, je pense que les gens devraient être libres de choisir leur salle de bain en fonction de leur identité sexuelle. Cependant, je considère vraiment que revenir aux salles de bain mixtes est un inutile retour en arrière, du moins pour les adultes matures. Quand j’étais dans les dortoirs de l’université de Berkeley, nous avions une salle de bains commune à l’étage que tout le monde utilisait, et tout allait bien. Nous utilisions tous les mêmes lavabos et les mêmes douches ; bien sûr les cabines étaient distinctes. Il n’y avait pas d’urinoirs.

J’ai des amis personnels, des collègues et des partenaires d’affaires qui sont LGBTQ, et c’est le cas depuis des années. Certains sont dans des relations ou mariages homosexuels.

J’ai de plus en plus d’amis LGBTQ. Nous avons généralement de bonnes relations, surtout en raison des valeurs que nous partageons. Vivre une vie non conventionnelle est un moyen pour beaucoup de personnes de s’engager sur un chemin de croissance consciente, c’est donc un point important que nous avons généralement en commun, indépendamment de nos différentes expériences de vie.

Sur le plan des affaires, j’ai des clients LGBTQ. Depuis que nous avons commencé à organiser des ateliers en 2009, nous avons eu des participants LGBTQ (probablement la plupart) à nos événements en direct. Nous avons également des membres LGBTQ au sein de notre club de croissance consciente depuis 2017 (année de lancement du groupe). Au sein de ce groupe, nous maintenons des rapports très sains et bienveillants basés sur le bon sens. Voici un extrait des règles de notre communauté :

Faire preuve de bon jugement, de bon sens et de respect mutuel

Il s’agit d’une communauté dont les membres s’aident mutuellement à grandir, alors veuillez agir en conséquence. Les attaques personnelles et les insultes ainsi que les contenus à caractères blasphématoires, pornographiques, racistes, sexistes, anti-LGBTQ ou autrement dégradantes ou offensantes ne seront pas tolérées. Gardez en tête que derrière chaque message se trouve un être humain, et comportez-vous en conséquence. Quand vous n’êtes pas d’accord avec ce qui se dit, fournissez des contre-arguments raisonnés qui améliorent la conversation.

En fait, j’ai ajouté le point « anti-LGBTQ » à la liste aujourd’hui. J’avais l’impression qu’il était déjà couvert de manière moins directe, et le fait de l’ajouter n’affecte pas ce que nous faisons déjà. Toutefois, je souhaitais le souligner de façon plus explicite. Je veux que les personnes LGBTQ sachent que nous mettons un point d’honneur à les accueillir comme il faut dans notre communauté. Nous sommes particulièrement prêts à leur offrir ce à quoi ils n’ont pas droit dans d’autres régions du monde.

communauté LGBTQ

Récemment, j’ai fait un effort conscient pour rendre mon travail créatif plus inclusif. Par exemple, au lieu d’utiliser des mots comme « petit ami » ou « petite amie », j’utilise plutôt « partenaire ». Je fais également attention à ne pas utiliser de pronoms basés sur le genre lorsque cela n’est pas adéquat. Je ne suis pas parfait dans cet exercice, car mon éducation et ma formation ont été fondées sur des normes différentes. Depuis au moins une année ou deux, je réfléchis consciemment à cette question et j’essaie de détecter ces comportements inconscients qui pourraient rendre mon travail moins chaleureux. Si vous remarquez un point que vous pensez que j’ai négligé dans mon travail cette année et au-delà, faites-le-moi savoir.

Vous pouvez également dire que je suis anti anti-LGBTQ, ce qui signifie que je vais expulser des gens de mon cercle pour des expressions ou comportements anti-LGBTQ, en particulier ceux qui font que les personnes LGBTQ se sentent en danger ou repoussées. Si vous êtes donc de ceux-là qui pensent que tout le monde devrait être libre de refuser d’offrir des services à des clients LGBTQ, je ne veux pas non plus que vous fassiez affaire avec moi. Si vous pensez que l’identité de genre ou le mode de vie de plusieurs de mes amis est erroné ou malavisé, je le prendrai personnellement, même si certains d’entre eux ne le prenaient pas personnellement.

Vous pouvez néanmoins lire les articles gratuits disponibles sur mon blog autant que vous le souhaitez, et j’espère que certains d’entre eux vous aideront à ouvrir votre cœur de fer. Cependant, n’essayez surtout pas d’introduire cette attitude dans notre communauté ou lors de nos événements en direct.

Pour moi, ce n’est pas une question de ramifications commerciales. Je pense simplement que c’est la bonne attitude à adopter en tant qu’être humain.

Si je sais que quelqu’un ne s’assume pas, je ne vais pas le pousser à le faire. Oui, je pense que les gens devraient être libres de divulguer ce qu’ils veulent, quand ils le veulent et avec qui ils décident de le partager. Je ressens du dégoût à l’idée de pousser quelqu’un à faire son coming out sans son consentement.

Je pense que les membres de la communauté LGBTQ devraient être libres de faire des DPA (démonstrations publiques d’affection) quand elles le souhaitent. J’ai l’habitude de tenir Rachelle (ou même d’autres femmes) par la main, de lui faire des câlins et de l’embrasser en public, et je pense que tout le monde devrait être libre de profiter ouvertement de cette forme d’expression.

personnes LGBTQ

Je suis hétéro et je l’ai toujours été, et j’aime le fait d’être un homme. J’ai quelques fantasmes sexuels, mais ils se dirigent uniquement vers les femmes. Je dirais que je suis clairement au niveau 0 sur l’échelle de Kinsey (0 = hétéro, 6 = gay), et je ne pense pas que je pourrais arriver au niveau 1 même si j’essayais. Apparemment, c’est inhabituel. La plupart des gens ont tendance à se situer entre 1 et 5, et il est également courant de voir ses préférences sexuelles fluctuer dans le temps. Le fait que je défende les droits des LGBTQ n’est donc pas dû au fait que je me considère comme étant un membre de cette communauté sur la base de mon identité ou de mes préférences sexuelles. Je suis défenseur de leur cause parce que cela cadre avec des valeurs que je défends.

Ma femme est bisexuelle, mais elle est plus attirée par les hommes que par les femmes. Je pense qu’elle se situe autour d’un 2 ou 3 sur l’échelle de Kinsey. J’aime beaucoup le fait qu’il nous arrive de partager un intérêt mutuel pour certaines femmes que nous avons tous les deux trouvées attirantes. Je ne peux en revanche pas dire que cet aspect de sa personne occupe une place importante dans notre vie. J’en parle parce que c’est vrai, et non parce que je veux présenter le fait d’être « marié à une femme bisexuelle » comme étant la raison principale pour laquelle je partage les présentes valeurs. Rachelle est bien évidemment pro-LGBTQ, et il est juste d’affirmer que ses valeurs m’ont incité à accorder plus d’attention à l’équité et à la justice en faveur des LGBTQ qu’avant notre rencontre. Elle mérite donc un certain crédit pour cela.

En réalité, c’est de façon authentique et viscérale que je ressens beaucoup de compassion pour les LGBTQ en regard à ce qu’ils doivent affronter dans le monde actuel, pas seulement les gens que je connais personnellement, mais pour tous les gens de cette communauté. Cela est également lié à un sentiment de dégoût que je ressens envers les religions qui encouragent l’intolérance envers la communauté LGBTQ.

Un événement qui m’a donné envie d’écrire cet article est la récente série de documentaire Visible diffusée sur Apple TV+. Elle traite de la manière dont la télévision a présenté les membres de la communauté LGBTQ ces dernières décennies. Rachelle et moi l’avons regardée ensemble, et je la recommande vivement. Même si la grande partie de ce que j’ai vu ne m’a pas surpris et m’a plutôt donné l’impression de passer en revue de vieilles émissions de télévision comme Three’s Company, je dirai que cela m’a aidé à ressentir encore plus d’empathie pour les membres de la communauté LGBTQ pour ce qu’ils ont dû affronter et pour tout ce qu’ils continuent de subir.

Si vous vous comptez parmi les membres de la communauté LGBTQ ou si vous vous décrivez comme étant leur ami, je veux juste que vous sachiez que je me soucie de leur cause. Je le fais non seulement avec des mots, mais aussi avec des actions qui visent à rendre notre communauté plus accueillante, plus compatissante et pour vous soutenir de manière à ce que vous soyez vous-même.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Il y a quelques années, j’ai rencontré en personne Steve Pavlina, et il a partagé pendant notre entrevue son opinion sur beaucoup de questions dont la sexualité notamment. Je vous invite à voir cela dans la vidéo du jour ! N’oubliez pas d’activer les sous-titres si vous n’êtes pas bilingues.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *