TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Purger

Note : cet article est une traduction de l’article Purging de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Y voir plus clairMa femme et moi avons passé ce dernier week-end de trois jours à ranger notre garage et à purger beaucoup d’éléments non désirés. C’était en projet depuis longtemps, et nous avons finalement mis de côté du temps pour le faire. Cela semblait un peu décourageant à première vue, mais c’était très bon de trier et de purger ces vieux trucs. Nous avons fait don de pleines voitures de bazar à des œuvres de charité.

Agressif comme je suis pour rester organisé et purger ce dont je n’ai pas besoin, j’ai remarqué que le temps joue un grand rôle dans le fait de déterminer si un objet vaut la peine ou non qu’on le garde. Certains objets avaient l’air de valoir le coup qu’on les garde au moment où on les avait stockés/archivés, et peut-être que c’était le cas, mais des années plus tard ces mêmes objets peuvent être vus comme des cochonneries inutiles. Souvent nos besoins ont changé, et il en va de même pour les objets que nous pensions pouvoir être utiles pour répondre à ces besoins.

Voici les quelques règles qui m’ont servi chaque fois que je traverse un cycle de purge :

  1. En cas de doute, jetez.
  2. Demandez-vous « Quel serait le pire résultat possible si je jetais cet objet par mégarde ? » Si la réponse est rien ou pas grand-chose, jetez-le.
  3. Est-ce que quelqu’un d’autre pourrait profiter de cet objet plus que je ne le fais ?

C’est contraire aux règles que beaucoup d’autres gens semblent utiliser quand ils décident ce qu’ils vont garder ou ce qu’ils vont jeter. Je pense que les règles qu’utilisent la plupart des gens sont celles-ci :

  1. En cas de doute, garde-le. Je pourrais en avoir besoin un jour.
  2. Demandez-vous « Quel serait le meilleur résultat possible si je gardais cet objet ? » Si la réponse semble modérément bonne, gardez-le.
  3. Est-ce que je pourrais profiter du fait de garder cet objet ?

Je pense que ce deuxième ensemble de règles est une raison pour laquelle certaines personnes ont de sérieux problèmes de désordre. En définissant votre comportement par défaut sur « garder » au lieu de « purger », vous allez obligatoirement garder beaucoup plus d’objets. Et avec le temps il sera très facile de dépasser votre capacité à utiliser efficacement et de profiter de chaque objet que vous gardez. Finalement votre maison est remplie d’objets que vous regardez rarement, et vous devez allouer plus de place pour les stocker et plus de temps pour les gérer.

Je ne dis pas que vous avez besoin d’être sévère au point de jeter tout ce que vous pourriez vouloir, mais peut-être que si vous n’avez pas touché un objet depuis deux ans ou plus, vous pourriez être capable de vivre sans.

Il y a plusieurs années j’ai appris une super leçon à propos des possessions matérielles : trop de vieilles possessions inutiles bloquent le flux de nouvelles possessions utiles. Le désordre devient un bouchon.

Chaque fois que j’ai pris le temps de dégager les objets « morts », j’ai créé plus d’espace vide, et cet espace sera finalement rempli de nouveaux objets qui auront une vraie valeur pour moi. Par exemple, si mes étagères sont pleines de livres, et que je les éclaircis un peu, cet espace vide sur l’étagère sera bientôt rempli de nouveaux livres que j’apprécie. Il en va de même avec les habits. Quand j’ai besoin d’habits, je trouve que purger les anciens habits est une meilleure première étape que d’aller directement faire du shopping.

Je me demande souvent “Est-ce que cet objet a encore de l’énergie pour moi ? » quand j’envisage de purger quelque chose ou non. Bien que la formulation puisse paraître un peu new-age pour certaines personnes, j’y pense simplement comme une méthode abrégée pour interroger mon intuition. Si je ne sens pas qu’une partie de moi est investie dans le fait de garder cet objet, je suis confiant que le purger est le bon choix.

Je pense aussi que si un certain objet traîne simplement quelque part sans qu’on s’en serve, il y a peut-être quelqu’un d’autre qui pourrait bénéficier du fait de la posséder. Les vieux livres, habits, jouets, et meubles ne fournissent aucune valeur à stagner dans mon garage, mais ils peuvent servir plutôt bien à quelqu’un d’autre. Imaginez la quantité de valeur inexploitée qu’il y a dans tout le « bazar » que les gens entassent dans leurs maisons. Le développement rapide des sites de vente aux enchères a prouvé qu’il peut y avoir une valeur monétaire dans nos armoires, nos caves, et nos garages. Mais en laissant de côté les considérations financières, les objets eux-mêmes ne font aucun bien tant qu’ils ne sont pas utilisés et appréciés.

Recycler les objets morts les remet en circulation, et je pense qu’à un certain niveau (un peu new-age je l’admets), cela aide à augmenter le flux de nouvelles richesses et possessions dans nos vies. À tout le moins, il y a un boost émotionnel quand on clarifie une quantité significative de bazar. Le simple fait de traverser ce processus m’a fait me sentir plus léger et moins encombré du fardeau des choses dont je n’ai pas besoin.

Si vous avez une grosse purge à faire, vous pourriez trouver utile de lire S’organiser. Cela vous donnera un processus étape par étape pour nettoyer n’importe quelle zone encombrée.

Crédits photo : © Gunnar Assmy – Fotolia.com

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

Partagez
Tweetez