Comment partir à la retraite riche sans argent

partir à la retraite riche sans argentJe viens de recevoir ce matin le courriel suivant (édité pour protéger la vie privée de l’intéressé) :

Bonjour Steve,

Comment se passe votre semaine ? Je suis ___ chez ___, une entreprise qui aide les gens à réussir financièrement grâce à la technologie. Je suis tombé sur votre site, Steve Pavlina, alors que je cherchais à découvrir comment les jeunes adultes peuvent mieux gérer leur argent et leur vie.

Il est généralement recommandé de commencer à planifier la retraite avant ses 30 ans, mais parfois la vie s’y oppose. Qu’avez-vous réalisé avec succès avant vos 30 ans ? Si vous pouviez remonter dans le temps, y a-t-il quelque chose que vous auriez fait différemment pour vous assurer un meilleur avenir sur le plan financier plus tôt dans la vie ? Dans l’un de vos prochains articles, j’aimerais entendre vos idées sur la façon dont vous auriez pu améliorer votre filet de sécurité financière si vous pouviez remonter à vos 20 ans – et les actions que vous pouvez entreprendre maintenant, si ce n’est pas déjà fait. Quel serait votre régime de retraite idéal à 65 ans ?

Faites-moi savoir si vous êtes intéressé par un tel échange.

Cordialement,

___

Ma réponse :

Bonjour ___,

Sur le plan financier, strictement, je n’ai pas peur de me retrouver fauché à ma retraite.

L’expérience de la faillite à la fin de la vingtaine m’a aidé à changer mes priorités dans la vie. J’ai cessé de considérer l’argent comme une source d’énergie. J’ai cessé de voir l’argent comme une excuse pour me passer des précieuses leçons de la croissance personnelle. J’ai appris les nombreuses leçons que donne le manque de ressources financières.

Quant à ce que j’aurais fait différemment avant mes 30 ans, je dirais ceci : j’aurais pris plus de congés et passé moins de temps au bureau. J’aurais voyagé beaucoup plus. J’aurais mis un point d’honneur à créer des souvenirs heureux à cette époque. J’aurais cessé de traiter l’argent comme une source d’énergie. J’aurais fait face à plus de peurs.

Au lieu de travailler pour gagner plus d’argent, ce que je considère désormais comme une quête vaine et infructueuse, j’ai décidé de centrer mon travail sur l’expression de ma créativité, le bien-être des gens, la création de plus-values, l’exploration et l’expérimentation, et la création d’ondes positives dans le monde. Je fais ce qui me semble inspiré, et je laisse l’univers s’occuper du reste.

Si cette décision impliquait que je devais demeurer fauché pour vivre en harmonie avec ces valeurs, j’étais d’accord avec cela. J’avais le sentiment que cela mènerait à une vie très riche, indépendamment de l’état de mes finances.

En fin de compte, quand j’ai embrassé cette vision, l’abondance est entrée dans ma vie avec une relative facilité. J’ai gagné plus d’argent, mais j’ai surtout appris à enraciner ma sécurité dans une confiance inébranlable en la vie elle-même. J’ai arrêté de considérer l’argent comme une source d’énergie.

Cela ne veut pas dire que je fais confiance à la vie pour ne pas me faire subir des revers, y compris des revers financiers. Je considère plutôt ces défis comme des leçons importantes à accepter, plutôt que d’essayer d’utiliser l’argent pour m’en sortir.

J’ai appris que les relations sont beaucoup plus importantes que l’argent et constituent une authentique source de richesse.

La bonne volonté sociale me procure toute la richesse dont j’ai besoin, et il s’agit d’une richesse beaucoup plus rassurante que celle apportée par l’argent. Je me suis fait tellement d’amis dans le monde que même si je partais ruiné à la retraite, il y aura toujours une personne qui sera heureuse de me donner un endroit pour dormir, de me nourrir, etc.

Mon plan de retraite, si je peux l’appeler ainsi, c’est de continuer à cultiver une relation saine, positive et affectueuse avec le monde, de sorte que, peu importe ce qui se passe avec mes finances, je continuerai à me sentir en sécurité, aimé et soutenu.

Mes besoins sont assez simples, mes ambitions de retraite sont assez modestes également et mes peurs par rapport à la mort et à la maladie sont assez faibles. Mon plan de retraite n’exige donc rien de plus que de continuer sur mon chemin actuel.

Étant donné que je n’ai pas un emploi depuis plusieurs années, on peut considérer que je suis déjà à la retraite. Je passe ma vie à faire ce que j’aime. Le weekend dernier, j’ai animé un séminaire absolument magnifique à Las Vegas dans une salle pleine de personnes qui cherchent à suivre le chemin de leur cœur, alors que nous partagions des leçons, de l’amour et des éclats de rire. J’ai dû recevoir plus de 100 étreintes tout au long du weekend. Pour moi, c’est cela la richesse.

Note : Cet article est une traduction de l’article Retiring Wealthy Without Money de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *