Le développement personnel pour les gens intelligents

L’excellence est contagieuse, la médiocrité aussi

L’une comme l’autre laisse des traces dans nos mémoires, dans nos corps, dans nos cœurs, dans nos pensées.

Surveillons bien le genre de traces que nous nous infligeons ou que nous administrons aux autres.

Impossible d’être immaculé et sans aucune trace

Depuis notre conception jusqu’à notre mort, tout ce que l’on voit, ce que l’on entend, ce que l’on mange, ce que l’on ressent, ce que l’on imagine, nous affecte ou nous affectera d’une manière ou d’une autre.

En bien ou en mal. D’une manière directe ou par écho.

Mais, une fois que c’est en nous, c’est en nous. Les traces de nos pensées, de nos émotions, de nos actes se perpétuent dans notre mémoire et sont stockées dans notre corps, comme pourrait le faire un petit virus.

Note : Cet article a été écrit par Bernard Bondy de Super Marketeur.

Comme un virus, l’excellence est contagieuse, la médiocrité aussi

excellence et médiocrité contagieuses

Et comme tous les virus, ils ne sont pas anodins et sans conséquence.

Un virus, c’est un réplicateur et sa raison d’être est tout simplement de se répliquer, à l’infini.

C’est pourquoi, il est vraiment très important de faire très ATTENTION, aux idées, aux émotions, et même aux aliments qui pénètrent en nous.

Ils agissent comme des petits virus ou réplicateurs prêts à s’activer dès qu’ils le pourront.

Un virus en soi, n’est ni bon ni mauvais, ni positif ni négatif. Il fait son boulot, c’est tout. Sa finalité est de se répliquer pour continuer d’exister. Comme le font les gènes, d’autres réplicateurs connus, qui cherchent et trouvent de nouveaux territoires pour se perpétuer.

Pour continuer avec la métaphore du réplicateur, si ce qu’il véhicule est important, positif, excellent, son contenu se répliquera.

Le problème est que si son contenu est déficient, passable ou médiocre, il se répliquera de la même manière.

Le virus ne juge pas de son contenu, il le réplique. Ce qu’il lui faut, c’est gagner des territoires, se répandre, se propager, gagner en expansion. Il s’en fout de la qualité, c’est la quantité qui compte.

Quoi qu’on fasse les virus se dupliquent pour gagner des territoires.

La question n’est pas de savoir si l’on en a, mais desquels nous sommes imprégnés et lesquels nous laissons se répliquer.

Imaginons un instant que les pensées négatives (fatalisme, crainte, mauvaise estime de soi, etc.) et/ou les émotions négatives ( la colère, la culpabilité, le ressentiment, la haine, etc.) soient des virus.

Que croyez-vous qu’il va se passe à l’intérieur de vous ? Ces pensées et ses émotions négatives vont arrêter toutes seules de se répliquer ? Ces virus vont s’autodétruire pour installer, par magie, d’autres virus avec des contenus positifs, à la place ? Le croyez-vous vraiment ?

Imaginez maintenant vos pensées/virus soient orientées vers la beauté, la justice, la confiance, l’amour, etc., et que vos émotions soient majoritairement positives.

Que croyez-vous qu’il va se passe à l’intérieur de vous ? Ces pensées et ces émotions vont arrêter toutes seules de se répliquer ? Non, ces pensées/virus réconfortants se répliqueront de la même manière que les autres, car c’est leur seul et unique boulot. Gagner des territoires ! Positifs ou négatifs, c’est le même boulot pour un réplicateur.

Orientons nos pensées et nos actes vers notre idée de l’excellence.

orienter ses pensées vers notre idées d'excellence

On ne nait pas excellent, on s’exerce, on entretient une idée de notre excellence, en sélectionnant avec rigueur et cohérence, nos pensées, nos émotions, en orientant notre esprit et nos interactions avec le monde.

On ne nait pas sans valeur ou sans mérite, on le devient, en laissant les choses se faire, sans s’opposer. En étant incohérent avec soi même et sans faire de contrôle qualité dans nos perceptions.

Nous sommes dans un monde où la quantité prime sur la qualité. Dans presque tous les domaines de la vie.

Nous mangeons des choses produites en quantité mais sans aucune qualité.

Nous nous divertissons avec des produits prêts à consommer, sans esprit critique.

De même que nous nous soumettons au service de nos émotions et du plaisir immédiat, au lieu de les apprivoiser pour garantir notre ligne de conduite.

A part dans notre domaine de compétence (et encore) nous ne savons absolument pas comment les choses fonctionnent.

Nous externalisons notre mémoire, nos connaissances, parce que nous sommes envahis d’informations et de sollicitations.

Bref, notre monde n’a jamais été aussi riche, fertile, savant et complexe mais aussi insatisfaisant et en déséquilibre, à la fois.

Alors comment choper le virus de l’excellence et le transmettre à son tour ?

Tout simplement, en vérifiant la qualité du contenu qui se réplique.

Par exemple, ne laissez pas votre mauvaise humeur ou vos états d’âme se répandre sur votre famille ou vos collègues. Prenez sur vous ! Relativisez ! C’est ce virus qui gagnera du terrain.

choper le virus de l'excellence qualité du contenu

  • Si vous devez apprendre quelque chose, entourez-vous des meilleurs, de ceux qui maitrisent un savoir faire ou un savoir être particulier, des « experts » dans leurs domaines. Ces connaissances, ces compétences se diffuseront
  • Ne prenez pas pour Paroles d’Évangile, les propos des dits « experts ». Faites-vous votre propre opinion, une fois que vous disposez des informations. Ainsi, vous apportez des améliorations aux contenus à répliquer.
  • Ne mangez pas n’importe quoi, réfléchissez aux conséquences sur votre corps et sur la Nature, de ce que vous achetez, dans la mesure du possible. Exigez de la qualité même et surtout pour les industriels. (voire l’article : la responsabilité ne peut être partagée)
  • Quitte à faire quelque chose, faites-le bien ou très bien, selon vos critères ! Au moins, ce qui en sortira sera au minimum, satisfaisant au mieux excellent. De la qualité dans le contenu.
  • Si vous rencontrez, un maitre à penser, une personne ayant des qualités que vous admirez, bah copiez là ! Imitez son savoir être jusqu’à ce que vous l’ayez parfaitement intégré. J’ai déjà vu beaucoup de gens qui mettent un point d’honneur à ne pas imiter partiellement des personnes de grande qualité. Pourtant, pour s’améliorer, c’est plus facile d’avoir un modèle, une référence.
  • Brandissez, clamez, choyez vos valeurs. Sinon, d’autres qui ne vous appartiennent pas prendront la place et vous vous retrouverez à faire des trucs que vous réprouvez. Vous aurez cédé le terrain à des contenus que vous désapprouvez au fond de vous et contribuez en plus à les répliquer.
  • Donnez-vous une ligne de conduite. Pensez et faites, ce qui vous semble juste, beau, respectable, honorable, judicieux, aimable et tenez-vous-y ! Ne lâchez rien. Ne vous laissez pas polluer et envahir par des virus de moindre qualité. Imposez-vous des règles à ne jamais dépasser.
  • Évitez dans la mesure du possible, tous ceux qui vous tirent vers le bas et vous entraînent avec eux dans leur marasme et leur insatisfaction. Trouvez un nouveau groupe, de nouvelles relations, de nouveaux hobbies, de nouvelles connaissances. Laissez du terrain disponible et accessible pour des personnes plus positives, plus généreuses.

On ne peut pas tout surveiller, contrôler, mesurer.

L’excellence n’existe pas. C’est une idée, une invention, une projection de l’esprit vers un idéal. L’idéal que l’on porte en soi.

Les enfants sont proches de leur « idéal » et de leur excellence, s’ils s’épanouissent naturellement.

Plus on grandit, plus on s’écarte de cet idéal, on prend des chemins détournés pour y parvenir ou on l’oublie carrément. C’est humain et normal !

Nous sommes tous plus ou moins émotifs ou coupés de nos émotions, perméables, fantaisistes, éparpillés ou procéduriers, spontanés ou calculateurs, etc. En un mot tous plus ou moins névrosés, plein de traces…

Là où cela devient inquiétant, c’est lorsque les années défilent sans faire de bilan, sans remise en question, sans évolution… et que l’on reproduit  encore et encore le même schéma, comme un vulgaire virus ou réplicateur. Sans conscience, sans y mettre son âme.

Toutes nos interactions laissent des traces en nous.

Toutes nos interactions laissent des traces sur les autres et sur la planète.

Nos interactions sont contagieuses. La seule différence, c’est la qualité du contenu que l’on y met.

En s’engageant sur la qualité, vers une idée de NOTRE excellence, dans nos échanges, nos pensées, nos émotions, nos actes, on laisse des traces satisfaisantes en nous (pour l’estime de soi) et sur les autres (pour notre contribution au monde) Nos pensées, nos actes, nos émotions deviennent nos meilleurs alliés et répliquent notre cohérence et notre excellence.

Certains disent « Visez la Lune »

Moi, je dirais «  Visez l’Excellence, vous obtiendrez la Lune »

 

Bernard Bondy de Super Marketeur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Devenez Meilleur, qui propose quelques-uns des meilleurs articles du blog de Steve Pavlina, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels