Qualité et contribution

Note : cet article est une traduction de l’article Quality and Contribution de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Qualite-prix-tempsJe me souviens avoir lu dans un des livres de Donald Trump qu’il achetait des vêtements et des chaussures pas chers parce qu’il ne pensait pas que les plus chers valaient leur prix, même si la différence de prix était négligeable comparé à ce qu’il gagnait. Puis il a fini par faire des folies (je pense que c’était une paire de chaussures à 2000$), et il a été impressionné par la différence de qualité par rapport à la paire de chaussures moins chère. La construction était bien meilleure, les chaussures ont duré vraiment plus longtemps, et il a finalement gagné du temps et de l’argent en ne les remplaçant pas aussi souvent. À ce niveau de revenu, gagner du temps en plus est plus important qu’économiser 2000$.

Maintenant, vous pourriez penser qu’une paire de chaussures à 2000$ ne sera jamais un achat intelligent, mais reconnaissez que plus le ratio temps-valeur monétaire augmente, plus la qualité que vos achats devient significative. Voyez cela de cette façon. Si cela vous prend 100 heures de gagner 2000$, alors acheter une paire de chaussures à 2000$ a des chances d’être une mauvaise affaire. Mais si cela vous prend 10 minutes de gagner 2000$, alors ce n’est peut-être pas une si mauvaise affaire que ça, et cela vaudrait le coup d’échanger ces 10 minutes contre les meilleures chaussures possible, en particulier si elles pourraient tenir dix ans. 2000$ pourrait sembler beaucoup d’argent, mais si ce n’est que 10 minutes de votre temps, ce n’est pas aussi significatif.

Même si vous envisagez ce que vous pourriez faire pour les autres si vous distribuiez ces 2000$ et laissiez ces chaussures, si vous êtes capable de générer autant de valeur en 10 minutes, vous pourriez évidemment en faire bien plus pour les autres en contribuant via votre travail au lieu de vous tracasser pour une si petite somme (par rapport à votre potentiel de génération de valeur total). Qui se soucie des chaussures que vous portez si elles vous aident à fournir des millions – ou même des milliards – de dollars de valeur tout au long de votre vie ? Si vous êtes capable de faire ce genre de chose, profitez par tous les moyens des meilleures chaussures que l’argent peut apporter, et continuez simplement à faire ce que vous faites.

Qualité et revenus

L’importance de la qualité est relative à la valeur de votre temps. Le ratio qualité-prix  ne s’échelonne pas de manière linéaire, donc quand vous voulez quelque chose de mieux que la qualité moyenne, vous devez généralement payer le prix fort. Pour avoir quelque chose deux fois mieux que la moyenne, vous devez payer cinq fois le prix. Pour la plupart des gens ce n’est pas un échange raisonnable, mais au fur et à mesure que votre temps gagne en valeur, il pourrait être sage de payer 80% de plus pour gagner les 20% restants en qualité. Le temps et les maux de tête que vous vous économiserez vont plus que compenser cela, tout comme le plaisir potentiel d’une qualité accrue.

Quand Erin et moi sortions tout juste de l’université, nous achetions souvent les trucs les moins chers que nous pouvions trouver : meubles pas chers, vêtements pas chers, voitures d’occasion pas chères. Cela nous paraissait intelligent. Pourquoi dépenser plus quand vous pouvez vous en sortir avec quelque chose de presque aussi bon pour beaucoup moins d’argent ?

Nous avons fini par passer des achats pas chers à la concentration sur la valeur, donc nous avons recherché le meilleur rapport qualité-prix. Sur le long terme, ce qui est moins cher finit souvent par coûter plus cher, pas seulement pour ce que ça coûte de remplacer ou de réparer ce qui lâche rapidement mais aussi pour ce que ça coûte à long terme de gérer les défauts de ces achats excessivement frugaux. Nous avons commencé à acheter des trucs de bonne qualité qui allaient durer à la place des trucs les moins chers qu’on pouvait trouver, même si nous devions payer plus pour ça. Et cela nous a fait économiser de l’argent sur le long terme.

Quand notre revenu était proche de la moyenne, les produits de consommation de qualité moyenne semblaient plutôt bons pour nous. Mais au fur et à mesure que notre revenu est passé au-dessus de la moyenne, cela a eu du sens de payer le prix fort pour une modeste augmentation de la qualité, au moins dans certaines situations. Le rapport qualité-temps est devenu plus important que le rapport qualité-prix.

Par exemple, quand Erin et moi avons acheté une nouvelle maison le mois dernier, nous avons connu une nette amélioration. La nouvelle maison avait une superficie quasiment deux fois plus grande que l’ancienne maison, elle est située dans un des meilleurs quartiers de Las Vegas, et elle coûte au moins trois fois plus cher que notre ancienne maison. Mais les paiements (emprunt immobilier, assurance, factures) ne représentent que 20% de notre revenu, donc ce n’est pas vraiment un fardeau financier. Erin a maintenant son propre bureau au lieu de devoir travailler dans notre chambre, ce qui fait qu’elle est bien plus heureuse et plus productive. Et puis nous aimons vraiment vivre dans cette nouvelle maison, ce qui nous met dans un état constamment plus positif en vivant et en travaillant ici.

Autre exemple, j’ai récemment acheté un nouvel ordinateur portable. En fait, c’est le premier article que j’écris avec. J’ai dépensé environ 1700$ pour l’avoir (acheté en ligne avec livraison gratuite). J’aurais probablement pu en trouver un 80% aussi bon pour la moitié du prix environ, mais comme la différence de prix est inférieure à un jour de revenus, cette petite amélioration de la qualité est un échange valable pour moi, en particulier parce que c’est un achat professionnel déductible des impôts et quelque chose que je vais utiliser fréquemment. Si j’avais pu trouver un meilleur modèle avec les caractéristiques que je voulais, j’aurais même été content de payer plus pour ça.

Le scénario de l’indignation

Il y a plusieurs années, j’aurais vu ce genre d’achat comme une extravagance, un gâchis, ou une imprudence. Mais j’ai commencé à me poser des questions qui m’ont apporté de nouvelles perspectives. Comment pourrait-on justifier de dépenser 10 000$ pour une nuit dans une chambre d’hôtel ? Quel genre de personne pourrait payer 100 000$ pour une voiture ? Qui serait assez dingue pour dépenser 200$ pour un dîner ? Est-ce que ces gens sont complètement dingues, à balancer leur argent simplement pour se la péter ? Est-ce qu’ils ne réalisent pas que s’ils achetaient une voiture moins chère mais quand même correcte ils pourraient utiliser le reste pour envoyer quelques-uns de leurs enfants à l’université ? Et quel genre de personnes mange pour 200$ en un repas ?

J’ai fini par voir que ces questions venaient d’un esprit de manque. J’appelle cela « le scénario de l’indignation ». Avez-vous déjà utilisé ce scénario ?

Personnellement, j’ai eu du mal à me débarrasser du scénario de l’indignation. Il était ancré en moi depuis mon plus jeune âge. J’ai appris cela en partie par mes grands-parents. C’était des gens délicieux, très aimants et généreux avec leurs petits-enfants, mais qui ont vécu la Grande Dépression, et qui ont donc eu un abonnement à vie au scénario de l’indignation. J’ai fini par abandonner ce scénario quand j’ai vu que plus nous nous sentons indignés par les gens ayant un esprit d’abondance et ne manquant de rien, plus nous sommes proches de notre argent, et moins nous contribuons au final. Je ne sais pas si vous serez d’accord avec ça, mais je pense que vous pouvez au moins être d’accord sur le fait que le scénario de l’indignation ne fait du bien à personne.

Vous ne verrez pas souvent les gens ayant un esprit d’abondance utiliser ce scénario d’indignation. À la place, vous aurez plus de chances de les voir utiliser le scénario de la gratitude. Ce scénario ressemble un peu à ça : N’est-ce pas merveilleux que certaines personnes génèrent tant de valeur – et de façon si efficace – qu’ils peuvent facilement se permettre de payer 10 000$ pour une chambre d’hôtel, aidant ainsi à créer de nouveaux emplois et à irriguer l’industrie des services qui travaille si dur ? N’est-ce pas super que des gens puissent s’offrir une voiture à 100 000$ afin de financer de nouvelles innovations qui pourraient nous bénéficier à tous ? N’est-ce pas incroyable que des gens puissent payer 200$ pour un dîner, et encouragent ainsi les meilleurs chefs à créer de nouveaux délices culinaires tout en aidant le personnel de cuisine à subvenir aux besoins de leur famille ? Même si ce serait inhabituel pour quelqu’un de formuler ces questions sous cette forme, l’élément commun est qu’ils reconnaissent que dépenser de l’argent est en soi un acte de contribution parce que dépenser c’est donner.

Le scénario de contribution

Mieux encore que le scénario de gratitude : le scénario de contribution. Voici à quoi ressemble ce scénario : Que puis-je faire pour créer tellement de valeur pour les autres que dépenser 10 000$ pour une chambre d’hôtel puisse devenir facilement faisable… et un super moyen de me récompenser, moi et mes amis aussi, pour un travail bien fait ? Je pourrais également adapter les deux autres exemples, mais je pense que vous saisissez l’idée. L’argent n’est pas une ressource rare, à moins que vous en fassiez une ressource rare. L’argent devient abondant quand la contribution sociale est abondante.

Comment est-ce que le concept de qualité est lié au scénario de contribution ? D’abord, en apportant de plus en plus de valeur aux autres, la capacité à profiter d’une meilleure qualité est votre récompense naturelle. Ensuite, améliorer la qualité de votre entourage peut à son tour augmenter votre capacité à contribuer. Ces deux aspects servent à créer une spirale positive. Plus vous contribuez, plus vous pouvez contribuer. C’est tout bénef.

Malheureusement il est facile d’être victime de blocages mentaux qui vous sortent de cette spirale positive. Utiliser le scénario de l’indignation en est un exemple. Un autre exemple est de sentir que vos meilleures contributions ne feront pas une grande différence, alors pourquoi vous fouler ? Essayez de voir ces blocages pour ce qu’ils sont. Pensez-y consciemment, et demandez-vous s’ils sont vraiment réels. Ce qui vous ennuie le plus chez les gens qui contribuent (et sont merveilleusement récompensés pour ça) est un indicateur de quelque chose sur lequel vous devez personnellement travailler.

L’équilibre entre qualité et contribution

Au final, les éléments physiques dans votre vie sont un reflet de la qualité intérieure de votre vie, pas la cause de cette qualité. Quand vous avez trouvé et accepté un but qui vous inspire et que vous vous sentez totalement épanoui dans cet objectif, cet épanouissement intérieur fonctionne comme un aimant, qui attire vers vous l’entourage physique qui y correspond. Vous pourriez résumer cela avec « faites semblant jusqu’à ce que cela devienne réel », mais je pense qu’il est plus exact de dire « l’extérieur ressemble à l’intérieur. » Vous n’avez pas besoin de faire semblant de quoi que ce soit. Vous avez juste besoin de reconnaître que votre monde intérieur et votre monde extérieur s’influencent constamment l’un l’autre, et qu’une faiblesse manifeste dans l’un provoquera une faiblesse similaire dans l’autre.

Au cours de l’an dernier, j’ai eu l’opportunité de parler à des gens qui avaient connu une grande réussite financière, et je n’ai cessé de remarquer ce lien entre qualité et contribution. Un ami à qui j’ai parlé la semaine dernière gère une entreprise qui gagne 15 millions de dollars par an et compte des dizaines d’employés, et elle évolue de façon exponentielle. Quand je lui ai demandé comment il réussissait à vivre sa vie sans ployer sous le stress, il a dit qu’il aimait simplement énormément son travail. Il a aussi mentionné le fait qu’il prenait une semaine de vacances toutes les six semaines, qu’il aimait se faire masser, profiter de journées relaxantes au spa, et passer beaucoup de temps avec sa famille. D’un côté, vous pourriez voir cela comme des conséquences de sa réussite. D’un autre côté, vous pourriez établir que cela contribue à sa réussite. Je pense qu’en fait ce sont les deux faces d’une même médaille. Plus vous contribuez, plus vous apprécierez votre vie, et plus vous appréciez votre vie, plus vous avez d’énergie, de motivation, et de volonté pour contribuer.

Votre qualité de vie et votre contribution sociale auront tendance à rester cohérentes, donc si vous voulez voir des améliorations dans un de ces domaines, vous devez créer un déséquilibre positif temporaire. Faites augmenter un côté, puis l’autre, et créez un nouvel équilibre. Une approche encore meilleure est de vous engager à voir les deux côtés évoluer de concert, pour que tout le système ait un élan positif sans subir à un moment un sérieux déséquilibre. Ce genre de changement prend du temps, donc ne priez pas pour un miracle soudain. Soyez patient avec vous-même.

Si vous voulez augmenter la qualité de votre vie, concentrez-vous sur l’augmentation de votre contribution. Et si vous voulez améliorer votre contribution, augmentez par étapes la qualité de ce qui vous entoure. Au final, les deux sont inséparables, mais vous trouverez souvent qu’un côté ou l’autre est à la traîne, et qu’il ralentit ainsi tout le système. Est-ce que votre contribution souffre du fait que vous n’êtes pas correctement soutenu par un environnement positif, de bons amis, et des outils fiables ? Ou est-ce la qualité de votre vie qui souffre parce que vous vous épuisez en sous- ou en sur-contribuant, ce qui bloque le flux abondant de récompenses dans votre vie ? Que pouvez-vous faire pour restaurer l’équilibre et vous réaligner avec cette spirale positive ?

Crédits photo : © Samuel Borges – Fotolia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *