TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Les planifications trimestrielles

Note : cet article est une traduction de l’article Quarterly Planning Time de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

PlanificationAujourd’hui j’ai fini de taper mon plan détaillé pour ce trimestre, qui fait près de 10 pages. Je revois mes objectifs et mes plans tous les 90 jours environ, et je trouve que bien que cela puisse être fastidieux (généralement 10-15 heures de travail usant), c’est un outil essentiel pour moi, pas seulement pour tenir une entreprise mais pour gérer ma vie entière. La vie peut devenir un peu compliquée de temps en temps, et on peut facilement laisser les pressions extérieures nous égarer quand on ne sait pas précisément où on va. Quand vous travaillez depuis plusieurs jours sur un projet en particulier, et qu’une nouvelle opportunité surgit dans un domaine totalement différent, il peut être difficile de prendre une décision claire si vous n’êtes pas capable de sortir mentalement de votre projet et de voir l’arbre qui vous cache la forêt. Avoir un plan écrit que vous pouvez corriger à tout moment facilite la révision de votre situation actuelle d’un simple coup d’œil, et vous permet de prendre des décisions plus cohérentes.

En 2001 j’ai écrit des articles sur le fait de se fixer des objectifs et de planifier, et hormis certaines modifications mineures, j’ai gardé la même approche aujourd’hui. Mais il y a une chose que j’inclus maintenant dans mon document de planification, une liste de suppositions que j’ai faites en mettant le plan en forme. Il y a souvent des suppositions portant sur ce que j’espère voir arriver, comme par exemple le temps que je pense mettre à finir tel projet. Invariablement je vais me tromper de quelques semaines sur l’ensemble de mon plan, et je rencontrerai des difficultés. Alors je reviens à ma liste de suppositions et je recherche tout ce qui a pu s’avérer chamboulé. Puis je peux ajuster ces suppositions et mettre le plan à jour en conséquence. Mais si je trouve que toutes les suppositions paraissent encore assez précises, alors généralement je suis rassuré sur le fait que le cœur même du plan général est toujours inchangé ─ j’aurai simplement besoin de modifier la façon dont je le mets en œuvre. Rien qu’aujourd’hui j’ai du refuser deux accords de licence potentiels ; en surface ils paraissaient potentiellement lucratifs, mais rapportés à mes objectifs à long terme, il est clair qu’ils m’auraient dévié de mon cap.

Quand vous créez un plan à 90 jours, vous envisagez l’avenir à bien plus de 90 jours. Je réfléchis habituellement aux deux prochaines années pour fixer ce qui devrait être fait dans les 90 prochains jours. Il y a beaucoup de décisions qui paraissent bonnes quand vous les envisagez sur une échelle de 3 à 6 mois, mais quand vous voyez à 2 ans ou plus, elles peuvent sembler plus problématiques. C’est comme les programmes informatiques de jeu d’échecs : l’ordinateur va trouver que tel mouvement est optimal en réfléchissant sur 5 tours, mais en y réfléchissant sur 10 tours il va finir par choisir un mouvement complètement différent. Il en va de même pour les prises de décisions à court terme. Vous créerez de meilleurs plans si vous envisagez les choses en années et pensez à ce à quoi cela vous amènera, puis vous utilisez cette perspective à long terme pour décider de ce qui doit être fait tout de suite. Et pour certaines décisions capitales, comme le souhait d’avoir un autre enfant, vous pourriez envisager les choses sur plus longtemps encore. La vision à long terme aiguise la vision à court terme.

Quand j’étais célibataire et que je vivais seul et n’avais pas encore lancé ma propre entreprise, ce genre de plan détaillé aurait probablement été exagéré. Mais maintenant que ma vie est bien plus compliquée, cela m’aide à me sortir d’un éventuel bourbier de confusion et à réellement me concentrer. Plus ma vie devient compliquée, plus je trouve important de passer du temps à clarifier mes objectifs et mes plans.

Le principal attrait de ce plan écrit est qu’il me donne un sentiment de paix, sachant que j’ai consciemment réfléchi à tout, et que tout est couvert. Il peut être difficile de faire des choix tels que… devrais-je passer plus de temps avec ma femme et mes enfants, ou faire de l’exercice, ou travailler mon prochain discours, ou écrire un article, ou travailler sur mon livre, ou faire quelques tâches commerciales, ou jouer au poker, ou lire un livre ? Une chose que j’ai apprise est que j’ai tendance à faire du mauvais boulot quand je mets en balance ces décisions sous l’impulsion du moment ─ certains domaines sont alors sous-représentés tandis que d’autres sont surtravaillés, et quelque chose d’important finit par glisser dans les fissures. Je n’ai simplement pas le temps d’envisager les choses sur plusieurs années pour chaque décision que je prends. C’est seulement en créant un plan général que je suis sûr d’être capable d’atteindre le bon équilibre et de terminer des choses vraiment importantes tout en décidant de façon consciente dans quels domaines je peux accorder moins d’attention. Je peux faire confiance à ce plan parce que je sais que j’ai passé du temps à réfléchir pour le créer, et ainsi il agit comme un outil qui m’aide à simplifier est à accélérer mes décisions quotidiennes.

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

Partagez
Tweetez