TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Comment vous conditionner à réussir

Note : cet article est une traduction de l’article Conditioning Yourself to Succeed de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

ConditionnementParfois vous pouvez rencontrer des situations dans lesquelles vous savez ce que vous devriez faire, mais vous avez du mal à réussir à le faire. Ou peut-être que vous êtes capable de commencer une tâche, mais que vous n’arrivez pas à maintenir cette dynamique jusqu’au bout. Si ce genre de problèmes dure trop longtemps, vous risquez de commencer à ressentir un effet négatif sur votre niveau de confiance général. Vous pourriez commencer à penser que vous avez un problème de motivation, comme si vous vouliez seulement ne pas vous en sortir trop mal.

Une solution à ce problème est le conditionnement, qui intervient sous deux formes de base : le conditionnement mental et le conditionnement comportemental.

Le conditionnement mental se concentre sur le fait de contrôler ce que vous pensez. C’est un modèle de succès cognitif, basé sur la présomption que si vous avez les bonnes pensées, vous faites les bonnes actions, et que vous obtenez ainsi les résultats que vous voulez. Les exemples de conditionnement mental incluent de dire ou de lire des affirmations positives, de visualiser un résultat positif, d’utiliser un vocabulaire transformationnel (choisir des mots positifs pour décrire votre situation plutôt que des mots négatifs, comme par exemple, « Je passe une journée fantastique »), et certaines formes de méditation. Et dans de nombreuses situations, le conditionnement mental est efficace, en particulier quand des pensées problématiques sont le cœur du problème, comme par exemple une attitude négative qui vous pousse à prendre tous les gens à rebrousse-poil.

Le conditionnement comportemental vient d’un modèle de succès comportemental. Ce modèle part du fait que si vous faites les bonnes actions, vous atteindrez les résultats que vous souhaitez, indépendamment des pensées que vous pouvez avoir. Le conditionnement comportemental se concentre sur le fait de former de nouvelles habitudes d’action sans se préoccuper de ce que vous pouvez penser. Beaucoup de comportementalistes pensent que si vous agissez de la bonne façon, les bonnes pensées suivront dans tous les cas. Les exemples de conditionnement comportemental incluent de mettre le réveil pour vous réveiller chaque matin, de vous donner une récompense tangible pour avoir travaillé quelques heures de plus, ou punir votre enfant parce qu’il s’est mal comporté.

J’ai utilisé ces deux formes de conditionnement avec succès. Il y a dix ans, j’utilisais principalement le conditionnement mental. Aujourd’hui cependant, je trouve que le conditionnement comportemental est plus efficace pour moi et beaucoup plus rapide. Un des problèmes avec le conditionnement mental et que si vous n’arrivez pas à faire les bonnes actions rapidement, alors votre comportement peut déconditionner les pensées même que vous essayez d’adopter. Par exemple, si vous essayez d’arrêter de fumer, que vous vous concentrez sur la pensée que vous être non-fumeur et que vous l’affirmez quotidiennement dans ce but, mais que vous continuez à allumer des cigarettes en même temps, alors vous envoyez des messages contradictoires, et vous n’allez certainement pas avancer du tout. La continuation dans votre comportement est elle-aussi une affirmation. Mais si vous pouvez arriver à arrêter physiquement d’allumer des cigarettes, même si vous pensez être toujours fumeur, ce comportement aura tendance à induire dans vos pensées l’idée que vous êtes non-fumeur. Le conditionnement comportemental fonctionne mieux quand le simple fait de changer votre comportement (sans tenir compte de vos pensées) est suffisant pour garantir un résultat. Par exemple, si vous arrêtez les achats compulsifs, vous économiserez de l’argent, et ce quoi que vous en pensiez.

Je suis d’accord avec les comportementalistes sur le fait que la motivation suit les actions. Quand vous vous poussez à agir, même si vous n’êtes pas à la base motivé pour le faire, vous trouverez que votre motivation va automatiquement augmenter. Avoir un jour productif peut être très motivant.

L’idée de base derrière le conditionnement comportemental est le contrôle et le remplacement. Trouvez de quelles actions vous avez besoin pour obtenir les résultats que vous voulez (c’est-à-dire comment vous devez vous comporter). Puis conditionnez-vous à faire ces actions. Vous vous comportez toujours d’une certaine façon, donc assurez-vous que votre comportement vous apportera les résultats que vous souhaitez. Si vous trouvez que vous ne vous comportez pas d’une manière qui convient à vos objectifs, alors prenez le contrôle de la situation et remplacez le mauvais comportement par le bon. Pour de nombreux objectifs c’est suffisant de simplement y consacrer le temps nécessaire ─ le simple fait d’investir assez de temps vous fait faire 80% du chemin.

Par exemple, ce matin j’aurais pu dormir jusqu’à 8h (ok, c’est tôt pour beaucoup de gens), prendre un bon petit-déjeuner, et regarder le World Poker Tour. Et cela aurait pu mener à un résultat de… pas grand-chose en fait. Je ne serais pas plus avancé vis-à-vis de mes objectifs. Ca ne serait même pas si passionnant ou amusant que ça… simplement ennuyeux.

Mais aujourd’hui je me suis levé à 5 heures, je suis allé tout droit à mon ordinateur, j’ai passé quatre heures à écrire un nouveau discours de A à Z pendant que le reste de ma famille dormait, j’ai pris un petit-déjeuner rapide en parlant des projets de la journée avec ma femme, j’ai passé deux nouvelles heures à travailler, et puis j’ai commencé l’écriture de cet article. Donc pour un samedi matin, j’ai fait 6 heures pleines de travail productif qui m’ont rapprochées de mes objectifs. Et ce n’était pas difficile. J’ai simplement remplacé le matin paresseux par ce genre de matin. Par conséquent, je me sens plein d’énergie au lieu de me sentir fatigué.

Le problème est que la plupart des gens qui ne le savent pas vont conditionner un comportement qui garantira des résultats médiocres. Analysez votre comportement pour le mois dernier. Est-ce que vos résultats ont été confortés par vos actions ? Si vous passez le mois prochain à vous comporter différemment, est-ce que cela changera vos résultats ? Où voyez-vous des écarts entre les résultats que vous souhaitez et vos habitudes actuelles en termes de comportement ? Quels changements aimeriez-vous faire ?

Dans le prochain article, j’expliquerai exactement comment utiliser le conditionnement comportemental pour casser de vieilles habitudes et en former de nouvelles. Et cela n’implique aucun effort de volonté.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

se conditionnerconditionnement casser

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *