Explorer sans besoin : Le monde a-t-il besoin de votre aide ?

Le mondeAvez-vous déjà pensé à ce que le monde attend de vous ? Avez-vous déjà établi le parallèle avec ce que vous êtes prêt à offrir ?

Lorsque vous pensez au but de votre vie, mettez-vous principalement l’accent sur ce que vous êtes en mesure de donner ? Est-ce que votre but découle de ce que vous désirez donner, comme partager de la musique si vous aimez la musique ou coacher les gens si vous aimez le coaching ?

Autrement, vous concentrez-vous plutôt sur la demande d’un point de vue général ? Faites-vous attention à ce dont le monde en général a besoin ? Pensez-vous que vous devriez être un artisan de paix parce que le monde a besoin de paix ? Pensez-vous que vous devriez réveiller les gens parce que le monde a besoin que les gens se réveillent ? Voulez-vous être enseignant parce que le monde a besoin d’éducation ?

Considérez que le monde n’a pas besoin de vous pour le changer. Le monde est peut-être bien tel qu’il est.

Quand j’étais plus jeune, je voyais souvent mon but comme le besoin de faire quelque chose pour le monde. Je ressentais le besoin de servir le monde avec mes dons, ou d’aider le monde à faire un certain nombre de changements, ou les deux. Il me fallait trouver un besoin mondain que je pouvais aider à combler.

Pourtant, quand j’ai essayé de procéder de cette façon, je ne me suis pas senti inspiré. La motivation n’était pas au rendez-vous. Et pourtant, sur le papier, cela semblait bien comme idée. Cela semblait une cause noble.

Quand j’ai effectué les changements les plus significatifs de ma vie, et que mon niveau d’inspiration était élevé, j’avais l’impression de répondre à un appel, mais ce n’était pas un appel lié à la satisfaction d’un besoin ou au partage d’un don. C’était plutôt un appel à l’exploration. Si le monde avait besoin de moi d’une quelconque manière, il n’avait besoin de moi que pour l’aider à s’explorer. Il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à résoudre des problèmes, à se guérir, à se transformer, etc.

Le monde nous envoie beaucoup d’invitations à faire des explorations, mais nous avons tendance à compliquer les choses. Au processus simple de l’exploration, nous ajoutons d’autres besoins. Nous voulons de l’argent. Nous voulons des relations. Nous voulons être en forme.

C’est comme être invité à un mariage et se faire du souci en se posant des questions comme : Que vais-je bien pouvoir porter ? Qui d’autre sera là ? Quel cadeau dois-je apporter ? Les détails s’arrangeront d’eux-mêmes au moment opportun. Votre besoin est inapproprié et ne correspond pas au but de l’évènement.

Beaucoup de gens affirment : j’ai besoin de me faire de l’argent, d’avoir un corps sain, d’avoir une bonne relation, d’être reconnaissant envers le monde, et peut-être que lorsque je prendrai ma retraite, je passerai un peu de temps à explorer les choses que j’ai envie d’explorer.

Cependant, si nous pouvions simplement commencer à explorer et cesser de faire du surplace, nous constaterions que la route elle-même abonde en ressources, que notre corps est conditionné pour cela et que de toute façon nous établissons de meilleures relations lorsque nous sommes en mouvement. Nous obtenons les prérequis en ne les traitant pas comme tels.

Lorsque vous vous surprenez à ajouter de nouveaux besoins à l’exploration avec une liste d’exigences sans fin, faites une pause et posez-vous la question suivante : Quel type d’exploration suis-je en train de retarder ?

Quand vous aurez satisfait tous vos besoins et que vous serez prêt à commencer à vivre sans le moindre besoin, que ferez-vous en ce moment ? Pourquoi ne pas commencer à le faire dès maintenant et laisser vos besoins être satisfaits en cours de route ?

Quand vous êtes dans le besoin, le monde semble lui aussi se retrouver dans la même situation. Si vous avez des besoins, alors tout le monde doit en avoir aussi, ce qui fait que le monde entier doit vraiment être un monde en manque. Votre vie devient un bastion du besoin — vous attendez des choses de vous-même, vous attendez des choses du monde, les gens attendent des choses de vous, les besoins dans le monde restent insatisfaits, etc.

Et si ce besoin n’était qu’une illusion ? Et si vous projetiez inutilement les besoins dans toute votre réalité ?

Et si vous ne deviez pas remplir de conditions préalables ? Et si vous n’avez rien d’autre à faire avant de pouvoir commencer ? Et si vous pouviez simplement commencer à explorer dès maintenant ? Et si en explorant, vous finissez dans le même temps par satisfaire vos besoins ? Vous ne remarquerez probablement même plus l’existence de ces besoins à ce moment-là ; ce sont en réalité de faux besoins. Vous seriez trop plongé dans l’exploration pour remarquer quoi que ce soit.

Quand nous explorons de tout notre cœur et cessons d’être obsédés par nos besoins, nous répondons à l’appel de la vie par un simple oui plutôt que par un oui, mais… Et la vie répond c’est parti! plutôt que par OK, nous attendrons que vous soyez prêts.

Note : Cet article est une traduction de l’article Exploring Without Neediness de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *