TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Comment arrêter de se plaindre

Note : cet article est une traduction de l’article How to Stop Complaining de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Se plaindrePeut-être que l’étape la plus importante pour perdre l’habitude de se plaindre est de déconnecter le comportement indésirable de votre identité. Une erreur commune que font les plaintifs chroniques est de s’identifier personnellement aux pensées négatives qui traversent leur esprit. Une telle personne pourrait admettre « Je sais que je suis responsable de mes pensées, mais je ne sais pas comment m’empêcher de penser négativement aussi souvent. » Cela semble être une étape dans la bonne direction, et dans une certaine mesure ça l’est, mais c’est aussi un piège. C’est bien de prendre la responsabilité de vos pensées, mais vous ne voulez pas vous identifier à ces pensées au point de finir par vous en vouloir et par vous sentir encore plus mal.

Il serait mieux de dire « Je reconnais ces pensées négatives qui me passent par la tête. Mais ces pensées ne me ressemblent pas. En élevant ma conscience, je peux remplacer ces pensées par des alternatives positives. » Vous avez le pouvoir de reconditionner vos pensées, mais le truc est de garder votre conscience loin du marasme des reproches. Réalisez que même si ces pensées traversent votre esprit, elles ne sont pas vous. Vous êtes le conduit conscient par lequel elles passent.

Le conditionnement mental

Même si vos pensées ne sont pas vous, si vous répétez les mêmes pensées encore et encore, elles vont conditionner votre esprit dans les grandes largeurs. Il est presque exact de dire que nous devenons nos pensées dominantes, mais je pense que c’est pousser la réflexion un peu trop loin.

Pensez à la façon dont ce que vous mangez conditionne votre corps. Vous n’allez pas vraiment devenir le prochain plat que vous mangez, mais ce plat va influencer votre physiologie, et si vous continuez à manger les mêmes plats encore et encore, ils auront un impact majeur sur votre corps au fil du temps. Votre corps va avoir très envie de ces mêmes aliments et va les attendre. Cependant, votre corps reste séparé et distinct des aliments que vous mangez, et vous êtes encore libre de changer ce que vous mangez, ce qui va graduellement reconditionner votre physiologie en accord avec les nouveaux apports.

C’est pour cela que les pensées négatives sont aussi addictives. Si vous ne détenez que des pensées négatives, vous conditionnez votre esprit à s’attendre et à avoir envie de ces apports continus. Vos neurones vont même apprendre à prédire la récurrence des stimuli négatifs. Vous deviendrez pratiquement un aimant à négativité.

Le piège de la pensée positive

C’est une situation dont il est difficile de sortir parce qu’elle est autoalimentée, toute personne coincée dans ce genre de réflexion négative ne le sait que trop bien. Vos expériences négatives nourrissent vos attentes négatives, qui à leur tour attirent de nouvelles expériences négatives.

En réalité, la plupart des gens qui entrent dans ce fonctionnement ne s’en échappent jamais au cours de leur vie. Il est très difficile d’en sortir. Même quand ils critiquent fortement  leur propre négativité, ils la perpétuent sans le savoir en continuant à s’y identifier. Si vous vous en voulez d’être trop négatif, vous renforcez simplement le schéma, vous ne le brisez pas.

Je pense que la plupart des gens qui sont coincés dans ce piège y resteront coincés jusqu’à ce qu’ils connaissent une élévation de leur conscience. Ils doivent reconnaître qu’ils sont coincés et que continuer à combattre leur propre négativité tout en s’identifiant à elle est un combat qui ne peut être gagné. Réfléchissez-y. Si vous en vouloir d’être trop geignard fonctionnait vraiment, est-ce que cela n’aurait pas fonctionné depuis longtemps ? Êtes-vous plus proche d’une solution après tous les efforts que vous avez investis dans ce plan d’attaque ?

Par conséquent, la solution que je préfère est d’arrêter de me battre et me rendre. Au lieu de résister frontalement à la négativité, reconnaissez et acceptez sa présence. Cela va en fait avoir pour effet d’augmenter votre conscience.

Surmonter la négativité

Vous pouvez en fait apprendre à accepter les pensées négatives qui vous traversent l’esprit et par là même les transcender. Autorisez-les, mais ne vous y identifiez pas parce que ces pensées ne sont pas vous. Commencez à interagir avec elles en tant qu’observateur.

On dit que l’esprit est comme un singe hyperactif. Plus vous combattez le singe, plus il devient hyperactif. Donc à la place relaxez-vous simplement et observez le singe jusqu’à ce qu’il s’épuise.

Reconnaissez aussi que c’est la raison-même pour laquelle vous êtes là, à vivre votre vie actuelle d’être humain. Votre raison d’être ici est de développer votre conscience. Si vous êtes embourbé dans la négativité, votre travail est de développer votre conscience au point de pouvoir apprendre à rester concentré sur ce que vous voulez, pour créer par le positivisme et non par la destruction. Cela pourrait vous prendre plus d’une vie complète pour accomplir cela, et ce n’est pas grave. Votre vie reflète toujours le contenu de votre conscience. Si vous n’aimez pas ce que vous vivez, c’est parce que votre capacité à créer consciemment reste sous-développée. Ce n’est pas un problème cependant parce que vous êtes là pour la développer. Vous vivez exactement ce que vous êtes censé vivre pour pouvoir apprendre.

La création consciente

Si vous avez besoin de plus d’une vie pour travailler sur votre négativité, vous pouvez prendre votre temps. La création consciente est une grande responsabilité, et peut-être que vous ne vous sentez pas prêt pour cela maintenant. Donc pendant ce temps vous allez perpétuer le schéma de la réflexion négative pour rester loin de cette réalisation. Vous devez admettre que l’idée d’être le principal créateur de tout ce qui compose votre réalité actuelle est un peu effrayant. Qu’allez-vous faire de votre vie ? Et si vous vous plantiez ? Si vous faisiez n’importe quoi ? Et si vous faisiez de votre mieux et échouiez ? Ces doutes personnels vous garderont dans ce schéma de négativité afin d’éviter cette responsabilité.

Malheureusement, cette évasion a des conséquences. La seule façon dont les véritables créateurs peuvent nier la responsabilité de leurs actions est de souscrire à l’illusion qu’ils ne créent rien de tout cela. Cela signifie que vous devez tourner votre propre énergie créatrice contre vous. Vous êtes comme un dieu qui utiliserait ses pouvoirs pour devenir impuissant. Vous utilisez votre force pour vous rendre faible.

La raison pour laquelle vous pourriez être coincé dans un schéma de pensée négatif en ce moment est qu’à un certain moment vous l’avez choisi. Vous vous êtes dit que l’alternative consistant à accepter toute la responsabilité de tout ce qui compose votre réalité serait pire. Cela fait trop à gérer. Donc vous avez tourné vos propres pensées contre vous pour éviter cette incroyable responsabilité. Et vous continuerez à rester dans un schéma de manifestation négatif jusqu’à ce que vous soyez prêt à commencer à accepter de nouveau une partie de cette responsabilité.

La négativité n’est pas nécessairement une condition permanente. Vous avez encore la liberté de choisir autre chose. En pratique, cette réalisation arrive normalement par couches de dévoilement de conscience. Vous commencez à accepter de plus en plus de responsabilité dans votre vie.

Assumer toute la responsabilité

Vous voyez… la véritable solution contre le fait de se plaindre est la responsabilité. Vous devez dire à l’univers (et le penser) : « Je veux accepter plus de responsabilité pour tout ce que je vis. »

Voici certains exemples de ce que je veux dire par accepter la responsabilité :

  • Si je ne suis pas heureux, c’est parce que je le crée.
  • S’il y a un problème qui m’ennuie dans le monde, c’est ma responsabilité de le changer.
  • Si quelqu’un est dans le besoin, c’est ma responsabilité de l’aider.
  • Si je veux quelque chose, c’est à moi de l’atteindre.
  • Si je veux certaines personnes dans ma vie, je dois les attirer et les inviter à être avec moi.
  • Si je n’aime pas ma situation actuelle, je dois y mettre fin.

En revanche, cela pourrait aussi vous aider de prendre la responsabilité de tout le bien qui est dans votre vie. Les bonnes choses ne vous sont pas seulement arrivées. Vous les avez créées. Bien joué.

Félicitez-vous pour ce que vous aimez, mais n’ayez pas la sensation que vous faites semblant d’apprécier ce que vous n’aimez clairement pas. Mais acceptez bel et bien la responsabilité de tout cela, dans la mesure où vous êtes prêt à le faire.

Se plaindre est le déni de la responsabilité. Et s’en vouloir est simplement une autre façon de vous dispenser de responsabilité. Mais ce déni exerce quand même son propre pouvoir créateur.

La création consciente est en effet une incroyable responsabilité. Mais d’après mon opinion, c’est le meilleur aspect de la vie humaine. Il n’y a rien qui puisse remplacer la création d’une vie heureuse, même si cela nécessite d’assumer la responsabilité de tout le bazar non désiré que vous avez manifesté jusqu’à présent.

Quand vous vous attrapez à vous plaindre, arrêtez et demandez-vous si vous voulez continuer à nier toute responsabilité pour votre réalité et pour permettre à un peu plus de responsabilité de revenir dans votre vie. Peut-être que vous êtes prêt à assumer plus de responsabilité, peut-être pas, mais faites de votre mieux pour prendre cette décision consciemment. Voulez-vous de la sympathie pour avoir créé ce que vous ne voulez pas, ou voulez-vous des félicitations pour avoir créé ce que vous voulez ?

Crédits photo : © javieruiz – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment arreter de se plaindrecomment ne plus se plaindre

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

5 Partages
Partagez5
Tweetez