Le rebelle responsable

rebelleLorsque vous prenez une décision qui va à l’encontre de ce que la société considère comme acceptable, par exemple en quittant votre emploi pour lancer votre propre entreprise, vous pouvez être amené à penser que vous êtes rebelle, indépendant, obstiné ou tout simplement différent. D’autres personnes peuvent vous coller ce genre d’étiquettes ainsi, et bientôt vous pourriez commencer à vous identifier à travers leurs avis.

Soyez toutefois prudent avec ce type de pensée. Cela pourrait avoir des effets secondaires indésirables lorsque vous vous y fiez un peu trop.

Si vous êtes obstiné et indépendant, cela signifie-t-il que vous devez toujours travailler seul ? Cela signifie-t-il que vous ne serez jamais un bon coéquipier ?

Si vous êtes rebelle, cela signifie-t-il que vous n’êtes pas doué pour vous discipliner au travail ? Aimez-vous l’évasion ? Êtes-vous irresponsable et peu fiable ?

Suis-je rebelle parce que j’ai créé ma propre entreprise ? Parce que j’ai abandonné la monogamie et que je préfère profiter d’une relation libre ? Parce que j’aime beaucoup voyager ? Parce que je ne vais pas à l’église ? Parce que je ne mange ni ne porte rien qui provienne des animaux ?

Rébellion ou responsabilité ?

Je pourrais qualifier bon nombre de mes décisions d’actes de rébellion, et j’avoue que parfois cela m’amuse, mais l’inconvénient, c’est que je pourrais finir par me sentir comme un paria si je le fais trop souvent. De même, le fait de me considérer moi-même comme un rebelle ne reflète pas très bien la vérité sur les raisons pour lesquelles j’ai pris certaines décisions au départ.

Si l’on considère ces mêmes décisions que j’ai prises sous un autre angle, on pourrait dire que je suis plutôt responsable. En effet, j’honore et j’obéis aux valeurs qui sont importantes pour moi. En réalité, je ne me rebelle pas contre quoi que ce soit. Je prends simplement des décisions plus consciencieuses à mesure que j’apprends et que j’évolue dans ma croissance personnelle.

Je pourrais dire que je n’ai pas un emploi normal parce que je me rebelle contre l’idée d’avoir un employeur. Cependant, il serait plus approprié de dire que j’aimerais être le seul à choisir le type de travail que je fais de même que la façon dont je le fais. J’ai aussi envie de faire un travail qui semble significatif et orienté vers un but précis. En tant qu’écrivain, j’ai créé beaucoup de contenu, suffisamment pour écrire au minimum 30 livres. Est-ce là de la rébellion ? Non, je ne me suis pas seulement rebellé pour devenir aussi créatif. J’ai également pris sur moi la responsabilité d’aider les gens à grandir. J’ai écouté des gens faire part de leurs défis. J’ai réfléchi aux moyens d’apporter ma contribution. J’ai fait face à des craintes et à des problèmes qui m’ont empêché d’apporter ma contribution. Cette voie peut sembler indépendante, mais pour ma part, l’on peut difficilement la qualifier de rebelle.

Je pourrais également affirmer que je me suis rebellé contre la monogamie, mais une fois de plus, cela n’est pas vrai. La vérité est que j’ai voulu expérimenter une plus grande croissance dans cette partie de ma vie. Je voulais avoir l’occasion d’apprendre plus vite, d’expérimenter plus de diversité dans la vie et de me connecter avec plus de gens. J’ai vu en ce chemin un moyen intelligent pour moi de me connecter, d’apprendre et de grandir dans ma vie de couple. Ce n’était pas un acte de rébellion. C’était plutôt un acte d’alignement avec des valeurs comme la connexion, l’attention, l’exploration, l’apprentissage et la croissance.

Voyager non plus n’est pas un acte de rébellion. Pour moi, c’est une autre façon d’accélérer la croissance et l’apprentissage. Cela m’aide à me sentir davantage comme un citoyen du monde. Je voyage également parce que j’y prends plaisir. Plusieurs de mes amis voyagent beaucoup plus que moi, alors j’ai parfois l’impression d’être un suiveur qui fait du rattrapage. Je pense qu’il serait irresponsable pour quelqu’un jouissant d’une influence mondiale comme moi de ne pas passer beaucoup de temps à voyager.

Je me sentais rebelle lorsque j’ai commencé à tourner le dos à ma religion d’enfance à la fin de mon adolescence, mais aujourd’hui, cet aspect de mon mode de vie me semble être du bon sens. Certains religieux ressentent encore le besoin de me qualifier de paria, de pécheur, de païen, etc. (je dis cela en me basant sur quelques courriels occasionnels que je reçois à ce sujet), mais je considère ces étiquettes comme une forme de projection. Elles n’ont plus aucune valeur à mes yeux. Mon ancienne religion n’était pas en accord avec la vérité, elle ne promouvait pas suffisamment l’amour et rendait inactif à bien des égards. Tourner le dos à cette religion était une forme de gradation, pas de rébellion.

Qu’en est-il du fait que je suis végétalien ? Cet aspect de mon style de vie semble être étiqueté comme étant un acte de rébellion plus souvent que les autres plans de ma vie, mais pour moi, c’est la marque d’accession à une plus grande responsabilité et non un désir inné d’être différent. D’autres personnes prétendent souvent ressentir la même chose que moi au sujet du traitement réservé aux animaux, mais leur comportement semble très incongru par rapport à ce qu’ils prétendent ressentir. Je sens que j’ai la responsabilité d’aligner mes actions avec la réalité de ce qui se passe ; je ne peux pas simplement ignorer les faits et prétendre que les animaux ne sont pas maltraités. J’aime les animaux, comment puis-je donc prétendre que faire d’eux des produits de consommation est normal ? Suis-je un rebelle parce que je suis déçu de l’attitude de ceux qui nient savoir comment la viande dans leur assiette est arrivée là ? Non, je n’ai pas été végétalien pendant 18 ans pour me rebeller contre le statuquo. Pour moi, il s’agit de faire de mon mieux pour prendre des décisions responsables et intelligentes dans le contexte d’une société profondément conflictuelle.

Alors que ce siècle est marqué par un développement très prononcé de l’intelligence artificielle, il est plus que jamais important que nous apprenions à accepter de prendre plus de responsabilités et à faire des choix plus intelligents en tant qu’individus. Nous pouvons prédire l’avenir de l’humanité en nous basant sur la façon dont nous traitons nos animaux.

Si vous n’aimez pas la façon dont le monde vous traite parfois, vous pouvez commencer par accepter le fait que vous devez vous montrer plus responsable quant à la façon dont vous traitez les autres créatures de ce monde, en particulier celles qui sont plus faibles que vous.

Convention ou lâcheté ?

Ne soyez pas très surpris si vous êtes parfois présenté comme un rebelle lorsque vous assumez plus de responsabilités, que vous faites preuve d’une plus grande autodiscipline et que vous vous alignez de plus en plus avec des valeurs comme la croissance, le courage, la compassion et l’intelligence. Si vous aimez le costume de rebelle, n’hésitez pas à le porter de temps en temps. Peut-être que cela vous va bien. Cependant, ne laissez pas le monde vous convaincre que vous êtes un paria pour avoir pris des décisions responsables, intelligentes et orientées vers la croissance.

Si vous voulez voir des changements positifs dans votre vie, efforcez-vous de devenir plus responsable et mature plutôt que d’être simplement différent et de faire les choses à votre façon. Améliorez la prévenance de vos propres décisions et ne vous souciez pas trop de l’opinion que les autres pourraient avoir de vous.

Mon avis, c’est de ne pas laisser le monde s’en tirer si facilement. Si je me vois traiter de rebelle parce que je prends mes responsabilités et parce que je prends des décisions intelligentes et orientées vers la croissance, cette étiquette ne pourrait-elle pas être interprétée comme un déni de responsabilité de la part des autres ? Ceux qui tentent de me présenter comme un rebelle essaient par la même occasion de se qualifier de normaux, n’est-ce pas ? S’ils peuvent être qualifiés de normaux, alors ils n’ont pas besoin de continuer d’apprendre et de grandir. Ils peuvent stagner. Ils peuvent se contenter de leur niveau actuel.

C’est de la pure lâcheté, n’est-ce pas ?

Une telle faiblesse d’esprit n’a pas besoin de vous définir. Vous êtes capable de prendre de meilleures décisions et d’agir en conséquence. Vous êtes capable de donner un nouvel élan aux choses. La vie n’attend ou n’exige pas de vous la perfection. Néanmoins, la vie ne sera pas tendre envers vous si vous essayez de tourner le dos à votre chemin de croissance.

Faisons de l’acceptation d’une plus grande responsabilité une chose courante et non exceptionnelle.

Faisons de la poursuite de la croissance un chemin très exploré.

Rejetons la théorie qui stipule que c’est la lâcheté qui définit ce qui est normal.

Note : Cet article est une traduction de l’article The Responsible Rebel de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *