Garder les choses en perspective quand vous avez un très, très gros problème

Note : cet article est une traduction de l’article Keeping Perspective When You Have a Really, Really Big Problem de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Problèmes et perspectiveQuand vous rencontrez un problème humain apparemment sérieux (mais très commun), il est tentant de perdre tout sens de la proportion et de le transformer en écueil majeur qui vous paralyse et vous empêche d’avancer davantage. Le conditionnement social nous apprend que perdre quelqu’un qui nous est proche, divorcer, ou se voir diagnostiqué un cancer sont des problèmes énormes et qui déchirent une vie. Mais c’est principalement un point de vue de l’ego. Dans le grand ordre de l’existence humaine, de tels problèmes sont à peu près aussi communs que la poussière.

Quand vous devenez la proie d’une de ces alarmes humaines, prenez un moment pour prendre en considération la réalité plus largement, et utilisez cela comme un moyen de rétablir la perspective des choses. Avec la bonne perspective, tout problème devient soit solvable soit acceptable. Voici quelques exemples :

Votre problème : Votre meilleur ami se suicide le jour de votre anniversaire (c’est réellement arrivé à ma femme quand elle était à l’université, enfin, à son meilleur ami quoi).

La réalité plus large : Plus de 150 000 personnes meurent chaque jour sur cette planète. Rien qu’aux USA, près de 80 personnes se suicident tous les jours. 60% des personnes qui réussissent (ou échouent, tout dépend comment vous voyez les choses) le font avec une arme à feu.

Garder les choses en perspective : Nous allons tous mourir un jour, et certaines personnes choisissent d’accélérer le processus pour une raison ou une autre. Laissez la mort de quelqu’un d’autre vous servir de rappel que votre temps est aussi limité. Beaucoup de gens qui vivent une perte tragique reconnaissent finalement cela comme un signal d’alarme.

Quand ma femme, Erin, était à l’université, son meilleur ami et sa sœur de sororité se sont suicidés le jour de son anniversaire. Cet évènement a plongé Erin dans une période de repli social, mais en est finalement sortie. En fait la mort de son meilleur ami a aidé Erin à voir à quel point ses propres problèmes étaient triviaux en comparaison. Et beaucoup de signes sont apparus pour convaincre Erin que son meilleur ami était encore avec elle, veillant sur elle de là où il était.

La mort peut être un coup de tonnerre sous la perspective de votre ego personnel, mais ce n’est pas plus inhabituel que ça. Tout ce qui est vivant sur terre finit pas mourir. Les plantes meurent. Les animaux meurent. Les gens meurent. Même les gens que vous connaissez en ce moment. Et même vous.

Votre problème : Vous traversez un divorce ou une séparation, ou vous vous attendez à ce que votre couple soi-disant solide soit en fin de course.

La réalité plus large : La plupart des mariages finissent en divorce, avec un pic de divorce entre 28 et 32 ans. Et les autres relations n’ont pas la vie plus facile. Beaucoup de relations qui ne finissent pas en séparation ou en divorce ne sont certainement pas plus heureux et épanouissants pour le couple. Ils ont peut-être été des compagnons vraiment attendrissants à un moment, mais maintenant ils s’entendent simplement ; la séparation est déjà arrivée dans les cœurs de ce couple.

Garder les choses en perspective : Les relations humaines sont compliquées et parfois imprévisibles. Elles ne se passent pas toujours comme on s’y attend. Il est possible de ne faire aucune erreur et de voir quand même votre couple prendre fin. Par tous les moyens, faites tous les efforts possibles, mais raisonnables, pour sauver votre couple s’il a encore de la valeur pour vous deux, mais si votre relation ne fonctionne plus, alors laissez aller cet amour, même s’il y a des enfants dans l’équation. Et si vous avez déjà cassé, alors débarrassez-vous du sentiment de responsabilité et d’amertume, et pardonnez simplement à votre partenaire et à vous-même. Même si votre partenaire vous a trahi d’une façon ou d’une autre, reconnaissez que vous n’êtes pas parfait non plus. Devinez quoi… Vous êtes humains tous les deux, et ce n’est pas grave que votre relation n’ait pas duré éternellement. Rien ne dure jamais éternellement.

Le conditionnement social nous enseigne d’horribles fausses idées concernant les relations et en particulier concernant le mariage. La mariage est vu comme la destination finale, un lien à vie, alors que pour la plupart des gens ce n’est rien de la sorte. Le mariage est simplement une continuation de notre expérience des relations humaines. C’est une étape intermédiaire, pas une fin ni un début. Réalisez qu’aucune relation humaine n’est jamais permanente. Que cela finisse en divorce, en séparation, ou par la mort, cela prendra fin. Ce n’est qu’une question de temps. Chaque début mène à une fin, et chaque fin amène de nouveaux débuts. Au lieu de combattre ce cycle, apprenez à profiter de la balade sans devenir trop attaché au passé. Profitez simplement de ce que vous avez dans le présent, même si vous êtes seul, puis concentrez vos intentions sur ce que vous aimeriez vivre après.

Le 29 mars ma femme et moi célèbrerons notre 8ème anniversaire de mariage, et nous sommes ensemble depuis près de 12 ans maintenant. Chaque année est différente. Notre relation se réinvente constamment. Parfois le composant principal de notre relation est notre amitié, et d’autres fois nous sommes des amoureux passionnés (ce que je préfère personnellement). Parfois nous sommes ensemble pour atteindre des objectifs mutuels comme le parentage de nos enfants, et d’autres fois nous laissons un peu de place entre nous pour travailler sur nos buts personnels. Parfois nous ne pourrions pas être davantage compatibles, et d’autres fois nous sommes incroyablement frustrés l’un par l’autre. Est-ce que notre relation humaine durera toujours ? Bien sûr que non. Comme n’importe quel autre mariage, il prendra fin par la mort, le divorce ou la séparation. Nous pourrions mourir séparément, nous pourrions mourir ensemble, nous pourrions même évoluer dans des directions différentes. Mais la réalisation que notre relation humaine est temporaire rend nos moments présents ensemble tellement plus précieux. Aucune relation humaine n’est dotée du privilège de la permanence. Peut-être les relations non-humaines… Mais tant que vous êtes sur Terre, votre relation terrestre est tout aussi mortelle que la chair qu’elle habite.

Quand vous êtes coincé dans votre propre ego, il est facile de perdre le sens de la perspective. Quand vous vous surprenez à faire cela, prenez un pas de recul et voyez comment vos problèmes apparaissent sur la toile de fond plus large de l’existence humaine. Même un problème qui paraît sérieux, comme un décès, un divorce, ou une maladie, n’est qu’un grain de poussière dans le grand ordre des choses. Qu’est-ce qu’un problème réellement sérieux ? Un astéroïde de 10 km qui percute la Terre en serait probablement un. La prochaine fois que vous commencez à pleurnicher sur vos problèmes personnels, pensez simplement à ce qu’a pu ressentir un dinosaure au moment où toute son espèce et de nombreuses autres étaient sur le point d’être définitivement effacés de la surface de cette planète. Et même une collision d’astéroïde reste un problème assez trivial de la perspective de la totalité de l’univers physique.

Vos problèmes personnels sont comme des icebergs. Peut-être que 5% d’entre eux peuvent en fait être vus par les autres dans la réalité extérieure. Les 95% restants sont dans votre imagination. Mais contrairement aux vrais icebergs, la portion que vous imaginez est sujette à votre contrôle conscient. Vous pouvez nourrir vos problèmes avec de la peur et les transformer en gigantesques menaces, ou vous pouvez les écraser en élargissant votre perspective. Quand vous gonflez artificiellement vos problèmes, vous réduisez votre capacité à les résoudre. Mais quand vous les écrasez dans votre esprit, ils deviennent rapidement relativement faciles à résoudre ou à accepter.

Parfois la vraie solution à votre problème n’est pas du tout difficile. Vous le compliquez simplement à outrance dans votre imagination. Tout ce qui est nécessaire c’est un observateur extérieur neutre pour injecter un peu de réalité. Un de vos proches est décédé ? Faites votre travail de deuil, dépassez cela, et allez de l’avant. Vous et votre époux-se êtes devenus irrémédiablement incompatibles ? Dégagez et divorcez. Vous venez de vous faire virer ? Trouvez un nouveau travail, ou lancez votre propre entreprise. Vous êtes ruiné, profondément endetté, et nous n’avez aucun moyen de payer vos factures ? Déclarez faillite ; perdez peut-être votre maison. On vous a diagnostiqué un cancer en phase terminale ? Faites de votre mieux pour trouver une raison et une façon de vivre, mais si cela ne fonctionne pas, alors mettez vos affaires en ordre et dites « Hasta la bye bye ».

Beaucoup de problèmes humains ont des solutions plutôt simples, mais si votre problème n’a aucune solution pratique, alors c’est simplement un fait que vous devez accepter. Aucune utilité à geindre et à vous morfondre. Pleurez tout en traversant cela s’il le faut, maudissez l’univers pour sa cruauté et son injustice, mais dans le grand ordre des choses, ce n’est vraiment pas un drame. Vous êtes comme des millions, et votre problème est loin d’être spécial, quelle que soit l’importance que vous lui accordez.

Crédits photo : © rolffimages – Fotolia.com

Un commentaire

  • Gaëlle Perrier dit :

    Une partie de moi est tout à fait d’accord avec l’article mais une autre partie ne peut s’empêcher de penser que c’est de la lâcheté de tout accepter comme si ce n’était pas grave, sans se rebeller, même si on a aucun pouvoir. On a au moins le pouvoir de dire non, de dire que cette situation vécue est injuste. N’est-ce pas de la lâcheté de se faire croire qu’on peut être heureux malgré l’intolérable? N’est-ce pas se mentir à soi-même? N’est-ce pas accepter l’inacceptable? N’est-ce pas arrêter de résister? N’est-ce pas céder devant l’impossible? N’est-ce pas dire oui à l’inacceptable pour être heureux malgré tout, en oubliant la vérité et le la liberté? N’est-ce pas s’enfermer dans l’image qu’on se fait de son bonheur sans chercher le vrai bonheur?

1 Trackback

  • Revue de blogs de développement personnel de la semaine #24 | CULTIVEZ VOTRE POTETIEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *