Les questions que j’aime me poser quand je dois prendre des décisions difficiles

prendre des décisionsIl n’est pas rare de se retrouver dans des situations qui peuvent vous laisser dans l’indécision. C’est le cas par exemple lorsque l’on doit prendre la décision de changer d’emploi ou de carrière, mettre fin à une relation, déménager dans une nouvelle ville ou adopter un nouveau mode de vie. Il existe de nombreux processus que vous pouvez utiliser pour prendre des décisions intelligentes, mais ils sont tous inefficaces lorsque les informations sont incorrectes. Parfois, tout ce qu’il faut faire pour obtenir plus de clarté dans ces situations, c’est de se poser les bonnes questions. Une bonne question peut changer votre point de vue sur votre décision et vous donner la possibilité de voir clairement la meilleure solution.

Lorsque je dois prendre des décisions difficiles, voici quelques-unes des questions que j’aime me poser :

Est-ce que cela m’aidera à grandir ?

La croissance étant l’une de mes valeurs personnelles les plus importantes, je privilégie les décisions qui peuvent me permettre d’apprendre et de grandir. Lorsque je constate que j’ai peu ou pas de croissance à obtenir d’une décision particulière, j’ai tendance à l’éviter.

Cette habitude m’amène à embrasser la nouveauté au lieu de répéter ce que j’ai déjà fait. C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne répète pas les ateliers. Même si cela implique plus de travail, je préfère organiser de nouveaux ateliers parce qu’un nouvel atelier me pousse à apprendre et à grandir beaucoup plus que la répétition d’un atelier passé.

C’est en posant également cette question que j’ai rejoint en 2004 Toastmasters. Je suis resté membre jusqu’en 2010. Je me sentais un peu anxieux à l’idée de rejoindre le groupe. En effet, je ne pensais pas que ce serait une expérience agréable de pratiquer l’art oratoire en public. Malgré tout, je suis allé à ma première réunion et j’ai rejoint un club parce que j’étais convaincu que ce serait une expérience de croissance, et ce fut le cas. Lorsque l’aspect croissance s’est estompé et que l’expérience est devenue trop ordinaire, j’ai quitté Toastmasters et j’ai tourné mon attention ailleurs.

Il y a de nombreuses situations où la peur et l’hésitation peuvent me retenir. Ensuite, mon esprit s’égare et cherche à se justifier. Je ne peux pas le faire parce que je suis très occupé. Ce n’est pas le bon moment. Je ne suis pas dans ma meilleure forme. Oui… mais s’agira-t-il d’une expérience de croissance ? Si une décision m’aide à grandir, alors je suis enclin à la prendre.

Parfois, ma réponse à cette question prend la forme d’un « Oui » à contrecœur. Une partie de moi ne veut pas que ce soit un oui, surtout lorsque la décision implique d’affronter une peur, un manque de compétences ou beaucoup de travail supplémentaire, mais c’est un bon pas pour au moins d’admettre que si j’avance et que je dis oui, l’expérience sera une expérience de croissance.

Est-ce que mon meilleur moi ferait cela ?

Poser cette question m’a permis d’avoir les idées claires lorsque je me demandais s’il fallait oui ou non supprimer les droits d’auteur de tous mes articles de blog en 2010. J’avais créé un énorme corpus de propriété intellectuelle, et je le possédais à 100%. Cependant, je me suis souvent demandé ce qui se passerait si je cédais cette propriété au domaine public. Cela semblait être un grand pas en avant, et il n’y avait aucune façon d’en prédire le résultat.

Quand j’ai demandé si mon meilleur moi ferait cela, la réponse a été claire. Si la suppression des droits d’auteur de mon travail aiderait plus de gens que le maintien des droits d’auteur, mon meilleur moi le ferait.

Mon meilleur moi est courageux, généreux et créatif. Il peut supporter les conséquences qui découlent du fait de faire un tel don, et laisser le monde s’en servir comme bon lui semble. Mon meilleur moi espère que cela marchera. Il sait qu’il peut toujours en créer plus. Il ne veut pas dépendre de la propriété intellectuelle à cause du sentiment de sécurité qui en découle. Pour lui, rien ne vaut le fait de se sentir en sécurité dans la personne qu’il est. Même si les choses ne se déroulent pas comme prévu, il peut toujours s’en sortir. Il est assez fort pour faire face aux conséquences de ses choix.

Poser cette question a dissipé suffisamment de doutes quant à ce projet (la suppression des droits d’auteur) devienne une réalité. Est-ce que mon meilleur moi ferait cela ? Bien sûr qu’il le ferait.

Malgré tout, ce n’était pas une décision facile, mais au moins je savais que si je parvenais à le faire, cela m’amènerait plus loin dans l’alignement avec mon meilleur moi. Si je me retenais, je serais loin de cette meilleure version de ma personne.prendre des décisions

Est-ce que je recherche le souvenir ?

Chaque décision devient en fin de compte un souvenir, et la somme de vos décisions finira par devenir une série de souvenirs. Quels souvenirs voulez-vous ?

Voulez-vous garder le souvenir de vos habitudes actuelles en matière d’utilisation des médias sociaux pour les 10 prochaines années ? (Il est extrêmement rare de trouver une personne qui peut honnêtement répondre « oui » à cela.)

Voulez-vous garder le souvenir de votre emploi actuel pour une nouvelle année ? Qu’en est-il de votre situation relationnelle ?

Voulez-vous des souvenirs de ce voyage que vous prévoyez, ou préférez-vous avoir le souvenir de ne pas l’avoir fait ?

C’est une question très puissante, et certaines personnes ont gagné en clarté dès la première fois qu’elles se sont posé cette question.

De toutes les interactions sur les médias sociaux et les commentaires en ligne que vous avez publiés au cours de la dernière décennie, de quoi vous souvenez-vous ? Je m’en souviens très peu. C’est juste un flou. Mon esprit semble accorder si peu de valeur à ces souvenirs qu’il ne les a pas stockés parmi les choses importantes.

Cette question m’a aidé à me lancer dans de nombreuses et intéressantes expériences de voyage. Chaque année, je voyage dans des pays que je n’ai jamais visités auparavant, et une des raisons derrière cela, c’est que j’aime acquérir des souvenirs de voyage.

Quand vous regardez l’année écoulée, de quoi vous souvenez-vous ? Aimez-vous ces souvenirs ? Auriez-vous pu créer de meilleurs souvenirs ?

Quand je pense à l’année dernière, je me souviens avoir mangé plusieurs délicieux repas dans un petit restaurant appelé Verde Vegan à Acapulco. Je me souviens avoir marché dans les rues de Londres sous la pluie. J’ai aussi le souvenir d’être allé au sommet d’un volcan, d’avoir visité une plantation de café et d’avoir vu plusieurs chutes d’eau dans une forêt tropicale au Costa Rica. Je me souviens d’avoir siroté un expresso sur un trottoir pavé en Italie, d’avoir fait le tour du parc de la Villa Borghèse, d’avoir regardé le plafond de la chapelle Sixtine et d’avoir pris des photos ridicules près de la Bouche de la Vérité.

J’ai le souvenir que je me suis beaucoup diverti pendant que je passais 30 jours à Disneyland. Je me souviens d’avoir vu beaucoup de pièces de théâtre au Festival Fringe à Winnipeg et d’avoir mangé des samossas avec de la sauce de tamarin. Je me souviens d’avoir partagé des moments de joie et des idées pendant des ateliers l’an dernier et d’être allé dîner avec les participants par la suite. Et je me souviens avoir fait toutes ces choses avec ma petite amie.

La plupart de mes meilleurs souvenirs ne concernent pas le travail à mon bureau. Ils viennent d’expériences intéressantes que j’ai vécues. Est-ce la même chose pour vous ?

J’ai donné suite à beaucoup d’idées qui étaient parfois stupides après m’être demandé si je voulais en garder le souvenir. L’une des idées les plus stupides a été celle de passer 30 jours d’affilée à Disneyland. C’est beaucoup de temps à consacrer à une telle expérience, et j’aurais certainement pu utiliser ce temps à d’autres fins, mais j’ai réalisé que si je le faisais, j’aurais de merveilleux souvenirs, en plus de la satisfaction d’avoir participé à une expérience prolongée.

Je regrette rarement d’avoir pris une nouvelle direction. D’habitude, je regrette de m’être retenu. Je pense que c’est le cas pour la plupart des gens. Nous avons tendance à regretter les occasions que nous manquons contrairement à celles que nous saisissons. Et ce, même si nous n’obtenons pas les résultats escomptés. Nous regrettons le fait de ne pas avoir essayé encore plus le fait d’essayer et d’échouer. C’est bien d’échouer. C’est nul de ne pas essayer.

Vous pourriez vous demander quelle option vous êtes le plus susceptible de regretter, mais le regret même est un type de souvenir. Quand vous abordez donc cette question de mémoire, elle inclut déjà des regrets potentiels.

Comment cette décision sculptera-t-elle mon caractère d’homme ?

Je partage cette question de la même façon que je me la pose, alors n’hésitez pas à la modifier pour l’adapter à votre sexe, ou d’utiliser une forme neutre comme : « Comment cela sculptera-t-il mon caractère en tant qu’être humain ? »

Cette question avait toute sa puissance quand j’avais 20 ans et que je me demandais quel genre d’homme je voulais devenir. Cette question découle d’une prise de conscience que j’ai eue alors que j’étais en prison pendant quelques jours à l’âge de 19 ans. Je me voyais devenir une personne beaucoup plus sombre que je ne voulais l’être, et cette prise de conscience m’a réveillé. J’ai réalisé que pour changer l’homme que je devenais, je devais commencer à prendre des décisions différentes.

Les décisions que vous prenez définissent au final votre caractère et votre personnalité. Prendre une décision, c’est comme tailler la sculpture de la personne que vous devenez. La plupart des décisions ne taillent que de petits détails. Certaines décisions définissent des aspects importants de la pièce finale. Les décisions que j’ai prises en prison font partie des plus importantes de ma vie.

Si vous aviez visité mon site entre 2004 et 2008, vous auriez vu beaucoup d’annonces. Je gagnais 12 à 13 000 $ par mois en guise de revenu passif grâce à la publicité sur le site. Cependant, à la fin de l’année 2008, j’ai retiré toutes les annonces, ce qui a immédiatement mis fin à ces revenus.

Une des raisons pour lesquelles j’ai fait ce choix, c’est que je voyais cela comme une décision de caractère. Je ne voulais plus distraire mes lecteurs avec la publicité de tiers lorsqu’ils venaient sur mon site Web pour lire des articles de croissance personnelle. J’avais un choix, et chaque option sculptait mon personnage différemment.

La première option était de continuer à profiter des revenus passifs facilement acquis par la publicité pendant de nombreuses années encore. Aujourd’hui, j’aurais probablement atteint la barre du million de dollars en gains supplémentaires si j’avais continué d’héberger de la publicité. Cela signifierait aussi que j’aurais passées de nombreuses années à me façonner pour devenir un homme qui accepte un désalignement avec ses valeurs afin de gagner de l’argent. Le plus probable aurait donc été que je continue à prendre des décisions similaires par la suite.

La deuxième option consistait à supprimer les annonces et à chercher d’autres moyens de gagner un revenu. Cela impliquerait de suivre une voie qui concorde plus avec mes valeurs, même si elle pourrait être moins lucrative. Ce serait aussi une voie plus difficile à emprunter, car les revenus publicitaires étaient très faciles à maintenir. Ce chemin impliquerait certainement plus de travail.

J’ai choisi la deuxième voie parce que je croyais qu’elle me permettrait d’évoluer dans un sens plus positif. Il était évident que ce serait plus difficile à court terme, mais j’aimais l’idée de supprimer les sources de revenus mal alignées afin de faire un travail plus difficile pour créer des sources qui concordent mieux avec mes valeurs. L’année qui a suivi ma décision, j’ai organisé et animé mon premier atelier de trois jours. Au moment où j’écris cet article, j’en ai organisé 16.

Même si les ateliers n’ont pas été aussi lucratifs que les publicités l’auraient été, ils ont porté des fruits à bien d’autres égards. Et cela m’importe plus que l’argent. Par exemple, j’ai rencontré ma petite amie Rachelle à ce premier atelier, et l’une des forces clés de notre relation, c’est l’alignement de nos valeurs. Nous sommes tous les deux végans depuis longtemps. Nous aimons aussi voyager et vivre des aventures amusantes ensemble.

Si vous acceptez un désalignement dans votre vie, vous attirerez des expériences qui vont dans ce sens. Si vous optez pour la congruence, vous attirerez aussi des expériences qui correspondent à vos valeurs. Réfléchissez bien à la façon dont chaque décision forgera votre personnage.

Je suis heureux d’avoir pris la décision de retirer ces annonces en 2008. Le fait de me débarrasser de cette non-congruence m’a aidé à me sentir beaucoup plus proche et plus connecté avec mes lecteurs. Depuis, j’en ai rencontré — et embrassé — des centaines en personne. Les publicités ne concordaient pas avec mes valeurs, alors en les retirant, j’ai éliminé un obstacle qui aurait pu affaiblir cette relation autrement.

Je pourrais citer beaucoup d’autres cas où cette question de caractère m’a aidé à prendre des décisions délicates. Cette question me pousse à affronter mes peurs, à tenter de nouvelles expériences et à approfondir des explorations de croissance personnelle. Des choses que je ne ferais peut-être pas normalement. Je ne prends pas toujours la bonne décision. Toutefois, lorsque je me pose cette question, je m’en sors bien en général.

décisions

Pourrais-je inverser ou annuler cette décision ?

La semaine dernière, j’ai décidé de me procurer une nouvelle chaise de bureau pour remplacer ma vieille chaise très usée. Lorsque j’ai commencé à chercher en ligne, j’ai pensé que je devrais peut-être en acheter une très belle cette fois-ci. Je ne voulais plus opter pour une chaise bon marché de moins de 100 $ vendue par Office Depot. L’un de mes objectifs de santé pour cette année est de travailler à améliorer ma posture. Après quelques recherches, je me suis arrêté sur deux choix : le Herman Miller Embody et le Steelcase Gesture. Je n’ai jamais possédé une chaise de marque auparavant.

Les deux chaises coûtent plus de 1 000 $. Elles ont des designs radicalement différents. Je n’ai trouvé aucun magasin à Vegas qui en vende, je n’ai donc pas pu les essayer d’abord. Les avis en ligne ont été utiles. J’ai aussi trouvé des avis vraiment détaillés et approfondis qui classaient l’une des chaises avant l’autre et vice versa. Et chaque fois qu’une chaise recevait beaucoup de critiques positives et était notée 4 ou 5 étoiles, je trouvais toujours d’autres personnes qui lui attribuaient 1 ou 2 étoiles. Cela semblait se résumer à une question de préférence personnelle.

Au lieu de me vautrer dans l’indécision ou de ne pas avoir de chaise du tout, j’ai choisi celle qui me conviendrait le mieux selon moi, le Steelcase Gesture. J’ai dû la commander sans la voir. J’ai donc croisé les doigts pour avoir une surprise agréable. Ce qui m’a aidé, c’est de savoir que la décision est réversible. Si je n’aimais pas la chaise, je pouvais la remballer et la rendre. Dans le pire des cas, je pourrais toujours la revendre. Malgré tout, je pourrais aussi perdre du temps et de l’argent si je prenais une mauvaise décision. Cependant, les conséquences à long terme seraient minimes et les dommages largement réversibles.

Certaines décisions sont permanentes, et vous ne pouvez pas simplement les annuler. Si vous quittez votre emploi ou votre relation, vous ne pourrez peut-être pas faire machine arrière si vous changez d’avis plus tard. Toutefois, beaucoup de décisions peuvent être annulées. Vous pouvez retourner des articles que vous avez achetés ; retourner dans votre ancienne ville ; racheter des biens pour remplacer ceux que vous avez offerts à des gens. Vous pouvez revenir à votre ancien régime alimentaire et à vos anciennes habitudes d’entrainement.

Si une décision est réversible et/ou si les conséquences négatives d’une erreur sont mineures, alors j’ai tendance à me tourner vers la nouvelle expérience. Au moins, j’en tirerai une leçon.

Puis-je tester cette décision ?

Si vous ne pouvez pas annuler une décision, vous pouvez peut-être la tester d’une façon ou d’une autre. Pouvez-vous faire quelques pas sur chaque chemin pour obtenir plus de clarté quant aux options que vous avez ? Pouvez-vous acquérir une expérience pratique avant de devoir vous engager ?

Cet état d’esprit m’a été particulièrement utile en 2009 pour déterminer si Erin et moi devions rester ensemble. En entrant dans une phase polyamoureuse pendant plusieurs mois, il a été possible d’explorer d’autres connexions sans mettre fin au mariage. Il était finalement évident que l’herbe serait plus verte de l’autre côté. Ce n’était pas une décision facile à prendre. Toutefois, le fait de passer une période de test a facilité les choses.

Certains couples qui durent dans le temps passent d’abord par une séparation. Cela leur permet de voir ce que pourrait être leur vie s’ils divorçaient. Should I Stay or Go : How Controlled Separation Can Save Your Marriage est un bon livre pour structurer un tel arrangement. Il adopte une approche assez formelle, qu’Erin et moi n’avons pas vraiment suivie. Cela dit, l’idée générale qui consiste à tester les eaux en premier est certainement utile dans ce genre de situations.

Tester une décision peut vous aider à pencher d’un côté ou de l’autre. Ainsi, vous ne resterez pas indéfiniment coincé dans l’ambivalence, à vous demander quelle direction prendre.

* * *

Essayez de vous poser certaines ou (même) toutes ces questions la prochaine fois que vous devrez prendre une décision délicate. Je pense que vous les trouverez utiles pour accéder à une plus grande clarté et faire de meilleurs choix. Lorsque j’ai partagé quelques-unes de ces questions avec d’autres personnes, leur question préférée a été celle de la mémoire. C’est peut-être donc une bonne question pour commencer.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Il n’est pas toujours évident de prendre des décisions difficiles. Beaucoup de facteurs externes et propres à nous même peuvent venir compliquer les choses. Toutefois, lorsque vous vous connaissez bien, vous pouvez prendre des décisions difficiles en augmentant vos chances de ne pas vous tromper.

Je vous laisse avec une vidéo complémentaire qui explique “COMMENT prendre une décision DIFFICILE (et comment GÉRER son EGO)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *