Les fanatiques de la croissance

rencontrer des obstaclesLorsque j’ai fait mon festin de jus de fruits, j’ai reçu beaucoup de commentaires comme celui-ci :

Steve, vous rencontrez beaucoup d’obstacles lors de ce festin de jus de fruits, comme des envies récurrentes de consommer de repas solides, des sensations de malaise et des yoyos émotionnels. Il est donc évident que c’est une mauvaise expérience, et vous devriez arrêter.

Je reçois des commentaires semblables chaque fois que je fais des expériences publiques. Peu importe le sujet de l’expérience.

D’où vient l’idée selon laquelle le fait de rencontrer des obstacles signifie que vous devriez cesser de poursuivre un but significatif ?

La vérité, c’est que vous allez rencontrer des obstacles dans la poursuite de tout but significatif. Les obstacles ne sont pas là pour vous faire dérailler. Ils sont là pour vous aider à devenir plus fort.

Parfois, vous allez rencontrer des obstacles trop importants pour vous ; vous vous heurterez à vos limites et vous serez forcé d’abandonner. D’autres fois, vous rencontrerez un poids trop lourd pour que vous puissiez le soulever, et il ne bougera pas. Il n’y a aucune raison d’avoir honte de cela. C’est la vie, c’est tout.

Cela dit, pourquoi devrais-je laisser quelques obstacles (comme le fait de ne pas me sentir bien ou d’avoir à faire face à une désintoxication émotionnelle) m’empêcher de poursuivre un but significatif ? La simple présence des obstacles n’est pas une raison suffisante pour abandonner. Des obstacles sont à prévoir. Trouver comment y faire face fait partie intégrante du défi.

Rencontrer des obstacles nous aident à devenir plus forts à travers un processus de formation progressive. Chaque nouvel obstacle que nous rencontrons et surmontons nous rend plus capables de relever des défis encore plus grands.

Je ne relève pas de défis, comme un festin de jus de fruits, avec l’espoir naïf que tout se déroulera sans accroc. Quelle serait la récompense ? Ce serait comme aller au gymnase et faire mon entrainement sur une machine réglée au niveau 1. Je perdrais certainement mon temps.

Même quand on suit le courant, il y a encore des roches et des tourbillons à éviter. C’est ce qui rend le parcours amusant et intéressant. Sinon, vous pataugerez dans la piscine pour enfants.

La croissance

J’aime poursuivre des objectifs qui me poussent à grandir, des objectifs que je ne suis pas certain de pouvoir atteindre. Si je suis sûr à 100% que je peux atteindre un objectif, je ne vois pas l’intérêt de le poursuivre. De tels objectifs m’ennuient généralement.

Les objectifs qui m’intéressent le plus sont ceux qui m’amènent à me dire : « Wow… Je ne suis vraiment pas sûr de pouvoir y arriver. Cela m’a l’air sacrément dur. Je vais devoir atteindre un tout autre niveau pour arriver jusqu’au bout. Honnêtement, je ne sais pas si je vais y arriver ».

Malgré tout je me dis : « Même si j’échoue, ce n’est pas grave. Au moins, je saurai où sont mes limites. Toutefois, qu’arriverait-il si je réussis ? A quel point cela serait-il génial ? J’aurais une nouvelle expérience de référence pour le reste de ma vie. J’aurais une expérience incroyable à partager avec les autres. Quels nouveaux défis pourrais-je relever au-delà de celui-ci ? » C’est le genre de pensée qui m’excite.

Tu ne peux pas y arriver !

J’entends cette phrase depuis 30 ans.

Je me souviens quand j’ai commencé à vendre mes jeux en ligne, les gens me disaient : « Tout le monde sait qu’il n’y a pas d’argent à gagner dans ce domaine. Tu te fais des illusions si tu penses que tu peux y arriver. Au mieux, tu pourrais gagner 50 $ par mois, si tu as de la chance ! »

Quelques années plus tard, c’était : « Tout le monde sait qu’on ne peut pas gagner sa vie en bloguant. Il y a beaucoup trop de contenu gratuit disponible, donc évidemment personne ne paiera rien pour le tien ».

Récemment c’était : « Tout le monde sait qu’il est irréaliste d’essayer de vivre uniquement de jus (ou d’aliments crus). C’est simplement du bon sens. Il faut en effet prendre ses aliments dans les quatre groupes alimentaires pour parvenir à l’équilibre ».

Apparemment, si vous essayez quelque chose qui va à l’encontre du courant dominant, cela signifie que vous êtes fanatique, fou ou dupe. Le bon sens veut que nous ayons tous des emplois réguliers dans des entreprises, que nous mangions des aliments industriels conservés dans des boites de carton et que nous vivions notre vie comme nous imaginons que tout le monde vit en attendant notre dernière heure.

J’ai de la peine pour les gens qui pensent vraiment de cette façon… et qui vivent leur vie en conséquence.

Je sais que cela dérange certaines personnes lorsque je mène des expériences ou que je poursuis des objectifs qui vont au-delà de la pensée dominante. Cela rappelle aux gens qu’ils ont encore beaucoup de croissance devant eux et qu’ils ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers. Cela énerve vraiment les gens. Certains parmi eux pensent donc que la meilleure façon de faire face à ces sentiments, c’est d’attaquer le messager avec des étiquettes stupides comme « fanatique » ou « extrémiste »… même s’ils souhaitent secrètement qu’on leur colle de pareilles étiquettes.

Et devinez quoi… J’ai les mêmes problèmes. Je m’énerve aussi quand je vois des gens faire quelque chose qui va au-delà de ce que je pense être possible pour moi. Cela m’énerve vraiment.

Je me souviens de la première fois où j’ai entendu parler de festin de jus de fruits. Ma première réaction a été : « Rien que du jus pendant 92 jours ? C’est une blague j’espère ! » Je pensais que ces gens étaient fous. Puis j’ai réalisé que j’étais irrité par mes propres sentiments d’inadéquation. Ces festins de jus « fous » mettaient en lumière le fait que je pouvais atteindre un niveau supérieur de performance et d’autodiscipline encore plus élevé si je m’y engageais vraiment. Ils m’ont rappelé que j’avais plus de croissance devant moi et que je n’étais même pas près d’en avoir fini. C’est difficile d’accepter ce genre de choses.

Les gens qui faisaient les festins de jus de fruits n’étaient pas surhumains. C’étaient des gens ordinaires qui faisaient des choses extraordinaires. Ils ont mis la barre plus haut que moi. Quand j’en ai pris conscience, et quand j’ai vu ma réaction, j’ai eu un choix à faire. Je pouvais m’arrêter là où j’étais, ou me hisser à un niveau supérieur.

parvenir au niveau supérieur

Atteindre le niveau supérieur

Il n’est jamais facile de se hisser à ce niveau supérieur — que ce soit physiquement, émotionnellement, socialement, spirituellement, financièrement, etc. Toutefois, quand nous qualifions de fanatiques ou d’extrémistes ceux qui exposent nos insuffisances, nous ne faisons que nous présenter comme des lâches. Nous entendons l’appel à vivre une vie plus conforme à notre potentiel, mais nous nous y refusons. Nous voyons un poids que nous ne pouvons pas soulever, alors nous attaquons le poids, le qualifiant de « monstre ».

Est-ce la faute du poids ? Ou est-ce notre propre faiblesse qui pose problème ?

Lorsque vous prenez conscience d’un défi ou d’un objectif potentiel qui vous semble intimidant, ne lui reprochez pas d’exister. Et n’attaquez certainement pas ceux qui réussissent à le surmonter. Reconnaissez simplement le défi : « Je te vois. Tu es un défi digne de ce nom. Pour l’instant, je ne crois pas pouvoir te faire face. Toutefois, j’ai l’intention de devenir assez fort pour finir par t’affronter – et gagner ».

Prenez un moment pour passer en revue mentalement les personnes de votre vie que vous êtes tenté de qualifier de fanatiques ou d’extrémistes. Pourquoi sont-elles là et qu’ont-elles à vous apprendre ? Quels sont les défis dont elles vous font prendre conscience ? Quels désirs et sentiments d’inadéquation éveillent-elles en vous ? Maintenant, pouvez-vous admettre que ce que vous voulez par-dessus tout, c’est développer la force de poursuivre et éventuellement de réaliser ces désirs vous-même ? Et pouvez-vous vous mettre dans les bonnes dispositions pour que cette force vienne à vous ?

Vous avez en vous le pouvoir d’apporter les changements que vous voulez dans votre vie. Vous ne pouvez pas expliquer vos problèmes en blâmant les aliments que vous mangez, l’argent que vous n’avez pas, ou les opportunités que vous n’avez pas eues. Chaque jour, vous avez le pouvoir de prendre de nouvelles décisions et d’y donner suite. Si vous n’aimez pas l’orientation de votre vie, alors n’établissez pas la même orientation aujourd’hui qu’hier. Personne ne vous force à vous présenter au travail au même endroit, à aller à la même épicerie et à acheter les mêmes aliments, ou à rester en contact avec les mêmes personnes. Ce sont vos choix.

Les fanatiques et les extrémistes sont présents dans votre vie pour vous rappeler ce que vous savez déjà, mais que vous ne vous sentez pas prêt à affronter. Ils sont là pour vous rappeler que vous avez le pouvoir d’amener votre vie à un tout autre niveau même si vous pouvez rencontrer des obstacles. Ces fanatiques et ces extrémistes continueront d’apparaitre dans votre vie comme un rappel fréquent que vous vous contentez de moins que ce dont vous êtes capable. Dès que vous décidez d’arrêter de vous reposer sur vos lauriers et de commencer à faire de votre mieux, ces personnes ne seront plus des épines sur votre chemin. Au lieu de cela, elles deviendront vos amis et vos guides.

Ensuite, vous aurez affaire à d’autres personnes qui vous traiteront d’extrémiste fanatique. Et vous réaliserez que vous n’avez jamais été aussi heureux… et que vous ne l’auriez pas été autrement.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Il est inévitable de rencontrer des obstacles quand vous poursuivez un but significatif. Parfois, il faut accepter de faire certains sacrifices pour surmonter ces obstacles. Et c’est de cela qu’il est question dans la vidéo du jour. Elle explique en effet quand est-ce qu’il faut faire des sacrifices pour réussir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *