Pourquoi devez-vous être patient en matière de conditionnement quotidien

conditionnement quotidienLorsque vous utilisez l’effet d’amorçage ou n’importe quelle autre technique quotidienne de renforcement pour vous conditionner au succès, à l’abondance ou à d’autres changements positifs, la patience est la clé.

Au cours des deux premières semaines, vous aurez probablement l’impression que vos efforts ont un faible effet, voire aucun. Toutefois, si votre technique est efficace, vous commencerez à voir, généralement au bout de quelques semaines, d’importants changements dans votre manière de penser, vos sentiments, vos croyances et même dans votre comportement. À un moment donné, vous remarquerez que vous faites d’énormes progrès chaque semaine.

D’un modèle mineur à un modèle majeur

Je voudrais vous expliquer de manière simple pourquoi le conditionnement quotidien semble dans un premier temps inefficace, puis accélère et conduit souvent à un point de non-retour, où l’on finit par se retrouver dans une toute nouvelle réalité.

Supposons que votre objectif initial ne soit qu’une simple idée dans votre tête. Il s’agit peut-être d’une idée qui tourne autour d’une nouvelle source de revenus ou d’une nouvelle habitude que vous aimeriez adopter. Cependant, comme il ne s’agit que d’une idée au début, elle n’est pas encore totalement intégrée à votre esprit. Il pourrait être agréable d’y penser, mais cette simple pensée n’est pas encore ancrée dans votre cerveau, dans vos sentiments, dans vos croyances et dans votre comportement.

Supposons à présent que ce modèle mental mineur dans votre cerveau — cette idée — n’implique que 10 000 neurones. Il s’agit d’un modèle isolé avec donc peu d’influence sur votre vaste réseau neuronal de 100.000.000.000 de neurones.

Supposons ensuite que pour transformer ce modèle de pensée mineur en un modèle majeur qui influence véritablement vos pensées, vos sentiments, vos croyances et votre comportement, vous ayez besoin d’étendre son réseau d’influence sur 10.000.000 de neurones, c’est-à-dire une augmentation d’un facteur de mille. Supposons ensuite que si vous atteignez cette croissance 1000 fois plus importante, le modèle sera bien intégré dans votre être tout entier. Ainsi, si le modèle se rapporte aux revenus, vous ferez tout ce qu’il faut pour l’atteindre. S’il s’agit d’une nouvelle habitude, vous constaterez que l’habitude en question a été adoptée avec succès et qu’elle s’intègre harmonieusement à vos autres habitudes.

Une croissance mille fois plus importante

Pour obtenir une croissance 1000 fois plus importante d’un modèle neuronal en un laps de temps de seulement 10 jours, il faudrait multiplier par 2 la taille du modèle chaque jour pendant ces 10 jours (2^10 = 1024), chose absolument irréalisable.

Par contre, pour obtenir une croissance 1000 fois plus importante sur un délai plus long, le modèle neuronal va s’étendre à un rythme certes plus lent, mais de façon plus viable. Par exemple, pour obtenir la même croissance, mais cette fois-ci sur une période de 90 jours, le modèle neuronal n’a qu’à étendre son influence d’environ 8% par jour. C’est beaucoup plus faisable.

Notez qu’avec une augmentation journalière de 8%, vous ne pourrez ajouter que 800 neurones au modèle (8% de 10 000) le premier jour. C’est assez faible comme gain, vous pourrez donc ne pas constater un grand effet. Cela est dû au fait que les résultats ne sont pas encore visibles et que votre comportement ne semble pas être affecté.

Au 30e jour, vous aurez ajouté 7 454 neurones à ce modèle, soit un total de 100 627 neurones. C’est 10 fois plus important par rapport au début, mais cela ne correspond toujours qu’à 1% du chemin vers votre objectif. Imaginez que vous faites du conditionnement quotidien pendant 30 jours d’affilée et que vous n’obteniez jusqu’à présent que 1% des résultats souhaités. Il va falloir vous armer de patience pour pouvoir continuer, n’est-ce pas ?

Au 60e jour, vous aurez ajouté 75 005 neurones au réseau du modèle toujours en expansion, soit un total de 1 012 571 neurones impliqués. Même après 60 jours, vous n’êtes toujours qu’à 10% de votre objectif. Quelle erreur auriez-vous commise si vous jetiez l’éponge à ce moment précis sous prétexte que la technique que vous utilisez n’est pas assez efficace ? Vous auriez simplement abandonné tout juste avant le dernier virage.

À la fin de cette période de 90 jours, vous aurez ajouté 754 752 neurones à ce modèle, passant finalement à 10 millions de neurones au total pour le modèle. Notez que 90% de la croissance du modèle ne s’est produit qu’au cours des 30 derniers jours, les 60 premiers jours ne produisant que 10% de votre objectif. Les progrès que vous enregistrerez au cours des 30 derniers jours seront stupéfiants par rapport à ce que vous avez vu au cours des 30 premiers jours.

Conditionnement quotidien et Croissance exponentielle

J’ai vu des effets similaires avec une variété de méthodes de conditionnement quotidien, comme l’écoute de programmes audio positifs tous les jours ou la révision de mes objectifs tous les matins. Au début, il semble qu’il y ait peu, voire pas d’effet, mais avec un peu d’endurance sur une période de plusieurs mois, il est tout à fait possible de basculer soudainement vers un tout nouveau niveau d’expérience. Finalement, ce petit modèle qui n’était autrefois qu’une idée devient assez dominant pour commencer à influencer les pensées, les sentiments, les croyances et le comportement de façon congruente.

C’était la stratégie N° 1 que j’ai utilisée pour obtenir deux diplômes universitaires en trois semestres. J’ai écouté des émissions audio de motivation et de gestion du temps pendant environ deux heures par jour. J’ai maintenu ce conditionnement tout au long des trois semestres. J’ai remarqué que chaque fois que je me relâchais, les croyances limitatives des autres commençaient à avoir une influence sur moi, de même que mes propres programmes passés. Je commençais donc à me sentir plus stressé et j’avais des doutes sur ce que je faisais. Cependant, une fois revenu à mon régime de conditionnement, principalement en écoutant pendant que je passais d’un cours à un autre, pendant que je me rendais à l’école et lorsque j’en revenais, j’ai renforcé les pensées, les sentiments, les croyances et les comportements qui correspondaient à mon objectif. Je ne pense vraiment pas que j’aurais pu atteindre cet objectif sans un tel conditionnement quotidien.

En règle générale, lorsque je pratique ce type de conditionnement quotidien, je ne remarque que des changements très subtils, voire négligeables, au cours des deux premières semaines. Je remarque certes que je pense un peu plus à ces idées, mais c’est à peu près tout. Mon comportement ne semble pas être affecté.

Par contre, après environ 2 à 4 semaines, je commence à remarquer quelques petits changements. J’arrive à effectuer de petites actions qui s’alignent avec le conditionnement, mais elles sont encore très subtiles. C’est bon signe même si ces changements sont encore trop insignifiants pour apporter une grande différence par eux-mêmes.

Puis, après 4 à 6 semaines, le rythme commence à s’accélérer et des changements visibles se produisent chaque semaine. C’est très gratifiant de voir ce jeu au fil du temps.

Finalement, après 10 semaines, à un moment donné, je remarque que tout ce que j’étais en train de conditionner ne semble plus être un casse-tête. Je suis déjà en train de le faire. Souvent, je ne remarque pas le changement en même tant qu’il se produit, mais une fois que j’ai dépassé ce point et que je regarde en arrière, je réalise : Oh ouais…. Je suppose alors que j’ai atteint ce but d’une façon ou d’une autre. Super…

Parfois, le conditionnement ne produit qu’une série de changements progressifs. D’autres fois, il mène à un point de non-retour plus précis. Il y a quelques semaines de cela, j’ai eu une révélation. J’ai décidé de fermer et de supprimer tous mes comptes de médias sociaux. Il était très clair que je devais le faire. Seulement, quelques jours plus tôt, cette décision n’était pas évidente du tout. En revanche, je faisais pendant des mois du conditionnement presque quotidien menant à cette décision (sous forme de vidéo d’amorçage), et l’abandon des médias sociaux s’alignait étroitement avec le conditionnement que je pratiquais. Cela a pris un certain temps, mais le conditionnement est devenu assez fort pour que de nouvelles pensées, sentiments, croyances et comportements deviennent dominants, et ces modèles m’ont fait comprendre très clairement qu’il était temps de me passer des médias sociaux.

Depuis ce temps, j’ai continué à conditionner des modèles similaires après avoir abandonné les médias sociaux, désormais les nouveaux modèles sont encore plus dominants, et la décision d’abandonner les réseaux sociaux semble encore plus justifiée avec du recul. Je me demande pourquoi je ne l’ai pas fait depuis des années.

Il est fascinant de voir combien le conditionnement quotidien peut reprogrammer nos esprits et comment les effets semblent croitre de façon exponentielle au fil du temps. Chaque jour, un tel conditionnement semble n’avoir aucun effet. Toutefois, si vous regardez plusieurs semaines en arrière, vous verrez souvent des effets évidents et profonds.

Maintenir le conditionnement

Même après avoir atteint un nouveau but ou adopté une nouvelle habitude, je trouve souvent nécessaire de continuer avec le conditionnement mental qui m’a permis d’y arriver. En réalité, quand je ne le fais pas, je recule.

Il y a tellement d’influences sociales qui nous poussent à avoir un sentiment négatif, à craindre des expériences qui en réalité ne sont pas dangereuses, à être obsédés par des futilités et à nous contenter de moins que notre potentiel peut nous permettre d’avoir. En l’absence d’un conditionnement puissant, conscient et autonome, ces influences sociales deviennent trop souvent les modèles dominants au sein de notre propre cerveau.

Toute expérience donne naissance à une programmation mentale. Tout ce que vous ressentez à travers vos sens est toujours en train de programmer activement votre cerveau. C’est à vous de prendre le contrôle de cette programmation. Si vous ne l’aimez pas, vous pouvez la changer.

Dire non à la programmation négative

Si vos expériences sont en grande partie négatives, vous programmez votre cerveau à devenir meilleur, plus fort et plus rapide dans l’exécution des modèles négatifs. Vous vous laissez programmer pour une négativité accrue. C’est une très mauvaise approche. Ne vous infligez jamais cela. Si vous constatez que c’est ce qui vous arrive, fuyez !

C’est merveilleux d’enregistrer chaque jour des entrées positives. C’est ce qu’il vous faut ! Toutefois, il est également impératif que vous empêchiez des modèles négatifs de continuer à vous programmer. Si vous remarquez ces modèles, cela signifie qu’ils vous programment déjà. Se dire « je ne suis pas programmé » ou « je peux m’élever au-dessus de cela » ne fonctionne pas vraiment. Si vos yeux les voient ou que vos oreilles les entendent, alors ces modèles ont déjà pénétré votre cerveau. Même si vous ne pouvez pas effacer d’anciens modèles — à moins de vous lobotomiser chirurgicalement — vous pouvez les maitriser avec des modèles positifs, mais pour y parvenir vous devez d’abord désactiver les entrées négatives.

Tout comme avec la programmation positive, vous ne remarquerez généralement pas les effets de la programmation négative, sauf lorsque vous regardez en arrière à une époque où les effets de programmation négative n’étaient pas présents. Ensuite, vous constatez les effets cumulatifs, comme la perte d’amis, le souvenir que vous étiez plus heureux, le déclin de votre santé, le stress que vous vivez actuellement, etc.

Les gens me demandent parfois comment je me comporte avec des amis ou des membres de ma famille qui ont un état d’esprit négatif ou critique. Je réponds honnêtement que je ne traite pas du tout avec de telles personnes. Si nous ne pouvons pas nous entendre sur la base du respect et du soutien mutuels, alors je n’accepte pas de telles personnes dans ma vie, qu’il s’agisse de parents de sang ou d’amis proches. Je comprends que tout le monde puisse avoir une mauvaise journée de temps en temps, et c’est tout à fait pardonnable, mais s’ils choisissent de se complaire dans la négativité comme modèle par défaut et d’essayer d’entrer en relation avec moi sur cette base, ils sont éliminés. Faire autrement signifierait me soumettre délibérément à une programmation négative continue, et cela me semble être une chose très insensée. J’ai des choses meilleures et plus intéressantes à faire de ma vie.

Lutter avec son propre cerveau ne semble pas être une si brillante idée, à moins d’être masochiste et d’aimer l’auto sabotage. Je pense qu’il est plus idoine de considérer votre cerveau comme votre meilleur allié. Donnez-lui des données de qualité (c.-à-d. une programmation de qualité), et vous découvrirez que votre cerveau peut être un allié très puissant et d’un grand soutien.

Si vous vous retrouvez coincé à traiter avec des gens négatifs, laissez-moi vous rappeler que vous dites oui à cela. Une approbation quand bien même silencieuse reste une approbation. Vous avez de meilleures options que de laisser les gens programmer négativement votre cerveau. Le conditionnement positif ne prend pas racine dans un sol empoisonné.

Commencez déjà par vous débarrasser du conditionnement négatif que vous remarquez dans votre vie. Si vous devez virer un groupe de personnes, n’hésitez surtout pas. Ensuite, appliquez-vous à vous conditionner avec des pensées positives, des sentiments, des croyances et des comportements qui vont de pair avec ce que vous désirez vraiment.

Par-dessus tout, soyez patient. Les chiffres que j’ai partagés ci-dessus ne sont que des exemples. L’observation importante que je tiens à souligner est que le conditionnement personnel quotidien exige une pratique constante et patiente pour apporter des changements.

Vous ne remarquerez peut-être pas des changements au début, mais si vous collectionnez des entrées positives, soyez assuré que cela affecte déjà votre cerveau. Si vos yeux les voient (ou vos oreilles les entendent), alors votre cortex visuel (ou auditif) les traite et votre réseau neuronal change également. Il faudra du temps pour que ces changements deviennent visibles. Pour finir, ce conditionnement quotidien peut produire des résultats vraiment puissants, qui ressemblent souvent à des modèles de croissance exponentielle.

Note : Cet article est une traduction de l’article Why You Must Be Patient With Self-Conditioning de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *