Passer en revue les anciennes notes de journal

journal notesAlors que je faisais mon jeûne à l’eau la semaine dernière (aujourd’hui c’est le 8e jour), j’ai passé plusieurs heures à relire quelques-unes de mes anciennes notes de journal datées des années 90. Je tiens certes un journal depuis de nombreuses années, mais je prends rarement le temps de relire et de passer en revue ce que j’ai écrit. Pour une raison que je ne saurais expliquer, j’ai eu l’intuitive sensation que je devrais le faire cette semaine.

Cette expérience fut plus difficile que ce à quoi je m’attendais, étant donné que les années 90 ont été une période turbulente pour moi. J’ai lu un extrait de texte de mon journal que j’ai écrit peu de temps après mon arrestation pour vol qualifié quand j’avais 19 ans. Cet extrait décrivait à quel point j’avais besoin de mettre de l’ordre dans ma vie et combien je pensais que cela serait pénible.

J’ai lu des notes de journal datées des années où je sombrais dans l’endettement, ce qui m’avait finalement conduit à la faillite. J’ai lu des histoires qui relataient les relations tendues que j’avais avec des éditeurs et qui traitaient des échéances irréalistes que je devais honorer lorsque je dirigeais mon entreprise de jeux vidéo. En lisant ces notes, j’ai ressenti des poussées d’anxiété. Parfois, j’avais les larmes aux yeux. Je ne lisais pas que des histoires ; je revivais ces moments.

Il y avait également plusieurs expériences positives à passer en revue. J’ai lu des notes de journal de 1997 qui portaient sur les merveilleux bienfaits que m’a apportés le fait d’être devenu végétalien. Parmi ces bienfaits, il y a notamment le fait d’être devenu plus endurant, ce qui m’a permis de rapidement gravir les échelons au Tae Kwon Do et de commencer la course de distance. Cela m’a finalement permis de courir un marathon.

À l’époque, ma relation avec Erin était excellente et j’ai exprimé de nombreux sentiments positifs au sujet de notre relation avant et après notre mariage, en 1998. Mes compétences en programmation étaient meilleures que jamais, et j’étais excité de voir combien j’apprenais et combien mes compétences avaient évolué depuis que j’étais plus jeune.

Dans mon journal, je faisais souvent un rapide bilan de ma vie, et j’évaluais chaque partie de ma vie sur une échelle de 1 à 10. Ce fut intéressant de voir combien certains de ces chiffres ont changé au fil du temps, alors que d’autres sont restés relativement fixes pendant des années. J’ai vu mes notes s’améliorer sur le plan sanitaire, surtout après être devenu végétalien et après avoir commencé le Tae Kwon Do (évènements après lesquels je n’avais plus que des 9 et des 10), mais j’avais souvent des 1 en ce qui concerne mes finances durant ces années. Depuis cette époque, j’ai adopté cette habitude, de sorte que je peux regarder n’importe quelle période de ma vie et voir comment j’en ai évalué les différents aspects.

J’ai constaté (et cela m’a fait plaisir) que même dans des situations très stressantes et difficiles, j’avais toujours un désir constant de continuer de grandir. En effet, j’ai toujours pensé sur le long terme, essayant de ne pas me laisser abattre par les problèmes du moment. Je n’avais jamais renoncé à la vision d’un avenir meilleur. Parfois, j’avais l’air irrationnellement optimiste et extrêmement impatient, mais je trouvais la force de continuer.

En passant en revue des années de notes de journal, j’ai pu voir (de façon claire et nette) des modèles dans mes pensées, mes sentiments et mes croyances qui ne me profitaient pas. J’étais incroyablement naïf de faire confiance aux mauvaises personnes. Je me surchargeais de travail et je prenais à peine des vacances, ce qui m’a conduit à adopter à un mode de vie déséquilibré. J’étais beaucoup trop impatient et je fixais souvent des dates butoirs irréalistes alors qu’un rythme plus détendu et viable aurait été préférable. Je voulais tout faire à la fois.

J’avais placé une foi aveugle dans le contenu que je lisais dans certains livres de développement personnel. J’étais obsédé par l’idée d’essayer de gagner de l’argent, de manière à pouvoir au moins couvrir mes dépenses sans m’endetter davantage. Je grandissais toujours, mais je continuais d’osciller entre le faire avec un optimisme irréaliste et le faire en m’appuyant sur des croyances stressantes. Je manquais véritablement d’équilibre.

passer en revue

Certaines notes de journal m’ont rendu fier de mon passé ; je pense notamment à la façon dont j’ai réussi mon test pour l’obtention de la ceinture rouge. Je n’aurais pas réussi ce même test aujourd’hui. Par contre, d’autres notes m’ont donné envie de secouer la tête et de crier : « Non ! Idiot ! » C’est une chose d’écrire ces expériences la première fois. Cependant, relire ces écrits avec une perspective rétrospective, sachant où chaque décision mènerait en fin de compte relève d’une autre paire de manches.

C’était émotionnellement difficile de voir mon moi-passé prendre une décision qui, je le savais, le mènerait droit dans un piège ; un piège qui le maintiendrait captif durant des mois, voire des années. C’était aussi difficile de le voir succomber à des soucis que je n’ai plus aujourd’hui, principalement parce que j’ai déjà vécu les résultats.

J’ai particulièrement apprécié de voir germer dans mon passé les graines des changements futurs. Depuis 1997, j’avais écrit dans mon journal que je voulais me lancer dans une carrière de développement personnel, y compris en organisant un jour mes propres ateliers. J’étais vraiment attaché à l’idée d’aider le monde d’une manière plus importante. En 1998, je pensais déjà que je devrais finalement quitter l’industrie du jeu, même si je ne l’ai pas fait jusqu’en 2004.

J’ai souri quand j’ai vu une liste des pays et des villes que j’avais envie de visiter un jour. À ce jour, j’ai visité environ le tiers des endroits de cette liste. C’était bien de constater qu’en exprimant ces désirs, je semais des graines pour de vraies expériences futures.

J’ai vu certaines faiblesses que j’ai surmontées, comme le fait de me surcharger de travail et de succomber au stress. Et d’autres faiblesses sur lesquelles je travaille encore, comme le fait de travailler sur plusieurs projets à la fois. J’ai vu des modèles de pensée circulaire, où j’ai parcouru différentes approches de résolution de problèmes au cours d’une année, sans qu’aucune d’elle ne fonctionne vraiment. Et, j’ai vu les situations dans lesquelles ma pensée m’a aidé et celles dans lesquelles elle m’a nui.

Le fait d’avoir passé en revue ces notes de journal a changé ma manière de voir le présent. Cela m’a aidé à remarquer que je peux faire de grands changements dans ma vie quand je le désire, mais il faudra pour cela du temps, de la persévérance et beaucoup de patience. Céder au stress ne rend pas le processus plus rapide. L’anxiété ne me conduit qu’à prendre de mauvaises décisions qui me retardent encore plus. Il en va de même pour l’optimisme illusoire. À long terme, la patience et la persévérance peuvent faire de nombreux objectifs une réalité.

Si vous tenez un journal depuis un certain temps — une habitude que je recommande depuis des années en raison des énormes avantages que cela procure à votre croissance personnelle — je vous encourage à passer en revue quelques-unes de vos anciennes notes de journal lorsque vous pensez intuitivement que c’est le bon moment pour le faire. Ce fut pour moi une expérience très enrichissante, et je m’attends à ce qu’il en soit de même pour vous.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Avant de prendre congé de nous, voici une vidéo complémentaire sur  “Comment être plus heureux en *5* minutes par jour – la méthode simple (avec the five minute journal)”

 

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *