TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Les règles ne sont pas des obstacles pour les gens motivés

Note : cet article est une traduction de l’article Rules Are No Obstacles for Committed People de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Steve, 7 ansSens interdit

Steve: Je vais gagner le concours d’épellation cette année.

Maman : Oui, c’est ça. Tu étais vraiment loin d’y arriver l’an dernier. Tu n’as pas la moindre chance.

Steve remporte le concours d’épellation des CE1 et obtient le double d’argent de poche de sa maman, qui était heureuse d’avoir parié contre lui.

Steve, 21 ans

Steve entre dans le bureau du Président du Département des Sciences Informatiques.

Steve: Je veux suivre 31 unités ce semestre, pour pouvoir valider 3 semestres en même temps. Je suis censé vous demander de signer ce formulaire pour le valider.

Président S.I. : [en riant] Eh bien, ça c’est original! Personne ne m’a jamais demandé ça avant.

Steve : Non, je suis sérieux. Je dois prendre autant d’unités. Sinon cela va me demander deux ans d’obtenir le diplôme, et je ne veux pas rester à l’école aussi longtemps.

Président S.I. : C’est censé vous prendre quatre ans, même si beaucoup de gens mettent encore plus de temps. Vous ne vous attendez sérieusement pas à ce que j’approuve le fait qu’un première année prenne autant d’unités, si ?

Steve : Combien d’unités m’autoriseriez-vous à prendre ?

Président S.I. : [secoue la tête après mure délibération] Je serais d’accord pour monter à 25, mais c’est plus que ce que j’ai jamais fait. Personne ne m’a jamais demandé ça avant.

Steve : Ok, signez ici s’il-vous-plaît.

Steve suit 25 unités à l’Université de l’État de Californie, à Northridge (la CSUN), plus 6 autres unités hors université. Techniquement cela va contre les règles, étant donné que l’autorisation pour des unités supplémentaires est censée inclure les unités hors-campus. Steve prend soin de s’assurer qu’aucun agent ne le suit quand il quitte le campus.

Au début du semestre suivant, Steve retransfère ses six crédits hors-campus à la CSUN avant de retourner voir le Président du Département des S.I.

Steve: Je veux suivre 39 unités ce semestre. Je suis supposé vous demander de suivre ce formulaire pour le valider.

Président S.I. : [sirote son café] Ce n’est pas déjà vous qui me l’avez demandé le semestre dernier ? [se tourne, demande à sa secrétaire] Hé, Karen – c’est ce gars-là dont je t’ai parlé !

Steve : Voici une copie de mon relevé de notes pour ce semestre, qui montre que j’ai suivi les 25 unités et que j’ai eu d’excellents résultats dans tous mes cours. J’ai aussi suivi six unités de plus à l’Université de Los Angeles. Voici une copie de ma transcription qui montre que j’ai aussi été diplômé dans ces deux cours.

Président S.I. : Ouaouh. [se frotte la nuque] Hum…

Karen : [se gratte la tête, regarde le Président d’un air narquois]

Steve : Maintenant j’aimerais votre approbation pour prendre 39 unités ce semestre, et si possible, je préfèrerais toutes les suivre sur ce campus. Je comprends que vous n’ayez eu aucune raison de croire que je pouvais y arriver au semestre dernier. Maintenant vous avez une raison.

Président S.I. : Hum… Eh bien… Ok…

Steve : [pointe le formulaire] Juste dans cette case-là.

Président S.I. : [signe le formulaire] Bonne… heu… chance, j’imagine…

Karen : Au revoir.

Steve suit 39 unités à la CSUN puis retourne dans le bureau du Président du Département des Sciences Informatiques au semestre suivant.

Président S.I. : Bonjour, Steve.

Steve : J’aimerais suivre 40 unités ce semestre. Je suis censé vous demander de signer ce formulaire pour le valider. Voici mon relevé de notes du semestre dernier au cours duquel j’ai suivi 39 unités.

Président S.I. : [signe le formulaire] Bonne chance, mais au fond je ne pense pas que vous en ayez besoin.

Steve obtient son diplôme ainsi qu’une récompense annuelle spéciale attribué au meilleur étudiant de Sciences Informatiques, sélectionné par la faculté et le Président.

Steve, 23 ans

Steve: Je vais lancer ma propre entreprise.

Famille : Hum, ok. Tu ne peux pas simplement être normal ?

La famille de Steve lui transmet des offres d’emploi. Steve met ces offres à la poubelle, lance Dexterity Software, et le gère pendant 11 ans.

Steve, 26 ans

Steve: J’ai décidé de devenir végétalien.

Amis : Hum, ok. Tu ne peux pas simplement être normal ?

Steve devient végétalien. Depuis lors, plus aucun animal ne sera torturé pour que je mène ma vie.

Steve, 32 ans

Steve: Nous avons décidé de déménager à Las Vegas.

Famille élargie : C’est une mauvaise idée. Vegas est plein de rebuts, de drogués et de prostituées.

Steve : Et en quoi est-ce différent de Los Angeles ?

Steve et sa famille achètent un T5 à Las Vegas pour le prix d’une souche d’arbre à L.A. Arnold Schwarzenegger devient gouverneur de Californie.

Steve, 33 ans

Steve: J’ai décidé de lancer ma propre affaire de développement personnel.

Amis : Hum, ok. Donc tu veux être une sorte de Tony Robbins ?

Steve : Une sorte.

Amis : Tu vas simplement passer pour un idiot.

Steve : Ce ne serait pas la première fois.

Steve lance StevePavlina.com et écrit près de 300 articles. Le trafic monte à 500 000 visiteurs par mois. Steve commence à gagner assez d’argent pour en vivre.

Steve, 34 ans

Steve: J’ai décidé de tenter le sommeil polyphasique pour voir si je peux m’y adapter.

Critiques : Pourquoi diable veux-tu faire une telle chose ?

Steve : 30 à 40 heures de veille supplémentaires seraient bien, mais je veux découvrir si je peux vraiment le faire. Je ne peux pas vraiment savoir si je n’essaye pas.

Critiques : Tu vas échouer. C’est impossible.

Steve : Ok.

Steve s’adapte avec succès au sommeil polyphasique. Aujourd’hui est le 56ème jour. Steve commence à appeler les dormeurs monophasiques des ours.

Steve: J’ai aussi décidé de devenir millionnaire.

Ours : Tu ne peux pas faire ça.

Steve : Pourquoi ?

Ours : C’est contre les règles.

Steve : Bien… ça fait moins de concurrence.

À suivre…

Ce que Steve entend en réalité

Steve: J’ai décidé de faire x.

Le Lion peureux : Clac clac clac. Gla gla gla. J’ai peur.

Steve : Poussez-vous s’il-vous-plaît. Je passe.

Le Lion peureux : Hein ? Quoi? Heu, ok.

Le Lion peureux rentre à la maison et se demande à quoi cela pourrait ressembler de vivre comme autre chose que comme un lion peureux juste pour un jour. Le Lion peureux obéit à un conditionnement préalable qui consiste à allumer la télé pour aider à éliminer ces pensées et sentiments socialement perturbatrices. Le Lion peureux commence à se sentir à nouveau « normal » (voir 1984) après avoir vu que les personnages télévisuels amicaux sont universellement d’accord pour dire que les gens comme Steve sont ruinés, antisociaux, et diaboliques, et qu’être un lion peureux est en fait parfaitement normal, dans la moyenne, et socialement acceptable.

Crédits photo : © Lagui – Fotolia.com

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

12 Partages
Partagez12
Tweetez