Comment battre la concurrence

Note : cet article est une traduction de l’article How to Beat the Competition de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Evolution concurrenceDans un récent fil de discussion du forum à propos du lancement d’une nouvelle entreprise, quelqu’un a demandé la meilleure façon de gérer la concurrence. Comment être sûr que vos efforts paieront au lieu de simplement vous jeter dans cette grande piscine avec tous les autres et de ne pas réussir à émerger ?

Ma stratégie pour gérer la concurrence est la même quel que soit le domaine en question. Je suis sûr que vous pouvez également l’appliquer à votre domaine particulier, même s’il y a de grandes chances que vous ne le vouliez pas, car ce n’est pas facile.

En fait, éviter ce qui est facile est précisément la solution. Si vous voulez vous faire une place dans un domaine surpeuplé, une des meilleures façons de faire est de vous attaquer aux problèmes épineux de ce domaine particulier, le genre de problèmes qui découragent rapidement les autres et les forcent à abandonner.

Les problèmes épineux attirent moins de concurrents parce que tout le monde afflue dès le début sur les problèmes faciles. Mais si vous pouvez résoudre un problème difficile, vous pouvez créer une chose ayant une valeur unique qui est difficile à dupliquer. En fait, le simple fait de vouloir s’attaquer aux problèmes épineux peut vous faire sortir de la foule.

Je vais vous donner trois exemples personnels.

L’exemple de l’entreprise de jeux vidéo

Les premiers jeux informatiques que j’ai sortis étaient très basiques niveau design. Ils avaient des éléments uniques, mais la plupart avaient une apparence plutôt générique. Beaucoup d’autres gens auraient pu les développer. Ces jeux ne se sont jamais bien vendus, et n’ont généré des revenus qu’au compte-gouttes.

Puis j’ai opté pour une approche différente. J’ai défini comme objectif de créer un jeu qui serait vraiment original, quelque chose qui aurait un design vraiment élégant et unique. J’ai passé quatre bons mois à créer le design de ce jeu, et le produit final de tout ce travail fut un document de design de 5 pages de long. Programmer le jeu, créer les niveaux, et faire les graphismes, les effets sonores, et la musique n’ont nécessité que deux mois de plus. Beaucoup de gens pourraient avoir programmé ce jeu, mais peu auraient pu sortir un design ressemblant à celui-là. Le design et la gameplay uniques du jeu sont devenus un fort argument de vente, et cela a rapidement créé une nouvelle niche sur le marché surpeuplé des jeux de puzzles. Le jeu s’est bien vendu et a également gagné des prix. J’ai mis fin aux suites possibles de ce jeu en 2006, mais je reçois encore aujourd’hui des mails de fans du jeu.

Ces quatre mois de travail sur le design étaient très difficiles. J’ai dû déboucher dans de nombreuses impasses et envisager un très grand nombre d’options. Il n’y avait aucune garantie de trouver un jour le type de solution que je recherchais. Au bout de 3 mois j’avais la sensation de n’avoir que très peu progressé. Mais finalement tout a convergé pour créer un design très élégant. Une fois le design terminé, avant même qu’un seul des niveaux ou des autres atouts du jeu ne soient créés, je savais que j’avais quelque chose de super.

J’ai choisi de les concurrencer dans le domaine du design parce que je n’avais pas les ressources pour être compétitif dans les autres domaines. Je ne pouvais pas créer des graphismes en 3D comme John Carmack, et je ne pouvais pas concurrencer les équipes d’artistes professionnels, d’ingénieurs du son, et de musiciens. Mon budget était proche de zéro. J’ai dû être compétitif en termes de créativité. Il s’avère que trouver un design vraiment élégant et créatif est le « problème épineux » du développement de jeux. Vous pouvez investir des tonnes de ressources dans l’art, la musique et le son, et vous aurez de bons résultats, mais vous ne pouvez pas garantir un résultat positif quelle que soit la quantité d’argent et de ressources que vous investissez dans le design. Vous seriez abasourdi de voir que des jeux qui semblent très simples en surface aient en fait nécessité des mois ou même des années de dur travail sur le design.

La roue pourrait sembler être une invention simple, mais pour les premiers hommes c’était probablement la solution à un problème particulièrement épineux.

L’exemple du blogging

Pour ce site, j’ai décidé de m’attaquer aux problèmes épineux du développement personnel, à savoir essayer d’identifier l’ordre caché sous la surface du chaos de nos vies. Même si les résultats pourraient souvent paraître simples, la réflexion et les efforts qui entrent dans ce travail sont un vrai grand défi.

Vous pourriez remarquer que j’écris rarement au sujet des problèmes faciles de développement personnel, comme comment faire en sorte que son ordinateur tourne plus vite, où vous télécharger des e-books gratuits, comment économiser de l’argent sur votre prêt immobilier. Vous trouverez des zillions de sites web qui parlent de ces sujets. À la place je concentre davantage mon énergie sur des concepts intemporels de haut niveau. C’est un travail plus difficile, mais l’avantage est que cela me donne une opportunité d’apporter une contribution unique. La plupart des gens qui essayent de faire ce genre de travail pendant un moment abandonnent rapidement par frustration. Cela pourrait paraître simple en surface, mais je vous assure que ce n’est pas le cas. C’est une des raisons pour lesquelles mon site continue à attirer de plus en plus de gens.

Le simple fait que ce travail soit difficile ne signifie pas qu’il est pénible. S’attaquer à des problèmes épineux peut être extrêmement gratifiant, en particulier quand la solution bénéficie aux autres.

L’exemple de l’écriture de livres

Quand j’ai commencé à écrire mon livre, Personnel Development for Smart People, j’ai décidé qu’en aucun cas je n’écrirais un livre générique à la « moi aussi ». Pour moi le problème simple serait de créer un livre qui serait une simple suite de conseils sur la façon de s’améliorer dans différents domaines de votre vie. J’ai rapidement abandonné cette option parce que beaucoup de gens peuvent écrire ce genre de livre (et l’ont déjà fait). Il y a une surabondance séculaire de ce genre de livres. Je ne vois aucun intérêt à ajouter au désordre préexistant. Ce n’est simplement pas un problème assez épineux.

Donc j’ai décidé d’écrire un livre qui serait un vrai grand défi, une chose que je n’ai jamais vue avant. J’ai eu l’intention de trouver le fonctionnement derrière tous les efforts de développement personnel menant à la réussite, pour identifier un ensemble complet de principes fondamentaux qui seraient universellement applicables. D’autres gens ont essayé d’écrire ce genre de livre, mais ils ne fournissent que des solutions partielles remplies de trous béants.

Pour définir à quoi devrait ressembler l’ensemble des principes, j’ai établi différents critères, qui devaient tous être satisfaits. Ces principes doivent être vrais pour n’importe qui n’importe où. Ils doivent être intemporels, ce qui signifie qu’on peut s’attendre à ce qu’ils fonctionnent encore dans 1000 ans, et qu’ils fonctionnaient déjà il y a 1000 ans. Ils doivent être logiques et intuitifs. Ils doivent fonctionner à la fois individuellement et collectivement, pour être efficaces pour n’importe quel groupe de n’importe quelle taille. Ils doivent fonctionner aussi bien sur la Lune que sur Terre. Si je me retrouve seul dans un monde extraterrestre, je pourrais quand même m’en servir. Ils doivent être indépendants culturellement. Ils doivent fonctionner aussi bien pour tous les domaines de la vie ; la santé, les relations, la carrière, l’argent, etc. Ils doivent être collectivement complets, pour qu’aucun élément critique ne manque. Et ils doivent être simples, élégants, et beaux.

Donc mon objectif était fondamentalement de définir les mathématiques cachées du développement personnel, la structure sous-jacente au chaos en surface. Je voulais découvrir l’équivalent en développement personnel des nombres premiers. C’est extrêmement difficile parce que cela signifie que la solution doit être relativement générale et abstraite, mais qu’elle doit aussi avoir énormément d’applications pratiques.

J’ai cherché plusieurs concepts et cadres différents qui allaient dans cette direction mais ne répondaient pas à ces critères, des 7 habitudes de Stephen Covey aux nobles vérités des bouddhistes. Je me suis creusé la tête encore et encore, me répétant la question « Quel est le schéma sous-jacent ? » Il y avait de tous petits indices un peu partout, mais le tableau d’ensemble restait un mystère. La tâche semblait presque impossible, et je n’avais aucune garantie qu’il existait simplement une solution. J’ai fini par rejeter une progression presque infinie de solutions partielles. C’était frustrant de trouver une solution qui semblait bonne au début mais s’avérait en fait pleine de trous.

Cela m’a pris presque 2 ans et demi, mais j’ai fini par trouver la solution que je cherchais, et on peut la réduire à 7 petits mots, qui ont inspiré les 7 premiers chapitres du livre. Les 80 000 autres mots du livre sont des explications, des illustrations, et des applications. Quasiment toute la valeur du livre repose dans la compréhension de ces 7 principes clés et de la façon dont ils interagissent les uns avec les autres. Une fois que j’ai eu découvert ces principes, écrire le livre était encore un défi mais c’était globalement tout droit.

Les principes en eux-mêmes sont simples et vont sembler quasiment évidents quand vous les lirez. Ce n’est que quand ils sont assemblés dans un certain ordre que leur valeur devient évidente.

Une fois que j’ai eu découvert ces principes, j’ai commencé à les voir ailleurs. Je peux sans exception regarder les problèmes personnels de n’importe qui et les décrire comme une violation d’un ou plus de ces principes, et les principes suggèrent automatiquement une solution qui est à la fois logique et sensée intuitivement. Je peux faire dériver n’importe quel concept de développement personnel sain de ces principes, y compris les 7 habitudes de Covey et les éléments fondamentaux des plus grandes religions mondiales. Ces principes sont les nombres premiers du développement personnel.

Comme j’ai choisi le bon problème auquel m’attaquer, je n’ai aucun doute que le livre aura un impact significatif sur ceux qui le liront, et je m’attends à ce que cela dure un très long moment. Dans mon esprit ce succès est déjà arrivé, même si le livre ne sortira encore que dans des mois. C’est de loin le projet le plus difficile que j’aie jamais entrepris. Une fois le livre sorti, je peux m’écouler et mourir heureux. 🙂

Il est difficile d’imaginer quoi que ce soit de plus satisfaisant que de trouver une solution élégante à un problème vraiment difficile. 2 ans et demi de dur labeur sont un prix équitable à payer pour atteindre ce résultat.

Comment battre la concurrence ?

En faisant des choses que les autres ne font pas, ne feront pas, ou ne peuvent pas faire.

Fondamentalement vous devez trouver un moyen d’appliquer vos forces particulières à la résolution de problèmes qui sont presque impossibles à résoudre pour la plupart des gens mais qui sont plus simples à résoudre pour vous (même si cela reste un défi). Cela nécessite de prendre conscience de vos forces (voir Découvrez vos points forts pour plus de détails). Les problèmes épineux auxquels vous êtes le plus à même de vous attaquer vont probablement paraître très différents de ceux qui me conviendraient parce que nous avons des forces et des expériences différentes.

Vous pouvez appliquer cette idée de « s’attaquer aux problèmes épineux » à n’importe quel domaine de votre vie, pas seulement au monde professionnel. Cherchez autour de vous les problèmes difficiles que les autres n’arrivent pas à résoudre mais auxquels vous pensez pouvoir vous attaquer avec succès. Si vous faites vraiment de gros efforts, quels problèmes pourriez-vous résoudre sur votre lieu de travail, dans votre famille, dans votre cercle social, dans votre communauté, etc. ?

Vous pourriez ne pas aimer les mots « battre » et « concurrence », et ce n’est pas grave parce que vous n’avez pas besoin de le voir de cette façon. En réalité vous ne battez personne. Tout le monde est libre de s’attaquer à des problèmes épineux, mais relativement peu vont faire ce choix. Donc au lieu de battre la concurrence, vous laissez simplement la piscine concurrentielle derrière vous et tracez votre propre route. Vous choisissez en fait de ne pas être du tout concurrentiel.

En ce qui concerne la concurrence, si vous faites un travail que beaucoup d’autres gens pourraient également faire, vous faites une bourde stratégique. Essayez de découvrir ce que vous êtes capable de faire et que les autres ont arrêté de tenter, même si cela reste un défi à vos yeux. Quand les autres gens commencent à vous accuser d’être obsédé par un problème impossible, vous savez que vous chauffez.

En quoi la concurrence est-elle bonne ?

L’avantage de la concurrence est que cela nous motive à identifier nos forces et à en faire bon usage. Même les cellules de notre corps sont en concurrence pour puiser dans nos ressources quand c’est nécessaire, et celles qui prouvent leur valeur ont un traitement préférentiel. C’est un système juste parce que cela augmente tout le mécanisme de survie du corps humain.

De la même manière, notre économie tend à verser des ressources à ceux qui prouvent qu’ils peuvent fournir une valeur significative pour le bien de tous. Certains voient cela comme une récompense pour un dur travail. Je vois cela comme une façon d’encourager la production de valeur continue de la part de ceux qui sont déjà productifs.

Bien sûr, un bienfait supplémentaire au fait de s’attaquer aux problèmes épineux est que cela vous aide à évoluer. Il n’y a pas grand-chose à gagner à faire ce qui est facile, et on peut facilement parier que de toute façon quelqu’un d’autre va s’occuper des trucs simples. La véritable valeur repose dans la poursuite d’un chemin épineux, un chemin qui effraie les aventuriers timides.

Crédits photo : © Cengiz Oers 

2 commentaires

  • Inlandsis dit :

    Bonjour,
    C’est vrai qu’il n’est pas utile de poursuivre des voies déjà toutes tracées, on sait déjà où celles-ci vont nous mener, et rarement au succès. Sortir des sentiers battus demande du courage, de la persévérance, et une bonne dose d’optimisme 🙂
    Merci pour cet article.
    Au plaisir,
    Inlandsis.

  • Sandrino dit :

    Bonjour,

    Malgré le fait que cet article date de 2008 dans sa version originale anglaise, il sera toujours d’actualité.

    Trouver le bon concept qui nous distingue des autres est primordial dans un environnement concurrentiel.

    En revanche, une fois ce concept identifié et développé, il faut le faire connaître. C’est la seconde difficulté pour battre la concurrence : la visibilité.

    Merci pour la traduction de cet excellent article.

    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *