Décider quoi faire de votre vie

Note : cet article est une traduction de l’article Deciding What to Do With Your Life de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Décider de sa vieDécider quoi faire de votre vie n’est pas toujours facile. La plupart des gens ne prennent jamais cette décision tout court. Mais comme nous finissons tous par faire quelque chose, si nous ne prenons pas cette décision consciemment, alors une décision sera quand même prise, mais ce sera fait inconsciemment.

Si vous ne décidez pas comment vous allez vivre, alors quelqu’un d’autre ou autre chose le décidera pour vous. Il y a de grandes chances que votre vie soit soumise à un ensemble d’influences inconscientes, dont vos prédispositions génétiques, votre éducation, votre conditionnement social, votre environnement, les autres personnes de votre vie, et peut-être aussi la chance pure.

Cela pourrait être une bonne façon de vivre pour les animaux, mais pas pour les êtres humains. Nous pouvons faire mieux que ça.

Permettre que votre sort dépende d’influences extérieures va, historiquement parlant, produire des résultats absolument pathétiques comparé à ce que vous pourriez faire de votre vie en décidant consciemment de ce que vous allez en faire et pourquoi. Vous pourriez avoir de la chance en laissant le sort gérer les détails, mais vous aurez plus de chances de finir par dépenser votre précieux temps sur cette terre à servir d’autres forces dont les plans ne vous conviendraient probablement pas.

En augmentant votre conscience et en devenant plus pleinement conscient, à un certain moment vous vous retrouverez nez à nez avec la question : « Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de ma vie ? »

Évidemment beaucoup de choses dépendent de votre réponse. Cela ne concerne pas seulement votre propre vie mais aussi les vies de tous les gens que vous pourriez toucher pendant votre vie. Vous pourriez choisir d’être insignifiant, mais vous pourriez aussi jouer un rôle significatif dans la direction future de cette planète. Le choix conscient vous ouvre cette option. Et laissez cette option aux autres ne vous enlève pas la moindre responsabilité.

Une fois que votre conscience a atteint un certain niveau, il devient clair qu’il est mieux de répondre à cette question constamment que de laisser quelqu’un d’autre y répondre pour vous.

Cependant, en commençant à vous attaquer à cette question, il y a de bonnes chances que vous trouviez que c’est une tâche tellement intimidante que vous cédiez rapidement à la tentation de retourner à une vie inconsciente. Ne le faites pas s’il vous plaît. Même si répondre à cette question est en effet un des défis majeurs auxquels vous devrez faire face en tant qu’être humain, c’est un problème que vous êtes capable de résoudre – et cela en vaut largement la peine.

Laissez-moi partager avec vous quelques idées quant à la façon d’aborder cette question, afin d’essayer de vous faciliter le fait d’y répondre intelligemment.

Efforcez-vous de comprendre la réalité aussi précisément que possible

Un élément-clé pour décider comment vivre est de développer une compréhension de la façon dont cet univers dans lequel vous vous trouvez actuellement fonctionne. Vous avez besoin de connaître les règles du jeu avant de pouvoir établir une stratégie de base. Et donc la recherche d’un but commence avec la recherche de la vérité.

Dans l’idéal, une fois que vous développez une compréhension de la façon dont l’univers fonctionne, suffisamment pour que cela ait du sens pour vous intellectuellement, émotionnellement, et intuitivement, alors vous pouvez commencer à deviner le rôle que vous jouerez au sein de cet univers.

Si vous n’avez pas un modèle de réalité assez précis, vous ne pouvez pas intelligemment décider comment vivre. Vous pouvez toujours prendre une telle décision, mais il y a de grandes chances qu’elle soit mauvaise. Imaginez que vous jouez aux dames et que vous êtes en train de décider comment jouer. Mais qu’arrive-t-il s’il s’avère que vous jouez en fait aux échecs ? Votre stratégie ne va tout simplement pas fonctionner. Il en va de même pour décider quoi faire de votre vie. Si votre modèle de réalité est trop imprécis, alors toutes vos décisions sont basées sur un bug, et il y a de grandes chances que vous vous plantiez pas mal. En termes pratiques cela signifie que vous aurez du mal à progresser vers votre but. De faibles résultats deviendront une norme pour vous.

J’ai déjà écrit à propos de la façon dont je perçois la réalité, et je vais certainement en écrire encore davantage dans les années à venir. En expérimentant différents systèmes de croyances dans les 15 dernières années, j’ai vu des changements radicaux dans mes résultats. L’an dernier a été ma meilleure année, de loin, et j’attribue cela au développement d’un modèle de réalité qui semble en adéquation avec la façon dont la réalité semble fonctionner. Mon modèle n’est certainement pas parfait, mais il est assez exact pour que je commence à atteindre mes objectifs de plus en plus facilement. Je travaille avec les règles du jeu au lieu de les combattre et d’y résister.

Comme je l’ai mentionné dans un article précédent, trois qualités-clés à développer dans votre recherche de développement personnel sont la confiance en soi, la conscience, et l’absence de peur. Réunis, ces trois éléments forment ma définition de l’intelligence.

Même s’il y a de nombreuses façons de comprendre la réalité, mon approche est fondamentalement celle du yoga Jnana. Cela signifie que j’essaye d’appréhender la réalité par l’esprit. J’essaye d’utiliser mon intellect pour le comprendre. Au final cela se résume à procéder à tout un tas d’expériences personnelles et à noter les résultats. Mais il y a également d’autres voies valables pour comprendre la réalité. Si vous êtes quelqu’un qui pense avec le cœur, comme l’est ma femme, alors l’intuition pourrait être un guide plus puissant pour vous que l’esprit.

Si vous rencontrez des difficultés dans le choix d’un but pour votre vie, le problème pourrait être plus loin en amont. Plongez plus profondément dans votre compréhension de la réalité. Questionnez vos croyances, en particulier celles qu’on vous a dit de ne jamais questionner. Et si vous aviez tort ? Mes croyances actuelles concernant la réalité ne ressemblent que très peu à celles que l’on m’a inculquées quand j’étais petit. Via l’interaction avec le monde réel, j’ai trouvé que mes croyances initiales étaient inexactes. Et cela a mené à plus d’une décennie de recherche de la vérité, ce qui continue encore aujourd’hui mais est devenu beaucoup plus facile.

Quand vous comprenez la réalité de façon suffisamment exacte, votre but va quasiment vous sauter dessus. Au final, en comprenant la réalité, vous vous comprenez vous-même. Votre rôle dans le monde devient alors clair.

Par exemple, en me basant sur ma compréhension de la réalité, ce que je dois faire de ma vie est clair pour moi. Je suis ici pour évoluer et pour aider les autres à évoluer.

Est-ce que votre but a un sens à court terme ?

En ce moment même, êtes-vous heureux ? Je ne parle pas d’un simple contentement. Une plante en pot est contente. Je veux dire : êtes-vous passionné par votre vie ? Êtes-vous plus excité par le fait de partir en vacances que par ce que vous faites tous les jours ? Êtes-vous amoureux de votre existence ? Êtes-vous ravi d’être ici sur terre en ce moment en particulier ?

J’étais en vacances il y a environ 10 jours, et honnêtement j’étais tout aussi excité de retourner au travail que je l’étais de partir en voyages dans un premier temps. Mon travail est un tel plaisir pour moi que je suis toujours hyper enthousiaste d’avoir le privilège de m’asseoir ici à mon bureau, et de transformer les pensées en mots qui seront vus par des milliers de personnes dans le monde avant que le jour ne soit haut. Est-ce que cela ressemble à de la souffrance pour vous ?

Si vous êtes le genre de personne qui dit autour d’elle que la passion n’est simplement pas son truc, alors vous avez sacrifié trop de choses. Si vous vivez avec un but, une immense excitation intérieure sera votre modus operandi normal. N’ayez pas peur – cette passion ne va pas vous transformer soudainement en un idiot sentimental qui rebondit partout comme une fée sous opiacées. La passion est un carburant émotionnel. Cela va vous poussez à vivre à pleine capacité. Sans la passion vous allez fréquemment couper court et laisser passer les opportunités encore et encore par manque de volonté. L’intellect seul ne peut pas vous emmener plus loin que ça. Il y a une différence entre décider d’atteindre un but et réellement l’atteindre. Votre intellect peut gérer le premier, mais il est pathétique pour réussir le second. Ne serait-ce pas super d’atteindre certains objectifs au lieu de simplement en fixer encore et encore ? Les objectifs sont sympas à regarder sur papier, mais vous ne préfèreriez pas en voir l’effet réel ? La passion vous aidera à y parvenir, parfois à une vitesse qui fera tourner la tête des gens.

Afin de faire de votre mieux, vous devez apprendre à exploiter le carburant qu’est votre passion. Si vous étiez un androïde, vous n’auriez pas besoin de passion. Servez-vous de votre puissant intellect pour reconnaître que vous avez des émotions, que vous en vouliez ou pas, et accepter un style de vie à la vulcain est suboptimal pour les êtres humains. En développant votre intelligence émotionnelle, vous pouvez apprendre à utiliser le merveilleux carburant de la passion sans contrevenir à votre intellect. Vous voulez être passionné et intelligent, pas passionné et confus. Passion + intelligence est une combinaison puissante.

Si votre décision quant à quoi faire de votre vie ne tire pas profit du carburant quotidien de la passion, alors vous avez pris la mauvaise décision. Revenez en arrière et réessayez.

Quand vous vivez cette passion, cela signifie qu’au moins dans le moment présent, votre décision de comment vivre prend son sens. C’est cohérent avec la réalité. Votre corps va commencer à brûler le carburant de la passion parce qu’il croit que vous vous dirigez dans la bonne direction. Cela vaut le coup de faire l’effort d’allumer cette mèche et de faire en sorte qu’elle reste allumée au lieu de garder votre énergie et de vous transformer en un légume sur canapé. Mais si votre décision semble trop idiote, votre corps se retiendra. Il ne dépensera pas d’énergie ; il dit « Nan, ça vaut pas le coup. »

Si vous trouvez que la passion a quitté certains aspects de votre vie, voyez le message derrière cette absence. Écoutez le signal « Nan, ça vaut pas le coup » que vous recevez. Peut-être que ce travail, cette relation ou ce programme d’entraînement sont des impasses. Quoi qu’il en soit, si votre corps n’est pas passé à plein régime avec le carburant de la passion, c’est que vous n’avez pas fait le bon choix. Il est temps de prendre une décision différente.

La passion est un multiplicateur de force. Avec la passion vous devenez bien plus fort que sans elle. C’est véritablement incroyable ce que peut accomplir un seul individu passionné avec un but clair. Si vous deviez enlever disons le top 100 de ce genre de personnes de l’histoire de l’humanité (parmi les milliards d’humains), nous vivrions probablement encore dans des grottes. Et je serais en train de graver un article avec mes outils en pierre sur comment organiser votre collection de cailloux.

Est-ce que votre but a un sens à long terme ?

Beaucoup de décisions semblent assez intelligentes sur le moment, mais quand vous imaginez ce qu’elles produiront dans les 10, 20 ou 50 prochaines années, leurs faiblesses deviennent évidentes. Quand vous choisissez un but dans la vie, cela ne devrait pas seulement vous apporter de la passion comme carburant dans le moment présent ; cela devrait paraître encore meilleur au travers de différentes échelles de temps.

Pensez à votre travail, par exemple. Où cela vous mènera-t-il à long terme ? Pensez à ce à quoi cela vous amènera entre aujourd’hui et la fin de votre vie. Imaginez que vous avez atteint votre dernier jour sur terre, et que vous regardez votre carrière rétrospectivement. Comment cela vous fait-il vous sentir ?

Si vous avez pris la bonne décision à propos de quoi faire de votre vie, alors vous devriez sentir que, globalement, c’était le meilleur choix possible que vous auriez pu faire sans l’avantage d’un recul spécifique. Vous verrez des erreurs que vous avez faites en cours de route, mais vous verrez aussi qu’étant donné ce que vous saviez à l’époque, elles étaient largement inévitables. En revoyant votre vie rétrospectivement, votre pensée dominante sera, « J’ai fait de mon mieux. Je n’ai peut-être pas vécu une vie parfaite, mais j’ai fait du mieux possible. Et pour cette raison, je n’ai pas de réels regrets. Si ma vie devait s’arrêter maintenant, alors ainsi soit-il. »

Si, d’un autre côté, ce scénario vous terrifie, alors vous avez du boulot. Cela signifie que votre direction actuelle n’est pas saine. Cela ne passera pas l’épreuve du temps, et à un certain moment vous devrez affronter la réalité. C’est mieux de le faire maintenant que d’attendre, car plus longtemps vous le laissez de côté, plus les résultats seront catastrophiques.

Hier j’ai regardé un documentaire appelé The Smartest Guys in the Room, qui raconte l’histoire de la faillite d’Enron. Enron était la septième plus grande entreprise des USA, et employait des dizaines de milliers de personnes. Au lieu de se concentrer sur la création de valeur, ses dirigeants ont fixé comme objectif principal de devenir riches. L’entreprise a perdu de l’argent année après année, pourtant elle a continué à rapporter qu’elle faisait des bénéfices substantiels. Ses actions sont montées encore et encore sans valeur pour les soutenir. Il est évident que c’était un château de cartes qui allait finir par s’écrouler, et en l’espace de 24 jours seulement, la compagnie a plongé en flèche jusqu’à la faillite.

Votre vie est-elle comme Enron ? Que voyez-vous quand vous projetez vos années, ou même vos décennies, d’élan actuel dans l’avenir ? Bâtissez-vous un château de cartes qui finira par s’écrouler ? Fermez-vous les yeux à la vérité ?

Cela peut être difficile de faire face à la vérité aujourd’hui alors que les conséquences peuvent être des années plus loin. Mais au final vous devrez faire face à cette vérité à un moment ou à un autre. En fait, c’est déjà le moment. Quand vous obstruez votre conscience avec le fardeau du mensonge, vous diminuez votre conscience. En refusant de faire face à ce que vous percevez comme inaffrontable, vous commencez à vivre un mensonge, tout comme Enron. Et alors au lieu de vivre honnêtement, vos énergies sont consumées par la perpétration de ce mensonge.

Peut-être que vos péchés ne sont pas aussi grands que ceux des dirigeants d’Enron. Peu importe. Si vous sentez que vous ne pouvez pas être honnête avec le reste du monde pour le moment, commencez au moins par être honnête avec vous-même. Vous n’avez pas besoin de connaître un crash si vous pouvez apprendre à élever votre conscience au lieu de la diminuer. C’est le chemin le plus doux pour sortir du mensonge et entrer dans la vérité.

Si votre relation est une impasse, admettez au moins cette vérité personnellement même si vous ne l’admettriez pas devant quiconque. Tenez un journal là-dessus en privé et explorez vos sentiments honnêtement. Si votre carrière n’est pas épanouissante et que vous travaillez simplement pour payer les factures, admettez-le personnellement, et admettez aussi que vous voulez mieux que ça. Ce n’est pas grave d’être faible et désœuvré. Ce qui est grave est de vous mentir. Être faible ne diminuera pas votre conscience, mais être dans l’erreur le fera.

Votre décision quand à votre façon de vivre doit avoir du sens avec TOUTES les échelles de temps, aujourd’hui, hier, demain, l’an prochain, dans 10 ans, et à votre mort. Cela doit aussi avoir du sens sous la perspective de différents scénarii, dont : vous mourez demain, vous mourez dans un an, vous mourez dans 50 ans, vous vivez éternellement, vous devenez handicapé, vous vous mariez, vous restez célibataire, vous avez des enfants, vous restez sans enfants, le gouvernement de votre pays s’effondre, toutes vos possessions sont détruites dans un incendie, etc.

Même s’il y aura des problèmes de mise en place qui dépendent des spécificités de votre situation actuelle, votre décision de haut niveau concernant ce que vous allez faire de votre vie ne devrait pas être basée sur des éléments hors de votre contrôle. Elle devrait être assez flexible pour que vous puissiez l’adapter à des circonstances changeantes, même si les changements sont massifs et brutaux.

Mon choix de vivre pour évoluer et aider les autres à évoluer a un super résultat quels que soient les échelles de temps et les scénarii. Pour que je sois incapable de continuer à le poursuivre, il faut soit que chacun d’entre nous ait atteint la perfection, soit que ma conscience ait été gelée ou endommagée de façon telle que tout évolution future soit impossible. Et dans ces situations, toute autre décision aurait aussi été compromise. Donc je sens véritablement que c’est le mieux que je puisse faire.

Ce n’est qu’en 2004 que j’ai vraiment commencé à accepter ce but consciemment. Et quand je regarde rétrospectivement le temps passé depuis cette prise de décision, je n’ai pas de grand regret. J’ai fait plein d’erreurs en cours de route, mais je sens quand même que j’ai fait de mon mieux.

Ce sentiment me laisse aussi en paix avec la possibilité que je pourrais mourir à tout moment de manière inattendue. Je ne sais pas quand mon temps ici sur terre touchera à sa fin, mais je n’ai pas de problème avec ça parce que ma décision en termes de façon de vivre n’est pas liée au temps. Cela fonctionne pour moi dans le moment présent tout en m’aidant à définir un plan à long terme vis-à-vis de ce que je peux faire dans les 50 prochaines années, pour peu que je vive aussi longtemps.

Je me demande souvent, « Comment me sentirais-je vis-à-vis de ma vie si elle devait prendre fin à la fin de cette minute ? » Si je n’aime pas ma réponse, je sais qu’il est temps de procéder à des changements. Mais dernièrement je me sens vraiment bien avec mes réponses. J’espère simplement que si cela devait arriver à cette minute, ma femme puisse finir cet article pour moi et le poster, car j’ai passé beaucoup de temps dessus et je détesterais qu’il aille à la poubelle. 😉

Est-ce que votre but a un sens à différents niveaux de conscience ?

L’incohérence à long terme a été un sérieux problème pour moi au cours de mon exploration de différents systèmes de croyances. Chaque fois que j’ai changé mes croyances, des parties de ma vie se brisaient car elles étaient dépendantes de l’ancien système de croyances. Cela me paralysait d’un certain côté. Je devais choisir entre poursuivre mon propre développement (et connaître un grand bouleversement dans mes actions ou mes résultats) ou essayer de garder mes croyances inchangées (et suspendre de ce fait mon développement) afin de terminer certains projets. Au final j’ai choisi de poursuivre mon développement et de simplement gérer le bouleversement, en me disant que je finirais par me stabiliser à un niveau supérieur, et cette approche a plutôt bien fonctionné, même si je ne me suis pas toujours adapté facilement à tant de changement.

Imaginez que vous travaillez pour une entreprise qui développe des logiciels. En commençant à y travailler, vous pourriez vous concentrer sur l’idée que vous vous êtes trouvé un bon travail, que vous faites un travail intéressant, et que vous commencez une carrière avec un fort potentiel à long terme. Ou peut-être que vous n’êtes qu’un geek qui aime coder. Au début vous pourriez être heureux, et même épanoui dans cette situation. Mais avec les années qui passent et vos valeurs qui changent, vous pourriez commencer à chercher à donner plus de sens à votre vie, et cela pourrait vous amener à augmenter vos normes quant au genre de travail que vous avez envie de faire. Les mêmes anciens projets ne paraissent plus aussi intéressants qu’avant, donc vous cherchez des engagements plus intéressants et des défis. En continuant sur cette voie, vous pourriez commencer à être plus critique vis-à-vis de votre contribution globale, à la fois à votre entreprise et au monde. Supposez que vous sachiez que la véritable motivation de votre entreprise soit simplement de faire du profit et que le logiciel qu’elle développe ne soit pas vraiment nécessaire. Peut-être qu’elle génère globalement du revenu grâce à des dysfonctionnements du marché et à l’ignorance des acheteurs plutôt que grâce à la valeur réelle unique qu’elle produit. Alors vous avez une décision difficile à prendre. Restez-vous dans cette entreprise et essayez-vous de justifier votre décision (en diminuant de ce fait votre conscience), partez-vous (en gardant ainsi votre conscience à un haut niveau), ou tentez-vous de transformer l’entreprise de l’intérieur (en utilisant du coup votre conscience pour élever la conscience des autres) ?

Ce n’est pas une décision facile à prendre, mais la clé pour vivre d’une façon qui tient à long terme est que vous avez besoin de vous empêcher d’être coincé à un certain niveau de conscience. Si vous poursuivez le développement et l’expansion de votre conscience, vous vivrez un bouleversement dans votre vie. Mais cela ne signifie pas que votre but est mal choisi – cela signifie simplement que vous avez besoin de traverser un processus de délestage de ce qui est incompatible avec votre objectif. Et si vous êtes comme la plupart des gens, cela va impliquer beaucoup de délestage. Cela prendra probablement des années. Mais vous en ressortirez de l’autre côté bien plus fort et beaucoup plus heureux. Le tunnel est difficile, mais il ne dure pas éternellement, et cela mène à un endroit merveilleux que vous ne voudrez jamais quitter une fois que vous le connaîtrez.

En réalité, nous traversons de nombreux tunnels en augmentant notre conscience. Ces tunnels sont ce que l’on appelle parfois la « nuit noire de l’âme. » C’est ce qui arrive quand votre conscience s’élève au point que vous vous retrouvez totalement désynchronisé de votre style de vie actuel, mais que vous ne voyez pas d’alternatives viables pour le moment. Les alternatives finiront par se présenter d’elles-mêmes si vous vous concentrez sur l’élévation de votre conscience et sur l’acceptation de l’existence de cette incohérence dans votre vie pendant un temps.

Un objectif de vie bien formé devrait pouvoir survivre à votre passage dans ces tunnels de conscience. Chaque tunnel ne devrait que clarifier et renforcer votre but, pas vous forcer à vous en débarrasser. Si vous sentez que votre but ne survivra pas à l’évolution de votre conscience, alors ce sera probablement le cas.

Un objectif de vie qui est lié à un niveau particulier de conscience n’est pas un objectif du tout. Il ne fera que vous garder coincé à ce niveau de conscience. Par exemple, si votre objectif est lié au fait de gagner de l’argent, alors qu’arrivera-t-il si votre conscience atteint un point où l’argent prend un sens totalement différent pour vous ? Peut-être qu’il deviendra dénué de sens. Essayez d’imaginer comment vous pourriez continuer à évoluer, et choisir un objectif suffisamment flexible pour évoluer avec vous. Par exemple, si votre objectif est de créer de l’abondance pour vous et pour les autres, alors il aura bien plus de chances de survivre à une élévation de votre conscience qu’un objectif basé uniquement sur le gain d’argent.

Ce que j’aime vraiment à propos de mon objectif est qu’il s’adapte bien aux changements de mes croyances fondamentales, y compris de mes croyances spirituelles. C’est difficile pour moi d’imaginer un système de croyances dans lequel il m’est impossible d’évoluer ou d’aider les autres à évoluer. Si je peux tester quelque chose, je peux évoluer grâce à cette expérience, et si je peux communiquer avec les autres, je peux également partager une partie de cette évolution.

Que restera-t-il de votre but après votre mort ?

Dans l’idéal votre objectif devrait être assez profond pour avoir même la possibilité de survivre à votre propre mort. Envisageons la perspective de ce qui pourrait vous arriver après votre mort et de ce qui pourrait arriver au reste du monde après que vous soyez parti.

D’abord, envisageons ce qui vous arrive. Il y a des scénarios post-mortem où les décisions que vous prenez aujourd’hui n’auront pas d’importance et d’autres scénarios où elles en auront. Mais le premier cas est hors-sujet car si vous sombrez dans l’oubli ou entrez dans un état de conscience indépendant de votre vie terrestre, alors toutes les décisions que vous prenez ici et maintenant ne feront aucune différence au-delà de votre propre mort. Donc à moins que vous soyez à 100% certain du premier type de scénario, vous devez au moins tenir compte de la seconde possibilité en décidant comment vivre. Quand vous imaginez ce à quoi cela ressemblerait de continuer à exister sous une certaine forme après la mort de votre corps physique, est-ce que votre but a encore un sens ? Pouvez-vous continuer votre but même après votre mort ?

Si ce sujet vous intéresse, vous pourriez aimer lire l’article « La vie après la mort », qui aborde dans ces différents scénarios plus en détails.

Comme mon objectif est d’évoluer et d’aider les autres à évoluer, alors si j’ai encore une forme quelconque de conscience et qu’il y a d’autres être conscients autour de moi, je devrais encore être capable de continuer à poursuivre mon objectif d’une façon ou d’une autre. « Le développement personnel pour les gens intelligents » deviendrait « Le développement personnel pour les gens morts. » Et au lieu de transformer les ours en aigles, je travaillerais sur le fait de transformer des démons en anges. Ca a l’air d’être un boulot marrant je trouve. Donc si je suis mort et que vous lisez ça, cherchez moi quand vous arriverez, et je continuerai à vous torturer pour l’éternité. 😉

Ensuite, qu’arriverait-il au reste du monde après votre mort ? Votre but peut-il continuer après votre mort ? Pouvez-vous planter une graine assez profond pour qu’elle puisse continuer à pousser même après votre mort ? La raison pour laquelle tant de conférenciers dans le développement montent leur propre entreprise est en partie que comme ça ils peuvent institutionnaliser leur travail de façon à ce qu’il survive à leur propre mort. Leur but devient alors presque immortel. Je me souviens avoir entendu Tony Robbins dire qu’institutionnaliser son travail était très important pour lui. C’est là toute l’idée de laisser un héritage.

J’aimerais laisser derrière moi un héritage suffisant pour qu’après ma mort, mon travail puisse quand même continuer. Une chose que j’adore dans mon écriture est qu’elle peut en fait me survivre. C’est de la vanité, mais elle fait du bien. (Oui, c’est une citation tirée de Star Trek : The Next Generation, 1000 points pour quiconque peut me citer l’épisode.) (Et 1000 points de plus pour quiconque connaît l’origine de cette référence des 1000 points.)

Chaque année qui passe, je veux laisser derrière moi un héritage solide. Cela donne même un sens à ma propre survie. Plus longtemps je vis, plus grand sera l’héritage que je pourrais laisser. Cela ne fait que 16 mois que j’arpente ce chemin, mais j’aime déjà ce que je vois. J’ai déjà généré quelques répercussions, cela va être sympa de voir où elles mènent. J’ai aussi aidé ma femme à se lancer sur cette voie, donc si elle me survit, il y a déjà quelqu’un pour continuer le travail pendant un moment. Mais au final j’aimerais aussi institutionnaliser le travail que je fais pour lui donner davantage de vie propre. Et je ne suis certainement pas le seul à faire ce genre de choses, mais pour ce que je peux en voir, je suis un des plus jeunes.

Quel genre d’héritage aimeriez-vous laisser derrière vous ? Si vous deviez mourir aujourd’hui, comment se souviendrait-on de votre contribution au monde ? S’en souviendra-t-on tout court, ou serez-vous simplement remplacé comme une ampoule grillée et aussitôt oublié ? Quelles répercussions créez-vous aujourd’hui qui ont le potentiel de continuer à agir après que vous soyez parti ?

Votre propre mort est un élément qu’il faut prendre en compte au moment de décider comment vivre. Vous ne pouvez pas décider comment vivre sans aussi décider comment mourir. Je ne parle pas du fait que vous alliez mourir d’un cancer ou étripé par un meurtrier armé d’une hache. Je veux dire que vous avez besoin de vivre de telle façon que la mort ne prive pas votre vie de son sens. Votre but doit être si fort que même la mort ne puisse pas l’arrêter.

N’abandonnez pas !

Je sais que ce n’est pas facile de découvrir le but de votre vie. Cela pourrait vous prendre des années de le découvrir. Mais personne parmi ceux qui ont découvert leur but ne vous dira que cela ne valait pas la peine de faire tant d’efforts. C’est un long voyage, parfois sur un terrain difficile, mais les récompenses que vous connaîtrez en cours de route sont sans égal.

Si vous ne savez pas encore quel est votre but, alors votre but pour le moment est de le découvrir.

À un certain moment vous rencontrerez un de ces gros obstacles qui vous donnent envie d’abandonner et de glisser à nouveau dans une vie de faible conscience. Vous vous surprendrez à penser que vous devriez peut-être simplement modéliser votre vie d’après les personnages fictionnels que vous voyez à la télé, ou peut-être que vous aurez très envie d’être « normal » et d’entrer dans le moule comme tout le monde. Mais ce genre de vie n’est pas pour vous, et vous le savez. Si vous avez lu jusqu’ici sans aller voir ailleurs, alors votre conscience est déjà trop élevée pour que vous viviez heureux comme toute la masse endormie. Il est temps de s’éveiller. Une vive lumière commencera par vous frapper les yeux, et même vous faire pleurer, mais vous vous habituerez. Puis vous recevrez votre propre éclat de lumière de conscience de haut niveau. Et je dois vous dire que c’est hyper amusant de faire briller cette chose dans les yeux des gens quand ils s’y attendent le moins… juste pour rire, quoi. Bien sûr, c’est aussi super d’aider les gens à élever leur conscience. 😉

Crédits photo : © matitadigitale – Fotolia.com

Recherches utilisées pour trouver cet article :

quoi faire de sa viecomment decider quoi faire

3 commentaires

  • pour une fois, je trouve l’article de Steve assez embrouillé et ai eu du mal à m’y retrouver ! je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il dit à propos de la recherche du but de notre vie et de la mise en place de projets. là où je le rejoins c’est sur l’élévation de conscience, je pense qu’avoir des projets compatibles avec les modifications ultérieures de notre niveau de conscience est plutôt un “bon plan” ! même si, dans l’absolu, vivre simplement l’instant présent est un projet en harmonie avec l’univers !
    ce que j’ajouterais, c’est que vivre dans la confiance et en écoutant son coeur est le meilleur moyen de trouver son but dans la vie, car cela nous place en harmonie avec les choix profonds de notre âme…

  • moi même dit :

    Article intéressant sur le fond, quoique je n’ai pas encore tout lu. Il faudrait quand même travailler la traduction : diverses erreurs gênent la lecture, et encore, comme je suis anglophone, je peux rétablir les choses.
    Ex : “décider quoi faire de sa vie” n’est pas très bon sur le plan stylistique, en général on dit “décider que faire de sa vie”.
    ex : on ne dit pas “une fois que vous développez” parce que ce n’est pas correct, on dit “lorsque vous développez” ou bien “une fois que vous avez développé”
    ex : on ne dit pas “éducationnel” mais “éducatif”
    ex : on ne dit pas “comment cela vous fait-il vous sentir ?” mais simplement “comment vous sentez-vous ?”
    etc

  • Phoenix dit :

    Je pense que le meilleur but de tout être humain doit être d’agir bénéfiquement pour l’humanité tout en y prenant du plaisir.

1 Trackback

  • Revue de blogs de développement personnel de la semaine #17 | CULTIVEZ VOTRE POTETIEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *