TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Embrasser le nouveau

Old New SneakersNote : cet article est une traduction de l’article Embrace the New de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Lorsque je n’ai pas de vision claire sur ce dont j’aimerai faire l’expérience dans ma vie, j’aime explorer quelque chose de nouveau. Je sais que je veux continuer à évoluer, alors je recherche de nouvelles expériences de développement, de nouveaux endroits, de nouvelles personnes. En somme, tout ce qui est nouveau.

Cette décision par défaut d’embrasser le nouveau a été une puissante heuristique pour guider mon chemin de vie. Je me retrouve penché sur de nombreuses expériences pour la simple raison qu’elles sont nouvelles. Si je reçois une invitation pour essayer quelque chose que je n’ai jamais essayé auparavant, j’ai tendance à dire assez souvent oui. Si je ne suis pas sûr, je me pousse vers l’affirmative. Je pense que l’exploration de quelque chose de nouveau est généralement mieux que de ne rien faire. Une nouvelle entrée signifie apprendre, chose que j’adore.

Parfois, je dois retourner dans ma zone de confort pour reprendre mon souffle. Trop de nouveautés pourrait parfois devenir un peu étourdissant, donc lorsque j’éprouve ce sentiment, je marque un temps d’arrêt pour un renouvellement personnel. Une longue méditation, une marche en solo la nuit, une séance d’écriture dans mon journal, ou encore écrire un nouvel article sont des expériences de restauration pour moi.

Ensuite, lorsque je me sens prêt à étendre de nouveau mes activités, je lance des invitations fraîches et / ou dis oui à plus d’invitations à explorer. Je me penche vers le nouveau. Plus je fais cela, plus ma zone de confort se développe, et plus je me sens capable de dire oui aux expériences auxquelles j’ai auparavant résisté.

Oslo

Le week-end dernier, j’ai passé un merveilleux moment au Sommet Morten Hake à Oslo, en Norvège. Le sommet s’était très bien déroulé, et il est déjà question d’en organiser un autre l’année prochaine.

Les jours précédant et suivant le sommet ont été un tourbillon d’activités sociales – une séance mastermind de 8 heures avec les autres intervenants, plusieurs interviews vidéo (certaines spontanées), soirées, fêtes, conversations intimes, des câlins exquis, des retrouvailles avec de vieux amis ainsi que de nouvelles rencontres, des réflexions sur de nouvelles idées d’affaires et des inspirations en abondance. Je devais avoir bien au-delà de cent câlins pendant que j’étais là, et j’ai directement encouragé des centaines d’autres câlins entre d’autres personnes.

Au début, je me suis rendu à Oslo avec un billet aller simple. C’est la deuxième fois que je prends l’avion pour l’Europe cette année sans un billet de retour réservé à l’avance, et c’est ma quatrième visite à ce continent depuis 2011. Jusqu’en 2009, je n’avais jamais été en dehors des États-Unis. Embrasser le nouveau a été une heuristique utile pour me guider en disant oui aux expériences de voyage. Dernièrement, cela a pris la forme d’un voyage plus ouvert, c.-à-d. prendre l’avion quelque part sans savoir où aller après ou quand je rentrerai à la maison.

Puisque je désire explorer d’autres régions du monde aussi, j’ai récemment essayé d’explorer l’Europe. J’ai visité cinq pays européens jusqu’à présent, et je vais bientôt atterrir dans le sixième : la Roumanie. Mon vol vers Bucarest part demain matin.

Bucarest

Mon ami Zan Perrion aime dire « Acceptes toutes les invitations ». C’est une autre heuristique axée sur le développement, et qui chevauche très bien avec « Embrasser le nouveau ». Zan m’a invité à l’accompagner à Casa Amorata après Oslo, en alignement avec ces deux heuristiques, et j’ai accepté avec reconnaissance. Zan et moi sommes amis depuis plusieurs années, et comme beaucoup d’autres qui le connaissent, j’adore l’énergie que lui et ses amis créent ensemble – l’énergie de l’amour, du bonheur, de la légèreté et de la beauté.

Je ne suis jamais allé en Europe de l’Est, j’étais donc vraiment motivé. Je ne sais pas combien de temps je vais y rester, mais j’ai déjà des invitations intéressantes depuis Bucarest, et encore une fois, j’ai acheté un billet aller simple. Je ne doute pas que ce voyage sera rempli d’expériences de développement intéressantes. C’est la nouveauté de ce voyage qui le garantit.

Après Bucarest, je pourrais aller ailleurs, ou alors retourner à Las Vegas. J’ai confiance en mon intuition pour prendre ces décisions.

L’inconnu familier

Au fur et à mesure que je me penche sur de nouvelles expériences, je trouve que l’inconnu commence à être de plus en plus familier. Je me positionne dans de nouveaux endroits, je me fais de nouveaux amis locaux, je me calibre sur de nouveaux environnements sociaux, j’apprends des nuances d’autres cultures et je deviens moins mal à l’aise après un certain temps. Les surprises sont encore là, mais paradoxalement, elles deviennent des surprises familières.

Plus j’embrasse le nouveau, plus je me sens chez moi sur le chemin du développement et du changement. Sortir de ma zone de confort cesse de sembler effrayant et stressant, et devient au lieu de cela amusant, stimulant, encourageant et même ludique. Je me sens à l’aise dans ces espaces de malaise, de confusion et d’erreurs, sachant que je peux faire face à tout ce qui se passe et en tirer des leçons.

Lorsque j’embrasse le nouveau, je fais beaucoup d’erreurs. Je passe plus de temps dans cette phase de débutant non calibré, ne sachant pas vraiment ce qu’il fait mais désireux d’apprendre. J’adore cette phase parce que c’est là que j’apprends et que je me développe plus rapidement. Même les gains simples, comme apprendre à se déplacer dans un nouveau système de transport public, semble être une réalisation importante. J’aime atteindre le point où une ville autrefois inconnue ressemble à un endroit que je peux appeler chez moi, où une compétence précédemment non développée peut être utilisée avec une compétence raisonnable.

Embrasser le nouveau

Lorsque la vie commence à perdre du goût, embrassez le nouveau. Lorsque vous n’êtes pas sûr de ce que vous voulez, embrassez le nouveau. Lorsque vous vous sentez coincé dans votre travail ou votre relation, embrassez le nouveau.

Ce n’est pas un chemin facile, donc, si vous préférez le protéger en toute sécurité avec votre zone de confort actuelle, n’utilisez pas cette heuristique. Mais si vous voulez apprendre, évoluer et devenir plus intelligent, embrasser le nouveau peut servir de moyen puissant pour se débloquer et aller de l’avant.

Ne réfléchissez pas trop. Embrasser le nouveau n’est pas sorcier, à moins que vous ne vouliez visiter une nouvelle planète. Ceci est une suggestion simple de favoriser les invitations (et d’en émettre) pour explorer ce qui n’est pas essayé, testé et inconnu.

La plupart du temps, vous pouvez toujours garder l’ancien. Utilisez votre zone de confort comme base d’accueil. Revenez à chaque fois que vous avez besoin d’une pause de l’exploration. Mais éventuellement, vous constaterez que la zone d’exploration devient votre nouvelle zone de confort. Vous pouvez commencer à vous sentir chez vous sur la voie du développement et du changement, plutôt que de vous sentir seul dans votre auberge préférée.

Crédit Photo : Vadym

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *