Le gouvernail de la journée

Note : cet article est une traduction de l’article The Rudder of the Day de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

GouvernailOn dit que la première heure est le gouvernail de la journée. Je trouve que c’est très vrai dans mon cas. Si je suis paresseux ou peu rigoureux dans mes actions pendant la première heure après m’être levé, j’ai tendance à avoir une journée plutôt paresseuse et peu rigoureuse. Ce genre de journée peut commencer en m’attardant au lit pour câliner ma femme, ma fille me bondit dessus, je m’étire un peu, je m’habille, je me rase, j’ai un petit-déjeuner à l’ancienne (le genre qui me prend 20 minutes à préparer et 20 autres minutes à manger), je décharge le lave-linge, je discute des plans de la journée avec ma femme (nous travaillons tous deux à la maison), etc. Puis je pourrais commencer la journée de travail en vérifiant mes mails, en écrivant un article pour le blog, et en faisant quelques autres tâches mineures. À ce moment-là je suis généralement debout depuis plusieurs heures, et à ce moment-là ces heures matinales m’ont déjà prédisposé à avoir une journée pas très inspirée. Sur une échelle de 1 à 10, mon niveau général d’énergie atteint rarement 7 dans ce genre de journée.

Mais si je m’efforce d’avoir pendant cette première heure une productivité optimale, le reste de la journée tend à suivre la cadence. Cette journée commence en me réveillant à 5h et en me levant dès l’instant où mon alarme retentit ─ je ne m’attarde pas ou ne pense pas à me recoucher. Je m’habille rapidement mais saute le rasage. Je me fais une tasse de thé aux herbes (pas de caféine) puis je vais droit dans mon bureau. Je ne regarde pas mes mails. À 5h10, j’ai commencé à travailler sur mon premier projet. Après 60 à 90 minutes, je prends une pause pour me raser, dire bonjour à ma famille, puis je me fais un petit-déjeuner rapide et je le mange dans mon bureau en continuant à travailler. Cette première heure productive me pousse en avant, et vers 11h, j’ai généralement complété l’équivalent d’une journée complète de travail du modèle précédent. Et normalement mon niveau d’énergie sera au moins de 8 ou 9 pour le reste de ma journée.

Ce qui m’a surpris était que la seconde version, bien que semblant plus difficile, était en fait plus simple une fois que je m’y étais habitué. Faire le travail le plus important tôt dans la journée me donne de l’énergie, et quand vous avez quelques semaines avec des jours hautement productifs, cela ajoute d’autant plus d’énergie et d’élan. Je me sens extrêmement bien quand je vois que la pendule indique 8h30, et que j’ai déjà fait 3 solides heures de travail concentré sur mon projet numéro 1. Cela crée un super élan qui me pousse tout le reste de la journée. Certains jours je ne m’ennuie pas à regarder mes mails avant 17h ─ en fait, je pense que si les gens adoptaient la simple habitude de ne pas regarder leurs mails avant 17h (en partant d’heures de travail normales), cela pourrait en soi augmenter drastiquement leur productivité. Essayez de faire de vos mails la dernière activité de votre journée de travail, et regardez à quelle vitesse vous arrivez à l’expédier.

Évidemment j’ai l’avantage de travailler de chez moi, donc je peux être à mon bureau quelques minutes après mon réveil. Mais j’ai eu ce genre d’expériences pendant les années où je travaillais dans un bureau hors de chez moi. Je trouvais généralement préférable de me lever et d’aller tout droit au travail dans les plus brefs délais. Prendre le petit-déjeuner au travail plutôt que de traîner à la maison me permettait généralement de lancer ma journée de façon plus productive.

L’avantage de commencer si tôt est que vous finissez tôt. Parfois j’ai fini ma journée de travail avant d’aller chercher ma fille à la garderie à 15h30, donc je ne ressens aucune culpabilité à me reposer tout le reste de la journée.

La motivation peut précéder l’action, mais la motivation suit également l’action. La façon dont vous passez cette première heure va déclencher le niveau de motivation correspondant en vous, dont vous pourrez ensuite faire bon usage. Si vous voulez une journée rythmée et hyper productive, faites que votre première heure le soit également ─ levez-vous et allez droit travailler à votre projet numéro 1. Si vous voulez une journée paisible, faites que cette première heure soit paisible ─ méditez, lisez, allez marcher, prenez un bain relaxant. Si vous voulez une journée paresseuse, soyez paresseux pendant cette première heure ─ faites la grasse mat, regardez la télé, prenez un bon petit-déjeuner. Si vous voulez une journée consacrée à des futilités, passez cette première heure à des trivialités ─ regardez vos mails, visitez des forums en ligne, lisez les nouvelles, discutez avec les autres.

La bonne nouvelle est que si vous voulez avoir un certain type de journée, concentrez simplement vos efforts sur cette première heure. Ne vous préoccupez pas de ce qui viendra ensuite. Si vous êtes assidu pendant cette première heure, le reste de la journée suivra. Utilisez la puissance du gouvernail pour piloter le vaisseau entier.

À un degré moindre, j’ai également trouvé que cela pouvait marcher en milieu de journée, bien que ce soit généralement plus difficile. Si vous avez commencé votre journée de façon paresseuse, respirez un peu puis concentrez vos efforts sur le contrôle de l’heure qui est juste devant vous. C’est votre gouvernail.

 

Crédits photo : krizz7

Un commentaire

  • Laurent dit :

    Very interesting…

    Je teste depuis quelques jours : lecture inspirante dès le réveil en substitution des actualités sur google, suivie de quelques minutes de méditation. J’en vois déjà les impacts.
    Dans ma lecture d’avant-hier (Petit traité de vie intérieure), Frédéric Lenoir parle du secret de l’hyperactivité du Dalaï Lama : “4 heures de méditation en début de journée” !

    A méditer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *