Gagner 10 000 $ par mois

gagner 10 000 $Certaines personnes se demandent comment procéder pour gagner 10 000 $ par mois. Comment pourraient-elles enregistrer de tels revenus, surtout lorsque personne dans leur secteur d’activité ne gagne autant d’argent ?

Étant donné que c’est un objectif que j’ai atteint et maintenu pendant de nombreuses années (et dans différents domaines), je voudrais vous faire part de quelques astuces simples sur comment gagner 10 000 $ ou plus par mois. Elles relèvent essentiellement du bon sens et l’on n’a pas besoin d’être un génie pour les comprendre, mais elles sont appliquées par très peu de personnes. Ce sont des vérités auxquelles les gens résistent, parfois de façon ridicule, mais cette résistance est en grande partie futile. Vous pouvez vous épargner beaucoup d’efforts inutiles si vous acceptez l’évidence de ces idées et travaillez avec elles au lieu d’essayer de devenir une exception.

Certaines compétences rapportent beaucoup plus que d’autres. D’autres par contre ne rapportent rien du tout.

Au lieu de penser à la possibilité d’être payé 10 000 $ par mois, cherchez plutôt à générer plus de 10 000 $ de plus-value pour la société. Ne vous demandez pas : « comment puis-je gagner 10 000 $ par mois ? » Posez-vous plutôt la question suivante : « Comment puis-je créer et fournir une plus-value de 10 000 $ pour les autres chaque mois ? »

Penser à la façon dont vous pouvez générer une plus-value significative aux autres peut sembler un défi de taille, mais c’est une excellente façon de mettre fin aux futilités qui pourraient autrement se mettre en travers de votre chemin. S’il est évident qu’une option donnée ne génèrera pas plus de 10 000 $ par mois pour d’autres personnes — étant donné qu’il n’y a aucune chance que quelqu’un enregistre un tel montant, en travaillant collectivement ou individuellement — vous n’avez qu’à laisser tomber ladite option.

La triste vérité, c’est que beaucoup de gens investissent dans des secteurs d’activité et des domaines de développement de compétences qui n’offrent pas — et n’offriront jamais — des revenus qui pourraient avoisiner 10 000 $ pour les autres, notamment lorsqu’un tel montant doit être obtenu chaque mois.

Vous avez peut-être passé beaucoup de temps à développer des compétences auxquelles les autres n’accordent pas grande valeur. Bienvenue au club ! Nous faisons tous cela à un moment donné. C’est un comportement par défaut que nous héritons en apprenant auprès d’autres personnes qui gagnent aussi moins de 10 000 $ par mois.

Il se trouve que j’adore jouer au Disc Golf. J’y ai investi beaucoup de temps, mais personne ne me paie pour jouer au Disc Golf. Je ne gagnerai pas non plus 10 000 $ par mois en enseignant aux gens comment jouer à ce jeu. J’exerce cette compétence à des fins récréatives, mais elle ne représente pas pour moi une compétence génératrice de revenus, et je ne m’attends pas à ce qu’elle le soit un jour.

Vous avez sans doute entrainé votre cerveau à être bon à quelque chose, même s’il s’agit des jeux vidéo, des films ou des médias sociaux. Partout où va votre attention, vous y développez vos compétences. C’est inévitable ! C’est comme cela que fonctionne le cerveau. L’expérience, c’est de la formation.

Combien de vos compétences actuelles peuvent générer 10 000 $ par mois pour d’autres personnes ? Si la réponse est aucune, cela suffirait à expliquer pourquoi vous ne gagnez pas encore 10 000 $ ou plus par mois.

C’est bien d’avoir des compétences qui ne génèrent pas de revenus. Toutefois, veuillez admettre que toutes les compétences n’ont pas la même capacité à générer des revenus.

Songez à deux compétences potentielles que vous pourriez développer : le yoga et l’art oratoire.

Quelques-uns de mes lecteurs sont très bons au yoga. Ils ont investi des années de leurs vies à pratiquer quotidiennement du yoga. Ils peuvent faire toutes sortes de poses, et c’est tellement beau de les voir faire. Ils sont très fiers de leurs compétences en yoga. Pourtant, ils ont presque toujours des problèmes avec leurs finances.

Certes, un professionnel du yoga pourrait combiner le yoga avec d’autres compétences comme l’enseignement et l’entrepreneuriat pour ouvrir un studio de yoga ou créer sa propre franchise de yoga, mais il s’agit là de compétences complètement différentes qui peuvent aussi nécessiter des années d’apprentissage. Si vous êtes vraiment passionné par l’enseignement et/ou la création d’une franchise, vous pouvez certainement gagner 10 000 $ par mois ou plus. Cependant, ici je fais seulement référence à un investissement dans la pratique du yoga et financièrement, c’est un poids mort.

En réalité, la plupart des gens ne se soucient pas de savoir si vous pratiquez le yoga ou non, cela ne leur rapporte pas grande chose. Il est évident qu’ils ne vous payeront pas pour apprendre le yoga. Essayez de voir si vous pouvez gagner 10 000 $ par mois en pratiquant le yoga. Bonne chance à vous !

Considérez maintenant les allocutions. Supposons que vous travaillez à peaufiner vos compétences en matière de prise de parole au lieu de faire du yoga. Contrairement à la pratique du yoga, le fait de parler en public paie très bien. Les conférenciers de haut niveau peuvent gagner au moins 200 000 $ par conférence (comme Hillary Clinton le fait actuellement). Un conférencier compétent, mais pas célèbre peut certainement gagner plus de 10 000 $ par mois, s’il développe suffisamment ses compétences en la matière. J’ai de nombreux amis qui gagnent autant en donnant des allocutions. Donnez 4 conférences par mois à 2500 $ chacune, et cela vous rapporte 10 000 $ par mois. Pourtant, 2500 $ constitue une somme très modeste dans le domaine. La première fois que j’ai donné une allocution rémunérée, c’était contre 3 000 $.

La société accorde beaucoup d’importance aux bonnes techniques de présentation. La société a clairement montré qu’elle valorise l’art oratoire, financièrement parlant. Pourquoi les compétences en expression orale sont-elles si valorisées ? Laissons tomber ce genre de questions pour l’instant. Acceptons et reconnaissons simplement que — pour certaines raisons — certaines compétences sont d’excellents générateurs de revenus pendant que d’autres le sont moins.

Il existe beaucoup d’emplois que les gens apprennent et qui ne peuvent tout simplement pas rapporter 10 000 $ par mois. Personne n’est prêt à payer autant pour faire faire ces travaux, même s’ils sont très bien réalisés. Si vous en demandez autant, on se moquera probablement de vous — et on vous remplacera par quelqu’un de plus raisonnable.

Si vous faites actuellement un travail que la société ne considère pas comme étant une activité qui mérite 10 000 $ par mois, ne combattez donc pas la société. N’essayez pas de vous défendre. Ne vous plaignez pas non plus, estimant que vous devriez être payé plus. Acceptez tout simplement la décision du marché.

Au lieu de vous insurger contre cette injustice, envisagez plutôt la possibilité d’investir dans une filière de développement des compétences capable de vous offrir un revenu potentiel de plus de 10 000 $ par mois. Arrêtez donc d’investir dans tant de compétences qui, de toute évidence, ne vous aideront pas à y arriver.

Si votre objectif est de gagner plus de 10 000 $ par mois, cela parait sensé, n’est-ce pas ? Pourtant, combien de fois les gens s’accrochent-ils à leurs compétences non rémunérées, comme si la société devait simplement changer d’avis sur leur valeur ? Essayez de répondre aux normes de la société en faisant au moins la moitié du chemin.

Développer un portefeuille de compétences de 10 000 $ par mois

Pourquoi s’arrêter à une seule compétence capable de générer 10 000 $ par mois ? L’approche de la compétence unique peut fonctionner, mais elle est risquée. Le changement est inévitable. Que se passerait-il si le monde changeait, de manière à rendre obsolète votre principale compétence génératrice de revenus ? Ne serait-il pas sage d’avoir au moins une ou deux autres compétences bien développées en réserve ? Ainsi, si, pour une raison quelconque, vous ne pouviez plus profiter du même flux de revenus provenant de votre principale compétence, vous aurez la possibilité de passer à l’une de vos autres compétences tout en conservant votre mode de vie.

Voici quelques compétences dans lesquelles j’ai investi et que je pourrais utiliser, individuellement ou collectivement, pour gagner 10 000 $ par mois ou plus :

  • La conception et la programmation de jeux vidéo
  • La rédaction/Le blogging
  • Les allocutions/L’organisation d’ateliers
  • Les négociations d’affaires
  • Le coaching/Le travail de transformation

Je peux combiner ces compétences de plusieurs façons pour gagner 10 000 $ ou plus par mois.

Ce n’est pas moi qui détermine la valeur de ces compétences. C’est la société qui le fait. C’est le marché qui décide. J’ai simplement remarqué que ces compétences ont tendance à être généreusement rémunérées pour ceux qui investissent véritablement en elles.

J’ai de nombreuses autres compétences qui ne sont pas du tout bien rémunérées. Je suis très doué au Star Trek. J’ai fini des centaines de jeux vidéo, mais pour une raison étrange, les gens ne m’offrent jamais de l’argent pour ces compétences. Cependant, j’ai de nombreuses occasions de générer des revenus en écrivant et en donnant des allocutions — à tel point que j’en arrive même à décliner beaucoup d’offres.

Les compétences en programmation m’ont porté beaucoup de chance. J’ai commencé à apprendre la programmation quand j’avais 10 ans. Avec cette compétence — avant même d’obtenir mon diplôme à l’école — je gagnais déjà environ 50 $ l’heure en co-conception et programmation de jeux vidéo pour un studio de jeux local (c’est mon estimation basée sur les paiements contractuels et les redevances provenant des ventes que j’ai reçues pour les jeux publiés). Par conséquent, même si mes compétences de jeu vidéo n’avaient aucune valeur financière, j’ai pu tirer parti de mon expérience de jeu pour générer de l’argent réel en combinant ces compétences avec la programmation. Mes connaissances en matière de conception proviennent en grande partie du fait que je jouais à beaucoup de jeux, mais je ne pouvais pas tirer parti de cette compétence jusqu’à ce que j’apprenne aussi à programmer des jeux.

Être payé 50 $ l’heure au début des années 90, c’était beaucoup pour un étudiant. Le seul emploi que j’avais eu avant cela consistait à vendre des jeux vidéo dans un magasin local contre 6 $ l’heure. C’était donc une énorme augmentation, sans que je n’aie à travailler plus dur. J’ai simplement pivoté vers un ensemble de compétences différentes.

En prenant de l’âge, j’ai délibérément décidé de cultiver d’autres compétences capables de générer plus de 10 000 $ par mois. Ainsi, depuis de nombreuses années, je gagne bien plus de 10 000 $ par mois. Ma capacité à maintenir ce revenu est très résiliente parce que je peux recourir à plusieurs autres compétences au besoin.

Je ne travaille pas plus dur que les gens qui gagnent le dixième de ce que je gagne. La différence est juste que pendant que quelqu’un d’autre transpire au cours d’une session de yoga Bikram, moi je travaille sur une compétence génératrice de revenus comme la rédaction d’articles sur le développement personnel. Cela n’exige pas plus d’efforts ou de discipline. Il faut juste prendre des décisions différentes quant aux voies de compétences à emprunter — et celles à abandonner.

Si vous aspirez à gagner 10 000 $ par mois ou plus, essayez délibérément de développer des compétences qui peuvent être utilisées pour générer autant de revenus. Il y a beaucoup de possibilités. Néanmoins, si vous n’en développez aucune, cet objectif de 10 000 $ par mois semblera toujours hors de portée. C’est toujours sensé, n’est-ce pas ?

Pour augmenter vos revenus de façon significative, vous devriez peut-être essayer différents types de travaux. Il se peut que vous ayez besoin de développer des compétences différentes. C’est plus facile que cela en a l’air.

Les prochaines années vont passer de toute façon. Pendant ce temps, vous allez automatiquement développer des compétences dans les domaines sur lesquels vous vous concentrez. Votre cerveau s’en chargera pour vous. Acquérez de l’expérience, et cela alimentera une compétence.

Prenez le contrôle de votre pensée. Commencez à porter votre attention sur des activités génératrices de revenus et certains centres d’intérêt. Abandonnez certains activités et centres d’intérêt non générateurs de revenus. Supprimez les anciens passetemps, et commencez à expérimenter des nouveaux.

Je ne dis pas qu’il faut devenir fou, et se transformer en un robot qui cherche de l’argent. Je ne dis pas non plus que tous vos centres d’intérêt doivent être générateurs de revenus. Réglez simplement la balance de manière à ce qu’elle corresponde mieux à vos aspirations.

Une fois que vous aurez acquis de solides compétences génératrices de revenus, vous serez en mesure de les utiliser plus efficacement. Cela vous donnera plus de temps pour les loisirs qui ne génèrent pas de revenus.

L’une des raisons pour lesquelles j’investis dans des activités très rentables, c’est que je veux avoir beaucoup de temps libre pour profiter d’un mode de vie agréable. Je ne veux pas d’une vie qui ne soit faite que de travail. Je préfèrerais gagner des dizaines de milliers de dollars en réalisant un projet intéressant comme un atelier de fin de semaine en misant sur des compétences très lucratives plutôt que d’aller au bureau tous les jours et d’avoir à m’appuyer sur des compétences peu rémunératrices.

Parier gros sur les compétences que vous aimez ET qui payent bien

Parfois, sous la pression sociale (surtout la pression familiale), les gens parient gros sur des compétences qui paient bien, mais qu’ils détestent aussi. Je pourrais dire que le top 3 est composé de : la médecine, le droit et l’ingénierie. Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai reçu des courriels provenant d’étudiants qui ont été obligés par leur famille de choisir l’une de ces filières qu’ils détestent pourtant.

Rendez-vous service : Ne pariez pas gros sur des sources de revenus que vous n’aimez pas. L’argent ne suffira pas à combler le stress et le ressentiment que vous éprouverez.

Je parie gros sur la rédaction parce que j’aime vraiment écrire. L’écriture est une expérience zen pour moi. Je me sens très chanceux de pouvoir écrire et partager autant de choses. Au cours de la dernière décennie, j’ai triplé ma vitesse d’écriture, même s’il faut avouer que ma vitesse de frappe est un cran au-dessus aujourd’hui. Pour moi, c’est une très belle compétence. Je me plais à la pratiquer, et si j’écris de manière à apporter un plus aux gens, je peux générer des revenus substantiels grâce à mes articles. Je pourrais facilement gagner 10 000 $ par mois simplement en écrivant et en autoéditant des livres.

Cependant, je n’ai pas parié gros sur le coaching personnel. Je sais qu’il est possible de gagner 10 000 $ par mois en tant que coach étant donné que j’ai des amis qui gagnent bien plus que cela. Certains parmi eux reçoivent 100 000 $ par an et par client. Ce n’est pas une faute de frappe. Avec 2 à 4 clients, ils gagnent 200 à 400 000 $ par an. Je pense que c’est formidable — pour eux. Je suis assez bon en coaching en raison de tout le travail de transformation que j’ai fait, mais je n’aime pas autant le coaching que l’écriture et l’expression orale. En conséquence, je ne parierai pas gros sur le coaching. Je ne veux pas que ce soit une importante source de revenus pour moi, car je ne veux pas faire beaucoup de coaching, même si cela signifie plus de revenus.

Posez-vous les questions suivantes : Est-ce que je continuerais de pratiquer cette compétence — vais-je continuer à la perfectionner — même si je savais que je ne serais plus jamais payé pour cela ?

Si la réponse est non, il est temps d’essayer d’autres compétences. C’est bien d’être payé, mais il est certainement possible de trouver une compétence différente qui paie bien ET que vous aimez aussi pratiquer. Alors, ne vous contentez pas de l’un ou de l’autre. Optez pour le kit complet.

Abandonner les options sans issues

Nous n’avons ni le temps ni l’énergie de pouvoir nous investir dans tous les domaines de compétences possibles. Nous devons choisir ce qui nous convient le mieux.

Le plus grand obstacle qui retient les gens est peut-être le fait qu’ils n’abandonnent pas les projets sans issues. Ce sont en réalité des compétences qui ne mènent clairement nulle part, ou elles ne font que vous faire tourner en rond. Ne vous attardez pas sur ce genre de compétences si vous voulez faire des progrès. Vous n’avez tout simplement pas la bande passante nécessaire.

C’est une des raisons pour lesquelles j’ai supprimé tous mes comptes de médias sociaux plus tôt ce mois-ci. J’avais investi des années pour m’améliorer dans l’utilisation des médias sociaux, mais j’ai fini par réaliser que continuer sur cette lancée était une impasse pour moi. Je n’en profitais pas vraiment, et ce n’était pas non plus un important moyen de générer des revenus. Je n’ai pas vu l’intérêt d’entrainer mon cerveau à travers d’autres expériences avec les médias sociaux.

En supprimant les médias sociaux de ma vie et en choisissant consciemment de ne pas continuer à développer cette compétence, j’ai libéré un peu de bande passante dans ma tête pour développer de nouvelles compétences et parier davantage sur les compétences que j’avais déjà. J’ai aussi libéré plus de temps pour profiter de mon mode de vie, comme je le fais cette semaine à un festival Fringe au Canada.

Les médias sociaux ne me manquent définitivement pas. Jusqu’à présent, le fait de les avoir quittés s’est avéré fantastique. Je suis très heureux de la décision de me retirer de cette voie et de permettre à mes compétences en matière de médias sociaux de s’atrophier, de décliner et de se dégrader. J’étais devenu excellent dans l’utilisation des médias sociaux. À partir de maintenant, mon niveau ne fera que se dégrader. Dans cinq ans, je m’attends à être quelque peu incompétent dans l’utilisation des médias sociaux… mais je serai en bonne voie pour maitriser quelque chose de beaucoup plus important pour moi. Vous avez compris l’idée ?

Si vous observez avec attention la façon dont vous passez votre temps, vous verrez que vous avez investi dans de nombreuses compétences. Vous êtes peut-être très doué pour certains jeux vidéo, pour préparer certains types de repas, pour le yoga, ou pour publier d’impressionnantes mises à jour de statut.

Où avez-vous mis votre attention ? C’est là que vous développez vos compétences.

Combien de ces activités vous comblent réellement ? Combien de ces activités génèreront un revenu mensuel de 10 000 $ si vous misez davantage sur elles ?

Ne vous obstinez pas. Ne vous accrochez pas aux compétences dont vous avez passé l’âge. Lorsqu’une compétence n’offre plus suffisamment de bénéfices (si elle l’a déjà fait par le passé), ayez le réflexe de vous en débarrasser. Mettez plutôt votre attention là où vous voulez qu’elle aille.

Lorsque vous abandonnez un chemin de compétences improductif, restez dans le vide pendant un moment avant de vous engager sur un nouveau chemin. Laissez mourir l’ancien chemin, de sorte qu’il cesse d’influencer votre pensée. Ensuite, examinez de nouvelles possibilités et effectuez un pivot conscient. N’ayez pas peur de tâtonner au début. Cependant, lorsque vous trouvez la combinaison rêvée formée par l’épanouissement et la possibilité d’avoir un revenu substantiel, pariez gros. Investissez à fond et vous en récolterez les récompenses.

* * *

L’une des raisons pour lesquelles les gens remettent en question leur capacité à gagner 10 000 $ par mois, c’est qu’ils se sont embourbés dans des compétences qui ne peuvent pas payer autant. Si vous voulez recevoir autant de revenus de la part des gens, alors travaillez à leur en fournir autant.

Le monde ne manquera pas de vous dire ce qu’il pense que vos compétences valent, et ce, à plusieurs reprises. Votre cœur vous donnera une idée sur ce que vous ressentez quant à vos compétences. Écoutez les deux côtés. Si vous n’aimez pas leurs réponses, alors sortez de votre ancien chemin et choisissez-en un nouveau.

Parfois, vous ne serez même pas en mesure de voir les bonnes nouvelles compétences à développer jusqu’à ce que vous abandonniez les voies qui ne fonctionnent manifestement pas. Ne vous attendez pas à ce qu’un revenu de plus de 10 000 $ par mois se glisse dans votre vie à travers le brouillard des jeux vidéo, de Facebook et des postures de yoga. Créez d’abord de l’espace.

Note : cet article est une traduction de l’article Earning $10,000 per Month de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *