TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Les grands projets audacieux et épineux

Note : cet article est une traduction de l’article Big, hairy, audacious goals de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

RisquesDevrions-nous vraiment fixer des grands projets audacieux et épineux dont le succès est loin d’être garanti (ou du moins n’offrant pas l’avantage de pouvoir prendre du recul) ?

Personnellement je suis heureux qu’il existe des gens qui fixent de grands objectifs. Mon pays (les USA) n’existerait pas sans cela. Pas plus que ma ville, ma famille, nos ordinateurs, Internet, mon petit-déjeuner, ou les diverses libertés dont je profite aujourd’hui. Nombre de mes proches seraient morts n’eût été l’existence et la conduite de ces gens qui fixent des objectifs « irréalistes ».

Si vous avez un Hitler avec de grands projets et que vous n’avez pas quelqu’un d’aussi fort que Winston Churchill à vos côtés, eh bien… votre statut manquera d’une bonne dose de quo. Pour ma part, je préfèrerais largement voir davantage de Winston Churchill ou de Mère Teresa là dehors qui essayent et qui échouent plutôt que personne qui ne tenterait rien.

Si vous vous fixez un grand objectif et que vous échouez, vous apprenez quelque chose. Si vous vous fixez un grand objectif et que vous réussissez, vous bénéficiez du résultat de cet objectif, ET vous apprenez quelque chose. Si vous ne fixez aucun objectif, vous ne gagnez rien et n’apprenez rien. Il n’y a rien dans ce processus qui soit stressant ou qui réduise votre paix. Pour créer du stress, il faut une façon de penser que l’on appelle la peur de l’échec (ce en quoi beaucoup de gens ont malheureusement été conditionnés à croire). Travailler sur des grands objectifs est comme lancer un dé : si c’est impair, vous gagnez un peu, et si c’est pair, vous gagnez beaucoup. Si vous ne lancez pas le dé, rien ne bouge. Ce sont de bonnes cotes je trouve, un pari qui vaut le coup d’être tenté fréquemment.

Parallèlement à cela, beaucoup de gens sous-estiment quels objectifs sont vraiment « réalistes » pour eux. D’autres surestiment certainement leurs capacités et subissent des échecs cuisants. Mais si vous ne surestimez jamais vos capacités en fixant de temps en temps un objectif qui dépasse votre capacité à le mener à bien, vous n’aurez jamais une bonne estimation de vos vraies capacités ─ vous ne cartographierez jamais ces limites ─ donc vous risquez de passer toute votre vie en-dessous de vos capacités. Et malheureusement c’est ce que font la plupart des gens.

Une stratégie optimale pour investir dans votre vie inclura l’échec. Pensez à un investissement financier. Si vous adoptez une stratégie qui garantit à 100% que vous ne perdrez jamais d’argent, est-ce que cela sera optimal sur le long terme ? Loin de là. En fait, étant donné que vous ne pourriez pas investir dans quoi que ce soit étant donné que rien n’est vraiment sans risque, vous ne toucheriez absolument aucun intérêt, et l’inflation à elle seule vous ferait perdre de l’argent. Il en va de même avec votre corps. Si vous ne tirez jamais sur vos muscles pour les pousser au-delà de leurs capacités actuelles, vous ne resterez pas au même niveau de force pas plus que vous ne vous musclerez ; avec le temps vous allez en fait vous affaiblir.

Et c’est ce qui arrive aux gens qui ne se poussent jamais à prendre des objectifs qui sont un vrai challenge pour eux. Ils s’affaiblissent mentalement avec le temps, perdant de plus en plus de leurs capacités.

Repensez à votre vie un moment et en particulier à ces fois où vous avez relevé un vrai défi, sans tenir compte du fait que vous soyez arrivé à vos fins ou pas. Comment seriez-vous aujourd’hui si ces expériences n’étaient jamais arrivées ? Seriez-vous plus fort ou plus faible ?

Fixer un objectif et échouer à le mener à bien ne doit pas être vu comme une chose terrible à éviter à tout prix. En musculation, l’échec est l’objectif de chaque session. Atteindre le point d’échec est au final ce qui vous aide à vous muscler. Quelqu’un qui fait de la musculation ne déplore pas le fait que cette limite soit atteinte, préférant se limiter à des poids de 10 kilos indéfiniment parce que 100 kilos c’est trop lourd. Ce serait ridicule. De la même manière, ne déplorez pas vos propres échecs quand vous tombez sur un de ces poids trop lourds que vous pensez ne pas pouvoir soulever. Faites simplement un pas en arrière et retournez sur un poids un peu moins lourd pendant un temps, et vous serez peut-être assez fort pour soulever le plus lourd. Ne concluez pas du fait que pour l’instant vous ne pouvez pas soulever un poids trop lourd pour vous (ou atteindre un objectif trop difficile pour vous) que vous ne serez jamais capable de le faire ou que le processus entier doit être intrinsèquement stressant et décevant. Apprenez à aimer le processus en lui-même.

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *