TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Comment vaincre Kolrami

Note : cet article est une traduction de l’article How to Defeat Kolrami de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

AutoentrepriseUne des leçons les plus importantes que j’aie jamais apprise (et que j’aimerais beaucoup partager avec vous) est le pouvoir que peut avoir un changement d’état d’esprit apparemment tout simple.

Le Dr Wayne Dyer dit « Quand vous changez la façon dont vous voyez les choses, les choses que vous regardez changent. » J’espère que vous réalisez à quel point cette affirmation est profonde. Mais juste au cas où vous ne le réaliseriez pas, laissez-moi partager une histoire personnelle à ce propos.

Pendant mes 5 premières années de gestion d’une entreprise (1994-1998), j’ai perdu de l’argent quasiment chaque année, ce qui a transformé mes 20 000 $ d’économies en 150 000 $ de dettes. Cela fait une perte nette de 170 000 $, soit 34 000 $ par an en moyenne. En 1999, j’ai fini par faire faillite, car mon crédit était épuisé.

Chaque année depuis lors, mon entreprise a fait de jolis bénéfices.

Donc j’ai souffert d’un flux de trésorerie négatif chaque année entre 1994 et 1998, et puis à partir de 1999 jusqu’à aujourd’hui, j’ai profité d’un flux de trésorerie positif chaque année.

Mais qu’est-ce qui a bien pu arriver en 1999 ? Qu’est-ce qui a provoqué ce changement majeur de mes résultats ?

Apprendre comment ne PAS gagner de l’argent

Je peux en fait identifier le moment exact où j’ai senti ce changement. J’ai connu un changement radical de point de vue. J’ai totalement renversé la façon dont je voyais les affaires. Mon attitude et ma motivation ont changé.

Évidemment, il y a eu des expériences catalyseuses qui ont mené à cette épiphanie, comme me faire virer de mon appartement et faire faillite, mais quand les conditions ont été propices, les changements mentaux et émotionnels réels se sont produits rapidement – en l’espace de quelques minutes. C’était comme appuyer sur un interrupteur, qui aurait été en partie dans mon esprit, et majoritairement dans mon cœur.

Voici les principales différences avant/après :

Pendant mes 5 premières années professionnelles, je me suis principalement concentré sur le fait que mon entreprise ait plus de succès. J’ai couru après les accords, l’argent et les projets comme si c’étaient les choses qu’il fallait acquérir. Je voulais créer de supers produits qui se vendraient bien (des jeux informatiques à l’époque). Ma motivation était principalement de faire mes preuves, en laissant ma marque dans mon domaine d’expertise. J’ai visualisé le fait que mes jeux recevraient des critiques éblouissantes, et j’ai imaginé que je les voyais se vendre dans des magasins de jeux et de produits informatiques. L’argent était une grande préoccupation pour moi. Je suivais toujours les accords dont je sentais qu’ils me mettraient le plus d’argent dans les poches et me mèneraient au plus grand succès possible.

Pendant les années qui ont suivi mon changement, je me suis concentré sur le fait de m’amuser, de profiter de la vie, et de m’exprimer de façon créative. J’ai arrêté de me soucier de ce qui aurait du succès ou non. La faillite m’a largement prouvé que j’avais déjà lamentablement échoué, donc je n’ai pas vu de raison de continuer à suivre les mêmes priorités qui m’avaient conduites jusque-là. J’utilisais un carton comme meuble, symbole de tout le succès financier que j’en avais tiré. Comme je m’étais fait tout bonnement roué de coups en jouant au jeu du succès, j’ai décidé de changer les règles et de tenter ma chance en jouant « juste pour m’amuser ».

Le conte des deux états d’esprit

Ma motivation initiale pour lancer mon entreprise de jeux informatiques était de gagner plus d’argent. Pendant plusieurs mois avant cela, j’ai travaillé comme programmateur de jeux sous contrat tout en allant à l’université à côté. J’ai terminé un pack de 4 jeux Windows, en faisant toute la programmation et la plupart du travail de design pour une entreprise locale de jeux. Quand les jeux ont été publiés, j’ai reçu environ 1 $ de royalties tous les 7 $ gagnés par l’entreprise. D’autres gens dans l’entreprise ont contribué au travail artistique, à la musique, et à du travail de design, et évidemment ils ont également passé un accord avec un éditeur. Mais c’était des jeux relativement basiques d’un point de vue ressources, et il était clair pour moi que je faisais bien plus de 50% du travail de production réel, probablement 70 à 80% en termes d’heures brutes investies. J’ai même écrit les fichiers d’aide et les manuels d’instruction.

J’ai reconnu qu’avec un peu plus d’efforts, et avec l’aide des bonnes personnes, comme un artiste et un musicien, je pourrais fondamentalement faire ce que faisait cette entreprise, et je pourrais toucher plus de bénéfices. Trouver des gens talentueux avec qui travailler n’était pas trop difficile, donc j’ai rapidement pu me lancer et produire.

J’avais les compétences techniques et de design suffisantes pour créer plus de jeux au moins aussi bons que ceux que je créais pour l’entreprise de jeux locale, mais après plusieurs années d’essai je n’ai en fait jamais réussi à faire de profits.

En gérant cette entreprise pendant les 5 premières années, je cherchais constamment des façons de gagner de l’argent. Si cela sentait potentiellement les billets verts, je courais après. J’ai couru après des contrats hors d’atteinte qui faisaient long feu, s’écroulaient ou se soldaient par un échec, même après que j’aie touché des avances.

J’ai travaillé dur, très dur, parfois même au point de dormir au bureau. Mais je n’ai jamais réussi à faire entrer d’argent de façon régulière. Ironiquement, plus je m’efforçais de gagner de l’argent, plus vite j’en perdais. D’une certaine façon, au lieu du toucher de Midas, j’ai maîtrisé le toucher de la Méduse.

Rétrospectivement, je n’avais pas fait ce premier travail de programmation pour l’argent. Je l’avais fait pour l’amour de la programmation de jeux. J’étais à l’université à l’époque, et un ami m’a montré un flyer concernant un poste de programmation de jeux. Il m’a suggéré d’y jeter un œil parce qu’il savait que j’étais dans les jeux informatiques, et nous étions tous les deux étudiants en sciences informatiques proches d’être diplômés. Cela semblait être une merveilleuse opportunité pour moi.

Je suis allé passer un entretien avec l’entreprise. Je me sentais confiant pour décrocher cet emploi, et je ne me souciais pas vraiment du salaire à la clé. Je voulais juste travailler sur des jeux. Donc quand ils m’ont demandé combien je voulais être payé, j’ai dit « 10 $ de l’heure », ce qui était une somme ridiculement basse. La programmation de jeux ne payait peut-être pas autant que d’autres types de programmation, mais cela paye clairement plus de 20 000 $ par an, même pour un programmeur débutant encore à l’école.

L’entreprise m’a offert le poste, et je dois dire qu’ils ont fait une bonne affaire. Je suis parti sur les chapeaux de roue et je me suis plongé dans le premier projet qu’ils m’ont assigné. Ils ont été abasourdis de voir qu’en seulement 9 jours j’avais créé un prototype en état de marche, et ils ont concrétisé mon projet et m’en ont assigné un plus ambitieux.

À un moment mon manager de projet m’a demandé combien d’heures par semaine je voulais y passer. C’était pendant l’été et je n’avais pas cours. Je lui ai dit que j’étais dispo 40 heures par semaine, ce qui paraissait raisonnable parce que je travaillais dans leurs bureaux du lundi au vendredi pendant les heures normales de bureau. Mais en fait j’ai menti. En réalité j’ai continué à travailler sur leurs projets de jeux chez moi les soirs et les week-ends. En réalité j’y ai probablement passé entre 60 et 80 heures par semaine. Et ces heures étaient dédiées à un gros travail de codage, pas aux mails ou à d’autres distractions. J’ai dit que je travaillais 40 heures par semaine parce que je ne voulais pas que les autres programmeurs de l’entreprise paraissent moins impliqués. J’étais en bons termes avec eux, et je voulais que cela continue comme ça.

Je n’ai pas travaillé dur et longtemps pour une petite paye pour impressionner qui que ce soit. Je l’ai fait parce que j’aimais simplement ce travail. J’étais captivé par les défis techniques de chaque jeu. Il n’y avait rien d’autre que je voulais faire. J’aurais probablement fait ce travail gratuitement.

En l’espace d’un mois ou deux, je pense que la direction de l’entreprise n’a pas pu supporter plus longtemps de me voir faire un travail de telle qualité pour si peu, donc ils ont volontairement doublé ma paye. Je n’avais rien demandé, mais je l’ai reçu avec gratitude. 20 $ de l’heure c’est beaucoup pour un étudiant à l’université.

Quand les royalties sont venues s’y ajouter (après que le jeu soit sorti en magasin l’année suivante), j’avais fini par gagner 50 $ de l’heure pour programmer ces jeux, même si je ne demandais toujours que 10 $ de l’heure. Et puis c’était vraiment cool de marcher dans ces magasins et de voir sur les étagères quelque chose que j’avais créé.

C’est plutôt beau, non ? Je pense que oui. C’est un exemple classique qu’il faut commencer par semer, puis récolter.

Puis au cours des 5 années suivantes, j’ai entrepris de suivre ce beau modèle et je l’ai totalement planté.

J’ai connu un changement de perspective qui semblait intelligent à l’époque. Le potentiel d’un plus grand succès m’a frappé, et j’ai commencé à voir des dollars partout. Les entreprises de jeux locales m’ont immédiatement proposé un autre projet sur lequel travailler, et je l’ai refusé pour pouvoir lancer ma propre entreprise de développement de jeux. J’ai fait cela parce que je voulais gagner plus d’argent.

Ça me semblait une bonne idée à l’époque. J’exprimais simplement l’esprit entrepreneurial américain, non ?

Je me suis fait botter le cul par Kolrami

Après 5 ans d’échec total, j’ai finalement dû admettre que mon plan global ne fonctionnait pas. Faire faillite était un indice et demi m’indiquant que quelque chose était allé de travers. Plus je courais après l’argent, plus il me fuyait, comme s’il criait « Quelle horreur ! Quelle horreur ! »

Donc en 1999 j’ai fini par abandonner. Je n’aimais pas vivre de cette façon. Cela ne produisait pas les résultats que je voulais, donc pour cette seule raison je pouvais justifier de déclarer game over. Mais au-delà de ça, ces 5 années ont été très frustrantes. J’ai fait de mon mieux pour être positif et optimiste, mais voir de supers projets être annulés après des années de travail était chaque fois une grosse déception.

Dans mon moment d’épiphanie, j’ai réalisé que ma décision de courir après l’argent était le moment où tout avait commencé à partir en vrille. Devenir plus ambitieux financièrement ne fonctionnait simplement pas.

Dans l’épisode « Jeux de guerre » de Star Trek : La Nouvelle Génération, le maître-stratège Kolrami affronte Data, l’androïde, dans une partie de Strategema. L’équipe s’attend à ce que Data gagne la partie, tout comme vous vous attendriez à ce qu’un ordinateur moderne jouant aux échecs vous botte le cul. Confiants, ils ont conseillé à Data de prendre le chemin le plus court vers la victoire pour mettre à mal la suffisance de Kolrami. Pourtant, Kolrami bat Data à plate couture sans même transpirer. Data est sonné par la défaite et pense qu’il a dû avoir une sorte de défaut de programmation, au point qu’il se retire de tout service actif jusqu’à ce qu’il découvre ce qui ne va pas chez lui.

Dans la suite de l’épisode, le capitaine Picard informe Data qu’il est possible de ne faire aucune erreur et de perdre quand même. Cela pousse Data à reconsidérer ses a priori à propos du jeu. Il accepte la proposition de revanche de Kolrami, et cette fois il pousse Kolrami au pat, et Kolrami doit finalement abandonner d’un air dégoûté. L’équipe célèbre la victoire de Data et lui demande comment il a fait.

Data confesse qu’il n’aurait pas battu Kolrami en jouant pour gagner parce que c’est ce que Kolrami s’attendait à ce qu’il fasse cela. Chaque mouvement permettant de prendre l’avantage que tentait Data était bloqué par un contre-mouvement plus fort de Kolrami. Donc pendant la revanche, Data a utilisé une stratégie différente. Il a laissé de côté les techniques évidentes de prise d’avantage et il a joué pour faire égalité au lieu d’essayer de gagner. Cela a visiblement frustré Kolrami et a permis à Data de jouer à ce jeu indéfiniment, ce qui rend la défaite impossible.

Cet épisode pourrait contredire la théorie du jeu et les algorithmes minimax, étant donné que Data pouvait visualiser plus de coups à l’avance que le pouvait Kolrami, mais en laisant cela de côté, j’ai trouvé que cette leçon avait une immense valeur. Cela semblait être une parfaite analogie de ma propre situation. J’avais la sensation que je ne faisais pas de grosses erreurs, mais je perdais quand même. Quand j’ai pensé à mes mouvements précédents, ils me semblaient toujours raisonnables même s’ils avaient mené à l’échec, et me demander si j’avais un problème mental s’était avéré aussi inutile pour moi que cela l’a été pour Data.

Pendant mes 5 premières années d’entreprise, j’ai joué pour améliorer mon score financier. J’ai vu chaque négociation professionnelle comme une sorte de compétition. Si je tirais plus d’argent d’un contrat, cela signifiait que l’autre partie en avait moins. Plus je réussissais à arranger les choses de sorte à maximiser mon score financier, plus je devais diminuer les scores des autres. Pour gagner un maximum, quelqu’un d’autre devait perdre, au moins un peu. Plus dur j’essayais de gagner, plus je créais une friction qui me mènerait finalement à l’échec.

Peut-être que certaines personnes sont bonnes pour jouer à ce genre de jeu. Pas moi. Quelqu’un avait toujours plus de ressources que moi, plus de temps, ou des avocats plus chers. Plus je faisais pression pour dégager des gains, plus je sentais une force opposée me repousser. Cela a généré de nombreux problèmes, comme des retards et des annulations. Je pouvais dire que c’était à cause des autres, mais en réalité j’étais le seul responsable de la création de cette réalité.

Quand les marketeurs internet vous traitent comme un billet vert, pouvez-vous le sentir ? Pouvez-vous avoir cette sensation de tiraillement, cette impression que leur principale motivation est d’obtenir quelque chose de vous ? Comment est-ce que cela affecte au final votre relation avec eux ?

Laisser de côté les techniques évidentes d’avancement

En 1999 j’ai décidé d’arrêter d’essayer de gagner de l’argent. J’ai arrêté d’essayer d’avoir du succès. Il m’a fallu 5 ans d’échecs pour me convaincre qu’il était temps de changer d’approche. La faillite était comme un coup sur la tête qui m’a dit que je ferais mieux de ne pas vivre les 5 prochaines années comme j’avais vécu les 5 dernières. Je n’avais plus d’argent ni de capacité de crédit à cramer, donc je devais procéder à des changements immédiats. Je n’avais pas beaucoup d’autre choix que de tester un chemin différent.

Quand j’essayais de réussir, Kolrami s’est toujours pointé pour me botter le cul. Je n’ai jamais réussi à le battre quels que soient les efforts que je faisais. Plus je faisais d’efforts, plus vigoureusement il me terrassait.

Donc j’ai abdiqué devant ses compétences supérieures. J’ai arrêté d’essayer de gagner. J’ai accepté l’ironie qui faisait qu’essayer d’obtenir un meilleur score financier me condamnait en fait à un score négatif. La force opposée était toujours plus forte que tout ce que j’aurais pu surmonter.

J’ai décidé d’appliquer la leçon de Data à la gestion de mon entreprise. Au lieu d’essayer de gagner, j’ai commencé à jouer pour faire égalité. J’ai laissé de côté ce qui semblait être des techniques évidentes de progression financière, en reconnaissant que c’était exactement ce que Kolrami s’attendait à ce que je fasse. Si je faisais ces mouvements permettant d’améliorer drastiquement ma situation, il me repousserait simplement, et ma situation aurait été pire qu’au départ. Là encore, il m’a fallu 5 ans d’expérience pour ancrer cette leçon dans mon crâne.

En pratique cela a impliqué que j’arrête d’essayer de maximiser mes revenus ou mes profits. Dans chaque transaction professionnelle, j’ai choisi de donner plus que ce que j’ai reçu en retour. J’ai toujours cherché à laisser une valeur ajoutée sur la table.

Par exemple, milieu 1999 j’ai fixé le prix de vente de mon prochain jeu à seulement 9.95$, même si je croyais qu’un prix compétitif aurait été de 19.95$. J’ai commencé à écrire des articles gratuitement. J’ai passé des centaines d’heures à travailler comme bénévole. J’ai accueilli des forums de discussion gratuits sur mon site web pour aider les autres développeurs de jeux à réussir. J’ai fait en sorte qu’il soit impossible pour Kolrami de contrer mes mouvements parce que mes mouvements n’étaient pas compétitifs.

L’an dernier j’ai supprimé le copyright de tous mes articles et podcasts et je les ai mis dans le domaine public. Je me suis également engagé à mettre mes nouveaux articles directement dans le domaine public (celui-ci inclus). J’ai encouragé les gens à republier, traduire, et/ou vendre mon travail pour leur propre gain financier s’ils le voulaient.

J’ai délibérément et intentionnellement gagné moins de revenus et fait moins de profits que ce que je me sentais capable de gagner. En ce qui concerne la génération de revenus, je recule quand il me semble que le mouvement logique serait d’avancer. Même si Kolrami s’attend à ce que je joue pour gagner, je joue en fait pour faire égalité.

Jouer l’égalité

Quand j’ai joué pour gagner, j’ai perdu 5 ans d’affilée. Je n’ai vraiment jamais gagné. Même quand il semblait que je mettais le doigt sur un mouvement gagnant, cela s’est toujours avéré être une erreur qui me menait à un échec et mat plusieurs mouvements plus tard.

Quand j’ai joué pour faire égalité, j’ai pu gagner de l’argent pendant 12 mois d’affilée. Et je n’ai pas eu à travailler aussi dur pour que cela arrive.

Quand vous jouez pour gagner dans un jeu compétitif, vous jouez pour que quelqu’un d’autre perde. Si vous voulez maximiser vos revenus ou vos profits, vous devez maximiser la quantité d’argent que vos clients vous payent. Plus vous gagnez d’argent, moins ils peuvent en garder. Vous ne pouvez pas aller loin sur cette voie sans rencontrer une sérieuse résistance. Et plus vous utilisez de tactiques et de techniques pour essayer de combattre cette résistance, plus cette résistance se renforce.

Combien d’entreprise ont appris cette leçon à la dure ? Plus ils essaient de vous soutirer un maximum d’argent, plus vous avez envie de leur résister, comme en recourant au piratage pour les court-circuiter totalement.

Quelles entreprises aimez-vous le moins ? Sentez-vous que ces entreprises jouent pour gagner à vos dépens ? Comment cela affecte-t-il votre relation avec eux ?

Quelles sont vos entreprises préférées ? Pourquoi sont-elles vos préférées ?

Une de mes entreprises préférées est Google. Je les aime bien parce qu’ils me donnent beaucoup plus de valeur que ce qu’ils demandent en retour. Ils me fournissent un moteur de recherche gratuit, un calendrier gratuit, etc. Je bénéficie de leur expertise en ingénierie chaque jour, et je leur en suis très reconnaissant. Je les ai payés en retour de certaines façons au fil des ans, comme en générant des centaines de milliers de dollars de recettes pour eux quand j’avais Adsense sur mon blog… et probablement des millions si vous incluez tout le référencement dont j’ai dû leur faire bénéficier, comme quand d’autres blogueurs ont installé Adsense après qu’ils aient appris combien cela me rapportait.

Facebook, d’un autre côté, m’a donné la sensation que je m’étais fait utiliser et abuser pendant mes 2 ans d’utilisation active de leurs services. Donc j’ai supprimé ma page personnelle et ma fan page, j’ai écrit des articles pour expliquer pourquoi j’avais supprimé mes comptes, et j’ai mené mon réseautage social vers de plus verts pâturages. L’ironie veut qu’un de ces articles ait récolté plus de 2000 likes sur Facebook…

Évidemment ces évaluations sont continuellement rafraîchies. Google pourrait se planter, et je devrais dire adieu à Larry et Sergey. Facebook pourrait corriger ses problèmes, et je devrai redevenir ami avec Zuck. Mais pour l’instant, ma perception est que Google joue avec moi, alors que Facebook veut toujours se jouer de moi.

Devenir une énigme

Qu’est-ce que cela signifie de gagner ? Qu’est-ce que cela signifie de réussir ? Est-ce que cela a simplement du sens de poursuivre ces idéaux ?

J’ai appris sur le tas qu’il est en fait plus simple de profiter d’un style de vie abondant et épanouissant en jouant l’égalité qu’en jouant pour réussir.

Quand vous jouez pour faire égalité, vous changez la façon dont les autres se lient à vous. Ils pourraient ne pas comprendre cela consciemment, mais ils se comporteront néanmoins différemment avec vous.

Certaines de vos décisions pourraient perturber les gens au début, en particulier si vous les utilisez avec des entreprises qui jouent pour gagner, mais généralement les gens semblent répondre positivement. Une entreprise qui joue pour faire égalité est un bol d’air frais.

Quand vous laissez une valeur ajoutée sur la table sans essayer de la retirer pour vous-même, cette valeur est reversée au fonds de commerce, ce qui est l’élément moteur d’une entreprise durable.

Par exemple, en distribuant autant de contenu gratuit, mon entreprise profite d’un énorme référencement. Du référencement nouveau m’arrive tous les jours – passivement et sans aucun frais marketing.

Je m’en suis également bien sorti financièrement. Sans compter les revenus de mes ateliers ou de mes livres, mon blog à lui seul a généré bien plus d’un million de dollars de revenus depuis que j’ai commencé, principalement grâce à des promotions en joint-venture et à des liens affiliés. C’est largement assez pour que je puisse garantir un flux de revenus positif et profiter d’un style de vie abondant.

Et l’économie ? Je vis au Nevada, état qui a le taux de chômage le plus élevé aux États-Unis, d’après le Département Américain du Travail. Beaucoup de gens ici cherchent des moyens de gagner de l’argent, et ils se font terrasser par Kolrami. Ils essayent de gagner une partie qu’ils ne peuvent pas gagner. Leurs chances sont plus élevées dans les casinos.

L’ironie, cependant, est que je perçois mes revenus actuels comme étant bien inférieurs à ce qu’ils pourraient l’être si j’y investissais plus d’efforts. Il y a beaucoup de façons dont je pourrais gagner plus d’argent, et certaines sont simples comme bonjour. Par exemple, pour une heure de travail environ, je pourrais immédiatement commencer à gagner au moins 10 000 $ de plus par mois de revenus passifs simplement en ajoutant des publicités Google Adsense, ce dont je me suis servi sur ce site pendant plusieurs années. Même si finalement à l’époque j’ai délibérément choisi de ne pas gagner cet argent.

Maintenant vous pourriez vous demander : Quel genre d’idiot se passerait de 10 000 $/mois de revenus passifs ? Le genre d’idiot qui s’est fait botter le cul par Kolrami trop de fois. 😉

Vous voyez, je ne gère pas mon entreprise pour optimiser mes revenus ou mes profits. Quand j’ai essayé de le faire, mes résultats réels étaient l’exact opposé de ce que je voulais. Donc aujourd’hui je prends délibérément des décisions qui laissent une valeur significative sur la table, inutilisée et non extraite. Kolrami ne peut pas comprendre ces mouvements, et donc il ne peut pas les contrer. Par conséquent, toute compétition potentielle avec lui reste dans cet état de pat perpétuel. Il ne peut pas me battre, et théoriquement je peux continuer de jouer indéfiniment.

Au lieu de me voir comme un adversaire, mes pairs dans ce domaine ont tendance à me voir comme une sorte d’énigme. Beaucoup d’entre eux sont devenus très curieux quand j’ai supprimé tous mes copyrights l’an dernier. De leur point de vue cela semblait être quelque chose de très risqué à faire, peut-être même d’imprudent. Certains trouvent cela très courageux, et d’autres ne savent simplement pas quoi faire de cela. La plupart n’ont pas envie de suivre la même voie, ils préfèrent garder tout leur travail sous copyright pour pouvoir en garder le contrôle. Ils savent que je suis un penseur stratège et intelligent, mais comme cette façon d’agir n’a pas vraiment de logique du point de vue de la maximisation des revenus, ils n’ont pas la sensation que je sois une sorte de menace concurrentielle, donc par défaut je suis traité comme un allié non-menaçant. Et en réalité je ne suis une menace concurrentielle d’aucune sorte parce que je ne joue pas ce jeu pour gagner. Je joue toujours l’égalité avec Kolrami, et je prévois de continuer à le faire indéfiniment.

Gagner de l’argent est très simple maintenant. Je ne me considère pas comme super-riche, mais j’ai atteint ce que je considère comme étant une abondance fonctionnelle. Toutes mes factures sont payées, et j’ai des revenus suffisants pour profiter du style de vie que je désire. Je peux travailler quand je veux et prendre du repos quand je veux. Et je sens que je peux continuer à faire ça indéfiniment.

Même si j’ai gagné beaucoup d’argent avec cette entreprise, j’ai toujours la sensation de pouvoir gagner bien plus que ce que je gagne actuellement. Mais j’évite volontairement ce niveau de succès, pas parce que je résiste au succès mais parce que je reconnais que la poursuite d’un tel succès est un piège.

C’était une leçon primordiale à apprendre pour moi ; je peux en fait gagner plus d’argent en essayant de gagner moins d’argent. Je peux avoir plus de succès en essayant d’en avoir moins. C’est ce qui a bel et bien fonctionné pour moi dans le monde réel.

La voie de l’abondance n’est pas la voie qui maximise la vitesse. C’est la voie qui minimise la friction. Si vous essayez de maximiser la vitesse, vous finissez par maximiser également la friction, et donc vous faites massivement augmenter la chaleur. Au final, vous brûlerez.

Est-ce que foncer vers chacune de vos destinations en conduisant aussi rapidement que votre voiture vous le permet est la meilleure approche ? Ou est-il mieux de vous retenir volontairement un petit peu, en conduisant à des vitesses inférieures au potentiel maximum de votre voiture ?

Succès = Durabilité

Au lieu de voir le succès comme une sorte d’accomplissement, de victoire ou de conquête, je pense qu’il est plus sage et plus efficace de définir le succès en termes de durabilité.

Cela ne concerne pas seulement la façon dont nous menons notre vie personnelle ou professionnelle. Cela concerne la façon dont nous nous lions les uns aux autres et à notre planète dans son ensemble.

Est-ce que l’entreprise énergétique qui a le plus de succès est celle qui extrait et vend les ressources terrestres aussi rapidement que possible ? Est-ce qu’une relation à succès est celle dans laquelle vous tirez le maximum de valeur de votre partenaire et le/la laissez épuisé/e à la fin de chaque journée ?

J’aime l’analogie de Stephen Covey avec la poule aux œufs d’or. Si vous essayez de maximiser la production totale en extrayant autant d’œufs d’or que possible, vous finirez par tuer la poule aux œufs d’or, et donc vous allez réduire à néant votre capacité de production. Pour une durabilité à long terme, vous devez nourrir la poule aux œufs d’or. Devenir avide en œufs va pousser Kolrami à fondre sur vous en piqué et à transformer votre poule en nuggets.

On ne peut pas gagner le jeu des affaires. Peu importe les efforts que vous faites pour remporter la partie, vous perdrez toujours au final. Même si vous devenez un joueur extrêmement rusé et que vous ne laissez que des miettes à tous ceux qui vous entourent, vous finirez par mourir, et votre score sur votre lit de mort repartira de zéro. Kolrami a toujours le dernier mot.

Mais si vous ignorez totalement le score et que vous jouez l’égalité au lieu d’essayer de gagner, Kolrami ne peut pas vous battre. Vous pouvez jouer ce jeu aussi longtemps que vous le voulez.

Quand vous cherchez la durabilité, les jeux de l’argent et des affaires sont transformées. Au lieu de vous battre pour la survie et le succès, vous pouvez vous relaxer et profiter. Jouer pour s’amuser est totalement différent.

Quand vous jouez pour vous amuser au lieu d’essayer de gagner, la plupart des gens vont se lier à vous de la même manière. Certains joueurs pourraient initialement adopter une attitude compétitive envers vous, mais une fois qu’ils réalisent que vous jouez pour vous amuser au lieu d’essayer de gagner, ils vont rapidement abaisser leurs boucliers, et ils vont commencer à jouer le même jeu avec vous à votre niveau – pour s’amuser. Même les joueurs fortement compétitifs sentent naturellement qu’il n’y a aucun honneur à écraser un adversaire qui n’essaye pas de les battre. Aucune vraie victoire ne peut être remportée contre un joueur qui n’a aucune chance de gagner. Les joueurs qui essayent d’écraser des adversaires sans défense ne font que se ridiculiser.

Je ne dis pas que vous ne rencontrerez jamais quelqu’un de borné n’ayant que la victoire à l’esprit et qui cherchera à vous battre quand même à plate couture, mais c’est bien plus rare quand vous refusez de leur résister. Les gens compétitifs ont tendance à dépenser plus d’énergie pour affronter ce qui leur résiste. Si vous n’opposez aucune résistance, ils ont plus de chances de vous considérer comme un allié potentiel.

Quand j’ai essayé de gagner en affaire, j’ai connu la frustration et l’échec. Quand j’ai joué pour faire égalité, je me suis amusé et j’ai profité d’un succès durable.

Si vous essayez encore de gagner, il est peut-être temps d’abandonner. Kolrami est simplement trop fort. Vous ne pouvez pas espérer le battre. Il prendra vos meilleurs tours et les retournera contre vous, et vous finirez dans une situation bien pire qu’au début.

En termes de victoire contre Kolrami, au sens strict, je n’ai pas gagné.

Je l’ai démoli. 😉

Merci pour l’inspiration, Gene. On t’aime toujours. <3

Crédits photo : © rudall30 – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

Partagez
Tweetez